Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La subjectivité journalistique

 | 
Cyril Lemieux

Seconde partie. L’amour du métier

7. Fallait-il être un aristocrate déclassé pour fonder Le Figaro ?

À propos du parcours d’Hippolyte de Villemessant

Benoît Lenoble

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Réfléchir à ce qui fait la singularité d’un journaliste mort il y a cent trente ans n’a rien d’évident. Nous nous prêterons pourtant ici à cet exercice au sujet du fondateur du Figaro, Jean Hippolyte Auguste Delaunay de Villemessant. Quelques repères, dont certains moins mal assurés que d’autres, permettent de « résumer » en peu de mots ce que fut son existence. À propos de son enfance, nous savons qu’il est né à Rouen en 1810, dans une famille de vieille noblesse, et qu’il a été élevé, après le décès de son père, par sa grand-mère maternelle. Concernant ses années de formation, il apparaît qu’à la suite d’études limitées, il fut d’abord employé à Blois comme petit fonctionnaire dans l’administration fiscale. Devenu commerçant bohème, il s’installa à Paris vers 18361, à moins que ce ne fût en 18392. Concernant sa carrière journalistique, nous savons qu’une fois dans la capitale, il se lança en journalisme en fondant une revue de mode, suivie de plusieurs autres titres. Chaque tentat...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable