Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Europe qui se fait

 | 
Gérard Boismenu
, 
Isabelle Petit

Partie I. Développement institutionnel et légitimité démocratique

Chapitre 5. La participation aux premières élections parlementaires européennes dans les pays d’Europe de l’Est

Csaba Nikolenyi

Texte intégral

1En juin 2004, les citoyens d’une Union européenne récemment élargie se sont présentés aux urnes afin d’élire leurs représentants au Parlement européen (PE). Ces élections furent d’une importance symbolique particulière pour les huit démocraties issues du bloc communiste, car elles présentaient une excellente occasion pour ces nouveaux entrants de démontrer leur engagement dans le processus d’intégration au sein de la communauté politique et démocratique européenne. Parallèlement, ces élections offraient aux électorats des pays membres déjà établis l’occasion de manifester leur enthousiasme envers les nouveaux arrivants au sein de l’Union. Au vu de l’importance historique des élections de 2004, on aurait pu s’attendre à ce que le déclin progressif du taux de participation aux élections parlementaires européennes s’estompe, voire qu’on assiste à un revirement de cette tendance dans l’avenir.

2Cependant, les résultats vinrent contredire ces attentes si optimistes. Le taux de participation chuta de 5 %, passant de 52,91 % aux élections parlementaires de 1999 à 47,88 % pour celles de 2004. De plus, on observa une différence marquée entre le taux de participation au sein des nouveaux et des anciens États membres. Ces derniers présentèrent un taux moyen de participation de 12 % plus élevé que celui de leurs nouveaux voisins. Le niveau de participation électorale chez les nouveaux pays membres issus du bloc communiste (31,19 % en moyenne) fut particulièrement faible par rapport à celui des membres établis et celui des deux nouveaux arrivants non postcommunistes : Malte et Chypre. Ces deux pays obtinrent les troisième et cinquième plus hauts taux de participation de l’Union, soit 82,37 % et 71,19 % respectivement.

3Il est intéressant de noter qu’il y eut d’importantes variations parmi les taux de participation des nouveaux pays membres d’Europe de l’Est. Pour sa part, la Lituanie enregistra le huitième taux le plus élevé de l’Union, soit 48,3 %, alors qu’à l’opposé le taux de la Slovaquie fut seulement de 16,9 %. Cependant, des huit nouveaux membres issus du bloc communiste, seule la Lituanie présenta un taux de participation supérieur au taux moyen européen de 45,6 %. Ainsi, les variations observées étaient limitées à l’éventail des taux les plus faibles de l’Union. Au vu des précédents historiques, ces résultats furent particulièrement surprenants. Lors de leurs premières élections parlementaires, mis à part la Suède, tous les États membres ayant intégré l’Union européenne après l’introduction du suffrage direct au Parlement européen en 1979 présentèrent des taux de participation supérieurs à la moyenne européenne. Cette tendance ne se maintint pas dans le cas des nouveaux membres issus du bloc communiste aux élections de 2004.

4Ce chapitre a pour but d’examiner et d’expliquer ces phénomènes en répondant aux questions suivantes :

  • Pour quelle raison le taux de participation aux élections parlementaires européennes fut-il plus faible au sein des nouveaux pays membres issus de l’ancien bloc communiste qu’au sein du reste de l’Union européenne ?
  • Comment expliquer les variations de taux de participation observées entre les nouveaux pays membres ?

5Nous avançons que la réponse à ces deux questions réside dans le niveau de compétitivité entre les principaux groupes politiques parlementaires. Ainsi, le taux de participation enregistré au sein des nouveaux pays membres issus du bloc communiste fut inférieur à celui observé dans les autres États membres en raison d’un plus faible niveau de compétitivité entre les deux principaux groupes parlementaires, réduisant ainsi la motivation des électeurs à participer aux élections. De plus, le niveau de compétitivité électorale est aussi garant des variations du taux de participation entre les nouveaux pays membres issus du bloc communiste. Cet argument offre une alternative à l’explication communément avancée selon laquelle le taux de participation aux élections parlementaires européennes est lié à leur proximité temporelle aux scrutins nationaux (Franklin, 2001, 309-328).

Élections de 2004 au Parlement européen

  • 1 En Grèce, les premières élections parlementaires européennes eurent lieu en même temps que les éle (...)

6Depuis 1979, les membres du Parlement européen (PE) sont directement élus par les électorats nationaux des États membres de l’Union. Ces élections générales ont lieu tous les cinq ans ; 2004 était donc la sixième édition de cet exercice électoral. En plus de ces élections générales, des élections de mi-mandat se sont tenues dans les nouveaux pays membres lors de précédentes vagues d’élargissement. De fait, l’Espagne et le Portugal élirent pour la première fois leurs représentants au PE lors des élections de mi-mandat de 1987, suivis par la Suède en 1995, et par l’Autriche et la Finlande en 19961.

7Le taux de participation aux élections parlementaires européennes est en baisse progressive, chaque élection présentant un taux d’abstention supérieur à celui des élections précédentes. La plus importante diminution eut lieu entre 1994 et 1999. La tendance se maintint aux élections de 2004, malgré le fait que la diminution fut légèrement inférieure à celle observée entre 1994 et 1999. Il est intéressant de noter que le taux moyen de participation dans les 15 premiers pays de l’Union européenne augmenta légèrement, passant de 52,91 % en 1999 à 52,93 % en 2004, avec cinq pays enregistrant une augmentation prononcée de leur taux de participation (l’Italie à + 2,3 %, le Luxembourg à +2,7 %, les Pays-Bas à +9,3 %, le Royaume-Uni à +14,9 % et l’Irlande à +9,5 %). Seuls trois États enregistrèrent une baisse du taux supérieure à la moyenne européenne (-11,9 % pour la Grèce, -17,9 % pour l’Espagne et -6,97 % pour l’Autriche).

8Tel que mentionné, le taux de participation fut particulièrement faible parmi les nouvelles démocraties issues du bloc communiste qui rejoignirent l’Union européenne plus tôt cette année-là. Même si les chiffres montrent une variation entre ces pays, l’écart-type du taux de participation parmi ces huit États, soit 10,66, fut considérablement inférieur à celui de l’Europe des Quinze, soit 18,36. Ainsi, la tenue d’élections parlementaires européennes dans les nouvelles démocraties issues du bloc communiste eut un effet réducteur considérable sur le taux général de participation de l’électorat européen.

9Aux élections parlementaires européennes, les partis se présentent sous l’égide de groupes parlementaires. En 2004, il y avait sept principaux groupes : le groupe du Parti populaire (Démocrates-chrétiens) et des Démocrates européens (PPE-DE), le groupe Socialiste au Parlement européen (SPE), le groupe Alliance des démocrates et des libéraux pour l’Europe (ADLE), le groupe des Verts/Alliance libre européenne (Verts/ALE), le groupe confédéral de la Gauche unitaire européenne/Gauche verte nordique (GUE/GVN), le groupe Union pour l’Europe des nations (UEN) et le groupe Europe des démocraties et des diversités (EDD). Une poignée d’« autres » choisirent de ne s’affilier à aucun de ces groupes. Au niveau européen, le « vainqueur pluriel » de l’élection fut le groupe conservateur PPE-DE avec 38,11 % des sièges, suivi de loin par les socialistes du SPE avec 27,18 %. Malgré la victoire du PPE-DE dans l’ensemble des pays membres, l’avance sur le SPE fut plus prononcée dans la partie est que ouest de l’Union européenne. A l’Est, le PPE-DE obtint 22,5 % plus de siège que le SPE, alors que l’écart à l’Ouest ne fut que de 7,9 %.

10En termes d’identité des principaux groupes, la structure de compétition entre partis varia de manière significative au sein des nouvelles démocraties issues du bloc communiste. Dans deux États seulement (la Hongrie et la Slovaquie), on assistera à une lutte entre le SPE et le PPE-DE similaire à celle observée à l’échelle européenne. Dans quatre des six autres États (République tchèque, Lettonie, Pologne et Slovénie), le PPE-DE fut l’un des deux principaux concurrents mais dut faire face à un rival différent dans chacun des cas. Le tableau I illustre le niveau de compétition observé au sein des nouveaux pays membres issus du bloc communiste. Comme on peut le voir, les partis de la catégorie « Autres » obtinrent un succès surprenant malgré le fait qu’ils n’aient été présents que dans quatre pays. Le PPE-DE et le SPE étaient en lice dans la quasi-totalité des nouvelles démocraties d’Europe de l’Est, avec pour seule exception la Lettonie où le SPE n’obtint aucun siège. Il est aussi important de remarquer que la compétition dans les autres pays membres fut beaucoup moins diversifiée. Dans tous les États membres de l’Union européenne, à l’exception du Danemark, de l’Irlande, du Luxembourg et de la Finlande, le PPE-DE et le SPE furent les deux principaux concurrents.

TABLEAU I. La structure de compétition entre partis dans les pays d’Europe de l’Est, 2004

TABLEAU I. La structure de compétition entre partis dans les pays d’Europe de l’Est, 2004

Note : Les rangées indiquent les pays membres de l’Union européenne issus du bloc communiste. Les abréviations suivantes sont utilisées : Tch=République tchèque ; Ee=Estonie ; Ho=Hongrie ; Le=Lettonie ; Li=Lituanie ; Pl=Pologne ; Sl=Slovénie ; Sq=Slovaquie. Les colonnes représentent les groupes parlementaires européens. Les entrées du tableau indiquent le nombre de sièges obtenus par chaque groupe dans chacun des pays. L’EDD n’a pas obtenu de sièges.

Impact de la compétitivité sur le taux de participation

11Nous avançons l’hypothèse que les différences au plan de la compétition entre partis, en particulier le degré de compétitivité lors de la course électorale, auront une influence significative sur le taux de participation aux élections. Cette théorie repose sur l’argument établi par Riker et Odershook (1968, 25-42) quant à la rationalité problématique du vote. Le paradoxe de participation, une thèse avancée par ces auteurs, stipule qu’un individu rationnel ira voter lors d’une élection si les bénéfices associés à cette action sont supérieurs aux coûts encourus. De façon formelle, voter est une action rationnelle si :

pB + D > c,

12p est la probabilité que le vote d’un individu détermine le résultat de l’élection, B est le bénéfice pour l’électeur si son candidat favori est élu, D est tout autre bénéfice que pourrait procurer le vote à l’électeur, et c représente les possibles coûts associés au vote. De façon évidente, tant que p demeure minime, ce qui est généralement le cas dans des démocraties de masse, voter n’est pas un acte rationnel à moins que D soit particulièrement grand. Par contre, lors d’élections où le scrutin paraît serré, les électeurs pourront considérer leur vote comme décisif ; la probabilité p sera alors significative et ils participeront même si D demeure minime.

  • 2 La catégorie « Autres » est exclue des calculs et seuls sept des principaux groupes politiques fur (...)

13Nous mesurons le degré de compétitivité électorale par la proportion des votes et des sièges obtenus par les deux principaux concurrents à l’élection. Dans le cas des élections parlementaires européennes, puisque les concurrents sont des groupes politiques et non des partis nationaux, la proportion des votes et des sièges obtenus fut calculée au niveau des alliances de partis européens2. Nous notons que, aux élections de 2004, le degré de compétitivité électorale dans les 25 pays membres fut de 1,52 en ce qui a trait à la distribution des sièges. La course électorale fut bien moins compétitive au sein des nouveaux pays membres issus du bloc communiste où le ratio moyen des sièges obtenus par les deux principaux groupes fut de 1,77 par rapport à 1,4 dans les autres pays membres. Nous obtenons un contraste similaire lorsque nous calculons la compétitivité électorale en termes de proportions de votes obtenus par les deux principaux concurrents. Les ratios moyens sont alors de 1,57 pour l’Europe des 25, de 1,93 pour les nouveaux États membres issus du bloc communiste, et de 1,41 pour le reste de l’Union européenne.

14Les figures 1 et 2 poussent plus loin l’analyse et illustrent à quel point la proportion des votes et des sièges obtenus par les deux principaux groupes politiques est un facteur déterminant dans l’explication de la variation du taux de participation parmi les pays d’Europe de l’Est. Notre hypothèse est donc clairement confirmée. Les deux figures établissent une forte corrélation négative entre notre mesure de compétitivité et celle du taux de participation : plus le ratio de votes ou de sièges est petit, indiquant un scrutin serré et plus compétitif, plus le taux de participation augmente. Les variations des ratios de votes obtenus par les deux principaux groupes parlementaires parmi les pays membres expliquent à 62 % les variations du taux de participation, tandis que les variations du ratio des sièges permettent d’expliquer jusqu’à 86 % des variations de ce taux ! Vu le nombre restreint des cas étudiés (N=8), ces résultats sont particulièrement convaincants.

FIGURE I. Ratio des votes entre les deux principaux groupes parlementaires dans les pays d’Europe de l’Est en relation au taux de participation électorale aux élections du PE (2004)

FIGURE I. Ratio des votes entre les deux principaux groupes parlementaires dans les pays d’Europe de l’Est en relation au taux de participation électorale aux élections du PE (2004)

FIGURE 2. Ratio des sièges entre les deux principaux groupes parlementaires dans les pays d’Europe de l’Est en relation au taux de participation électorale aux élections du PE (2004)

FIGURE 2. Ratio des sièges entre les deux principaux groupes parlementaires dans les pays d’Europe de l’Est en relation au taux de participation électorale aux élections du PE (2004)

Autre explication possible

15On pourrait considérer l’hypothèse selon laquelle les variations des taux de participation seraient dues à l’importance prêtée aux élections parlementaires européennes au niveau national. Selon Franklin, l’importance de ces élections parlementaires dans chaque pays membre est liée à la proximité temporelle du prochain scrutin parlementaire national du pays :

Elections to the European Parliament have about as little salience in their own right as it is possible to imagine. The institution is poorly understood and generally (though wrongly) considered to be of little consequence. [...] On the other hand, European elections do ‘borrow’ some importance as means for commenting on national politics in the member countries. [...] The extent to which European parliaments elections serve this purpose depends almost entirely on timing. [...] extensive research has shown that time until the next national election serves as an excellent surrogate measure of the importance of the EP election. (Franklin, 2001, 315-316)

  • 3 L’équation de régression est la suivante : y= - 0,0087x+36,248, où y est le taux de participation (...)

16Ceteris paribus, cet argument n’explique pas adéquatement les variations du taux de participation parmi les nouvelles démocraties d’Europe de l’Est. Même si la corrélation entre le taux de participation aux élections parlementaires européennes de 2004 et le nombre de jours entre celles-ci et le scrutin parlementaire national suivant est effectivement négative, indiquant que plus les scrutins sont chronologiquement rapprochés, plus le taux de participation aux élections parlementaires européennes est élevé, le coefficient de corrélation est faible (r2=0,0695)3.

17Cette faible relation pourrait être due au fait que l’importance portée aux élections parlementaires nationales varie selon les pays. En effet, la littérature sur les fondements institutionnels du taux de participation établit que si un seul scrutin détermine l’allocation de tous les postes officiels majeurs, comme c’est le cas lorsque la Constitution ne prévoit pas d’élections distinctes pour l’exécutif, l’importance de ce scrutin augmente puisque son résultat est décisif par rapport à l’équilibre des forces et à l’élaboration de politiques au sein de l’État (Cox, 1999, 387-419 ; Jackman, 1987, 405-423 ; Jackman et Miller, 1995, 467-492 ; Biais et Dobrzynska, 1998, 239-261). Par contre, si l’élection ne concerne qu’une partie des postes à allouer, lorsque la Constitution ne prévoit pas l’élection directe de l’exécutif par exemple, l’importance de ce scrutin et son caractère décisif sera moindre. Nous réexaminons donc la relation entre le taux de participation aux élections parlementaires européennes de 2004 et l’importance des élections en contrôlant la variable de l’élection directe de l’exécutif au sein des nouveaux pays membres d’Europe de l’Est.

  • 4 En Slovénie, les élections de 2002 menèrent à la victoire du premier ministre sortant, J. Drnovsek (...)

18Tel que le montre le tableau 2, quatre des huit pays avaient un chef d’État directement élu (la Lituanie, la Pologne, la Slovénie et la Slovaquie), ce qui constitue une assez grande proportion par rapport à l’Europe des Quinze où seuls cinq pays élisent directement leur président (l’Autriche, la Finlande, la France, l’Irlande et le Portugal). Lorsque l’on tient compte de l’élection directe du chef d’État, le tableau révèle une forte relation entre le taux de participation aux élections parlementaires européennes et la proximité de la date du scrutin national suivant, que celui-ci soit présidentiel ou parlementaire. En observant deux groupes de pays, ceux où le chef d’État est élu directement et ceux où il ne l’est pas, on constate que le taux de participation aux élections parlementaires européennes est invariablement supérieur là où elles se sont tenues à une date proche d’élections nationales. Le seul État qui échappa à cette tendance fut la Lettonie, le seul pays d’Europe de l’Est à traverser une crise de l’exécutif avant le scrutin européen. En avril 2004, à peine deux mois avant les élections parlementaires européennes, la coalition gouvernementale en exercice, avec à sa tête le premier ministre Einars Repse du parti Nouvelle Ère, fut remplacée par une autre coalition menée par le premier ministre entrant, Indulis Emsis de l’Union des paysans et des verts4. Puisque la formation du nouveau gouvernement letton fut indépendante du mandat électoral du précédent scrutin national de 2002, les élections parlementaires européennes pourraient avoir constitué une occasion pour l’électorat letton d’exprimer ses préférences quant au nouveau gouvernement.

TABLEAU 2. Impact du design constitutionnel et du cycle électoral national sur le taux de participation aux élections PE de 2004

TABLEAU 2. Impact du design constitutionnel et du cycle électoral national sur le taux de participation aux élections PE de 2004

Note : Dans les États où le président est élu directement, les « élections nationales suivantes » peuvent être présidentielles ou législatives (la date la plus proche de l’élection du PE est retenue). En Lituanie, les élections au PE et le premier tour des présidentielles se sont tenus simultanément.

Conclusion

19Le degré de compétitivité est donc une réponse convaincante aux questions posées au début de ce chapitre. Les données soutiennent l’hypothèse selon laquelle le taux de participation aux élections parlementaires européennes de 2004 dans les nouveaux pays membres issus du bloc communiste fut inférieur à celui enregistré dans le reste de l’Union européenne en raison d’un plus faible degré de compétitivité. La compétitivité électorale est aussi une explication adéquate aux variations du taux de participation observées parmi les nouveaux pays membres d’Europe de l’Est. Ces résultats suggèrent que, lors de prochaines élections parlementaires européennes, les partis politiques pourraient contribuer de façon significative à l’augmentation du taux de participation en fournissant aux électeurs un éventail de choix plus compétitif.

Bibliographie

Bibliographie

Blais, André et A. Dobrzynska (1998), « Turnout in Electoral Democracies », European Journal Of Political Research 33, p. 239-61.

Cox, Gary (1999), « Electoral Rules and the Calculus of Mobilization », Legislative Studies Quarterly 24, p. 387-419.

Franklin, Mark N. (2001), « How Structural Factors Cause Turnout Variations at European Parliament Elections », European Union Politics 2 (3), p. 309-328.

Jackman, Robert et R. A. Miller (1995), « Voter Turnout in the Industrial Democracies », Comparative Political Studies 27, p. 467-92.

Jackman, Robert (1987), « Political Institutions and Voter Turnout in the Industrial Democracies », American Political Science Review 81, p. 405-23.

Riker, William et P. Ordeshook (1968), « A Theory of the Calculus of Voting », American Political Science Review 62, p. 25-42.

Notes

1 En Grèce, les premières élections parlementaires européennes eurent lieu en même temps que les élections générales de 1984.

2 La catégorie « Autres » est exclue des calculs et seuls sept des principaux groupes politiques furent considérés.

3 L’équation de régression est la suivante : y= - 0,0087x+36,248, où y est le taux de participation aux élections PE de 2004 dans un pays d’Europe de l’Est donné et x est le nombre de jours entre les élections PE et le scrutin national suivant.

4 En Slovénie, les élections de 2002 menèrent à la victoire du premier ministre sortant, J. Drnovsek qui subséquemment dut quitter son poste de chef du gouvernement. Même si l’arrivée du nouveau premier ministre A. Rop constituait techniquement un changement de gouvernement, substantiellement, on ne peut pas parler d’un changement d’exécutif.

Table des illustrations

Titre TABLEAU I. La structure de compétition entre partis dans les pays d’Europe de l’Est, 2004
Légende Note : Les rangées indiquent les pays membres de l’Union européenne issus du bloc communiste. Les abréviations suivantes sont utilisées : Tch=République tchèque ; Ee=Estonie ; Ho=Hongrie ; Le=Lettonie ; Li=Lituanie ; Pl=Pologne ; Sl=Slovénie ; Sq=Slovaquie. Les colonnes représentent les groupes parlementaires européens. Les entrées du tableau indiquent le nombre de sièges obtenus par chaque groupe dans chacun des pays. L’EDD n’a pas obtenu de sièges.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1011/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 315k
Titre FIGURE I. Ratio des votes entre les deux principaux groupes parlementaires dans les pays d’Europe de l’Est en relation au taux de participation électorale aux élections du PE (2004)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1011/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre FIGURE 2. Ratio des sièges entre les deux principaux groupes parlementaires dans les pays d’Europe de l’Est en relation au taux de participation électorale aux élections du PE (2004)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1011/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 211k
Titre TABLEAU 2. Impact du design constitutionnel et du cycle électoral national sur le taux de participation aux élections PE de 2004
Légende Note : Dans les États où le président est élu directement, les « élections nationales suivantes » peuvent être présidentielles ou législatives (la date la plus proche de l’élection du PE est retenue). En Lituanie, les élections au PE et le premier tour des présidentielles se sont tenus simultanément.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1011/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 339k

Auteur

Csaba NIKOLENYI est professeur au Département de science politique de l’Université Concordia. Ses recherches portent sur la stabilité des coalitions électorales et la formation d’alliances pré-électorales dans les systèmes multipartites des États post-communistes d’Europe centrale et orientale. Il a publié dans les revues scientifiques suivantes : Party Politics, Canadian Journal of Political Science, Communist and Post-Communist Studies, Europe-Asia Studies et Japanese Journal of Political Science.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540