Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La subjectivité journalistique

 | 
Cyril Lemieux

Seconde partie. L’amour du métier

8. Comment la vocation journalistique vient aux femmes

Marguerite Durand, fondatrice de La Fronde

Sandrine Lévêque

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

En France, au 2 janvier 2009, près de 44  % des titulaires d’une carte professionnelle de journaliste étaient de sexe féminin. Preuve s’il en est que le journalisme constitue dans ce pays, de nos jours, une carrière à laquelle certaines femmes peuvent raisonnablement aspirer et qui leur est, de fait, largement accessible1. Tel n’était pas le cas, loin s’en faut, il y a un siècle. À cette époque, être à la fois journaliste et femme pouvait facilement passer pour quelque chose d’incongru et d’un peu intrigant – sinon de moralement douteux (Ney, 2001). Au demeurant, la conjonction en une même personne de ces deux propriétés (la féminité et un emploi de journaliste) était relativement rare : on a pu estimer qu’entre 1890 et 1930, la part des femmes au sein des effectifs de journalistes professionnels était comprise entre 2 et 3  % (Martin, 1997, p. 124 ; Delporte, 1999, p. 93). Même après la Seconde Guerre mondiale, ce chiffre reste modeste, n’atteignant en 1965 que 15  %, pour monter p...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540