Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Diffusion des sports et impérialisme anglo-saxon

 | 
Sébastien Darbon

Introduction

Texte intégral

  • 1 On pense au catalogue dressé par Guttmann, qui affecte sept caractéristiques « structurelles » aux (...)

1Ce que l’on appelle communément « sport » a beau faire partie de notre vie quotidienne, les diverses tentatives qui ont été faites pour en donner une définition acceptable se sont toutes soldées par un échec. Même les propositions plus modestes, qui se limitent à proposer des catalogues de critères pertinents1, si elles fournissent d’utiles bases de départ pour la réflexion, ne peuvent guère susciter l’unanimité.

2Pour autant, il est clair que la seconde moitié du xixe siècle a vu l’émergence d’un ensemble d’activités de loisir impliquant une dépense physique dans un cadre compétitif, qui se distinguaient des formes ayant cours précédemment par le fait qu’elles étaient enserrées dans un type d’organisation et de structures réglementées. Dans une rupture avec les conventions variables et localement définies caractérisant les jeux traditionnels, ainsi qu’avec l’inscription de ces pratiques dans des systèmes souvent complexes de références religieuses ou rituelles, le système sportif instaure en effet la standardisation, l’uniformité (dont les règles du jeu, codifiées de façon de plus en plus précise, sont le garant) et, au moins potentiellement, l’universalité.

3Ainsi que l’ont montré Elias et Dunning (1986), les premières manifestations du sport sont nées en Angleterre au milieu du xviiie siècle, non pas dans une continuité par rapport à des pratiques antérieures, mais en rupture avec elles. Il s’agit bien en effet d’une invention, et cela à plusieurs niveaux.

4Tout d’abord, l’homme sportif n’est pas réductible à l’homo ludens cher à Huizinga (1938) et à Caillois (1967). D’après ces auteurs (dont l’influence en la matière reste encore sensible dans la littérature consacrée au sport), la catégorie « pratiques sportives » serait censée s’appliquer à une réalité à la fois universelle et invariante, fondée sur des dispositions psychologiques partagées par toutes les cultures de tous les temps, qui pousseraient l’homme à s’adonner aux jeux et aux sports dès lors que les nécessités d’assurer la survie de l’individu et de l’espèce sont satisfaites. Elias et Dunning (1986) ont montré de façon très convaincante qu’il est faux de prétendre que toutes les sociétés ont connu un ensemble de pratiques que l’on pourrait qualifier de « sports », et que l’on ne peut prétendre assigner aux sports contemporains, tels que l’Angleterre du xviiie et surtout du xixe siècle les a vus émerger, des ancêtres directs dans lesquels ils plongeraient leurs racines.

  • 2 Dans le cadre de cet ouvrage, nous emploierons délibérément (sauf cas particuliers dûment justifié (...)

5Dans cette perspective, ces auteurs ont notamment bien mis en évidence les différences essentielles qui distinguent jeux traditionnels et sports, en montrant par exemple en quoi le folk football (ou son équivalent continental, la soule) ne sont en rien les ancêtres du soccer2 et du rugby. Ils ont établi en effet qu’au-delà d’une certaine similitude gestuelle, ces jeux collectifs s’inscrivaient dans une temporalité spécifique qui soit en faisait les temps forts d’un calendrier de fêtes religieuses et folkloriques, soit leur donnait le caractère d’affrontements négociés au coup par coup par les camps en présence.

6À cette configuration, le sport oppose un système fondé sur l’autonomisation, l’uniformisation, l’abstraction, la codification et l’institutionnalisation. Le sport n’est plus censé reproduire les différences qui structurent le monde social, mais au contraire il a pour effet de les neutraliser au profit de l’égalité des chances entre compétiteurs, qui le temps de l’affrontement sont dépossédés de leur identité sociale au profit d’une identité individuelle reposant sur leurs performances physiques. Il marque aussi une rupture dans le temps (les affrontements ne s’insèrent plus dans la temporalité communautaire relativement indéterminée, mais dans un temps contraint et découpé) et dans l’espace (qui n’est plus celui, ordinaire, des activités quotidiennes, mais celui, standardisé et donc reproductible ailleurs, du « stade »). Il introduit la contrainte de la règle qui, en substituant un code unique aux interprétations locales et régionales, permet l’organisation de compétitions au niveau national, puis international, en respectant l’égalité des conditions des affrontements. La nécessité de fixer et garantir la bonne application de cette réglementation conduit à la mise en place de structures administratives (les fédérations nationales et les instances internationales qui les coiffent).

  • 3 Ou, si l’on préfère (mais ce n’est pas moins laid...), « sportivisation ».

7De ce point de vue, la terminologie à laquelle a recours Guttmann lui-même n’est pas sans ambiguïté. Il oppose en effet d’un côté les « sports modernes » (ce qui relève du pléonasme) et de l’autre les « sports primitifs », les « sports grecs », les « sports romains » et les « sports médiévaux » (ce qui relève de l’anachronisme) (1978 : 54). Il nous semble d’autant plus judicieux de réserver le terme de « sport » à l’ensemble des pratiques qui sont apparues dans l’Angleterre des xviiie et xixe siècles que ce que l’on désigne généralement par « sportisation3 » est le processus par lequel des jeux physiques traditionnels (comme le buzkashi afghan, le sumô japonais, ou encore la capoeira brésilienne...) ont été soumis à des pressions visant à les transformer en sport ; en se « sportisant », ces pratiques traditionnelles adoptent précisément les caractéristiques que Guttmann assigne, très justement, aux sports.

8Bien entendu, ainsi que l’a montré Holt (1992 : 26), à la naissance de cette opposition entre jeux traditionnels et sports, qui est bien réelle, on ne saurait affecter une date trop précise. Les cas du cricket, de la boxe, de l’aviron et des courses de chevaux indiquent qu’au xviiie siècle déjà ces pratiques sortaient de leur cadre « traditionnel » pour adopter des caractéristiques plus proches de celles des sports (règles du jeu complexes et à vocation « universelle », création d’institutions sous la forme de clubs, circulation d’argent, mise en place d’un calendrier sportif...). Mais c’est avec des sports comme le rugby et le soccer en Angleterre, le baseball et le football (puis plus tardivement le basket-ball et le volley-ball) aux États-Unis, que le phénomène s’est manifesté de la façon la plus éclatante.

  • 4 Comme nous le verrons plus en détail par la suite, J. A. Naismith, pasteur d’origine canadienne, a (...)

9Par ailleurs, il ne s’agit pas de prétendre qu’un tel processus d’abstraction et d’autonomisation du fait sportif l’exclut de la sphère du social. Ce processus est lui-même une expression directe des forces sociales à l’œuvre à un moment donné dans un pays donné, et dans cette perspective de nombreux auteurs ont montré que l’on pouvait lier l’émergence du « sport » à celle de la société industrielle ; c’est ainsi que l’accent a été mis (dans la perspective des travaux de Max Weber sur l’éthique protestante et le capitalisme) sur la réussite, marchande et sportive, prouvant que l’on est bien « élu de Dieu » (Lüschen, 1967) ; sur l’urbanisation et ses conséquences en matière d’organisation des loisirs (Adelman, 1986 ; Riess, 1989) ; sur le « processus de civilisation » qui accompagne la mise en place du système parlementaire en Angleterre au xviiie siècle – processus qui prend notamment la forme d’un abaissement du seuil toléré de la violence, d’une intériorisation du contrôle des émotions et de la monopolisation par l’État de la violence physique (Elias et Dunning, 1986) ; ou encore sur l’influence de certaines conceptions du temps et de l’espace issues de la révolution scientifique et technologique (Guttmann, 1978). Évidente par rapport à des pratiques – cricket, soccer et différentes formes de rugby en Angleterre, baseball et football aux États-Unis – qui sont nées d’une lente maturation, la remarque reste pertinente pour des créations beaucoup plus ponctuelles et « individuelles » comme celles du basket-ball et du volley-ball : les initiatives de J. A. Naismith (en 1891) et de W. G. Morgan (en 1895) répondaient à une demande sociale dont on ne peut apprécier le sens que par rapport à la panoplie des sports déjà existants (et jugés alors peu satisfaisants) et à la conception que se faisaient de la rudesse des affrontements et de la promiscuité corporelle les promoteurs des nouvelles pratiques4. Il est bien évident que les confrontations sportives constituent, à quelque niveau que l’on se place, des espaces où oppositions sociales, raciales, nationales (ou régionales) et religieuses sont présentes, voire exacerbées. Il n’en reste pas moins que cette inscription dans la sphère du social n’a de sens que dans le cadre des processus d’abstraction et d’autonomisation qui caractérisent la nouvelle configuration qui s’est mise en place.

10Or, cette nouvelle configuration, loin de rester cantonnée aux espaces géographiques qui lui ont donné naissance, a manifesté une extraordinaire potentialité d’universalité en essaimant dans le monde entier, au point qu’il n’est pas un pays qui n’y participe d’une façon ou d’une autre. Dans cet essaimage, la responsabilité du fait colonial est évidemment essentielle, comme le montrera abondamment cet ouvrage.

  • 5 Si l’on peut considérer le footie comme un sport d’origine coloniale qui a été transformé par le p (...)

11Pourtant, une analyse un peu plus attentive montre que la répartition géographique des pratiques sportives est très inégale. À titre d’exemples, si l’on s’en tient au foyer anglais, alors que le soccer et le tennis ont été acceptés dans pratiquement toutes les sociétés, le cricket n’a guère franchi les limites de la zone d’influence anglaise, et le rugby a été entièrement rejeté dans des pays où cette influence était pourtant considérable (l’Inde en constituant l’exemple le plus spectaculaire). Les sports « américains » ont connu des évolutions similaires : alors que le basket-ball et le volley-ball se sont fort honorablement diffusés, le baseball n’a guère touché que le Japon et Taiwan, certains pays d’Amérique centrale et de la Caraïbe et, dans une moindre mesure, l’Australie. Certaines pratiques sportives extrêmement populaires dans leur pays d’origine (telles les Australian Rules, ou encore le football gaélique et le hurling5) n’ont pas franchi les frontières à l’intérieur desquelles elles sont nées...

  • 6 Sur ce point, cf. par exemple les analyses d’Appadurai (1995) relatifs à la « décolonisation » du (...)

12Au-delà des formes spécifiques qu’a pu prendre, ici ou là, la diffusion des sports, on s’interrogera dans ce travail sur les raisons qui ont fait que tel ou tel sport a pu être accepté (ou refusé) dans tel ou tel pays. De même, on tentera d’expliquer les modifications que le contact avec un contexte culturel très différent (celui du pays d’accueil) a souvent entraîné dans les pratiques des sports anglais ou américains. Aborder ces questions, c’est retrouver (parfois) la question du nationalisme, ce qui situe le problème à un niveau historique et politique : le sport, en tant que reflet des relations ambiguës entre la puissance coloniale et ses colonies, fait partie intégrante de la réaction nationaliste6. Mais c’est aussi – ce qui a été très généralement négligé – aborder le processus de diffusion, ses succès et ses échecs, en termes plus spécifiquement culturels et s’interroger sur ce qui, entre les propriétés formelles de chaque sport considéré et certains traits culturels fondamentaux de chaque société concernée, est de l’ordre de l’acceptable (ou de l’inacceptable), du compatible (ou de l’incompatible).

13Ce faisant, nous ne nous situerons pas dans la mouvance, fortement marquée par l’approche quantitative, des géographes qui, suivant les propositions théoriques de Hägerstrand (1953) en matière de diffusion spatiale et d’innovation, ont contribué à formaliser les différentes étapes (amorce de diffusion, expansion, condensation et saturation) qui caractérisent le développement du fait sportif (cf. notamment Augustin, 1995 ; Bale, 2003). Par ailleurs, l’apport massif de l’historiographie du sport constitue en la matière le terreau essentiel sur lequel une réflexion plus anthropologique peut se fonder, et s’il ne s’agit aucunement de nier le rôle éminent qu’elle joue dans la compréhension des phénomènes étudiés, il s’agit plutôt de prendre la mesure de ce que l’approche en termes de compatibilités culturelles peut y ajouter dans tous les cas où domine l’impression que l’histoire événementielle, si elle nous renseigne bien sur le « comment cela s’est passé », est muette quant à la question « pourquoi cela s’est-il passé ainsi et non autrement ? »

14En se livrant à ce type d’interrogation, dont on assume le caractère nécessairement ambitieux, on ne prétend évidemment pas régler tous les cas irrésolus, ni tous ceux où perce encore une part de mystère. L’approche proposée ici peut sans doute permettre de faire progresser notre connaissance des phénomènes de diffusion géographique des sports ; mais elle n’a pas vocation universelle, et la nécessaire confrontation avec les données empiriques – vaste chantier qui n’en est encore qu’à ses débuts – doit conduire à la nuancer, peut-être même à la modifier de façon non marginale. Mais on conviendra sans doute qu’il ne s’agit là que d’une version élémentaire de tout travail de recherche, qui fait de la prise de risque intellectuel – risque maîtrisé au sens où, on l’espère, il n’a rien de délirant – le moteur premier de la connaissance.

15Par ailleurs, une telle approche impose que soit bien mise en évidence, même si cela prend nécessairement une forme synthétique compte tenu de ce que permet l’espace d’un livre, la somme considérable de connaissances qui ont été d’ores et déjà produites. Pour l’essentiel, il s’agit d’une littérature historique, parfois sociologique, d’origine anglo-saxonne, et bien souvent d’une grande qualité. De ces travaux extrêmement nombreux, nous tenterons d’extraire les principales lignes de force et de souligner les progrès considérables qu’ils ont permis de faire dans la connaissance des processus de diffusion. Mais chemin faisant, nous aborderons aussi certaines de leurs insuffisances et nous nous risquerons, le cas échéant, à proposer des solutions alternatives. Ceci nous amènera à réfléchir à la question plus générale des relations entre la démarche historique et la démarche anthropologique.

***

16Compte tenu de l’ampleur du sujet, il convient dès à présent de préciser les limites à l’intérieur desquelles nous cantonnerons notre analyse.

17En premier lieu, il ne s’agit évidemment pas d’étudier tous les sports dans tous les pays – tâche évidemment impossible, ou au mieux susceptible de ne produire que des analyses extrêmement superficielles.

18C’est l’impérialisme anglo-saxon qui a été privilégié dans ce travail, et non les effets que l’Empire français ou l’Empire allemand ont pu avoir sur la diffusion de certains sports. Certes, par exemple en ce qui concerne la France, l’influence coloniale a été sensible dans certains pays et pour certains sports (Guttmann, 1994 : 65-69). C’est le cas du Congo, belge ou français, où le soccer s’est bien implanté dans la première moitié du xxe siècle, malgré une tendance générale de la puissance coloniale à privilégier les clubs dont les membres étaient blancs (et malgré l’obligation faite aux Africains de jouer pieds nus, de peur qu’ils ne blessent des chairs « civilisées »...). C’est aussi le cas au Cameroun, au Sénégal ou au Mali. Mais c’est sans doute en Afrique du Nord que cette influence a été la plus nette et où, en dépit des réticences françaises à laisser les autochtones s’approprier l’athlétisme, le soccer ou le rugby, ces derniers les ont bien souvent utilisés comme des vecteurs d’un nationalisme anticolonialiste. Quant aux Allemands, très présents sur le continent africain jusqu’à la Première Guerre mondiale, ils ont davantage favorisé la diffusion de différentes formes de gymnastique que celle des sports britanniques.

19Cependant, quelle qu’ait été l’importance de ces influences, elles sont sans commune mesure avec celles qu’ont exercé la puissance coloniale britannique, et sous d’autres formes l’impérialisme américain. Ainsi que Guttmann le résume parfaitement : « Derrière le succès des Britanniques et l’échec relatif des Français dans la diffusion du soccer et d’autres sports modernes sur le continent africain il y avait – tout simplement – la manie britannique de la pratique sportive. Dans leur engagement passionné, les Britanniques en Afrique étaient motivés en partie par les plaisirs intrinsèques de leurs passe-temps favoris et en partie par l’idéologie impériale » (1994 : 63).

20Certains pays, ou certaines zones géographiques, seront privilégiés en ce que les processus de diffusion des sports y ont posé des questions particulièrement intéressantes. La méthode a consisté en l’occurrence à sélectionner un petit nombre de pays ou de groupes de pays qui occupent des situations spécifiques par rapport au processus de colonisation et qui, de ce point de vue, peuvent passer pour représentatifs.

21Une première situation est représentée par les White Dominions ou « colonies de peuplement ». En Australie et en Nouvelle-Zélande, la présence britannique est vite devenue, par rapport aux populations indigènes, prédominante et réalisait pour l’essentiel un prolongement de la métropole dans l’hémisphère sud. D’autres pays du Pacifique sud présentent aussi du point de vue de la diffusion des sports anglais des situations intéressantes, mais nous nous sommes limités à l’archipel des Fidji, qui présente un cas de partage inter-ethnique (le rugby aux Mélanésiens, le soccer aux Indo-Fidjiens) permettant de poser le plus clairement possible la question de l’articulation d’une démarche anthropologique à l’approche historiographique classique. Quant à l’Afrique du Sud, elle est évidemment exemplaire de la domination exercée par les Blancs sur les pratiques sportives, mais aussi d’une situation où se manifestent au plus haut point les clivages entre communautés, y compris entre Blancs (anglophones et Afrikaners).

22Le sous-continent indien est également particulièrement intéressant, pour des raisons inverses de celles invoquées pour l’Australie ou la Nouvelle-Zélande : les Britanniques, bien que leur emprise y ait été à la fois longue et très forte, n’y constituaient qu’une fraction infime de la population.

23La Caraïbe fait également partie de cette sélection car, dans un contexte d’occupation coloniale classique (pour l’Angleterre) ou d’influence économique et culturelle ne passant pas par l’occupation territoriale (pour les États-Unis), il s’y manifeste une lutte d’influence très intéressante entre sports d’origine anglaise (dans les Antilles britanniques) et sports d’origine américaine (dans la Caraïbe hispano-américaine).

24Enfin, ce qui nous a semblé légitimer la présence conjointe de l’Argentine et du Japon dans un même chapitre, c’est le fait que, malgré les évidentes différences entre ces deux sociétés, ces deux pays ont pour point commun d’avoir connu une influence anglo-saxonne massive (britannique dans le cas de l’Argentine, américaine dans le cas du Japon) tout en étant restés indépendants – ce qui introduit à une nouvelle forme d’influence coloniale.

25Par ailleurs – et pour les mêmes raisons – un petit nombre de sports ont été privilégiés. Il s’agit pour l’essentiel de sports collectifs de balle ou de ballon, qui selon les termes de Guttmann « requièrent davantage d’engagement collectif que les sports individuels et semblent évoquer une identification psychologique collective plus intense » (1994 : 11). Ils sont à peu près également répartis entre leur origine anglaise et leur origine américaine : le cricket, le soccer et le rugby d’un côté, le baseball, le football et le basket-ball de l’autre. Certes, chemin faisant, nous serons amenés à en évoquer d’autres (athlétisme, aviron, tennis...), voire même à leur consacrer quelques pages (le polo en Argentine, le footie australien...), dans la mesure où peuvent se manifester entre les modalités d’adoption (ou de rejet) de certaines pratiques des interdépendances intéressantes ; mais ce sera de façon marginale. De plus, certains sports qui font partie des six principaux que nous avons mentionnés seront négligés dans certains contextes alors même qu’ils concernent un nombre considérable de pratiquants : c’est le cas, par exemple, du soccer et du basket-ball en Australie...

26En deuxième lieu, la question qui nous intéresse tout particulièrement étant celle de la diffusion géographique, nous concentrerons nos efforts sur la période pendant laquelle cette diffusion a pris place, en relation avec le colonialisme et l’impérialisme anglo-saxons – à savoir, très majoritairement, la seconde moitié du xixe siècle et la première moitié du xxe. Certes, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, des recompositions du paysage sportif ont encore eu lieu, et nous ne nous priverons pas de les analyser le cas échéant – par exemple pour mettre en évidence la place du sport dans les politiques d’apartheid en Afrique du Sud ; cependant, non seulement l’essentiel du processus de diffusion s’était déjà manifesté à l’issue de la guerre, mais encore la période était davantage à la décolonisation qu’à l’acquisition de nouveaux territoires.

27En troisième lieu, il est une dimension de la diffusion du modèle sportif que nous n’aborderons pas, malgré son intérêt évident : c’est celle de la « sportisation » des jeux traditionnels, processus par lequel ces jeux, au contact des sociétés modernes, sont modifiés en profondeur dans leurs aspects formels et dans leur esprit et acquièrent des caractéristiques qui sont celles des sports. Les exemples sont ici tellement nombreux (on connaît surtout ceux du buzkashi afghan, de la capoeira brésilienne, du sumô japonais, du lacrosse canadien ou de quelques jeux gaéliques « réinventés » dans une perspective nationaliste) qu’ils justifieraient la rédaction d’un ouvrage volumineux.

28Enfin, le lecteur ne manquera sans doute pas de s’étonner que la question de la pratique sportive féminine ne soit pas abordée dans cet ouvrage. La raison que nous invoquerons n’est certainement pas que le sport féminin était absent du processus de diffusion à l’époque coloniale, même s’il est avéré que, dans ce contexte particulier encore davantage que dans les pays occidentaux où le sport est né, la place des femmes dans le dispositif sportif n’a guère été facilitée ; que le processus colonial mette tout spécialement en évidence les comportements virils et conquérants n’a pas empêché pour autant les femmes de construire, au prix de multiples difficultés, leur espace de pratique. Cependant, sur ce point, il faut bien admettre que l’historiographie est peu bavarde. L’histoire des femmes et du sport pendant la période où triomphe l’impérialisme anglo-saxon n’est pas seulement à construire, elle est encore largement à documenter.

***

29On ne peut appréhender correctement les processus de diffusion géographique sans consacrer une place importante à la naissance même du fait sportif, en Angleterre et aux États-Unis. Quelle était cette chose dont l’impérialisme anglo-saxon faisait tant de cas ? De quelles valeurs de « civilisation », de quels codes moraux était-elle porteuse ? Quelles fonctions sociales remplissait-elle dans les pays qui lui ont donné le jour ? Cet examen est essentiel pour apprécier les raisons des éventuels rejets, des réappropriations plus ou moins radicales, et plus généralement des engouements extraordinaires auxquels a donné lieu l’apparition du phénomène sportif dans des milieux culturels très différents de ceux d’origine.

30Au sein de la première partie, le premier chapitre abordera donc la question de l’origine et des caractéristiques du fait sportif à partir du foyer anglais, en mettant notamment en évidence l’importance du système éducatif dans la transformation des folk games en sports à part entière et en analysant les fondements de l’idéologie de la « chrétienté musculaire ». Le chapitre II s’intéressera aux caractéristiques spécifiques que cette idéologie a prises aux États-Unis et discutera la question de savoir si l’on peut identifier une conception du sport différente de celle traditionnellement prônée par les Anglais. Le chapitre III (« Prolongements impériaux ») est conçu comme une transition avec les suivants : il s’agit en effet d’aborder d’un point de vue général les principales caractéristiques des impérialismes anglo-saxons et la façon dont le sport constituait un élément important du dispositif colonial.

31La partie de l’ouvrage consacrée aux phénomènes proprement dits de diffusion est séparée en quatre chapitres singularisant (ou parfois regroupant) des aires culturelles différentes. On l’a déjà évoqué, les « colonies de peuplement » que constituent l’Australie, la Nouvelle-Zélande et l’Afrique du Sud se distinguent des autres territoires par le type d’implantation coloniale à laquelle elles ont donné lieu ; mais au sein de ce groupe, il était intéressant d’isoler la position de l’Afrique du Sud, où la population blanche a toujours été très minoritaire (chapitre IV). Le chapitre V est relativement plus homogène, en ce qu’il s’intéresse au sous-continent indien, où le triomphe du cricket et du soccer laisse béante l’interrogation relative à l’absence totale du rugby. Dans la Caraïbe (chapitre VI), l’accent est mis sur la cohabitation entre les territoires colonisés par les Britanniques (la Jamaïque, la Barbade, Trinidad et Tobago, Guyana) où le cricket s’est solidement implanté, et les Antilles hispano-américaines (Cuba, Porto-Rico et la République dominicaine) où s’est imposé le baseball. Enfin, deux pays bien différents ont été regroupés dans le chapitre VII : l’Argentine (à propos du soccer, du rugby et du polo) et le Japon (à propos du baseball). Ce choix nous a paru s’imposer dans la mesure où ces deux pays ont pour point commun de n’avoir pas été colonisés au sens strict du terme par la Grande-Bretagne ou les États-Unis, mais d’avoir connu une forme plus indirecte d’imposition culturelle.

32Enfin, pour clore ce travail, un dernier chapitre sera consacré à une synthèse de l’abondante littérature historiographique que nous avons analysée, à mettre en évidence les apports principaux de ces travaux et à suggérer (à la fois théoriquement et exemples à l’appui) de quelle manière l’articulation avec une approche plus anthropologique permettrait de compléter certaines de ses insuffisances ou certains de ses silences.

Notes

1 On pense au catalogue dressé par Guttmann, qui affecte sept caractéristiques « structurelles » aux sports « modernes » : sécularisme (en rupture avec le sacré), égalitarisme (dans l’opportunité de participer à une compétition et de le faire dans les mêmes conditions que l’adversaire), spécialisation des tâches, rationalisation de la pratique, organisation bureaucratique, souci de quantifier l’activité et quête de records (1978 : 15 ; 1994 : 2-3).

2 Dans le cadre de cet ouvrage, nous emploierons délibérément (sauf cas particuliers dûment justifiés) le terme de « soccer » pour désigner ce que l’on appelle en France « football ». Ce choix est motivé par le fait que « soccer » est le terme massivement utilisé dans le monde anglo-saxon et dans la littérature rédigée en anglais (qui constitue, par nécessité, l’immense majorité des textes d’histoire, de sociologie ou d’ethnologie du sport auxquels nous ferons référence). Cela permet notamment d’éviter deux types de confusions : celle qui ne manque pas de se créer entre soccer et football (américain) – que l’on appellera ici tout simplement « football » – et celle qui surgit chaque fois que l’on évoque les temps anciens du « football » avant la création du soccer et du rugby.

3 Ou, si l’on préfère (mais ce n’est pas moins laid...), « sportivisation ».

4 Comme nous le verrons plus en détail par la suite, J. A. Naismith, pasteur d’origine canadienne, a inventé le basket-ball à la suite d’une demande de la School for Christian Workers, devenue par la suite Young Mens Christian Association (YMCA) Training School. C’est également dans le cadre de la YMCA que W. G. Morgan a inventé le volley-ball, selon des principes encore plus restrictifs : il s’agissait d’éviter tout contact corporel entre adversaires en érigeant un filet entre les deux camps.

5 Si l’on peut considérer le footie comme un sport d’origine coloniale qui a été transformé par le pays colonisé en « sport national », dans les cas du football gaélique et du hurling il semble préférable de parler de processus de « revitalisation » sous l’égide d’une instance, la Gaelic Athletic Association, dans la perspective d’une affirmation identitaire de caractère anticolonialiste et nationaliste.

6 Sur ce point, cf. par exemple les analyses d’Appadurai (1995) relatifs à la « décolonisation » du cricket en Inde.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540