Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Katrina, 2005

 | 
Romain Huret

Première partie. Les temps de la catastrophe

2. Le temps de l’indignation

Rumeurs, responsabilité et scandale civique

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« On ne dira jamais à quel point l’émotion et la fatigue détruisent le sens critique », remarquait l’historien Marc Bloch dans son analyse des « fausses nouvelles » pendant la Première Guerre mondiale1. Au début du mois de septembre 2005, la fatigue se lit sur les visages de tous les individus impliqués dans le sauvetage et l’aide aux habitants de La Nouvelle-Orléans. Sur les écrans de télévision, on les voit apparaître en boucle avec les traits tirés et, en l’absence de nouvelles images disponibles, leurs mots de colère et d’incompréhension sont répétés à satiété. La rareté de l’information et la répétition de reportages à l’identique influent sur la construction de la catastrophe : la similitude des images diffusées crée du réel et renforce le sentiment d’inertie politique. À ce titre, la réaction de George W. Bush est symptomatique : accusé de ne pas avoir réagi assez rapidement, il s’informe de l’ampleur du drame en regardant un DVD à bord de l’avion présidentiel Air Force One2....

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540