Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Penser global

 | 
Michel Wieviorka
, 
Laurent Lévi-Strauss
, 
Gwenaëlle Lieppe

Présentation des auteurs

Texte intégral

1Elijah Anderson est sociologue, titulaire de la chaire « William K. Lanman Jr. » à Yale University et ethnographe urbain. Il a notamment publié : Code of the Street: Decency, Violence, and the Moral Life of the Inner City (New-York, W.W. Norton & Company, 1999), récompensé par le prix Komarovsky de l’Eastern Sociological Society Streetwise: Race, Class, and Change in an Urban Community (Chicago, The University of Chicago Press, 1990), récompensé par le prix Robert E. Park décerné par l’American Sociological Association pour le meilleur livre publié dans le domaine de la sociologie urbaine ; A Place on the Corner (Chicago, The University of Chicago Press, 1978, 2e éd. 2003) et The Cosmopolitan Canopy: Race and Civility in Everyday Life (New York, W.W. Norton & Company, 2012). Le professeur Anderson est également le lauréat 2013 du prestigieux prix Cox-Johnson-Frazier de l’American Sociological Association.

2Jean Baubérot est docteur en histoire de l’université Paris IV-Sorbonne, docteur ès lettres et sciences humaines et docteur honoris causa de l’université de Bruxelles. Il est président d’honneur et professeur émérite de l’École pratique des hautes études en Sorbonne. Il a été titulaire de la chaire « Histoire et sociologie de la laïcité » jusqu’en 2007. En 1995, il a fondé le GSRL (Groupe de sociologie des religions et de la laïcité, devenu le Groupe Sociétés, Religions, Laïcités EPHE-CNRS) qu’il a dirigé jusqu’en 2002 et dont il est toujours membre. Il a écrit ou dirigé trente ouvrages, dont les plus récents sont : Laïcités sans frontières (avec Micheline Milot, Paris, Seuil, 2011) ; La laïcité falsifiée (Paris, La Découverte, 2012) ; Laïcité, laïcités. Reconfigurations et nouveaux défis (avec Micheline Milot et Philippe Portier, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2014).

3Rajeev Bhargava est docteur en économie, actuellement directeur du Centre pour l’étude des sociétés en développement (Delhi). Il a été professeur au Centre d’études politiques à l’université Jawaharlal Nehru, à New Delhi, et, entre 2001 et 2005, directeur du département de science politique à l’université de Delhi. Il a notamment publié : Individualism in Social Science (Oxford, Clarendon Press, 1992) ; What is Political Theory and Why Do We Need It? (New Delhi, Oxford University Press India, 2010) ; and The Promise of India’s Secular Democracy (New Delhi, Oxford University Press India, 2010). Il a également dirigé : Secularism and Its Critics (New Delhi/New York, Oxford University Press, 1998) and Politics and Ethics of the Indian Constitution (New Delhi, Oxford University Press India, 2008). Son travail sur la laïcité et l’individualisme méthodologique est reconnu internationalement. Il a contribué à la Routledge Encyclopedia of Philosophy et au Oxford Handbook of Political Theory. Rajeev Bhargava est membre du conseil consultatif de plusieurs institutions nationales et internationales, et a été consultant pour le rapport du PNUD sur la liberté culturelle.

4Judit Bokser Liwerant est professeur de sciences sociales à l’Universidad Nacional Autónoma de México (UNAM) et professeur émérite à l’université hébraïque de Jérusalem. Elle est actuellement directrice et rédactrice en chef de la Revista Mexicana de Ciencias Políticas y Sociales et co-directrice de la collection « Jewish Identities in a Changing World » (Brill). Elle est membre de l’Académie mexicaine des sciences et de la National Research System. Ses recherches portent sur la question de l’identité collective, la globalisation, la démocratie et l’identité juive contemporaine en Amérique latine. Elle a écrit et édité 14 livres et publié près de 140 articles et chapitres de livres scientifiques, dont : Jewish Identities in an Era of Globalization and Multiculturalism (avec Eliezer Ben-Rafael et al. [dir.], Leyde, Brill, 2008) ; Transnationalism (avec Eliezer Ben-Rafael et al. [dir.], Leyde, Brill, 2009) ; Pensar la Globalización, la Democracia y la Diversidad (México, Universidad Nacional Autónoma de México, 2009) ; Pertenencia y alteridad. Judíos en/de América Latina: cuarenta años de cambios (avec Haim Avni et al. [dir.], Madrid/Francfort-sur-le-Main/México, Iberoamericana/Vervuert/Bonilla Artigas, 2011).

5Manuel Castells est sociologue. Il est actuellement professeur à l’Annenberg School for Communication (University of Southern California) et dirige l’Internet Interdisciplinary Institute de Barcelone à l’université virtuelle mondiale (UOC). Il est également titulaire de la chaire « La société en réseaux » au Collège d’études mondiales (FMSH). Sa trilogie consacrée à l’Ère de l’information en a fait le spécialiste de la société de l’information et des réseaux. Il est l’auteur notamment de : Networks of Outrage and Hope: Social Movements in the Internet Age (Cambridge, Polity Press, 2012) ; Aftermath: The Cultures of the Economic Crisis (avec João Caraça et Gustavo Cardoso, Oxford, Oxford University Press, 2012) ; Communication Power (Oxford, Oxford University Press, 2009 et sa traduction : Communication et pouvoir, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2013).

6Philippe Descola, après de nombreux travaux consacrés à l’ethnologie de l’Amazonie, se consacre depuis plusieurs années à l’anthropologie comparative des rapports entre humains et non-humains et à l’anthropologie des images. Professeur au Collège de France (chaire « Anthropologie de la nature ») et directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales, il a dirigé le Laboratoire d’Anthropologie sociale de 2010 à 2013. Il est membre étranger de la British Academy et de l’American Academy of Arts and Sciences et a reçu la médaille d’or du CNRS en 2012. Il est l’auteur d’une douzaine d’ouvrages traduits dans autant de langues ; les deux derniers parus sont : La Composition des mondes (Paris, Flammarion, 2014) et, avec Tim Ingold, Être au monde. Quelle expérience commune ? (Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2014).

7Mireille Delmas-Marty est professeur honoraire au Collège de France et a été élue membre de l’Académie des sciences morales et politiques en 2007. Elle est également responsable de la Revue de science criminelle et de droit pénal comparé depuis 1984 et participe au comité de rédaction de diverses revues juridiques nationales et internationales. Elle est l’auteur notamment de : Résister, responsabiliser, anticiper, ou comment humaniser la mondialisation ? (Paris, Seuil, 2013) ; Les Forces imaginantes du droit, 4 vol. (Paris, Seuil, 2004-2011) ; Libertés et sûreté dans un monde dangereux (Paris, Seuil, 2010).

8Jean-Pierre Dozon est anthropologue, directeur de recherche émérite à l’Institut de recherche pour le développement. Auteur d’une dizaine d’ouvrages, notamment de L’Afrique à Dieu et à Diable. États, ethnies et religions (Paris, Ellipse, 2008), Les clefs de la crise ivoirienne (Paris, Karthala, 2011) et Saint-Louis du Sénégal. Palimpseste d’une ville (Paris, Karthala, 2012), il a travaillé principalement en Afrique de l’Ouest, sur des questions de développement, de santé, sur les problèmes ethniques, sur les entremêlements du politique et du religieux, ainsi que sur les relations franco-africaines et sino-africaines. Il est également directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales et directeur scientifique de la Fondation Maison des sciences de l’homme.

9Marc Fleurbaey est professeur d’économie et de sciences humaines, titulaire de la chaire « Robert E. Kuenne » à l’université de Princeton. Il y est également professeur de politiques publiques, ainsi qu’à l’University Center for Human Values. Il a été économiste à l’INSEE, professeur d’économie et directeur de recherche au CNRS. Il est titulaire de la chaire « Économie du bien-être » au Collège d’études mondiales (FMSH). Ses recherches en économie et en philosophie s’intéressent à l'économie normative, à la justice distributive et à l’évaluation des politiques publiques. Il est depuis 2012 le rédacteur en chef de Social Choice and Welfare et ancien rédacteur en chef de Economics and Philosophy. Il est l’auteur de : Fairness, Responsibility, and Welfare (Oxford, Oxford University Press, 2008) ; Justice, Political Liberalism, and Utilitarianism: Themes from Harsanyi and Rawls (avec Maurice Salles et John A. Weymark [dir.], Cambridge, Cambridge University Press, 2008) ; Capitalisme ou démocratie ? L’alternative du xxie siècle (Paris, Grasset, 2006).

10Michel Foucher, géographe et diplomate, est titulaire de la chaire « Géopolitique appliquée » au Collège d’études mondiales (FMSH). Il a dirigé le Centre d’analyse et de prévision du ministère des Affaires étrangères et a été ambassadeur de France en Lettonie et directeur des études et de la formation à l’Institut des hautes études de défense nationale (IHEDN). Parmi ses publications : Atlas de l'influence française au xxie siècle (Paris, R. Laffont/Institut français, 2013) ; La bataille des cartes, analyse critique des visions du monde (Paris, F. Bourin, 2010 ; éd. bilingue électronique iTunes/iPad, 2012) ; L’obsession des frontières (Paris, Perrin, 2013).

11Nancy Fraser, philosophe et féministe poststructuraliste, est titulaire de la chaire « Henry A. and Louise Loeb » à la New School for Social Research de New York. Elle est actuellement « Einstein Visiting fellow » de la Freie Universität Berlin. Elle est également titulaire de la chaire « Rethinking Social Justice » au Collège d’études mondiales (FMSH) et de la chaire internationale « Blaise-Pascal » de l’EHESS. Ses publications en français incluent notamment : Qu’est-ce que la justice sociale ? Reconnaissance et redistribution (Paris, La Découverte, 2005, 2éd. 2011) ; Le féminisme en mouvements. Des années 1960 au néolibéralisme (Paris, La Découverte, 2012) ; et avec Luc Boltanski, Domination et anticipation. Pour un renouveau de la critique sociale, sous la direction de Philippe Corcuff (Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2014). Spécialiste de la théorie critique sociale, de la théorie féministe et de la philosophie politique, Nancy Fraser écrit actuellement un livre intitulé Capitalism, Crisis, Critique: A Critical Theory for the 21st Century.

12René Frydman est professeur des universités à l’hôpital Foch de Suresnes et titulaire de la chaire « La cité des naissances » au Collège d’études mondiales (FMSH). Obstétricien, gynécologue des hôpitaux de Paris et professeur des universités depuis 1979, il a permis la naissance du premier « bébé éprouvette » français, conçu grâce à la technique de la fécondation in vitro (équipe dirigée par le prof. É. Papiernik, 1982) celle des premiers bébés français à partir d’ovocytes congelés (1986) la première naissance après un diagnostic préimplantatoire (2000) et celle du premier bébé français issu de la maturation in vitro (2003). En février 2011, il crée le premier bébé « médicament » en France ou bébé du « double espoir ». Après 36 ans à l’hôpital Antoine Béclère de Clamart, René Frydman a rejoint le service du professeur Jean-Marc Ayoubi à l’hôpital Foch de Suresnes, dans le cadre d’une activité clinique de gynécologie-obstétrique et de médecine de la reproduction (2012). Il fut l’un des membres fondateurs de Médecins sans frontières, membre du Comité consultatif national d’éthique (1986-1990) et de la Commission nationale consultative des droits de l’homme chargé de mission au ministère de la Santé auprès de Bernard Kouchner (1992). Auteur ou co-auteur de nombreuses monographies, dont Recherche bonheur désespérément avec Muriel Flis-Trèves (Paris, PUF, 2010).

13Nilüfer Göle est sociologue, directrice d’études à l’École des hautes études en sciences sociales (CESPRA). Ses travaux portent sur l’émergence de nouvelles pratiques, figures, symboles et signes de la religiosité islamique dans l’espace public. Après avoir travaillé sur l’islam public dans différents contextes nationaux d’une manière comparative, elle étudie l’islam et l’espace public en Europe dans un cadre transnational. Son approche sociologique veut apporter une nouvelle lecture de la modernité à la lumière des expériences non occidentales, et engager une critique euro-centrée et universaliste des définitions de la modernité séculière. Elle est l’auteur de Interpénétrations. L’islam et l’Europe (Paris, Galaade, 2005) et Musulmans au quotidien, une enquête européenne sur les controverses autour de l’islam (Paris, La Découverte, 2015).

14Alain d’Iribarne est directeur de recherche au CNRS et économiste. Il a été administrateur de la Fondation Maison des sciences de l’homme de 2005 à 2009 et directeur du Département des sciences de l’homme et de la société du CNRS. Il étudie dans une perspective interdisciplinaire les relations qui peuvent exister entre les processus de diffusion et d’appropriation des innovations technologiques et les évolutions du travail, de l’emploi et des modes de vie. Il est, entre autres, l’auteur, avec Hervé Michel et Élisabeth Bouguinat, de De la pyramide aux réseaux. Récits d’une expérience de démocratie participative (Paris, Autrement, 2007).

15François Jullien est professeur à l’université Paris Diderot et titulaire de la chaire « Altérité » du Collège d’études mondiales (FMSH). Son travail actuel se déploie au carrefour de la sinologie et de la philosophie générale. Le travail actuel de François Jullien vise à la fois à dépayser la pensée, en explorant en Extrême-Orient d’autres intelligibilités que celles qu’a développées la pensée européenne et, par effet de retour, à partir de cet écart, à remonter dans les choix enfouis de la raison européenne et à la réinterroger dans ses partis pris – autrement dit dans son impensé. En tentant d’éviter le double écueil du préjugé ethnocentrique et de la fascination exercée par l’exotisme, l’ambition du chantier ouvert est de construire un rapport interculturel qui se garde de l’universalisme facile comme du relativisme paresseux qui aboutit au culturalisme  elle est, en faisant jouer l’« hétérotopie  chinoise, de remettre en perspective la tradition européenne, de dé- et re-­catégoriser la pensée et de contribuer ainsi à une reconfiguration du champ du pensable. François Jullien est l’auteur de plus de vingt ouvrages, traduits dans plus de vingt pays (dont la Chine et le Viêt Nam), dont L’écart et l’entre, issu de sa conférence inaugurale au Collège d’études mondiales (Paris, Galilée, 2012), également disponible en accès libre sur le site des working papers de la FMSH.

16Hervé Le Bras est historien et démographe, directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), directeur de recherches à l’Institut national d’études démographiques (INED). Il est titulaire de la chaire « Territoires et populations » au Collège d’études mondiales (FMSH). Il a récemment publié : Atlas des inégalités (Paris, Autrement, 2014), Mathematical Demography (avec K. Wachter, Springer, 2013), Le mystère français (avec E. Todd, Paris, Seuil, 2013). Il est aussi l’auteur de The Nature of Demography (Princeton, Princeton University Press, 2008), Naissance de la mortalité : l'origine politique de la statistique et de la démographie (Paris, Gallimard/Seuil, 2000).

17Dominique Méda est professeur de sociologie à l’université Paris Dauphine et directrice de l’IRISSO (UMR 7170). Elle est titulaire de la chaire « Reconversion écologique, travail, emploi, politiques sociales » au Collège d’études mondiales (FMSH), en partenariat avec l’université Paris Dauphine. Travaillant sur des domaines tels que le travail, l’emploi, les politiques sociales, les indicateurs et la croissance, elle est l’auteur notamment de : Au-delà du PIB. Pour une autre mesure de la richesse (Paris, Champs Flammarion, 2008) ; La mystique de la croissance (Paris, Flammarion, 2013) ; avec Patricia Vendramin, Réinventer le travail (Paris, PUF, 2013) ; avec Maële Bigi, Olivier Cousin, Laetitia Sibaud, Michel Wieviorka, Travailler au xxie siècle. Des salariés en quête de reconnaissance (Paris, R. Laffont, 2015).

18Edgar Morin est philosophe, anthropo-sociologue et directeur de recherche émerite au CNRS. Il est également docteur honoris causa de plus de trente universités à travers le monde. Son œuvre, abondante, connaît un rayonnement international. Très tôt, il associe et combine des connaissances dispersées dans de multiples disciplines et développe le concept de « pensée complexe , la complexité étant entendue comme « ce qui est tissé ensemble ». Dans ce sens, il effectue des recherches en sociologie contemporaine, s’efforce de concevoir la complexité anthropo-sociale en y incluant la dimension biologique et la dimension imaginaire et énonce un diagnostic et une éthique pour les problèmes fondamentaux de notre temps (Pour sortir du xxe siècle [Paris, Nathan, 1981 ; nouvelle éd.  Paris, Seuil, 1984] ; Terre-Patrie, avec la collaboration d’A-B. Kern [Paris, Seuil, 1993]). Entre 1977 et 1991, il élabore une « méthode » pour répondre aux défis de la complexité et réformer la connaissance. Son œuvre majeure, la Méthode (six volumes au total), affronte la difficulté de penser la complexité du réel. Observateur des dérèglements du monde, Edgar Morin produit une réflexion dont le fil d’Ariane cherche un chemin vers l’avenir et propose une réforme de pensée, dont la réforme de la pensée politique qu’il traite dans La Voie (Paris, Fayard, 2011). Le travail d’Edgar Morin exerce une forte influence sur la réflexion contemporaine, notamment dans le monde méditerranéen, en Amérique latine, et jusqu'en Chine, en Corée et au Japon.

19Vinh-Kim Nguyen est médecin et anthropologue, professeur aux universités de Montréal (« Santé publique ») et Amsterdam (« Anthropologie ») et médecin urgentiste avec une spécialisation en VIH/sida exerçant à Montréal (Hôpital général juif) et Paris (Hôpital Avicenne). Ses travaux de recherche examinent la lutte pour éliminer les épidémies du VIH et Ebola, et plus largement comment ses efforts contribuent à la construction d’un dispositif de santé mondiale. Il est l’auteur de The Republic of Therapy: Triage and Sovereignty in West Africa’s Time of AIDS (Durham, Duke University Press) et, avec Margaret Lock, de An Anthropology of Biomedicine (Oxford, Wiley-Blackwell, 2010).

20Ernesto Ottone est docteur en sociologie et politologue, il dirige la chaire « Globalización y Democracia » de la Universidad Diego Portales du Chili et de la Universidad San Martín à Buenos Aires, Argentine. Il est titulaire de la chaire « Une autre globalisation, la contribution de l’Amérique latine » au Collège d’études mondiales (FMSH). Il a été directeur exécutif adjoint à la Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes de l’ONU, et conseiller senior de l’ancien président Lagos au Chili. Il est aussi conseiller académique du Club de Madrid. Ses domaines de recherche sont la mondialisation, les stratégies politiques et la théorie de la démocratie. Ses derniers ouvrages sont : Gobernar la Globalización (Santiago, Universidad Diego Portales, 2011), avec Jorge Navarrete, Debatiendo sin ira (Santiago, Catalonia, 2012), El Viaje Rojo (Penguin Random, 2014).

21Jean-Luc Racine est directeur de recherche émérite au CNRS, rattaché au Centre d’études de l’Inde et de l’Asie du Sud de l’École des hautes études en sciences sociales. Il est aussi vice-président d’Asia Centre, un centre de réflexion sur l’Asie basé à Paris. Ses travaux portent aujourd’hui sur trois thèmes principaux  les dynamiques internes de transformation de l’Inde contemporaine  les modes d’insertion de l’Inde émergente dans le nouvel ordre mondial  la géopolitique de l’Inde et du Pakistan. Sur un plan plus théorique, il travaille sur l’émergence d’une Inde « postpostcoloniale » marquée depuis le tournant des années 1990 par une ouverture grandissante aux processus de mondialisation. Derniers ouvrages dirigés : L’Inde et l’Asie. Nouveaux équilibres, nouvel ordre mondial (Paris, CNRS Éditions, 2009) ; Géopolitique du Pakistan (Hérodote no 139, 2010) et, depuis 2013, l’annuaire Asie de la Documentation française.

22Jean-Daniel Rainhorn est médecin spécialisé en santé internationale et en action humanitaire, professeur associé à l’Institut universitaire d’études de développement de Genève (IUED). Takemi fellow de l’Université de Harvard et professeur invité dans plusieurs universités internationales, dont l’Université libre de Bruxelles, il est aujourd’hui titulaire de la chaire « Inégalités, santé et action humanitaire » au Collège d’études mondiales (FMSH). Parmi ses publications : Haïti, réinventer l’avenir (dir., Paris/Port-au-Prince, éditions de la Maison des sciences de l’homme/éditions de l’Université d’État d’Haïti, 2012) ; La Santé au risque du marché (avec Marie-Josée Burnier, Paris, PUF, 2001) ; La progression de la précarité en France et ses effets pour la santé (avec François Grémy, Haut comité de la santé publique, 1998).

23Ignacy Sachs est éco-socio-économiste, directeur d’études honoraire à l’EHESS. Il fut l’un des pionniers du concept d’écodéveloppement dans les années 1970. En 1973, il crée le Centre international de recherche sur l’environnement et le développement (CIRED) et le Centre de recherches sur le Brésil contemporain (CRBC) en 1985. Il a participé aux conférences des Nations unies sur l’environnement à Stockholm en 1972 et à Rio de Janeiro en 1992 et en 2012 (Rio+20). Ses dernières publications incluent entre autres : Transitions to Sustainability, co-dirigé avec François Mancebo (Dordrecht, Springer, 2015) ; La Troisième Rive (Paris, F. Bourin, 2008), traduite en portugais (2009) et en polonais (2011).

24Yves Schemeil est professeur de science politique à Sciences Po Grenoble (IEP, Université Grenoble Alpes, laboratoire PACTE) et membre honoraire de l’Institut universitaire de France (chaire de politique globale et comparée). Coopérant régulièrement avec des universités et des institutions scientifiques arabes et japonaises, il travaille actuellement sur les théories politiques de la justice et de la démocratie, sur les relations interculturelles, sur l’institutionnalisation et la constitutionnalisation du monde, et sur la recomposition de l’ordre international sous l’effet de l’accession au rang de puissances des grands pays émergents. Il a publié de nombreux ouvrages et articles comparatifs sur l’Asie du Sud-Ouest et du Nord-Est depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours. Il a enseigné dans plusieurs pays (dont les États-Unis, le Liban et le Japon) la philosophie, l’anthropologie, et la sociologie politique ainsi que des cours sur la mondialisation – dont un MOOC « Penser global » en 2014 et 2015.

25Farzana Shaikh est historienne politique et chercheur associé au Royal Institute of International Affairs à Londres, où elle dirige le programme sur le Pakistan. Docteur en science politique de l’université de Columbia à New York, elle a mené ses recherches au Clare Hall de Cambridge. En 2012-2013, elle a été nommée chercheur à l’Institut d’études avancées de Paris, où elle a travaillé sur un projet de livre explorant la politique du soufisme au Pakistan. Elle est l’auteur de Making Sense of Pakistan (New York, Columbia University Press, 2009), et plus récemment de « Zulfikar Ali Bhutto: in pursuit of an Asian Pakistan » (in Ramachandra Guha (dir.), Makers of Modern Asia, Cambridge, Harvard University Press, 2014).

26Brian Stock est titulaire émérite de la chaire « Histoire et littérature comparée » de l’université de Toronto. Il a occupé au Collège de France la chaire internationale pour 1997-1998 et à l’université de Californie, Berkeley, la « Sather Chair of Classical Literature » pour 2000-2001. Il est historien du savoir lire et écrire en Occident à l’époque prémoderne et a écrit notamment  The Implications of Literacy. Written Language and Models of Interpretation in the Eleventh and Twelfth Centuries (Princeton, Princeton University Press, 1983) et Augustine the Reader. Meditation, Self-Knowledge, and the Ethics of Interpretation (Cambridge, Harvard University Press, 1996). Il a reçu en 2007 le prestigieux prix international « Antonio Feltrinelli » de l’Accademia dei Lincei pour l’ensemble de son œuvre.

27Alain Touraine est sociologue et directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales. Toute son œuvre constitue une sociologie de l’action, dont la figure centrale est le sujet comme principe de déchirement et de reconstruction de l’expérience moderne. Parmi ses nombreuses publications, citons  Après la crise (Paris, Seuil, 2010) ; Penser autrement (Paris, Fayard, 2007) ; ou encore Un nouveau paradigme. Pour comprendre le monde d’aujourd’hui (Paris, Fayard, 2005).

28Le professeur Yuan Tseh Lee est chimiste de formation et a reçu le prix Nobel de chimie 1986. Il est actuellement président émérite et chercheur émérite à l’Academia Sinica à Taipei (Taïwan). Il est également le président de l’International Council for Science (ICSU). Le deuxième auteur, Andrew Wei Chih-Yang, est adjoint spécial au professeur Yuan Tseh Lee. Il a reçu une maîtrise de la Fletcher School de droit et une autre de diplomatie aux États-Unis.

29Imma Tubella, présidente de l’université ouverte de Catalogne (Open University of Catalonia, UOC) à Barcelone de 2005 à 2013, est titulaire de la chaire « Éducation et technologies » au Collège d’études mondiales (FMSH). Ses recherches portent sur la communication et l’identité, les médias et la société, l’éducation et la technologie. Elle a publié de nombreux articles et livres dans ce domaine parmi lesquels on peut citer : Turning the University Upside Down. Actions for the Near Future (Barcelone, UOC Press, 2010) : « Media practices, connected lives », in G. Cardoso, A. Cheong, J. Cole (dir.), World Wide Internet: Changing Societies, Economies and Cultures (Macau, University of Macau Press, 2009) et Internet y Televisión: la guerra de las pantallas (Barcelone, Ariel, 2008).

30Immanuel Wallerstein est chercheur émérite à Yale University. Il a été fondateur et directeur du centre Fernand Braudel à l’université de Binghamton (1976-2005) et président de l’Association internationale de sociologie (1994-1998). Il a présidé la Commission internationale Gulben­kian pour la restructuration des sciences sociales, dont le rapport est Ouvrir les sciences sociales. Sociologue, Immanuel Wallerstein est spécialiste des sciences humaines historiques et du « système-monde ». Il est chercheur permanent à la Fondation Maison des sciences de l’homme depuis 40 ans et président de l’Association des Amis de la FMSH. Il est notamment l’auteur de Système du monde du xve siècle à nos jours (Paris, Flammarion, 1984) ; L’Utopistique, ou Les choix politiques du xxie siècle (La Tour d’Aigues, Éd. de l’Aube, 2000) ; Sortir du monde états-unien (Paris, L. Lévi, 2004) ; et L’universalisme européen. De la colonisation au droit d’ingérence (Paris, Demopolis, 2008).

31Michel Wieviorka est l’administrateur de la Fondation Maison des sciences de l’homme, où il a créé le Collège d’études mondiales, et directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales, où il a dirigé le CADIS (1993-2009). Il est membre du Conseil scientifique de l’European Research Council, et a présidé l’International Sociological Association (2006-2010). Ses travaux portent principalement sur les figures du mal, le racisme, la violence, le terrorisme, l’antisémitisme, eux-mêmes inscrits dans le cadre d’une sociologie générale de l’action qui promeut le projet de « penser global » tout en accordant la plus grande importance aux processus de subjectivation et de désubjectivation. Derniers livres parus : Evil (Cambridge, Polity Press, 2012) ; Le retour du sens (Paris, R. Laffont, 2015).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540