Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Guerre, État et société à la fin du Moyen Âge. Tome 1

 | 
Philippe Contamine

Quatrième partie. Les débuts de l'armée d'ancien régime (1445-1494)

Chapitre XIII. Les réserves organisées : le ban et arrière-ban

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans les premières années du 15e siècle, et jusqu’en 1418 au moins, le roi de France pouvait réunir l’ensemble des nobles et possesseurs de fiefs de son royaume, soit par une « semonce générale » ne s’adressant qu’à eux, soit « par maniere d’arriere ban » : ce deuxième mode de convocation visait à obtenir le concours de tous ceux ayant « puissance » de s’armer, c’est-à-dire possédant à la fois la possibilité matérielle de s’équiper et de se battre et l’aptitude physique à la guerre. Une double sélection s’opérait au sein de la population, selon les critères de la fortune et de la capacité à l’égard du métier des armes. La convocation lancée en février 1418 montre par exemple que l’arrière-ban s’adressait aux nobles et autres fieffés, aux gens d’Église, enfin à l’ensemble de la population non noble, à raison de quatre combattants par paroisse1. On a vu comment le service des gens d’Église s’était presque évanoui dans la seconde moitié du 15e siècle et comment la milice des francs-arc...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable