Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Katrina, 2005

 | 
Romain Huret

Première partie. Les temps de la catastrophe

3. Le temps long de la mémoire

Les ouragans de 1927 et 1965

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Agée de quatre-vingt-cinq ans, Mary Fleetwood se souvient bien du passage de l’ouragan Betsy quarante ans plus tôt :

Eh bien ce fut stressant. Nous ne connaissions rien au processus d’évacuation. Nous n’utilisions pas ces mots. Nous pensions que cela sera mieux d’être avec nos proches, et ma belle-mère avait une maison pas loin, [...] nous avons pensé que cela serait mieux d’y aller, nous avons pris notre chien, et quitté la maison, et nous y sommes allés. C’était très stressant, l’une des nuits les plus stressantes de ma vie. Le vent hurlait. Et les débris ! des choses heurtaient sans cesse le toit (Antoine, 2008, p. 186).

Des propos similaires, tenus au lendemain du passage de Katrina, ont été transmis oralement dans chaque famille louisianaise. Pour les habitants de La Nouvelle-Orléans, en raison de cette mémoire vive, l’histoire donne à la fin de l’été 2005 l’étrange impression de bégayer. Dès 1927, les rumeurs d’un dynamitage volontaire des digues pour inonder les quartiers noirs...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable