Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Guerre, État et société à la fin du Moyen Âge. Tome 1

 | 
Philippe Contamine

Première partie. Les forces militaires de la monarchie française au milieu du XIVe siècle (1337-1369)

Conclusion

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Pour « soutenir »1 sa guerre contre le roi d’Angleterre et ses autres ennemis, Philippe de Valois disposait au départ d’une autorité lui permettant de mobiliser en sa faveur une grande partie des forces du royaume. D pouvait interdire les guerres privées, les gages de bataille, les joutes et les tournois, prohiber l’exportation du fer, de l’acier, des armures, des « grands chevaux », réprimer tout commerce avec l’adversaire, défendre aux nobles et aux non-nobles de quitter la France sans sa permission. Il demandait à l’Église le concours de ses prières pour le succès des armes. Il revendiquait le contrôle de tous les points forts du royaume — villes fermées, châteaux, forteresses —, qu’ils lui appartinssent ou non en propre. Par le droit de prise, aucun bien de consommation n’échappait complètement aux besoins ou à la convoitise de ses agents. Il pouvait exiger l’armement préventif des populations. Mais surtout l’aide militaire active de ses sujets lui était acquise par le recours à...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540