Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Katrina, 2005

 | 
Romain Huret

Seconde partie. L’État américain, la sécurité et les pauvres

6. Les conservateurs, l’État contractuel et la sécurité nationale

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

A plus d’un titre, l’anecdote est révélatrice : lorsqu’ils réfléchissent au Plan de réponse national (National Response Plan), destiné à coordonner les réactions des autorités fédérales en cas de catastrophe de grande ampleur, les principaux responsables de l’administration Bush rivalisent de trouvailles sémantiques pour poser leur empreinte sur la refonte de l’État en cours (Roberts, 2006). Au pouvoir, les conservateurs, dont beaucoup étaient déjà présents au temps de l’administration Reagan, achèvent de fixer les contours de leur État contractuel (contract state) qui se caractérise par une volonté de privatisation de l’autorité publique et une priorité accordée à la sécurité nationale1. Pour plusieurs raisons, la présidence de George W. Bush, soutenue par une forte mobilisation conservatrice, a souhaité finaliser ce projet, en cherchant patiemment à privatiser les sphères d’intervention de l’État. En déléguant à des entreprises privées le soin de dispenser ou d’évaluer les service...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable