Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Être juré populaire en cour d’assises

 | 
Célia Gissinger-Bosse

Être juré d’assises, l’expérience du jugement

Chapitre 5. Découverte d’une faculté de juger

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Qu’est-ce que juger ? » semble être une question tout aussi complexe pour les jurés interrogés que celle de l’intime conviction. Juger, est-ce décider, apprécier une situation, arbitrer, estimer ou critiquer, cataloguer ou étiqueter ? Est-ce que le patient de O. Sacks juge la fleur comme étant belle, lui permettant ainsi de dire qu’il s’agit d’une rose ? Pour le philosophe P. Ricœur, l’acte de juger signifie avant tout opiner, prendre position. Mais il n’en dissimule pas pour autant la prolifération de sens, entre estimer, apprécier, tenir pour vrai ou exprimer, qui correspond à « la rencontre entre le côté subjectif et le côté objectif du jugement ; côté objectif : quelqu’un tient une proposition pour vraie, bonne, juste, légale ; côté subjectif : il y adhère » (Ricœur 1995 : 186). Au milieu de cette diversité de signification, les jurés font leur propre expérience du jugement. Le détour par la philosophie de Kant servira également à décrire la composition spécifique du jugement ...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540