Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La subjectivité journalistique

 | 
Cyril Lemieux

Première partie. Marges de manoeuvre

5. Ce que le web 2.0 fait à l’autonomie journalistique

L’expérience Mediapart

Caroline Datchary

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans les années 1980, en France, le courrier des lecteurs demeurait un phénomène relativement restreint1. Sans doute le fait que les chances de voir sa lettre recevoir une suite ou une réponse, a fortiori être publiée, étaient des plus limitées explique-t-il le peu d’empressement des lecteurs à écrire aux journalistes. Depuis la fin des années 1990, le web 2.0 a rendu possibles des échanges plus interactifs. Il a permis, pour les lecteurs, la publication immédiate, systématique et non filtrée ex ante par la rédaction, de leurs plaintes et de leurs commentaires, conduisant parfois les journalistes mis en cause à répondre en descendant à leur tour dans ces « arènes de confrontation » (Lemieux, 2000, p. 64-66). Certains y ont vu un moyen de retisser un lien de confiance avec des lecteurs critiques voire désabusés (Matheson, 2004). De fait, l’attention croissante portée aux membres du public et à leurs opinions – qui se manifeste également dans d’autres médias par la multiplication des ...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540