Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Katrina, 2005

 | 
Romain Huret

Seconde partie. L’État américain, la sécurité et les pauvres

4. Mauvais pauvres ou victimes ?

L’ Etat providence américain en débat

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« J’ ai compris qu’être pauvre, cela voulait dire ne pas être citoyen », constate avec tristesse et amertume un habitant de La Nouvelle-Orléans au lendemain du passage dévastateur de l’ouragan Katrina à la in du mois d’août 20051. Appelés « réfugiés » par l’État américain, soupçonnés d’avoir accompli les pires exactions pendant la longue semaine où la ville fut coupée du monde, les pauvres prennent la parole pour raconter les journées passées au milieu des eaux, les semaines d’errance à la recherche d’un abri et les mois d’interrogation sur l’éventualité d’un retour. Pour beaucoup d’Américains, l’ouragan Katrina fut un moment de « redécouverte » de la pauvreté dans leur pays. Loin des opulentes banlieues, de la 5e avenue newyorkaise ou de Sunset Boulevard en Californie, les iles d’attente devant le Superdome, le stade de la ville où s’entassent les plus démunis, révèlent l’Amérique des gens de peu, des fins de mois difficiles et des petits boulots précaires et mal payés. Parmi les j...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540