Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La subjectivité journalistique

 | 
Cyril Lemieux

Seconde partie. L’amour du métier

9. Albert Londres

Le journalisme à contrecœur

Cyril Lemieux

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Si Albert Londres a été consacré comme une référence fondatrice du journalisme français, peut-être le doit-il au fait de ne s’être jamais résigné à n’être qu’un journaliste : tel est le paradoxe que nous tenterons ici de mettre en lumière. Comme nous essaierons de le montrer, la force d’innovation de celui que l’on surnomma le « prince des reporters » a résulté, pour l’essentiel, de son incapacité à se conformer au métier tel qu’il se pratiquait et, en particulier, à honorer les règles de réalisme les plus directement liées à la nature industrielle et commerciale des organisations de presse modernes. Le cas Albert Londres suggère, sous ce rapport, en quoi des innovations décisives peuvent être le résultat, en grande partie non prémédité, de la gestion tourmentée, par l’innovateur, des tendances à agir contradictoires qui l’animent1. Encore faut-il, pour le montrer, admettre préalablement une conception pluraliste du moi qui fasse toute sa place aux tensions internes vécues par l’ind...

Auteur

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540