Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Europe qui se fait

 | 
Gérard Boismenu
, 
Isabelle Petit

Part III. L'Union européenne dans le monde : géant économique, nain politique

Chapitre 10. Intégration européenne et mondialisation : modernisation et diversité à l’orée du XXIe siècle

Pascal Petit

Texte intégral

1Mondialisation comme régionalisation renvoient à des processus qui développent au fil du temps des relations de toutes sortes entre agents à l’échelle de différents espaces géographiques. Distinguer les deux processus implique que certaines relations se développent plus spécifiquement dans un cadre régional. Une des questions posées à l’intégration européenne à l’orée du xxe siècle est précisément de savoir si les unes se substituent aux autres ou y préparent. En d’autres termes, les processus de régionalisation constituent-ils des étapes transitoires ou durables dans la structuration des rapports internationaux ?

2C’est non seulement l’élargissement de l’Europe à 25 pays en juin 2004 qui conduit à poser la question mais aussi l’échec des projets de Constitution européenne ainsi que les difficultés économiques persistantes de grands pays de l’Union.

3Il faut aussi tenir compte de ce que les relations internationales en question s’inscrivent à plusieurs niveaux, celui des activités économiques bien sûr, mais aussi celui des activités politiques et des relations entre citoyens de différentes nations. Les trois sphères d’activités ainsi distinguées sont en effet largement interdépendantes, le développement des unes impliquant celui des autres. La réalité de l’Europe, au regard des opinions publiques, et le caractère mondial de nombreuses luttes des organisations non gouvernementales sont des éléments non négligeables dans les rapports entre mondialisation et régionalisation que nous cherchons à analyser.

4C’est la raison qui nous conduit à retenir ces trois plans dans l’analyse des processus d’internationalisation. L’intensification des relations entre citoyens de pays différents portée par les flux migratoires, qu’ils s’agissent de l’installation durable de travailleurs étrangers ou des mouvements touristiques réguliers, accroît les relations économiques. Réciproquement le développement des relations économiques induit des relations personnelles qui influencent les jeux politiques locaux, leur pratique de la démocratie et partant leurs politiques internationales.

5Si l’analyse des rapports entre processus de mondialisation et de régionalisation doit s’effectuer en tenant compte des trois niveaux précités, elle doit aussi veiller au poids de l’histoire dans ces déterminants. C’est très clair pour l’Europe : si le projet d’unification se concrétise dans les années 1950, c’est largement par la volonté des pays du continent de mettre fin à toute une série de guerres aux conséquences désastreuses.

6Mais l’histoire n’est pas seule à fixer les traits de l’intégration européenne : le cheminement suivi par le processus, les accords sectoriels sur le charbon et l’acier, sur l’agriculture comme moyen pour échapper aux problèmes que pose d’emblée l’instauration d’une éventuelle politique de défense commune vont définitivement orienter le processus d’intégration régionale autour de la création d’un marché commun dont nous venons de célébrer le cinquantenaire.

7Cette dépendance par rapport au chemin importe, alors que cette intégration régionale se trouve plongée depuis deux décennies dans un mouvement d’ensemble d’intensification des échanges à tous niveaux à l’échelle mondiale.

8Cela se traduit par une diversification accrue des échanges, où les pays font commerce de variétés d’un même produit, de biens comme de services, où les investissements directs à l’étranger se sont multipliés. On remarque aussi l’implication d’un plus grand nombre d’acteurs dans ces échanges internationaux, qu’ils s’agissent du nombre de pays ou de la diversité des firmes participantes. Il s’ensuit que les stratégies d’un plus grand nombre d’acteurs, soit se situent à un niveau international, soit intègrent dans leur calcul cette dimension internationale.

9Il est vrai que le développement de véritables logistiques d’internationalisation, dans les transports, télécommunications comme dans la distribution et la finance, facilite grandement cette internationalisation des stratégies et des transactions.

10Les processus d’intégration régionale de différentes natures, qui sont apparues de par le monde dans les deux dernières décennies, peuvent apparaître comme des étapes dans cette évolution, une façon pour nombre de pays d’entrer dans une phase d’internationalisation plus poussée.

11La construction européenne, qui a une origine plus ancienne, invite à voir dans ces processus régionaux une structuration plus durable des rapports internationaux. Mais pour apprécier cette durabilité, il faut voir comment l’Union européenne peut sortir de la crise qu’elle traverse, comment elle peut retrouver une dynamique développant les accords internes et mettant un terme à l’extension de ses divergences.

12L’objectif de ce chapitre est précisément de peser le poids relatif des facteurs qui poussent à une dilution de l’intégration régionale dans un processus général d’internationalisation face à ceux qui, au contraire, appuient le développement d’un espace régional spécifique au sein duquel opèrent synergies et solidarités, favorisant la compétitivité de l’Union européenne, c’est-à-dire ses conditions d’intégration aux échanges avec le reste du monde.

13On commencera par un rapide historique de l’Union pour faire ressortir l’inflexion qui au cours des années 1980 en infléchit définitivement la perspective vers une intégration régionale « défensive », un ajustement aux évolutions plus globales des rapports internationaux, perspective que l’on retrouve à l’œuvre dans les différents processus régionaux observés dans les Amériques ou en Asie.

Les deux premiers temps de l’Union européenne

14La première phase de l’intégration européenne a été principalement politique, portée par la volonté de mettre fin aux antagonismes qui déclenchèrent deux guerres mondiales après des siècles de conflits plus ou moins bilatéraux. Après la Seconde Guerre mondiale, dans un monde où les vies politiques nationales étaient encore très marquées par l’opposition entre bloc des pays socialistes et bloc des économies capitalistes, le projet d’une communauté de défense lancée entre la France et l’Allemagne se heurta à de vives oppositions internes. Faute de se développer sur un plan politique, cette volonté de coopération européenne s’exprima par le biais d’un traité proposant par étapes une union économique et douanière (traité de Rome, 1956).

15Cette dynamique d’union économique accompagna de façon très progressive les croissances soutenues des années 1960 en France, en Allemagne et en Italie, véritables modèles des « capitalismes modernes » que voyaient émerger les contemporains après les excès du capitalisme des années 1930 (Shonfield, 1960 ; Maddison 1964).

16L’adhésion du Royaume-Uni (pays européen remarqué à l’époque pour sa croissance lente) à l’Union européenne, juste avant la crise économique de la seconde moitié des années 1970, vint en quelque sorte confirmer cette identification construite dans la décennie passée entre appartenance à l’Europe et dynamisme économique. L’Irlande et le Danemark demandèrent comme le Royaume-Uni leur rattachement ; la Norvège et la Suisse refusèrent de le faire.

17Les années 1970, avec la fin des accords de Bretton Woods et du système monétaire international, suivie de la montée des prix des matières premières, en particulier du pétrole, vont changer complètement la donne. La montée de l’inflation et du chômage touchèrent de plein fouet les pays moteurs de l’Union européenne, en premier lieu la France et l’Allemagne. Le traité de Rome sera de peu d’appui pour coordonner les politiques des pays membres dans la tourmente.

18Les données de la lutte contre l’inflation qui se développa à l’échelle mondiale à la fin des années 1970 furent fixées à l’OCDE, tout d’abord avec le rapport Mac Cracken, mais surtout directement à Washington au début des années 1980 avec la stricte politique de lutte contre l’inflation menée par le directeur de la Banque fédérale américaine Paul Volker. Cette forte politique monétariste vint de pair avec la montée en puissance d’une politique libérale prônant le désengagement de l’État et la déréglementation de nombre d’activités économiques sous les gouvernements populistes de Reagan et Thatcher. En une dizaine d’années, la perspective se trouva totalement renversée et les pays capitalistes modernes des années 1960 apparurent au contraire comme particulièrement handicapés par le poids des interventions publiques dans la sphère des activités économiques.

19La CEE est particulièrement absente (ou suiviste) dans ce tournant essentiel en faveur d’une libéralisation des économies. Ses responsables, en l’occurrence les représentants à Bruxelles des pays membres, plus que les personnels politiques nationaux directement préoccupés par les dérèglements brutaux des économies, dont la persistance d’un chômage de masse depuis le milieu des années 1970 était le signe majeur, furent pleinement conscients de cette marginalisation du fait européen.

20D’où l’idée pour redonner vie au projet européen de le doter d’un nouvel objectif symbolique fort : la création d’un marché unique à l’horizon de 1992. Cette mobilisation bruxelloise au milieu des années 1980 va avoir son effet. Elle va d’abord prendre appui sur un ensemble d’études assez volontaristes (rapport Cechini) pour établir le coût de la non-Europe et sur cette base fixer le calendrier d’un approfondissement de l’intégration européenne pour ne plus avoir qu’un marché unique au sein des 15 pays membres. Mais les conditions de ce renouveau de l’intégration européenne sont clairement distinctes de celles ayant prévalu à la fin des années 1950. Il s’agit bien dans la tourmente qui agite un monde en restructuration de mettre l’Europe en ordre de bataille dans la nouvelle phase d’internationalisation que laisse augurer le flottement des monnaies et la libéralisation accrue des échanges et des flux d’investissements. À la fin des années 1970, l’élection directe du Parlement européen a peut-être été le dernier signe de la première période de l’intégration européenne, la création d’un serpent monétaire, le SME, le premier signe d’une nouvelle ère.

PHASE I
L’EMERGENCE POLITIQUE DE L’UE... ET DE L’UNION DOUANIERE
• 1944 Union douanière Benelux
• 1948-1952 Plan Marshall : environ 14 milliards $ (180 milliards $ aux prix de 1995) pour la reconstruction
• 1951 Communauté européenne du charbon et de l’acier (CECA) à six
• 1957 Traité de Rome créant la Communauté économique européenne (CEE) pour développer une union douanière pour les produits industriels et une politique agricole commune (PAC)
• 1960 Royaume-Uni, Autriche, Danemark, Norvège, Portugal, Suède et Suisse (et plus tard la Finlande et l’Islande) créent l’Union européenne de libre échange (UELE)
• 1968 Union douanière réalisée dans la CEE
• 1973 Élargissement de la CEE commencé avec le Royaume-Uni, le Danemark et l’Irlande. La Norvège refuse d’entrer

21Cette dynamique était peu ou prou celle que l’on retrouvera dans les processus d’intégration régionale qui apparaîtront dans les années qui suivirent en Amérique, du Nord comme du Sud, et en Asie de l’Est. On parlera dans ce cas, comme Higgott, d’intégration régionale défensive, qualifiant ex-post d’intégration régionale offensive la phase plus politique et européo-centrée qui l’a précédée. L’intégration régionale dans un grand marché ouvert aux circulations des hommes, des biens, des services et des capitaux a été achevée à la date prévue de 1992. La prochaine étape sera celle de l’union monétaire. Elle s’inscrivait bien dans la dynamique essentiellement marchande de cette seconde phase. Mais l’élément nouveau, là encore annonciateur d’une nouvelle phase, la troisième, fut la division de l’Union européenne entre zones euro et non euro que cette union monétaire provoqua. Il n’y a là nulle surprise : un certain nombre de pays, et en tout premier lieu le Royaume-Uni, n’entendaient pas renoncer à leur souveraineté monétaire. Les raisons en sont multiples, des exigences d’une grande monnaie internationale déjà fortement répandue dans les échanges internationaux pour le Royaume-Uni à la volonté des pays Scandinaves de conserver des marges de manœuvre pour la défense de systèmes sociaux assez particuliers.

PHASE II
VERS UN MARCHE UNIQUE ET UNE UNION MONETAIRE
• 1979 Première élection directe au Parlement européen
Création d’un système monétaire européen
• 1981 Accession de la Grèce
• 1985 Livre blanc sur l’achèvement du marche intérieur a l’horizon de 1992
• 1986 Accession du Portugal et de l’Espagne
Rédaction en février de la première version de l’Acte unique européen mettant au cœur du projet les quatre libertés fondamentales de mouvement des biens, des services, des personnes et des capitaux
• 1987 Adoption de l’Acte unique européen (rapport Cecchini, 1988)
• 1991 Le traite de Maastricht adopte le rapport Delors et fixe un calendrier d’adoption d’une monnaie unique
• 1993 Le traite de Maastricht est ratifie par les pays membres. L’Union européenne est établie sur trois piliers :
(1) Un domaine économique et social (supranational) ; (2) une politique étrangère et une sécurité régionale (intergouvernemental) ; enfin, (3) une justice et des affaires intérieures (intergouvernemental).
Le principe des quatre libertés fondamentales est réaffirme
• 1995 Autriche, Finlande et Suède rejoignent l’Union ; la Norvège refuse
• 1997 Pacte de croissance et stabilité qui définit les conditions du passage à la monnaie unique. Création de la Banque centrale européenne
• 1999 Lancement de la monnaie unique

22Il est vrai que cette phase II qui couvre quelque 25 années (de 1975 à 2000) n’a pas été très concluante. Les pays européens ont cessé de rattraper les États-Unis alors qu’ils réduisaient continuellement l’écart de productivité au cours des 30 années qui ont suivi la fin de la Seconde Guerre mondiale.

  • 1 Sauf à invoquer les privilèges fiscaux qui ont contribué au développement des investissements direc (...)

23Plus grave encore pour le processus d’intégration régionale, l’Europe n’a pas assuré la convergence entre les niveaux de PIB par tête des États membres. C’est tout au moins ce que suggèrent les performances très moyennes dans les années 1990 des pays méditerranéens nouvellement entrés (après des débuts plus prometteurs). Seule l’Irlande semble faire exception, mais sa situation particulière de petit pays au cœur des flux d’échanges de biens électroniques entre l’Europe et les États-Unis (avec des imports et des exports presque aussi importants que le PIB) empêche que l’on attribue au fait européen cette rente de situation1.

24Ajoutons à ce bilan que la nature défensive des processus de régionalisation est devenue d’autant plus patente que des crises régionales financières en ont rappelé la nécessité aux divers coins du monde dans les années 1990 (des instabilités produites par l’hyperinflation des années 1980 en Amérique latine à la crise financière qui éclata en Asie de l’Est en 1997).

25On observe donc des réactions défensives et encore largement impuissantes face aux médications très uniformes que proposent de façon plus ou moins coercitive les politiques qui suivent le consensus de Washington sur lequel les grandes institutions internationales fondent leurs interventions.

26À l’orée du xxie siècle, les processus d’intégration régionale apparaissent à la fois comme nécessaires pour faire face aux divers aléas d’une internationalisation toujours plus poussée, mais tout à fait insuffisants pour conférer aux États membres une réelle maîtrise de leur développement.

27Mais un ensemble d’événements concourent au même moment dans les années 2000 et 2001 pour souligner que l’internationalisation ouverte, multilatérale, n’est pas un long fleuve tranquille dont les processus régionaux viendraient perturber momentanément le cours. L’année 2000 est celle où éclate la bulle spéculative qui s’était emparée des marchés boursiers autour des titres d’entreprises liées plus ou moins précisément aux nouvelles technologies de l’information et de la communication. L’année suivante, le déclin continu des mêmes valeurs boursières va se trouver accéléré par les attentats meurtriers du 11 septembre à New York.

28Les conséquences de ces deux événements sont importantes. Au Nord comme au Sud, à l’intérieur comme entre les pays, il faut recréer un climat de confiance et développer des solidarités nouvelles.

29Le consensus de Washington, parce qu’il est source de fortes tensions sociales internes dans les pays en développement auxquels il est appliqué, paraît alors plus dévastateur en alimentant le terreau du terrorisme que les maux économiques qu’il est censé résoudre. Les instances régulatrices internationales vont chercher d’autres remèdes. De même, les marchés financiers, parce qu’ils sont apparus peu fiables et peu à même de se réformer seuls, vont faire l’objet de contrôles et de réglementations plus strictes.

30L’ensemble a aussi rendu très manifeste le rôle hégémonique des États-Unis dans cette nouvelle phase de la mondialisation. Ce pays est apparu comme l’élément moteur dans la diffusion à l’échelle mondiale d’un modèle de capitalisme financier où marchés financiers et investisseurs institutionnels (dont les fonds de pension) jouent un rôle central. Mais au-delà de cette influence liée au poids des marchés financiers et des investisseurs institutionnels américains, c’est aussi le rôle de gendarme du monde, lançant successivement deux guerres au Moyen-Orient, faisant pression sur la Corée et l’Iran, qui constitue un pilier majeur de la nouvelle hégémonie des États-Unis. Cette domination se retrouve au niveau des fondamentaux.

31Si l’on regarde même globalement l’évolution, aux États-Unis et en Europe, des principaux indicateurs macroéconomiques sur une période longue (1960-2004), on voit bien le renversement qui s’est opéré entre, disons, les années 1960 où l’Europe connaît une croissance soutenue, peu de chômage et une productivité forte au regard de la stagnation relative de l’économie américaine, et les années 1990 et 2000 où les indicateurs deviennent à l’inverse plus favorables aux États-Unis qu’à l’Europe.

32En termes de croissance du produit intérieur brut, ce renversement est moins clair (graphique 1), la croissance des pays européens dans les années 1960 ayant suivi des rythmes assez différents (le Royaume-Uni en particulier a connu sut la période une croissance relativement lente comme aux États-Unis). En matière de productivité (graphique 2), le renversement des positions entre les années 1960 et 1990 est plus net, il en va de même, de façon spectaculaire cette fois-ci, en matière de chômage (graphique 3), devenu dans les années 1990 un problème typiquement européen, même si, encore une fois, les situations européennes diffèrent. À cet égard, l’inflation (graphique 4) présente un profil différent ; soulignant cette fois qu’en Europe comme aux États-Unis une nette disparition de l’inflation, après les poussées inflationnistes des années 1980. Notons que cette absence d’inflation est aussi une des conditions nécessaires à la diffusion à l’échelle internationale du modèle de capitalisme financier.

L’Europe (EU15) et les États-Unis Croissance, productivité, chômage et inflation : le renversement des positions relatives entre les années 1960 et 1990

I. Croissance du PIB (taux annuels)

I. Croissance du PIB (taux annuels)

2. Productivité du travail (taux annuels de croissance)

2. Productivité du travail (taux annuels de croissance)

3. Taux de chômage annuels

3. Taux de chômage annuels

4. Taux annuels d’inflation

4. Taux annuels d’inflation

Sources : European Economy n° 71 (2000 n° 6 (2003), annexe statistique : Output growth, table 10 ; Productivity growth, table 1, 1 ; unemployement, table 3 ; inflation, table 25.

À la recherche d’une nouvelle logique d’intégration européenne

33Dans ce contexte où l’hégémonie américaine semble laisser peu d’autonomie à l’intégration européenne, la dynamique de l’euro peine à donner un nouvel essor à la construction européenne. Très rapidement, la division introduite par la création de la zone euro apparaît devoir être durable et non pas comme une étape conduisant rapidement l’ensemble des pays membres à rejoindre l’union monétaire. D’une part, les critères du Pacte de stabilité qui a permis de fonder l’union monétaire sont très restrictifs en matière d’équilibre budgétaire et d’endettement, conduisant l’ensemble de la zone à mener une politique déflationniste, cause première de la permanence d’un niveau moyen de chômage élevé. D’autre part, les pays membres de l’UE, qui n’appartiennent pas à la zone euro, disposent sans réciproque d’un droit de contrôle sur la Banque centrale européenne et sur la politique menée à l’égard de l’euro. Ils n’ont donc que peu d’incitations, dans une période d’incertitude sur l’évolution du dollar et du système monétaire international, à rejoindre la zone euro, sauf conditions particulières. Par ailleurs, il est devenu évident dans les années 1990 que le monde se réorganisait en vastes ensembles régionaux susceptibles de peser sur ce que l’on pourrait appeler la mise en place d’une nouvelle gouvernance mondiale. L’Europe se doit d’assurer son rôle de puissance régionale dans cette phase de recomposition qui suit la décomposition du bloc socialiste et l’émergence de nouvelles économies (le groupe des BRIC - Brésil, Russie, Inde et Chine, pour reprendre une terminologie nouvelle rassemblant des pays dont l’importance dans la restructuration des échanges mondiaux est clairement ressortie lors des derniers rounds de l’OMC).

34Confrontée à une situation nouvelle à l’orée du xxie siècle où la stratégie d’intégration marchande poussée (marché unique et monnaie commune) engagée dans ce que nous avons appelé la phase II (de régionalisation défensive) n’apparaît pas comme suffisante ni pour conforter l’Union européenne, ni pour permettre un développement harmonieux de tous ses pays membres, la Commission européenne et les gouvernements des pays membres vont retenir une stratégie s’inscrivant dans deux perspectives assez différentes. L’une définie en 2000 à Lisbonne prolonge en quelque sorte la stratégie de la phase II en essayant d’orienter le développement du vaste ensemble économique européen pour en faire à l’horizon 2010 la première puissance mondiale fondée sur l’économie de la connaissance. La seconde perspective, qui est celle de l’élargissement de l’Europe, est d’un tout autre ordre, et s’inscrit plutôt dans la ligne géopolitique de la phase I. Après la chute du mur de Berlin, l’intégration à l’Union européenne est apparue pour nombre de pays européens de l’Est comme de l’Ouest comme un projet « naturel » pour stabiliser et développer cette région du monde.

35Les deux perspectives stratégiques retenues, dans ce que nous appelons la phase III de l’intégration européenne, sont donc assez hétérogènes. Bien qu’elles n’aient pas été conçues en méconnaissance l’une de l’autre, leur articulation ne semble pas avoir pesé de façon suffisamment conséquente dans la spécification à la fois de la montée en puissance en Europe des économies fondées sur le savoir et des conditions d’intégration des nouveaux membres.

36Le défi de la troisième phase de l’Union européenne est bien centralement lié à cette capacité à activer une dynamique de modernisation fondée sur l’innovation, la recherche et l’éducation dans un espace européen où la diversité des économies nationales se trouve considérablement accrue suite à l’élargissement opéré en 2004.

La stratégie de Lisbonne

37Le conseil européen de Lisbonne au printemps 2000 a donc fixé un objectif stratégique visant à faire de l’Union européenne l’économie de la connaissance la plus dynamique du monde d’ici 2010. Pour cela, le conseil demande aux pays membres de mener des politiques de soutien aux besoins d’une société de la connaissance, en favorisant l’éducation, la recherche et développement et l’innovation. Les modalités de mise en place de ces stratégies ont été définies lors du conseil européen de Göteborg les 15 et 16 juin 2001. Il s’agit pour l’essentiel de coordonner les politiques en s’appuyant sur une comparaison régulière de batteries d’indicateurs sélectionnés collectivement pour chaque domaine (développant une méthode ouverte de coordination, MOC, sur laquelle nous reviendrons). Le conseil de Göteborg a ajouté une dimension environnementale à ces objectifs de Lisbonne. Volonté de développer l’emploi, la cohésion sociale, comme de préserver la nature, les objectifs de la stratégie de Lisbonne apparaissent aussi ambitieux et vastes que les dispositifs de mise en œuvre coordonnée sont faibles et non coercitifs. Aussi le premier bilan de cette stratégie de Lisbonne établi en 2005, à mi-parcours, fut-il assez critique, conduisant le Conseil européen à envoyer aux pays membres un net avertissement sur les risques de dérapage de la stratégie. L’objectif de Lisbonne était bien en premier lieu d’inverser la tendance accroissant l’écart entre la dynamique de croissance des États-Unis et celle de l’Europe prise dans son ensemble.

38Le pari était d’autant plus audacieux que depuis le milieu des années 1990 l’Amérique semblait avoir pris l’avantage sur l’Europe en matière de gains de productivité. Il est vrai que pour l’essentiel ces gains de productivité sont générés par les industries produisant les biens et services liés aux technologies de l’information et de la communication, industries où les États-Unis occupent de longue date une position dominante. Mais ces activités ne représentent qu’une faible part du PIB.

39Le pari européen était donc de développer une économie particulièrement dynamique dans l’utilisation de ces technologies, alors même que les gains de productivité dans ces industries utilisatrices étaient étonnamment faibles, aux États-Unis encore plus qu’en Europe.

TABLEAU I. Performance par secteur d’activité aux États-Unis et en Europe 1995-2004 (taux de croissance annuels moyens ; États-Unis en gras, Europe des 15 en dessous)

TABLEAU I. Performance par secteur d’activité aux États-Unis et en Europe 1995-2004 (taux de croissance annuels moyens ; États-Unis en gras, Europe des 15 en dessous)

Notes : (a) productivité partielle du travail
(b) capital équipement TIC
(c) productivité totale des facteurs

Source : Van Ark et al., 2007

40L’Europe pouvait penser avoir des atouts à cet égard. Ce modèle social européen permettait d’espérer à la fois une meilleure implication des travailleurs dans le travail et une plus grande disponibilité des consommateurs et usagers, toutes choses a priori favorables à une utilisation efficace des technologies de l’information et de la communication. L’importance de la tutelle publique dans les grands services réseaux (transport, banque, communication, distribution) pouvait être facteur d’une meilleure coordination.

41Tel ne fut pas le cas. On constate au milieu des années 2000 que c’est plutôt aux États-Unis que les gains de productivité dans les activités utilisatrices de TIC ont le plus nettement retrouvé un rythme de croissance plus soutenu. Un constat d’autant plus troublant qu’il reste valide si l’on considère non l’Europe élargie mais celle plus homogène des quinze pays membres d’avant 2004.

La stratégie d’élargissement de l’Europe

42La volonté de procéder à un vaste élargissement de l’Europe après la dissolution du bloc socialiste au début des années 1990 se plaçait d’emblée sur un plan politique. Elle répondait, au fil des conseils européens de la seconde moitié des années 1990, aux demandes pressantes des anciens pays socialistes soucieux d’inscrire leurs transformations dans un projet de court moyen terme assez structurant. Les critères d’intégration pour les pays candidats furent fixés en 1993 au sommet de Copenhague.

43Mais un élargissement de cette ampleur (une dizaine de pays) impliquait une adaptation des règles de gouvernance de l’Union européenne. La conférence intergouvernementale de Nice (2000) définit de façon provisoire les modalités de cet ajustement des règles à une communauté élargie en attendant qu’une véritable constitution, tout en reprenant l’ensemble des acquis des traités communautaires précédents, apporte les modifications et nouveautés nécessaires à la gouvernance d’une Europe à 25. Ce projet aboutit au terme d’une convention présidée par Giscard d’Estaing à un projet de constitution soumis en 2004 à ratification des parlements ou des peuples par référendum.

44Ce projet de constitution a été adopté par les parlements d’un certain nombre de pays comme l’Allemagne, la Belgique, l’Espagne, l’Estonie ou l’Italie, mais rejeté lors de référendums en France et aux Pays-Bas.

  • 2 Réciproquement, certains observateurs de la vie politique allemande estimaient qu’un référendum eût (...)

45Ces rejets populaires font ressortir ce que l’on a appelé le déficit démocratique de la construction européenne. Les parlements en France comme aux Pays-Bas, s’ils avaient été les instances consultées, auraient sans cloute accepté les projets de constitution2. Les électeurs français et néerlandais avaient là l’occasion de rejeter, pas tant les ajouts de la constitution, que l’ensemble d’acquis communautaires antérieurs sur lesquels ils n’avaient pu s’exprimer. Le non se voulait global, protestant contre la partie 3 du traité « constitutionnel »... qui ne faisait que reprendre, selon la méthode communautaire, les acquis antérieurs avec les propositions nouvelles. Le résultat paradoxal était de bloquer la construction européenne dans les statuts précaires de gouvernance d’une Europe élargie définis à Nice. La mise en place d’un Parlement européen, avec élection au suffrage direct, n’avait pas réussi à créer cette adhésion au système des traités européens qui aurait laissé au traité constitutionnel son caractère plus limité d’ajustement de la gouvernance à une Europe élargie à 25 pays. Là encore, pour partie, le refus du traité constitutionnel se confondait avec le rejet d’un élargissement sur lequel les populations n’avaient pas été consultées. Rejet qui visait certes moins l’ouverture aux nouveaux pays en soi que la façon dont ce choc majeur allait s’opérer.

46De fait, l’élargissement de 2004 ne s’est pas effectué dans les conditions que connurent les nouveaux entrants dans le passé. Les écarts de développement étaient beaucoup plus importants et les soutiens européens ne sont pas en mesure d’assurer un rattrapage classique, c’est-à-dire largement soutenu par des dépenses publiques.

47Les pays candidats doivent de plus, dans la phase qui précède l’intégration, profondément modifier leur législation pour intégrer un acquis communautaire (l’ensemble des règles communes aux pays membres) par définition plus important que par le passé. Ces bouleversements institutionnels, qui ne peuvent en l’occurrence s’appuyer sur des dynamiques de croissance soutenues, vont être sources de tensions politiques. Les systèmes de protection sociale des pays concernés en pâtiront particulièrement. On est loin de l’atterrissage en douceur dans des économies de marché que l’on pouvait souhaiter pour cette phase de transition.

48La brutalité des transformations à l’Est a aussi fait perdre à l’Europe l’occasion d’une redéfinition positive d’un espace social européen, déjà bien flou dans l’Union à 15 membres. L’effet de balancement politique des communistes aux ultralibéraux a largement interdit toute avancée vers un modèle social européen plus explicite. Les nouveaux membres ont largement rejoint les partisans d’un tout marché qui ne voyaient d’autres sources légitimes de bien-être social que la compétitivité de leurs industries et services. Cette « intégration compétitive » était porteuse d’inégalités entre pays comme au sein de chacun d’eux.

49In fine, l’élargissement a accru sur tous les plans la diversité de l’Union européenne, une réalité à laquelle doit maintenant faire face la stratégie de Lisbonne.

50Notons en passant que l’effort fait par l’Europe vers l’Est à l’occasion de cet élargissement, même s’il est insuffisant, a affecté les efforts qui pouvaient être consentis aux pays du bassin méditerranéen. L’Europe a une politique dite de voisinage qui concerne tous les pays du sud du pourtour méditerranéen.

51Le 28 novembre 1995, l’Union a signé un accord de partenariat Euromed avec 12 pays du sud-est méditerranéen, pour créer une zone de paix et de stabilité avec l’ambition de permettre le libre-échange en 2010. Les progrès ont été ténus et les objectifs initiaux ne seront pas atteints. Il faut souligner que l’élargissement vers l’Est a non seulement réduit les efforts financiers qui pouvaient être consentis par l’UE mais aussi influencé les flux d’échanges et d’investissements (Sterdinyak, Mouhoud).

PHASE III
Stratégie de Lisbonne et nouvelles formes de gouvernance pour une Europe élargie
• 2000 La Conférence intergouvernementale (CIG) de Nice définit une première nouvelle forme de gouvernance pour une UE élargie
Le sommet de Lisbonne définit une stratégie d’économie fondée sur le savoir pour l’Europe
• 2002-2003 Convention européenne (rédaction d’un projet de constitution)
• 2003 Un premier projet de constitution est soumis à discussion
• 2004 Élargissement de l’UE vers l’Est : de 15 à 25 membres
• 2004 Le projet de constitution est adopté par une conférence intergouvernementale
• 2005 Double constat d’échec :
- Rejet du projet par référendum en France et aux Pays-Bas
- Bilan négatif de la première phase de la stratégie de Lisbonne

Gérer la diversité pour développer la Communauté économique européenne

52L’Europe, plurielle dès son origine, vient donc en 2004 d’accroître de façon très significative cette diversité. L’entrée de la Bulgarie et de la Roumanie en janvier 2007, les perspectives politiques (au sens de la phase I) de l’intégration des pays balkaniques ou de la Turquie vont prolonger cette évolution de l’Union européenne. La dynamique d’intégration s’en trouve de facto profondément modifiée.

53Elle se trouve confrontée à des perceptions des mondes politiques et à des pratiques dont les différences se sont accrues. Trouver des consensus pour lancer une quelconque action entre tous ces partenaires devient nettement plus difficile. La légitimité des actions européennes auprès des populations des pays membres devient plus problématique. La faible participation aux dernières élections européennes est emblématique de cette situation comme la relative faiblesse des ONG (organisations non gouvernementales) spécifiquement européennes au regard des organisations nationales ou directement mondiales.

54Tout ceci complique fortement la mise en œuvre d’une stratégie de Lisbonne qui se conçoit spontanément comme mise en réseaux, sur de multiples plans, de partenaires aux aspirations et besoins voisins, ce qui sous-entend des pays aux niveaux de développement proches. Le développement de l’économie des réseaux (au sens de Rifkin et Castells) risque fort dès lors de se trouver bloqué par nombre de fractures entre pays du Nord et pays du Sud, entre travailleurs qualifiés et non qualifiés, entre jeunes et vieux.

55Il ne s’agit pas pour autant de divisions irrémédiables mais des effets spontanés de dynamiques marchandes où ceux qui sont en position de tirer parti des technologies et connaissances le font en construisant un avantage cumulatif. Les fractures que produit à court moyen terme cette dynamique ne semblent pas pouvoir se résorber seules dans un horizon raisonnable. Elles impliquent que des politiques actives viennent palier les blocages ainsi créés.

56Mais si l’exercice est difficile à mener à l’échelle nationale, c’est encore plus le cas à l’échelle d’une Union européenne où les politiques industrielles requises sont soumises à des restrictions plus draconiennes au nom de la libre concurrence. Elles doivent s’en tenir à des interventions aux stades dits précompétitifs, soit essentiellement à des actions de soutien à la recherche et à la formation. Ce n’est pas négligeable, mais c’est loin d’offrir toutes les latitudes a priori ouvertes à une action publique en la matière. En particulier, elles ne peuvent compter sur les latitudes qu’offrent aux États membres les « restrictions invisibles » à la libre concurrence. Faute de pouvoir intervenir directement de façon normative, l’Union européenne va chercher avec sa stratégie de Lisbonne à susciter certaines coordinations des politiques et des ajustements structurels des États membres.

57Comment dans ces conditions l’Union européenne peut-elle tirer parti de sa diversité ?

58Si l’on en croit les nombreux discours des années 2000, à la veille de l’élargissement, tel est bien l’objectif retenu. La diversité de l’Europe y est souvent mise en avant comme une richesse.

59Une intervention de Prodi (2003) lors d’un séminaire à New York University au printemps 2003 est assez symptomatique de cette attitude. La richesse vantée y est celle de la diversité linguistique et culturelle, peut-être au nom d’un dynamisme polycentrique de la culture européenne. Cela semble de fait justifier que l’UNESCO ait repris ce flambeau et préconisé que les dynamiques marchandes à l’œuvre dans les industries culturelles, comme dans la mise en place des régimes de propriété intellectuelle, ne viennent pas faire table rase de ces diversités.

60Mais la position est ici très défensive. Elle est loin de tirer les conclusions offensives attendues de l’affirmation selon laquelle la diversité de l’Europe serait une richesse.

61Elle est en retrait par rapport à ce que devrait impliquer un constat approfondi sur deux plans. D’une part, elle ne prend pas acte des mutations internes, qui ont produit une nouvelle diversité au sein même de la plupart des États membres, d’autre part, elle fait l’impasse dans les modes de coordination ouverte qu’elle promeut sur les différentes conditions dans lesquelles s’opèrent les changements institutionnels dans des pays aussi divers.

Diversité politique : l’évolution des États-nations de l’Union

62Le mouvement d’internationalisation des économies européennes, même s’il a plus particulièrement concerné les marchandises et les capitaux, a aussi induit au fil des décennies des mouvements de population et des changements culturels qui ont plus ou moins modifié les bases politiques et culturelles des États-nations considérés à l’origine. Nombre de pays ont ainsi été confrontés à des questions nouvelles suite au développement de certains communautarismes, ou plus généralement d’une société multiculturelle. Le phénomène est assez inégalement développé selon les pays. La question a déjà une certaine ancienneté au Royaume-Uni ; elle vient d’émerger dans les années 2000 en France et en Allemagne puis dans les pays du pourtour méditerranéen ; elle est encore très marginale dans les nouveaux pays membres.

63La démographie, l’élargissement et les flux migratoires aidant, ce multiculturalisme est amené à devenir une réalité nouvelle commune à tous les pays membres. À cette diversité culturelle induite sur le long terme par des flux migratoires extracommunautaires s’ajoute la renaissance des régionalismes au sein des pays membres. L’élargissement de l’Europe à des pays de tailles très diverses n’a fait qu’accentuer une tendance longue où les régions à la fois développent leur représentation dans les instances communautaires et accroissent leur autonomie. Dans des pays comme le Royaume-Uni ou l’Espagne apparaissent des formes de gouvernement de type fédéral.

  • 3 Beck et Grande (2005) reprennent une citation de Christof Martin Wieland, auteur du siècle des Lumi (...)

64Tout cela concourt à une nette augmentation de la diversité culturelle de l’Europe. À ce renouveau de la diversité interne des États-nations s’ajoute une ouverture amplifiée sur le reste du monde, non seulement à travers des transactions économiques mais aussi par des échanges politiques ou culturels et des contacts personnels. On trouve trace de cette évolution dans les enquêtes d’opinion qui montrent à l’échelle internationale une nette croissance des « valeurs postmodernes » qui valorisent la diversité, l’exotisme en même temps que l’expression personnelle (Inglehart, 2000). Les thèses de Held (1995) et Beck (2003) sur le cosmopolitisme tirent entre autres les conséquences sur la gouvernance politique des États et de l’Union de cette évolution à plusieurs niveaux. Ces thèses soulignent le caractère obsolète, plutôt inopérant, des anciennes pratiques assimilatrices des États-nations. Elles montrent comment, parallèlement aux tendances communautaristes, se développe un internationalisme fondé sur des valeurs universelles comme les droits de l’homme, les grands principes écologiques. Elles prônent, comme seule issue pragmatique à la gouvernance politique de ces mondes pluriculturels contemporains, le principe de la reconnaissance/acceptation de l’altérité. Cette internationalisation, respectueuse des différences3, renvoie pour caractériser les unions régionales comme l’Europe à ce que furent les empires des premiers temps de la chrétienté.

65Ces auteurs soulignent que le respect de cette diversité culturelle (donc des différentes identités culturelles des communautés nationales) conduit à des régulations politiques combinant un socle de droits/devoirs individuels universels avec tout un ensemble de droits/devoirs plus spécifiques de telles ou telles communautés. Ce partage contraste avec les pratiques uniformément assimilatrices longtemps chères aux États-nations. Cette ligne de partage est d’ailleurs instable, évolutive.

  • 4 Amartya Sen estimait ainsi, dans un article publié le 30 août 2006 dans le journal Le Monde, que le (...)

66Elle dépend in fine de tout un contexte interne et externe aux États considérés4 qui permet ou module les possibilités d’étendre ou non le champ des droits individuels universels et de développer une institutionnalisation des domaines spécifiques qui reste compatible avec le champ précédent. On voit comment cela s’applique aux différences de langues et de religions, mais cela peut aussi concerner un grand nombre de pratiques fondant les différences de culture.

67Resituer le processus d’intégration européenne dans cette mutation des dynamiques d’intégration nationale contribue à lui conférer de nouvelles dimensions. Le caractère fédéral de la construction européenne ressort certes, avec sa diversité (Théret, 2002), de cette union d’États aux structures de plus en plus fédéralistes. Mais c’est aussi la légitimité d’évolutions à différentes vitesses au sein de l’Union européenne qui se trouve confortée.

  • 5 Cette possibilité de coopérations renforcées par domaine était déjà présente dans le traité d’Amste (...)

68L’intégration européenne a toujours opéré de façon segmentée, certains sous-groupes avançant dans une direction pour être rejoints ensuite par l’ensemble des pays membres. La création de l’euro par un groupe de pays membres en est sans doute l’exemple majeur le plus récent, mais l’on pourrait aussi citer la coopération militaire entre États membres ou les accords de Schengen sur la mobilité des personnes à l’intérieur des frontières européennes. Le projet de constitution européenne entérinait cet état de fait en proposant un mécanisme de coopération renforcée entre sous-groupes de partenaires5.

  • 6 Voir les sept principes de Held (1995) et les quatre principes de Beck (2002) sur les conditions de (...)

69Il semble effectivement que la relance de la dynamique d’intégration régionale va de pait avec une élaboration des conditions dans lesquelles peuvent s’effectuer de telles coopérations renforcées. Elles peuvent certes être génératrices de divisions profondes, voire d’éclatements de l’union régionale. Pour empêcher de telles évolutions, il faut qu’une certaine dynamique s’établisse entre les coopérations ouvertes à l’extension à tous les pays membres (à des conditions clairement annoncées) et celles qui ont vocation à rester l’apanage d’un ensemble restreint. En d’autres termes, la légitimité reconnue à la formalisation et au développement des dernières doit contribuer à favoriser l’expansion des coopérations à vocation universelle. Cette problématique d’un renforcement cumulatif entre espaces communautaires et « universels » est précisément celle que cherchent à établir les entités cosmopolites évoquées précédemment6.

70Beck (2002) précise que la prise de conscience de certains grands risques pesant sur l’ensemble des communautés, qu’il s’agisse de problèmes écologiques, de problèmes plus classiques de défense ou encore de retards technologiques, pour ne pas parler de la délocalisation des emplois, contribue à une certaine régulation des deux types de dynamique.

71Ces prises de conscience favorisent en particulier certaines initiatives européennes comme le soutien au projet Galileo de création d’un réseau européen de satellites. Nombre de ces initiatives peuvent conduire à la création d’agences spécialisées, qui reste un élément moteur du processus d’intégration régionale.

72Au-delà, il y a dans l’approfondissement de ce rapport dialectique entre les deux types de coopérations renforcées, que nous avons distingués, une forme de prolongement du mouvement d’intégration régionale en accord avec les transformations internes des pays membres qui pourrait être exploitée. C’est peut-être une condition nécessaire à route poursuite d’un mouvement de régionalisation en Europe.

Diversité institutionnelle : les lois du changement

73La mise en œuvre des perspectives stratégiques de l’Union européenne implique de façon obligatoire (pour l’adoption des acquis communautaires) ou sous forme de suggestion appuyée (pour l’adoption de ce qu’elle reconnaît comme meilleures pratiques) des changements institutionnels précis. Cette mise en œuvre part du principe largement erroné que tout changement institutionnel s’opère par simple substitution, toutes choses égales pat ailleurs, d’un type d’institution à un autre. La référence est, en la matière, directement tirée des pratiques de benchmarking réalisées par les grandes entreprises. De fait, ces firmes en concurrence sur des marchés largement internationalisés ont souvent tendance à importer les modes d’organisation des entreprises les plus compétitives. L’importation des méthodes tayloriennes de production des industries américaines dans les années 1950, favorisée par les missions de productivité européennes aux États-Unis, pouvait apparaître comme un premier exemple de la démarche. En fait, dans le monde plus internationalisé des deux dernières décennies, les marchés sont plus concurrentiels et les niveaux de compétitivité des entreprises beaucoup plus élevés. Les importations des modes d’organisation des firmes les plus compétitives s’avèrent délicates et se traduisent par des formes hybrides aux succès variés. Ce constat d’hybridation s’applique plus largement à tous les changements institutionnels qui, dans une configuration nationale donnée, apparaissent performants (Thelen, 2003). Ces transplantations ne sont pas seulement différentes, elles peuvent aussi pâtir de ne plus bénéficier des externalités positives que leur apportait leur ancien environnement. Ce sont ces effets de contexte institutionnel ou d’interdépendance entre autres institutions qu’essaye de traduire à la suite de Aoki (1995) un ensemble de travaux régulationnistes se référant à la notion de complémentarité institutionnelle (Amable, 1999 ; Amable et Petit, 2002). On parle ainsi de complémentarité entre deux institutions lorsque leur coexistence améliore leur efficacité. Cette complémentarité peut se décliner de multiples façons selon la notion d’efficacité retenue ou le caractère plus ou moins symétrique et transitif de la relation. En fait, cette notion de complémentarité manifeste le caractère systémique et idio-synchratique du tissu institutionnel développé dans chaque configuration nationale.

74Ce constat invite à considérer sous un tout autre angle le fonctionnement des deux dynamiques de changements institutionnels impulsées par l’Union européenne, l’adoption des acquis communautaires pour les nouveaux membres, d’un côté, et la méthode ouverte de coordination pour les ajustements institutionnels suscités de façon continue auprès des États membres, de l’autre.

75L’adoption des « acquis communautaires » (critères de Copenhague), sans modulation, est un parti pris fort dans la construction européenne, qui ne s’embarrasse guère de considérations sur les incidences des véritables bouleversements institutionnels que cela peut représenter pour des pays adhérents 50 ans après le traité de Rome. La transition, en l’occurrence, est de l’ordre de la thérapie de choc avec les aléas majeurs que cela peut représenter.

76La méthode ouverte de coordination (MOC) a plus de prétention en la matière. Elle vise, en comparant entre pays membres des batteries d’indicateurs dans divers domaines, à désigner les meilleures pratiques et à inciter les pays à modifier en ce sens leurs institutions.

77Cette pratique postule une parfaite substituabilité entre institutions, largement contredites par les travaux précités sur le changement institutionnel. Les nombreuses critiques de la MOC, en particulier lorsqu’elle a conduit à privilégier un objectif en termes de taux d’emploi au lieu de taux de chômage (Salais, 2005), ont finalement bien fait ressortit l’importance de cette tectonique institutionnelle et la nécessité de mieux en saisir les lois avant de prôner des transformations de façon quelque peu mécanique (Lundvall et Tomlinsom, 2001 ; Zeitlin et Pochet, 2005 ; de la Porte et Pochet, 2002).

  • 7 Beck et Grande (2005) n’ont apparemment pas un regard critique sur la MOC, ni sur la charge que rep (...)

78On peut avoir un regard fataliste sur ces dysfonctionnements ou y voir le prix à payer pour une intégration régionale7. Il n’en reste pas moins qu’elles ont un coût par leur impact négatif à la fois sur la mise en œuvre de la stratégie de Lisbonne et sur la disposition des peuples à soutenir le processus d’intégration européenne. Il est donc nécessaire de repenser fortement la coordination des changements institutionnels au sein de l’Union européenne.

Une maîtrise du changement, source d’une véritable compétitivité

79Apprendre à différencier les ajustements institutionnels selon les caractéristiques des pays concernés pour que ces ajustements remplissent mieux les objectifs retenus, tant sur le marché du travail que sur celui des produits, serait donc doublement souhaitable. La façon de procéder n’est pas pour autant évidente. Mais les recommandations auxquelles nous parvenons, en considérant la seule mécanique des changements institutionnels rejoignent pleinement les conclusions que nous avons pu tirer des analyses sur un plan plus directement politique. Point n’est besoin d’avancer identiquement sur tous les fronts. Les évolutions peuvent au contraire privilégier certains domaines ou groupes de pays. Il faut à cet égard bien distinguer entre les indicateurs de moyens et ceux d’objectifs finaux. Les uns comme les autres peuvent être spécifiques, c’est-à-dire ne pas être communs à l’ensemble des pays de l’Union. Un processus d’intégration régionale doit tout d’abord dégager un ensemble d’objectifs finaux avec éventuellement leurs particularités, puis en regard, en fonction des plasticités institutionnelles de chacun, définir les indicateurs de moyens ou indicateurs intermédiaires devant guider les transformations au quotidien des pays concernés.

80On sent bien que de telles interrogations sont en cours sur les indicateurs de richesse, de cohésion sociale et de bien-être (Gadrey, 2005). Les cadres de comptabilité nationale keynésienne ne peuvent répondre à cette tâche de reformulation des objectifs intermédiaires et finaux.

81Dans un monde où les rapports internationaux se sont amplement développés, où les technologies de l’informatique et de la communication mais aussi des biotechnologies ont transformé profondément l’espace des produits, tout ceci va de pair avec une redéfinition des marchés, c’est-à-dire des formes de concurrence qui définissent leur mode opératoire, avec ce que cela implique de normes, de codes de conduite, de droits et d’institutions de fonctionnement (Petit, 1999).

82Cette construction/reconstruction des marchés est arbitrée pour partie dans des instances internationales comme l’OMC ; mais il est clair qu’elle implique de grands espaces/acteurs économiques à l’échelle du globe, et en tout premier lieu les États-Unis (qui à cette occasion ont ressaisi une position dominante perdue/contestée depuis le début des années 1980).

83Les chances pour que l’Europe ait un poids spécifique dans cette construction/reconstruction des marchés sont un des enjeux majeurs de la dynamique d’intégration régionale.

84Non seulement il lui faut veiller à être partie prenante sur tous les types de marché mais elle doit aussi se fixer des impératifs sur tout un ensemble de ce que l’on a pu appeler des biens publics mondiaux (Boye et Dehove, 2006) comme la qualité de l’environnement, la sécurité alimentaire, énergétique, militaire, financière ou la diversité culturelle.

85C’est en prenant sa part dans la définition de ces grands objectifs, face aux grands risques auxquels ils entendent répondre, que le processus d’intégration régionale pourra trouver les façons de gérer au mieux sa diversité. Ce sont des éléments clés pour qu’une Europe progresse à plusieurs vitesses sans perdre sa cohésion et invente des formes adaptées de changement institutionnel qui ne prennent pas à contre-pied les logiques institutionnelles des pays membres.

Bibliographie

Bibliographie

Amable, B. (1999)., « Institutional Complementarity and Diversity of Social Systems of Innovation and Production », Review of International Political Economy 7(4), p. 645-687.

Amable, B. (2003), The diversity of Modern Capitalism, Oxford University Press.

Amable, B. et P. Petit (2002), « La diversité des systèmes sociaux d’innovation et de production dans les années 1990 », dans J.-P. Touffut (dir.), Institutions et Innovations, Paris, Albin Michel.

Aoki, M. (1995), « Towards a comparative institutional analysis », Japanese Economic Review, vol. 47, n° 1, p. 1-19.

Beck, U. (2003), Pouvoir et contre-pouvoir à l’heure de la mondialisation, Paris, Coll. « Champs », Flammarion.

Beck, U. et E. Grande (2005), Cosmopolitanism-Europe’s way out of crisis, miméo.

Boyer, R. (2003), « Les analyses historiques comparatives du changement institutionnel : Quels enseignements pour la théorie de la régulation », L’Année de la Régulation, n° 7, 2003-2004, Paris, Presses de Sciences-Po.

Boyer, R. et M. Dehove (2006), La construction européenne : finalité politique, normes juridiques et biens publics ?, Paris, Prisme du Centre Cournot.

de la Porte, C. et P. Pochet (2002), Building Social Europe Through the Open Method of Coordination, Bruxelles, Peter Lang-P.I.E.

Gadrey, J. et F. Jany-Catrice (2005), Les nouveaux indicateurs de richesse, Paris, Coll. « Repères », La Découverte.

Hel, D. (1995), Democracy and the global order : From the Modem State to Cosmopolitan Governance, Cambridge, Polity Press.

Heribert, D. et R. Higgott (2002), « Exploring alternative theories of economic regionalism : from trade to finance in Asian co-operation », CSGR working paper, n° 89/02.

Huffschmid, J. (dir.) (2005), Economic Policy for a Social Europe, Basingstoke, Palgrave-McMillan.

Inglehart, R. (2000), « Globalisation and post modern values », The Washington Quaterly, (Winter).

Lundvall, B. A. et M. Tomlinson (2001), « Policy Learning by Benchmarking national systems of competences building and innovation », dans G.P. Sweney (dir.), Innovation, Economic Progress and Quality of Life, Cheltenham, Edward Elgar Publishers.

Maddison, A. (1964), Economic Growth in the West, New York, Norton.

Petit, P. (1999), « Structural Forms and Growth Regimes of the Post Fordist Era », Review of Social Economy (septembre).

Petit, P. (2005), « Mondialisation et régionalisation : Une analyse comparative de la construction des rapports internationaux en Europe et en Asie de l’Est », Région et Développement, n° 22.

Prodi, R. (2003), « Cultural diversity and shared values », discours prononcé à la New York University Law School, 3 novembre.

Salais, R. (2005), « Du bon (et mauvais) emploi des indicateurs dans l’action publique », miméo, Paris.

Schonfield, A. (1965), Modem Capitalism, Londres, Oxford University Press.

Thelen, K. (2003), « How institutions evolve : insights from comparative analysis », dans J. Mahoney et D. Rueschenmeyer (dir.), Comparative historical analysis in the social science, New York, Cambridge University Press, p. 208-240.

Théret, B. (2002), Protection sociale et fédéralisme. L’Europe dans le miroir de l’Amérique du Nord, Btuxelles-Montréal, Peter Lang et Presses de l’Université de Montréal.

Van Ark et al. (2007), « Growth and productivity accounting : an overview », International Productivity Monitor (spring).

Zeitlin, J., P. Pochet et L. Magnusson (dir.) (2005), The open method of coordination in action : the European employment and social inclusion strategies, Bruxelles, Peter Lang-P.E.I.

Notes

1 Sauf à invoquer les privilèges fiscaux qui ont contribué au développement des investissements directs étrangers à l’origine de cette plateforme logistique.

2 Réciproquement, certains observateurs de la vie politique allemande estimaient qu’un référendum eût aussi conduit à un non en Allemagne (voir l’interview de Peter Altmaier, membre de la Convention européenne, député CDU, dans Le Monde du 1er juin 2005).

3 Beck et Grande (2005) reprennent une citation de Christof Martin Wieland, auteur du siècle des Lumières, où ressort bien la dimension altruiste de cette référence au cosmopolitisme : « The cosmopolitan means his own country well ; but he means all other countries well too, and he cannot wish to establish the prosperity, fame and greatness of his own nation on the outsmarting or oppression of other states. »

4 Amartya Sen estimait ainsi, dans un article publié le 30 août 2006 dans le journal Le Monde, que le Royaume-Uni avait été trop loin dans le communautarisme.

5 Cette possibilité de coopérations renforcées par domaine était déjà présente dans le traité d’Amsterdam de 1997.

6 Voir les sept principes de Held (1995) et les quatre principes de Beck (2002) sur les conditions de la gouvernance politique dans des univers cosmopolites.

7 Beck et Grande (2005) n’ont apparemment pas un regard critique sur la MOC, ni sur la charge que représentent les acquis communautaires pour les nouveaux entrants.

Table des illustrations

Titre I. Croissance du PIB (taux annuels)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1022/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre 2. Productivité du travail (taux annuels de croissance)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1022/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre 3. Taux de chômage annuels
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1022/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre 4. Taux annuels d’inflation
Crédits Sources : European Economy n° 71 (2000 n° 6 (2003), annexe statistique : Output growth, table 10 ; Productivity growth, table 1, 1 ; unemployement, table 3 ; inflation, table 25.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1022/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre TABLEAU I. Performance par secteur d’activité aux États-Unis et en Europe 1995-2004 (taux de croissance annuels moyens ; États-Unis en gras, Europe des 15 en dessous)
Légende Notes : (a) productivité partielle du travail(b) capital équipement TIC(c) productivité totale des facteurs
Crédits Source : Van Ark et al., 2007
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1022/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 464k

Auteur

Pascal PETIT est directeur de recherche CNRS, au CEPN (Centre d’Économie de Paris Nord), associé au CEPREMAP (Paris). Ses travaux de recherche portent sur l’analyse comparative de la croissance des économies contemporaines. Parmi ses publications récentes, on notera The hardship of nations : exploring the paths of modern capitalism (Cheltenham, Edward Elgar, 2006), ouvrage co-dirigé avec B. Coriat et G. Schmeder.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable