Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La subjectivité journalistique

 | 
Cyril Lemieux

Seconde partie. L’amour du métier

6. Fonder l’attractivité d’activités indignes

La critique artiste au secours des pigistes

Olivier Pilmis

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Habitués à voir dans le journalisme une activité dont il est possible à certains jeunes gens de ressentir la vocation et de vouloir faire l’objectif professionnel de leur vie, nous avons oublié qu’il n’en fut pas toujours ainsi. Longtemps, le journalisme fut de ces métiers qui n’offraient pas à leurs titulaires la possibilité d’imaginer qu’ils les avaient embrassés par attirance personnelle. À l’instar des « sales boulots » analysés par Everett Hughes (1996) ou mieux encore, des « emplois alimentaires » qui, dans le domaine de la création, permettent à leurs titulaires de financer une activité artistique trop peu rémunératrice (Freidson, 1986) ou de faire leurs armes en attendant l’occasion d’exprimer un jour leur « vrai » talent (Chalvon-Demersay et Pasquier, 1993), les journalistes du xixe siècle étaient le plus souvent obligés d’admettre ne s’acquitter de leur emploi qu’en raison d’une nécessité-qu’ils espéraient temporaire-et dans l’attente de « jours meilleurs ». Les travaux de...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540