Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’armement nantais dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle

 | 
Jean Meyer

Pièces justificatives Fonds Bertrand de Cœuvres

Texte intégral

1Tous les chiffres des Pièces justificatives proviennent de documents de l’époque étudiée.

2Les erreurs qui apparaissent dans certains totaux sont donc imputables soit aux commis des négociants, soit aux adjonctions ou soustractions d’importance minime intervenues après l’armement du navire et avant son départ.

ÉTAT DES FORTUNES DU NEGOCE NANTAIS VERS 1725

3Source : A.M. Nantes : CC 484, État des négociants... avec leurs facultés au moins et leurs demeures de la ville et faubourg de Nantes.

LA HIERARCHIE DES FORTUNES NANTAISES VERS 1725

TABLEAU D’ENSEMBLE DES NÉGOCIANTS NANTAIS VERS 1725

COMPOSITION DE LA FLOTTE NANTAISE EN 1772

Source : A.D. L.-Ad. : C 677.

  • 1 Il manque la Trois-Marie, 200

Note 11

ÉVOLUTION DE LA FLOTTE ANGLAISE AU xviiie SIÈCLE

Source : A. D. L-Atl : C 6 JJ 32-34.

ARMEMENTS AU LONG COURS EFFECTUÉS AU xviiie SIÈCLE PAR LES PRINCIPALES FAMILLES D’ARMATEURS NANTAIS

Source : A. D. L.-Atl. : Registres des classes.

  • 2 La Maignière : sans Hamar
  • 3 Drouin : sans Desseigne et Dulac
  • 4 Grou : sans Michel

Note 12
Note 23
Note 34

ACTE DE SOCIÉTÉ GUILLAUME BOUTEILLER

4Source : A. D. L.-Atl. : E, Familles, Supplément, Bouteiller, Factum imprimé, 1810, p. 120-123).

5Moi Guillaume Bouteiller père, pour donner par continuation à mes deux fils Henry et Charles Bouteiller des preuves de ma tendresse paternelle et de ma sincère amitié, déclare les associer avec moi dans toutes les affaires que je pourrai faire par la suite, aux conditions suivantes ; savoir :

  1. Que moi, Guillaume Bouteiller, ferai un fonds à ladite société de 800 000 livres et cela le plus tôt que je pourrai, ayant pour cela tout le temps qui me sera nécessaire.

  2. Que la susdite somme de 800 000 livres la moitié qui est de 400 000 livres m’appartiendra toujours en propre, et l’autre demie, qui est de 400 000 livres, appartiendra à mes susdits fils Henry et Charles Bouteiller par demi, que je leur donne par avancement de leurs droits, tant sur ma succession que celle de leur mère, sur la première qui échera ; à la condition cependant de n’en pouvoir disposer que pour les affaires de la présente société, et qu’ils ne pourront retirer aucunes sommes que pour leurs dépenses particulières, avant l’expiration de la présente société à laquelle nous donnons le terme de 9 années, qui ont commencé le 1er janvier 1785 et uniront le 31 décembre 1793.

  3. Pour former le fonds de la présente société, je mets la totalité du navire Les Deux jeunes frères suivant le compte qui en sera fourni, la totalité du navire le Robuste, la Jeune Louise et L’Étoile. Le montant des susdits 4 navires entrera dans la présente société, du moment que j’en ai fait l’acquisition, desquels moi Guillaume Bouteiller père fournirai les comptes, tant d’armement que de désarmement ; plus entreront dans ladite société les sommes que j’ai payées jusqu’à ce jour pour un tiers de la verrerie de Coueron en société avec MM. Dumenil et Ballan.

  4. Convenu qu’il sera tenu compte à la présente société des assurances que moi Guillaume Bouteiller père ai fait en 1784, pour en partager les événements, la demie pour moi, et l’autre demie pour mes deux fils Henry et Charles par quart ; ce qui fera la demie pour eux deux.

  5. Que moi Guillaume Bouteiller père pourrai en tous temps prendre les fonds de ladite société, soit pour la défense de ma maison ou autres affaires que je croirai convenables seulement pour la liquidation de mes anciennes affaires ; et comme mon intention est de ne faire absolument aucunes affaires qui me soient particulières, dans le cas où je mettrais dans la caisse de la présente société au-delà du fonds que je consens de fournir, lors de la dissolution de la présente société, je prendrai ce que j’aurai fourni de plus avant tout.

  6. Est convenu que les habitations que j’ai à Saint-Domingue n’entrent point dans la présente société ; que je continuerai à en jouir comme j’ai fait jusqu’à présent sans que ladite société puisse réclamer aucune commission sur les fonds qui me seront remis sur cet objet, non plus que sur lesdites habitations, ainsi que sur les autres fonds qui m’appartiendront en propre, et qui ne seront pas du compte de la présente société.

  7. Moi Guillaume Bouteiller me charge de toutes les dépenses de ma maison, dans laquelle mes deux fils Henry et Charles continueront à vivre, comme ils ont vécu jusqu’à présent, et cela pour le temps qu’ils y demeureront. A l’égard des frais du cabinet, ils seront aussi à la charge de moi Guillaume Bouteiller père pour les deux années ; sauf à voir ce qu’il nous conviendra de faire par la suite.

  8. Sur l’assurance formelle que mes deux fils Henry et Charles m’ont donnée de ne se servir de la signature de ma maison que pour les affaires de la présente société, je consens et autorise à signer du nom social de Guillaume Bouteiller père et fils ; sans la sudite assurance qu’ils m’ont donnée, jamais je n’aurais consenti à faire le présent acte.

  9. Il ne pourra se faire absolument aucunes affaires pour compte de la présente société, sans le consentement formel de moi, Guillaume Bouteiller père, condition sans laquelle le présent acte de société n’aurait pas eu lieu.

  10. Il sera fait toutes les années un bilan de société pour pouvoir savoir la situation.

  11. Les profits et pertes qu’il plaira à Dieu nous donner seront partagés comme suit :

1/2 pour moi Guillaume Bouteiller père,
1/4 pour mon fils Henry,
1/4 pour mon fils Charles.

  1. Que l’intérêt que j’ai pris dans le Père de famille, armé par M. Perrotin, et parti pour la côte d’Angole le 23 octobre dernier 1785, et montant à 56 774 livres 17 sous 7 deniers entre dans la présente société, ainsi que mon intérêt dans le navire le Solitaire, parti de cette rivière le 27 septembre 1785, pour Guinée, armateurs MM. Murphy et D’Havelooze, montant à 30 950 livres 14 sous 3 deniers, entrent tous les deux susdits intérêts dans le présent acte de société.

6Fait en triple à Nantes le 1er janvier 1786.

7Arrêté le présent compte double entre nous Guillaume Bouteiller père d’une part et Henry et Charles Bouteiller fils d’autre part, pour solde duquel, moi dit Guillaume Bouteiller père, à raison des divers objets que j’ai mis dans la société, et dont j’ai cédé la moitié à mes deux fils Henry et Charles, suivant l’acte entre eux et moi, et par condition expresse, pour la somme de 400 000 livres, vaille plus, vaille moins, reconnais qu’il leur revient pour leur moitié, des capitaux rentrés jusqu’à ce jour de ladite société, d’après le détail au présent, la somme de 215 487 livres 16 sous 9 deniers, dont ils seront crédités, chacun pour moitié, à leur compte particulier respectif ; savoir mon fils Henry pour la somme de 107 743 livres 18 sous 5 deniers, et mon fils Charles pour la même somme, sans préjudice de leur moitié dans le fonds en nature, suivant l’état annexé, ainsi que les crédits restants à rentrer de l’Amérique, montant à 1 259 992 livres 4 sous 11 deniers des isles, suivant l’état également annexé, et enfin des assurances en souffrance, suivant les notes jointes au présent.

830 floréal an 3e de la République (20-5-1795).

9A la fin de mai 1795, sur 800 000 livres investies dans la société, il n’était donc rentré que pour une valeur de 430 974 livres. 11 restait à rentrer 1 259 992 livres en argent d’Amérique, soit en réalité 839 995 livres en argent de France. Le bénéfice théorique était donc de 470 969 livres en 10 ans, soit 47 096 livres par an, soit un peu plus de 5 %. Mais la perte réelle se chiffrait à 369 026 livres, soit 46 % du capital investi.

DÉPÔT DE SOCIÉTÉ EN COMMANDITÉ

10Source : A. D. L.-Atl. : II E, Not. 359, Coiscaud, 27 novembre 1784.

LAUS DEO

11Société en commandite entre Messieurs Robert Verrier fils, de Tours, François Gille, de Tours, de Beauvais-Razeau père, de Nantes, et Louis Gantier, de Paris, sçavoir :

121° M. Verrier fournira 10 000 livres

13M. Gille 10 000

14M. de Beauvais-Razeau père 20 000

15M. Gantier néant

162° Partage des profits et pertes.

17Le sieur Garnier auquel on fournira les fonds ci-dessus expliqués de 40 000 livres sans intérêts, aura :

1/3 dans profits et pertes
1/6 M. Verrier fils
1/6 M. Gille
1/3 M. Beauvais-Razeau père.

183° La société sera de 9 années du jour du départ du sieur Garnier pour le Cul-de-Sac de Léoganne, et ledit sieur partira de Nantes aux frais communs de la société pour ledit lieu, afin d’y faire son établissement dans le premier bon navire qui luy sera indiqué, avec tout ou partie des marchandises dans lesquelles le fonds de la société sera employé de l’avis commun des intéressés ; la dernière année sera employée au recouvrement final des effets de la société.

194° M. de Beauvais-Razeau père, de Nantes, fera tous les envoys et chargements de France et recevra à son adresse tous les retours que fera le sieur Garnier du lieu où il sera, sans cependant l’assujetir à ne faire d’autres envoys que du Cul-de-Sac de Léoganne à cause de la rareté des navires pour charger, ce qui suppose que ledit sieur ayant des effets au Cap, ou dans tout autre port de Saint-Domingue plus à la bienséance des marchandises qu’il aurait à charger, il sera libre de le faire autant que la chose tournera au bien et au profit de la société, et au cas qu’il ne se trouverait pas de navires en charge pour Nantes, il sera loisible audit sieur Garnier de faire un sixième des retours seulement par quelquautre part du royaume qu’il jugera à propos, et ce autant qu’il résulterait un préjudice de la société des magazinages et du retard qu’occasionnerait le défaut d’un navire pour Nantes, et dans le cas où il serait obligé de charger pour un autre port, il ne pourra le faire aussy que pour les ports dénommés cy-après, sçavoir :

pour Bordeaux, à l’adresse de M. Philippe Nairac et M. Marchais,
pour Rouen, à M. Louis Midy,
pour le Havre, à M. Jean Menhault.
pour Marseille, à M. de Beauvais fils ou M. Rostagny et Compagnie,
pour La Rochelle, à M. Auguste Massier ou M. Marchant Lefebvre,

20et donnera aussitôt ordre auxdits correspondants de suivre à cet égard les ordres de M. de Beauvais Razeau.

215° Les marchandises que le sieur Garnier envoyera en France en retour des effets de la société seront marqués B, G, T, et indiqués de la même dans les connaissemens feront distinction des marchandises.

226° La commission de M. de Beauvais-Razeau père sera de 2 % d’achat et chargement des marchandises et 2 % de vente des retours pendant la société.

237° Le sieur de Beauvais-Razeau père donnera avis à l’un des associés de Tours qui tiendra la correspondance pour la présente société de l’achat des différends articles qu’il fera acheter pour envoyer audit sieur Garnier, et pareillement des différends envoys dudit sieur Garnier, et des nottes de vente qu’il en aura faites, afin d’en passer écritures de conformité, qui seront communs pour les deux associés de Tours.

248° Pendant le cours de la société, le sieur Carnier ne pourra faire directement ny indirectement aucun commerce pour son compte particulier, ny achat d’habitations de navires, ny commerce étranger, à peine d’en être responsable en propre et privé nom, et de tous dépens et dommages, convenu que ledit sieur Garnier ne poura faire aucun commerce étranger, étant absolument deffendu, mais bien qu’il pourra acheter sur les lieux de sa résidence les marchandises qu’il jugera convenables au bien de la société.

259° Le dit sieur Garnier se chargeant de la gestion de quelques habitations, de quelques procurations des Isles ou de France, s’il fait des commissions des isles ou de France, les profits tomberont en la société, convenant entre nous que ledit sieur Garnier pourra prendre sur les effets ou les procurations qui luy seraient adressées pendant le cours de la société, la commission telle qu’il la jugera à propos et moindre que le courant, nous en raportant en cela à sa bonne foy, sans qu’il soit besoin de nous en fournir par luy aucunes preuves, et pour la reddition du profit qu’auront donné en général les commissions, ledit sieur Garnier sera obligé d’en tenir un compte particulier ; les donations qui pourraient luy être faites dans les Isles, et qui seront censées être occasionnées pour les affaires de la société, entreront aussy en profits de chacun de nous à proportion de son intérêt dans la société.

2610° La nourriture du sieur Garnier, celle d’un nègre et l’achat dudit nègre, les apointemens et nourriture d’un commis, l’achat d’un ou plusieurs chevaux selon le besoin des affaires, celuy des selles et harnais desdits chevaux, le logement et magasin, les ustancilles, meubles, livres, papiers et autres choses nécessaires au commerce que nous établissons, seront aux frais communs de la société, ainsy que le passage en Amérique et le retour en France dudit sieur Garnier, sans assurance personelle.

27Etc.

SOCIÉTÉ D’ASSURANCES MARITIMES

28Source : A. D. L.-Atl. : II E, Not. 355, Boufflet, 23-4-1739.

29Participants :

  • escuyers François et Jean Piou, Gabriel Michel, François Leray de la Clartais, François Bertrand de Cœuvres, Germain Laurencin fils, Nicolas Lukker, dame Bertrand veuve et fils ;

  • nobles gens Luc Shiell, Charles Trochon, Thomas Montaudoin, s. de Launay, Pierre Gilles Prudhomme de Fontenay, Anthoine Wailsch, Pierre Portier de Lantimo et Pierre Rosée,

30... entre lesquelles partyes a esté faite la société d’assurances pour... l’espace de 3 années entières et consécutives qui commenceront à courir de ce jour... dans laquelle société chacun participera aux profits et pertes quil plaira à dieu donner selon l’intérretz quil aura cy-après stipulé et aux conditions qui suivent, scavoir :

  1. Les sieurs Lantimo-Portier et Rozée sous les deux noms collectifs sont nommés pour arrester les prix des primes, signer seuls les polices d’assurances sous leursdits signatures ordinaires et socialle sur tous les navires, barques, etc, de quelque fabrique quils puissent être, qui naviguent sur la mer ou sur les rivières, pareillement pour tenir la caisse, recevoir les primes... et payer les pertes et avaries qui auront estez réglées, de tout quoi ils tiendront registre, aprouvant dès à présent lesdits associez toutes les asseurances quils jugeront à propos de faire...

  2. Lesdits sieur Lantimo et Rozée seront tenus de fournir à tous les associez chaque mois l’estat des asseurances qui auront esté faites au cours d’Icelluy.

  3. ... Il ne sera asseuré que Jusqu’à la somme de 120 000 livres sur chaque navire ou barque, à moins qu’il n’En soit autrement convenu par délibération généralle de la société.

  4. Tous les associez demeurent tenus et obligez sollidairement...

  5. Les sieurs Shiell, Leray et Jean Piou... sont authorisés à régler toutes les avaries ou pertes qui pourront arriver, et en cas de difficultés ou procèz pour raison desdites asseurances de faire toutes poursuites et diliigences nécessaires, même de transiger ainsy quils le jugeront à propos ; ledit sieurs Lantimo et Rozée chargez de la caisse... ne payeront que sur le règlement dont ils seront convenus.

  6. ... En cas de perte (ce que dieu ne veuille) si II n’y avait point de fonds en caisse pour La payer, chacun des associez fournira sa cotte-part à la première demande desdits sieurs Portier et Rozée ; et si un ou plusieurs des associez y manquent, les sieurs Lantimo et Rozée sont authorisez dès à présent à prendre de l’argent à Interretz sur la place aux prix courants aux périls et fortune des défaillants, qui en outre à leur premier refus seront Exclus de la présente société qui dès lors cessera à leur Égard, sans que néantmoins ils puissent être dispensés ou déchargez des asseurances qui pour lors se trouveront faites, et l’exclusion commencera du jour de leur exclusion par une assemblée ordinaire ou extraordinaire.

  7. On s’assemblera à tous les premiers de chaque mois en la maison desdits sieurs Lantimo et Rozée pour délibérer sur les affaires de la présente société et pour les frais de régie, Il sera passé en compte auxdits sieurs Lantimo et Rozée 700 livres chacque année pour les gages d’un commis.

  8. ... Toutes les délibérations... signées de 9 des coassociez sera réputée généralle et obligatoire pour tous comme sy tous y auraient signé, à l’effet de quoy il y aura un registre de délibération qui demeurera chez lesdits sieurs...

  9. ... aucun des associez ne pourra sous quelque prétexte que ce soit... directement ny indirectement signer ny asseurer pour son compte particulier, même à soy-mesme par ordre et compte de son commetant à peine de 500 livres d’amende pour chaque fois applicable au profit des pauvres de parolle et d’honneur.

  10. En cas de contestations ils se soumettront à En passer par l’avis et jugement des autres associez à la pluralité des voix.

  11. ... à la fin de chaque année les comptes de la société seront arrestés, et il sera prix à la caisse une somme de 200 livres pour les pauvres honteux de la paroisse de Saint-Nicolas de Nantes pour attirer la bénédiction du Seigneur sur ladite société, laquelle somme sera allouée sans estre obligé d’en apporter quittance.

  12. A la fin des 3 ans le compte général sera réglé et arresté, et les profits ou pertes répartis proportionnellement à l’intéretz...

  13. En cas de mort de quelqu’un des associez pendant le cours des 3 ans (ce que dieu ne plaise), Il est convenu que son intérretz cessera du jour de son décez, et sera le compte des asseurances arresté et celuy du déffunt réglé à l’Égard de son Interrest, Il reviendra à la masse à moins qu’il nen soit contrairement décidé par une délibération de la Compagnie, bien entendu néantmoins que la veuve ou l’héritier continueront à courir les risques de ce qui se trouvera pour lors asseuré, et... les sommes qui pourront revenir, ne leur seront payés qu’après L’arrivée de tous les vaisseaux asseurez, et après que les avaries et pertes auront étéz entièrement réglés, et sy au heu de profits, il y avait de la perte, la succession dudit deffunt payera sa cotte-part.

  14. Les associez sont de plus convenus... que les héritiers seront obligez daccepter et dagréer le compte présenté et signé par les autres associez sans qu’il soit nécessaire de raporter aucun registre.

  15. Chacun des associez qui se fera asseurer par ladite Compagnie sera tenu d payer la prime à l’échéance, sans qu’il en puisse faire compensation avec l’Interretz qui! a dans la société.

  16. Le présent acte de société étant de nature de commerce II sera enregistré à la diligence des sieurs Lantimo et Rozée.

31Participation :

6/60 : Lantimo et Rozée, Wailsch ;
5/60 : Michel, Jean Piou, Leray ;
4/60 : Bertrand veuve, François Piou, Laurencin fils ;
3/60 : Lukker, Trochon, Montaudoin de Launay, Prudhomme ;
2/60 : Bertrand de La Clauserie, Bertrand de Quesvres.

LE DANGER DES SOCIÉTÉS D’ASSURANCES LOCALES EN TEMPS DE GUERRE

32Source : A. D. L.-Atl. : B 5641, Faillite Darreche l’aîné.

33Date : 25-2-1785.

34... observant à Messieurs mes créanciers que le dérangement de mes affaires provient principalement de la perte que j’ai faite pendant la guerre (indépendance américaine) de 4 navires dans lesquels j’avais de gros intérêts ; des malheurs que j’ai éprouvé dans le commerce des assurances, le seul auquel je me sois attaché depuis la dissolution de ma société avec mon frère, des frais de mon ménage et de l’entretien et éducation que je devais à mes enfants ; je déclare que mon fils n’a jamais eu aucun intérêt dans mon commerce d’assurance, que s’il a paru mon intéressé dans cette partie souvent, si même il a souscrit personellement quelques polices d’assurances pendant mes absences, il ne l’a fait que pour mon compte, que c’est moi qui ai voulu qu’il parût mon associé afin de lui procurer du crédit et de la consistance dans le commerce, lorsqu’il pourrait y entrer pour son propre compte ; je certifie au surplus que mon frère n’a aucunnément profité des deniers pour lesquels j’ai contracté des engagements sous mon ancienne raison de commerce envers MM. James, Mallet père et fils, Lamaignière et Paimparay, Veuve Geslin et fils, et Lincoln. C’est pourquoi je prie MM. mes créanciers de me traiter avec indulgence et de n’inquiéter aucunnément mon frère, leur assurant bien que les travaux auxquels je vais me livrer en arrivant à Saint-Domingue me réussissent, j’aurai le plus grand soin de les en faire profiter à la concurrence de leur du capital et intérêts.

PART D’INTÉRÊT

35Source : A. D. I.-et-V. : 4 Fg 97.

36Date : 20-1-1783.

37Entre nous soussignés, le sieur Pierre Guillaume Le Bédouin, négociant et armateur de Granville ... et Pierre Pluchon Duplessix ... demeurant en la ville de Brest ... est convenu que moi dit sieur Bédouin déclare par le présent intéresser les sieurs et dames Pluchon dans la construction d’un navire d’environ 250 tonnaux actuellement sur les chantiers de Coutances, armement et mise-hors pour un huitième à toutes les fraix de laditte construction ... sur la représentation des états généraux que je leur fournirai, lequel intérêt ils seront tenus de payer par moitié,

382° Que lesdits sieurs et dames Pluchon Duplessix participeront au profit des voyages et contribueront aux pertes et dépences suivant leur intérêt,

393° Ledit sieur Bédouin s’oblige d’avouer et consulter les sieurs et dames Pluchon pour la destination desdits navires pour toutes les voyages qui sera dans le cas d’entreprendre comme aussy de les aviser pour les mettre en Etats de faire assurer leurs intérêts, s’ils le jugent à propos.

404° Que ledit sieur Pluchon aura la consignation dudit navire dans l’étendue de l’Amirauté de Brest pourquoi il sera authorisé à représenter ledit sieur Bédouin armateur, et il lui sera alloué pour commission suivant l’usage du commerce.

41Lesquels conditions et obligations ont été acceptées ...

42Fait double et convenu de bonne foy à Brest, ce jour 20 janvier 1783.

ACTION D’INTÉRÊT PRIVÉE

43Source : A. D. I.-et-V. : 4 Fg 97.

44Navire : La Françoise.

45Je déclare intéresser M. Pierre Gabriel Jaurie, notaire et procureur à Aigre-feuille, de la somme de 16 669 livres dans la bâtisse, armement, cargaison et entière mise-hors du navire La Françoise, du port d’environ 800 tx, sorti de ce port de Saint-Malo le 9 juillet 1789, sous le commandement de M. Danycan l’aîné, pour le voyage des Isles de France et de Bourbon, les côtes de Coromandel et de Malabar, revenir en ce port de Saint-Malo ou tel autre de France, qu’il plaira à Dieu rendre sain et sauf.

46Pour mondit sieur Jaune participer dès le jour de la Sortie aux bons et mauvais événements qui peuvent être arrivés ou pourront arriver audit navire et cargaison pendant ledit voyage et autres ultérieurs et subséquents, et de laquelle somme de 16 669 livres je reconnais être saisi et consentir quittance.

47A Saint-Malo, le 28 février 1789.

48Société par actions

REMARQUES SUR LE COMMERCE MALOUIN

49Source : A. D. I.-et-V. : C1586.

50Placet au Roi (imprimé) des villes commerçantes du Royaume contre la demande des Malouins de faire franchir le port ...

51« Personne n’ignore que selon l’usage constamment établi pour les armements en course : il ne s’est fait à Saint-Malo et dans les autres ports du Royaume, aucune Entreprise de cette nature, que par la voie des souscriptions qui étaient divisées en actions d’un capital modique, font refluer les intérêts des Corsaires jusqu’à l’extrémité du Royaume ».

52Faudrait-il en déduire que les Malouins ont utilisé la société par actions plus facilement que les Nantais, ou bien ceux-ci n’ont-ils joué qu’un faible rôle dans la course française parce qu’ils ne voulaient pas utiliser la société par actions ?

MONTANT DE « MISE-HORS »

53Abréviations : S. Dom. = Saint-Domingue.
A.F.R. = Affrété par l’autorité royale.
Nouv. Ang. = Nouvelle Angleterre.
Avances = Avances à l’équipage.

MISE-HORS : ARMEMENT DE GUER

Source : A. D. L.-Atl. : 8 J 10.

MISE-HORS : ARMEMENT DE GUER

Source : A. D. L.-Atl. : 8 J 11.

MISE-HORS : ARMEMENT DE GUER

Source : A. D. L.-Atl. : 8 J 10.

MISE-HORS : ARMEMENT DE GUER

Source : A. D. L.-Atl. : 8 J 11.

MISE-HORS : ARMEMENT DE LA VILLE

Source : A. D. I.-et-V. : 4 Fg 45.

MISE-HORS : ARMEMENT BALLAN

Source : A. D. I.-et-V. : 4 Fg 42.

54Pour que ce produit revienne net aux armateurs, et pour introduire une plus forte quantité de Noirs, au lieu de la Commission de 5 % et ce que l’on donne au capitaine, il faudrait la changer en port-permis... ».

MISE-HORS

Fonds Bertrand de Cœuvres

Fonds Bertrand de Cœuvres

Source : A. D. L.-Atl : 16 J 1.

55Ce tableau illustre la diversité des habitudes comptables concernant les mises-hors.

Source : A.D.L.-Atl. : 16 J 1.

MISE-HORS

Fonds Chaurand

Fonds Chaurand

Source ; A.D. L.-Atl. : I JJ 26 à IJJ 28.

COMPARAISON AVEC L’ARMEMENT D’UN VAISSEAU DE GUERRE

Estimation de la dépense par le constructeur de LA BRETAGNE, l’intendant de la marine et le constructeur de Sa Majesté.
La Bretagne, vaisseau de 100 pièce

Estimation de la dépense par le constructeur de LA BRETAGNE, l’intendant de la marine et le constructeur de Sa Majesté.La Bretagne, vaisseau de 100 pièce

Source : A.D.I.-et-V. : C 4712. — Date : 12-11-1762.

EXEMPLE D’ARMEMENT POUR LES INDES

Compte d’achat, armement, mise-hors et cargaison du vaisseau Le Marquis de Castries, capitaine Mr. Winsiow, sorti de Lorient le 7 mai 1772 à destination des Indes et de la Chine.

Compte d’achat, armement, mise-hors et cargaison du vaisseau Le Marquis de Castries, capitaine Mr. Winsiow, sorti de Lorient le 7 mai 1772 à destination des Indes et de la Chine.

Source : A.D.I.-et-V. : 4 Fg 24.

QUELQUES EXEMPLES DE COMPARAISON DU COÛT DE LA MISE-HORS ET DU DÉSARMEMENT

Fonds Bertrand de Cœuvres

Fonds Bertrand de Cœuvres

Source : A.D.L.-Ad. : 16 J 1.

EXEMPLES DE RÉPARTITION DE PARTS DE NAVIRES

EXTRAITS DU PROCÈS DE L’AIGLE

Destination : Commerce avec l’Amérique centrale ; officiellement déclaré pour les « îles d’Amérique, course, guerre et marchandises ».

Destination : Commerce avec l’Amérique centrale ; officiellement déclaré pour les « îles d’Amérique, course, guerre et marchandises ».

Source : A.D. L.-Atl. : C 747.
Date : 1712.
Armateur : Souhigaray, 7,75/
16.

56« Dans l’usage du commerce il faut un homme à la tête d’une entreprise, et cet homme est connu dans tous les ports de l’Europe, sous le nom d’Armateur, a la direction de tout. C’est lui qui est chargé du détail de l’armement, de la correspondance et du désarmement ; il fait les déclarations et prend dans les Bureaux les expéditions nécessaires ; s’oblige de faire revenir le navire dans le port et de représenter l’équipage, sous peine de 10 000 livres d’amende, il paye et reçoit les actions... En un mot, c’est l’homme de l’armement et en cette qualité il est tenu de rendre compte de sa gestion. »

QUELQUES TAUX D’ASSURANCES D’APRÈS LE FONDS BERTRAND DE CŒUVRES

Source : A.D. L-Atl. : 16 J 2.

FONCTIONNEMENT DE L’ASSURANCE ANGLAISE EN TEMPS DE GUERRE

57Source : A.D. L-Atl. : II C 2860, Not. Urien, acte du 14 mai 1756.

58Enregistrement de « l’acte par lequel Orry et Compagnie, négotiants à Nantes, déclarent céder et abandonner au sieur Dunwell, négotiant à Londres, les effets et les marchandises chargées dans le navire la Seine, capitaine Viau, à Léoganne, isle de Saint-Domingue, par les sieurs Boisgérard, Dugué et Compagnie à la consignation des sieurs Orry ... attendu que ledit navire a été pris par les Anglais et amené à la Jamaïque où il est encore détenu, lesdits sieurs assurés renonceant à leur intérêt dans ledit vaisseau et chargement en faveur dudit sieur Dunwell qui a assuré pour compte lesdits sieurs Orry et Compagnie 500 livres sterling le 2 février et 252 livres sterling le 5 du même mois, parce que le sieur Dunwell leur fera tenir compte de remboursement de ladite assurance à raison de 98 %, déduction faite de la prime qui est de 30 guiñees sur 100 livres sterling ».

MISES-HORS DE LA PREMIÈRE MOITIÉ DU XVIIIe SIÈCLE

Source : Registres de Faillites, A.D. L.-Atl. : B 5598 à B 5620.

EXTRAITS D’UN CONTRAT D’AFFRÈTEMENT ROYAL

59Source ; AD. L.-Atl. : C 683.

60Traité d’affrètement du navire le Saint-Jean-Baptiste, du port de 318 tx 1/2, appartenant au sieur Augustin de Luynes.

61Affectation : transport de troupes.

62L’acte comprend 25 articles, le n° 4 spécifiant que les vivres des troupes embarquées seraient fournies par les munitionnaires de la marine ; le n° 8 que l’équipage du Saint-Jean-Baptiste serait formé de 8 officiers, 20 matelots et novices, 3 mousses, soit 31 personnes qui seront payées (article 9) par l’armateur.

63Article 13. — Moyennant quoi, il sera payé audit sieur de Luynes 18 livres par tonneau et par mois, faisant 5 733 livres par mois, à raison de 318 thonneaux 1/2 dudit navire Saint-Jean-Baptiste et ce tant pour le loyer du navire, de ses agrès, appareaux, manœuvres et établissements spécifiés à l’article 1, 2, 3, 4, 5 et 6 du présent traité, que pour les gages, soldes et subsistances de l’équipage...

64Article 14. — Le fret commencera à courir du jour que le navire se trouvera entièrement prêt, et de la revue qui sera faite de l’équipage ... et le fret finira du jour de la rentrée dudit navire au port de Nantes.

65Article 15. — La nourriture des officiers embarqués, y compris celle de leurs domestiques qui vivront dans la desserte, sera payé audit sieur de Luynes sur le pied de 3 livres par jour pour chaque officier et ce à commencer du jour de l’embarquement des troupes jusqu’au jour de leur débarquement.

66Article 16. — Trois mois de fret seront payés d’avance dans le mois. Si le navire était de retour avant 3 mois, l’armateur conserve la totalité de cette somme (soit 17 199 livres).

67L’article 19 spécifie que si le navire était coulé par « événement de guerre », il sera remboursé par l’autorité royale sur la base d’une estimation juridique faite avant le départ du navire. Il en va de même pour les dommages « de guerre ou de mer ».

LES DANGERS DU COMMERCE MARITIME

68Source : A.D. L.-Atl. : B 5608, Poulain de Bouju (1727-1733).

69Extrait d’une lettre déposée le 14 juin 1729 :

70« ... Je succombe enfin sous le poids des affaires, mon heure est venue, je pers l’honneur, ma patrie, ma femme et mes enfants ne pouvant plus rester plus longtemps en France après mon désastre. Je vous laisse l’état du bien qui me reste et celuy de mes dettes...

71Lorsque j’eu acheté la terre de la Chauvinière, je n’avais plus d’intérêts sur mer et n’y voulais plus songer, cette terre me fut retirée en billets de banque ... de sorte que je me trouvais ruiné. Comme j’avais gagné sur mer dans les volages du Solitaire depuis 1716 jusqu’en 1721, je cru devoir tenter la même fortune au lieu de faire attention que les conjonctures étaient changées par la variation des espèces et plusieurs autres circonstances. Je trouvai malheureusement du crédit, depuis ce tems j’ay fait des pertes immenses à Saint-Dominque, à la Martinique, en Espagne... le voïage de Guinée que j’avais projette était un dernier effort et comme un coup de désespoir. J’espérais qu’à force de crédit d’argent à la grosse et de quelques intérêts venir à bout de l’entreprise, et que les profits de ce voïage m’ayderaient à payer mes debttes.

72Me voyant abimé, j’ai cru devoir vendre ma terre parce que j’en trouvais un bon prix et que la vente judiciaire aurait encore coûté beaucoup à la perte de mes créanciers.

73... Enfin, Monsieur, je n’ay retenu ... que 3 200 livres qui est la dotte de mon épouse dont je ne luy ai laissé que 1 200 livres, ai déposé en main tierce 1 000 livres pour luy remettre en ses besoins, et n’ay emporté avec moi que 1 000 livres qui doit me suffire pour le peu de temps qui me reste à vivre ... Les hommes ne doivent pas me pardonner, mais j’espère que Dieu me fera grâce n’ayant jamais eu l’intention mauvaise et n’ayant péché que par un désir imprudent de me relever des pertes des billets de banque qui m’avaient ruiné et de regagner du pain à ma femme et mes enfants. L’état de ces pauvres enfants et de mon épouse me touche de compassion. Leur âge, leur innocence, les bonnes qualités que j’avais reconnues dans la mère qui m’a toujours tendrement aimé, celles que je vois naître de jour en jour dans mon fils et ma fille, ces tristes réflexions achèvent de m’accabler. Le ciel en prendra soin et ne leur imputera pas ma faute.

74... Si ce traité était encore possible ... je crois que l’envie de pouvoir gagner peu à peu une partie de ce que je devrais de reste me donnera la force et le courage de travailler et d’aller jusqu’aux isles de l’Amérique si je croyais y pouvoir faire quelque chose. Mais quelle apparence n’ayant ni fond, ni confiance, ni crédit, ni plan, ni occasion... ».

MISE-HORS DE NAVIRES : RÉCAPITULATION

MISE-HORS — TABLEAU RÉCAPITULATIF

Source ; A.D. L.-Atl. : 6 JJ 30-31.

PRIX DES PASSAGES À LA FIN DU xviiie SIÈCLE

Source ; A.D. I.-et-V. 4 F c 10.

75Depuis le règlement des passages de 1768, les denrées ont tellement augmenté de valeur que les passages des particuliers ont presque doublé.

MÉTHODE POUR APPRENDRE A TENIR LES LIVRES A PARTIES DOUBLES

76— 1745 —

77A la plus grande gloire de Dieu.

78Tenir les livres de comptes à parties doubles cest la science de diriger et former des Comptes par débit et par crédit suivant les règles claires et distinctes cy après qui donnent la parfaite connaissance de rendre à chacun ce qui leur appartient par droit et par raison.

79Toutes les formes de commerce qui se font dans le monde en général se divisent en trois principaux chefs sçavoir :

le premier en affaires particulières,
le second en affaires de commission,
le troisième en affaires de société.

80Nos affaires particulières sont domestiques ou étrangères, les commissions se divisent aussi en domestiques ou étrangères et les sociétés se subdivisent aussi à proportion suivant la table du commerce qui se met cy-après en forme de questionnaire par demandes et par réponses après avoir traitté de la nécessité des Livres qui conviennent à un négotiant et des Comptes généraux et particuliers dont il faut se servir.

81Pour vous faire bien comprendre la division et la subdivision des trois principaux chefs de commerce qui se fait par tout le monde, je vous dirai que les affaires particulières sont subdiviséz en affaire domestiques et étrangères, les domestiques sont celles qui sont gérées par nous-mêmes et par notre famille sans l’assistance d’aucuns étrangers ; les affaires étrangères sont celles que nous ny notre famille ne pouvons faire sans le secours d’un correspondant étranger ce qui nous oblige d’envoyer nos marchandises à des amys de païs Etrangers pour les y vendre pour notre compte particulier.

82Les Commissions se subdivisent aussi en domestiques et étrangères. Les affaires domestiques sont celles gérées par nous ou par notre facteur et commis seulement pour le compte du marchand ou des associez que nous servons en commission. Les étrangères sont celles qui ne se peuvent faire par nous, par notre facteur ny par notre commis, mais par les correspondants d’un autre païs Etrangers auquel on envoie nos marchandises en commission pour y être vendues, et la vente ne pouvant san faire par notre commissionnaire dans son païs, ainsi les ayant envoyés à Dautres il en reçoit les retours et en devient notre débiteurs ou à Ceux à qui appartiennent les marchandises à luy remises.

83Les Compagnies ou Sociétez sont de plusieurs sortes, les sociétez se distinguent et dirigent ordinairement en trois manières, rçavoir :

la première par moi-même,
la seconde par mon associez,
la troisième par une personne non intéressé

84Chacune des trois personnes peut avoir la direction entière ou en partie entière en faisant l’achapt et la vente, en partie ne faisant l’achapt et la vente. Les sociétés se gère par trois métodes dont voyes la mellieure pour l’achapt des marchandises débitées, les marchandises en société en créancier ordinaire, par exemple, à caisse si vous lacheptez comptant et si c’est à crédit débitez les marchandises à celui a qui vous les tenez ou les avez achepté. Pour la proportion de votre associé débitez son compte courant à son compte en compagnie et par concequent creditez son Compte en Compagnie par son Compte Courant.

85Pour les ventes débitez les débiteurs ordinaires du de( ?) marchandises en société et créditez les dites Marchandises par les débiteurs ordinaires ou par ceux à qui vous vendez.

86Pour les fraix desdites Marchandises débitez à depence ou à Caisse pour le profit ou la perte si le crédit excède le débit, l’exédant du profit pour lequel il faut débiter lesdites Marchandises a divers, sçavoir à votre associé son compte en Compagnie pour sa part, et à profits et pertes pour la vôtre. Et sie y avait de la perte, débitez divers aux Marchandises sçavoir votre associé son Compte en Compagnie pour sa part et profits et pertes pour la Vôtre.

87Notez

88que je ne parle icy des sociétez qua cause quelles suivent après les affaires particulières et commissions, ainsi il ne faut vous y appliquer que lorsque vous serez plus avancé et vous en aurez besoin.

CHAPITRE PREMIER

EXPLICATION DES TERMES LES PLUS ORDINAIRES DANS LES COMMERCES TANT PAR MER QUE PAR TERRE POUR BIEN COMPRENDRE LES EXPRESSIONS DONT ON SE SERT DANS LE JOURNAL ET LE GRAND LIVRE.

89A. accepter : une lettre de change est promettre de payer dans le temps limité et prescrit la somme quelle contient.

90agé ou agir en fait de Banque est la différence quil y a de la monnaye courante dun Lieu à celle de Banque, ce qui est Ordinairement réglé à tant % ou agé cest proportionnellement une augmentation sur largent ainsi il est à l’égard des payements en argent monnaye ce que le bon poids est à l’égard des Marchandises.

91assigner cest donner à un créancier pouvoir de recevoir d’un débit une somme soit pour demeurer quitte ou à bon compte d’où vient que le lon dit faire transporter d’une lettre ou promesse de recevoir.

92assurer cest répondre de tout ou parties des marchandises chargées et envoiées en un navire par mer moyennant un certain profit qu’on en reçoit en tant % qu’on appelle prime.

93B. banque est un amas ou fonds d’argent qu’une république (!) ou État a reçu de plusieurs particuliers intéressez comme la Banque de Lion, de Venize, damsterdam, Dahambourg (!).

94bénéfice est un profit ou gain fait sur les commissions, sur les prêts ou sur les payements avant le Terme et cest dou viennent ces mots de provisions Intérêts Changes et Escomptes.

95billan que lon apelle en finance Estat final d’un Compte est une Balance ou Justesse ou solde générale de tous les Comptes du Grand Livre qui renferme l’État de toutes les affaires du négotiant. Lon observera qu’il s’en fait souvent un Billan Volant pour reconnaître seulement l’État de vos affaires de mois en mois ou d’an en an selon la volonté et l’exactitude du négotiant.

96C. capital est un terme qui tient la place de Chef de négoce et sous lequel on comprend tout son bien à fond. On remarquera quil n’est en usage que dans l’inventère, mis au commencement d’un journal ou lon voit le maître du négoce Créditeur de tous les effets quil a dans sa possession et débiteur de tout ce quil peut devoir à d’autres.

97caisse ou casse : Terme de commerce Cest le maniment ou le lieu où l’on met Largent Comptant, ce nom a été tiré de la caisse ou coffre ou l’on laisse ordinairement largent en dépost.

98cargaison : est un envoye d’un ou plusieures sortes de marchandises ou effets en mer ou en quelque lieu éloigné que lon confie à un capitaine ou à un officier de navire pour les consigner à un commissionnaire demeurant au Lieu de leur destination.

99change : proprement mis et une Négociation Dargent qui se fait de place en place par exemple un marchand de Saint-Malo a besoin Dargent à Londres il sadresse à un particulier qui en a lequel lui fait une Lettre de Change suivant la somme et le prix dont ils conviennent.

100charte-partie : est un contrat maritime passé entre le propriétaire-armateur ou capitaine d’un navire et celui qui le prend à fret pour toute la cargaison.

101crédit dou vient le mot de Crédit ou de Créancier sert à exprimer tout ce à quoy ou à qui il est dû.

102D. débit dou vient débiteur ou redevable, représente tout ce qui doit ou tout ce qu’il reçoit.

103dettes actives sont celles qui nous sont due par Autruy, ou en vertu desquelles nous avons le droit de demander ou intenter contre le débiteur.

104dettes passives sont celles que nous devons ou en vertu desquelles les Créanciers nous peuvent faire souffrir.

105E. effets est un terme par lequel on etend (!) Largent, les Meubles et immeubles, Les Marchandises, les Dettes actives et générallement tout ce qui sert à négotier et que l’on a en sa possession.

106escompte est une sorte de rabais ou diminution en fait Dargent monnayé qui sapelle bénéfice à Légard de Celuy qui paye avant le terme et perte pour Celuy qui reçoit.

107F. fonds est tout le bien quon possède. C’est d’où vient son, ou mon compte de fonds.

108fret est le prix et Louage d’un vaisseau ou de la Conduitte de quelques marchandises par mer.

109G. grosse aventure est de donner de Largent à Laventure ou au risque de la mer à un capitaine ou officier de navire qui voyage sur la Mer moyennant 10 ou 20 ou 30 % pour aller et sy le vaisseau se perd celuy qui a donné Largent à la grosse perd tout sans avoir recours aucunnément à Celui à qui il a donné la somme principale.

110grosse en effet de marchandises signifie 12 douzaines de quelque chose, comme des bas ou des bouttons.

111I. intérest est un profit ou bénéfice à tant % ou bien au denier 18 ou au denier 20 que lon appelle dordinaire Change.

112L. livraison Des Marchandises est une sorte d’achapt ou de vente de certaines Marchandises ou Effets Livrables dans un certain Tems.

113N. négocier une lettre de change sur la place ou ailleurs est d’en trouver la valleur à perte ou à profit pour La donner.

114Numéro est représenté par un ou plusieurs chiffres par des Lettres alphabétiques ou par dautres marques dont on se sert dans le Commerce pour reconnaître les Marchandises de différentes natures.

115P. prolonger est une partie dûe Cest la Continuer pour un certain temps pour % de profit pour le Créancier.

116profit je dis prime est le prix quon donne aux assureurs qui se chargent des risques d’une Négociation maritime.

117protest est un acte de sommation d’accepter ou de payer une Lettre de Change avec protestation en cas de refus, de tous dépens Dommages et Intérest contre tous Ceux qui ont part à la Lettre de Change.

118provision Ce terme a deux significations dans le commerce. Dans lune il signifie le fond destiné pour le payement de quelque Lettre de Change et dans Lautre il marque la récompense qu’on donne à un commissionnaire pour faire les affaires, et en ce dernier sens, il y en a de deux sortes, Lune que lon appelle simple provision ou commission pour la peine de faire simplement des affaires, et Lautre double provision pour demeurer du Croire, Cest à dire afin que le commissionnaire outre sa peine se rend garend de la solvabilité des Débiteurs quil a cru ou fait.

119R. remise Cest quand un marchand ou Commettant de france remet à son commissionnaire une Lettre de Change pour recevoir pour Luy Largent quil a payé en France.

120S. solder ou Solde de Compte est la Cloture et le payement entier et la fin parfaite dun relicat de Compte. C’est le terme suivant Lusage des négotiants. néanmoins on peut douter pour la beauté du Langage sil faut dire soulte de Compte ou solde de Compte. Le premier terme tire son Étimologie du mot lattin sollutione et le Second tire la sienne du verbe italien Soldare qui veut dire affermir comme si un correspondant nétait bien affermi que par la ponctualité du parfait payement de la solde des Débiteurs.

121T. tare est une sorte de rabais faite sur le poids et tant % ou à tant par baril ou par poids marqué sur une caisse ou bien étant par balle par pièce ou par enveloppe.

122traitte Cest quand un marchand ou Commettant de France tire sur son commissionnaire ou correspondant une lettre de change pour payer pour luy Largent qu’il a reçu en France.

123U. us ou usange est ordinairement le terme du mois à commencer du jour que la lettre est écritte, il est Vray que ce terme d’Usance suppose un usage de plus ou de moins de jours que le nombre ci-dessous par rapport aux Lieux auquels on fait les dites Lettres.

124V. veue signifie la présentation d’une lettre de Change pour la faire accepter ou en recevoir le payement à veue ou à tant de jours de veue.

125voiture sentend des marchandises quon voiture par terre ou par des rivières car on dit fret pour celles qui vont et viennent par Mer.

126Fin

LES PRINCIPAUX LIVRES NÉCESSAIRES À UN NÉGOCIANT SONT

127le journal, notez que le journal se met dans le mémorial du côté recto et le Mémorial au côté verso,

128le grand livre ou livre de raison,

129le livre d’aide sont :

les livres des factures des marchandises receues, chargées ou envoyeez et leur fret,
le brouillard de caisse pour les réceptes, payements, achapts et ventes,
les livres de copie de lettres de la poste ou missives.
Les Noms de Chacun desquels Livres sera marqué AB et écrit sur les couvertures et le Journal et le grand livre contiennent tous les livres d’aide.

130le brouillard ou mémorial sert à écrire toutes les Négociations qui se font chaque jour chez les Marchands soit en acheptant ou vendant, troquant ou chargeant des Marchandises pour les Envoyer par mer ou par terre et y mentionnant le jour, le mois et l’an avec le poids et mesure, prix et numéro et marque de chaque espèce de marchandises achepté ou vendu, reçu ou Livré Ce jour avec les conditions de l’Achapt, vente, soit en argent comptant ou à terme, en troque ou à Condition des Comptes séparant par un trait Chaque partie de négoce sans y laisser d’intervalle.

131le journal contient la même chose que le Mémorial car chaque négociant qui arrive de Jour en Jour y est succimement (!) en débit et en crédit avec une ligne entre chaque article, il y a seulement cette différence que toute personne sans sçavoir tenir les livres peut écrire exprimer sa pensée ingénuement dans un Brouillard à part, car il n’appartient qua Celuy qui est versé et qui a l’expérience de tenir les livres à parties doubles, de faire le transport et de raporter les parties du Mémorial au Journal, mais ayant trouvé qui est plus facile et plus briève de joindre le Mémorial du côté verso ou gauche du Journal qui sy met du Côté recto ou droit, il est à propos que tous les Deux soient de La Même Écriture.

OBSERVATIONS SUR LE JOURNAL AU NOMBRE DE 7.

132Il faut le régler en sorte quil y ait une Marge raisonnable pour y mettre les marques par lesquels les Négociants connaissent les Balles et Thonneaux et ( ?) quils ont reçeues de Leurs Commissionnaires, Comettants ou autre comme aussi pour y marquer à Côté de Chaque Partie par un ou plusieurs caractères de Chiffres le Feuillet tant du débit que du crédit porté au Grand Livre, Laissant un espace entre les lignes diamétralles Mis au haut et à la tête de chaque feuillet pour y mettre tant du côté du Débit que du Crédit Lannée et la datte du mois auquel à la première partie de chaque page aura été Négotié.

133On doit observer que Chaque Partie doit être honorée par une ligne transversalle et on ne laissera point, comme il a été dit, d’intervalle quant la partie suivante aura été négociée le même Jour.

134Il faut qu’il y ait à côté de main droitte en tirant vers l’extrémité de Chaque page 3 autres lignes parpendiculaires réglées en sorte qu’on y puisse mettre distinctemenf les Livres, les Sols et les Deniers.

135Il faut commencer Chaque partie par la datte du Jour par le débit, continuer par le Crédit, exprimant ensuite la Somme, la Raison dou elle procède, les Circonstances de la Négociation et finir la Facture des effets, s’il y en a.

136Les conditions que Cette Règle prescrit se réduisent en six sçavoir :

137La première est le tems qui comprend la datte précise, le mois et l’année ou lon marque la partie reçue ou payé, l’achapt ou la Vente conclue ( ?), la Lettre de change tirée et enfin lorsque l’affaire a été faite.

138La seconde Le Débiteur a qui lon a donnée, ce qui comprend aussi tout ce que l’on reçoit.

139La troisième Le Créancier de qui lon a reçu Ce qui se doit entendre pareillement de tout ce dont on se prive.

140La quatrième est la quantité qui veut dire la somme de Combien on a reçu ou payé ou donné.

141La cinquième Est la Raison pour Laquelle cette somme est deue qui est la distinction de l’espèce.

142La sixième Est la Circonstance particulière du payement comme de sçavoir quand, comment, à qui lon doit et de qui lon reçoit.

143Dans la Négociation extraordinaire et dont les suittes ne sont pas bien présentées dans L’esprit du teneur des Livres il faut qu’après quil sera instruit des intéressez, comme de toutes les autres affaires, les Écrire sur des feuilles volantes en forme de Débit et de Crédit, afin que suivant le Rapport quon y découvrira on puisse connaître et assurer de leurs rencontres avec tout le reste du Livre et empêcher par ce moyen ou de Contre-Écrire les parties mal posées, ou de faire quelques Reïures quon doit Exactement éviter.

DU GRAND LIVRE À PARTIES DOUBLES

144Le Grand Livre qui par Excellence porte le nom de livre de raison est celui sur lequel se porte toutes les parties couchées aux autres Livres, découvrant les avantages que lon tire de la science des Comptes par la Comparaison quon y fait du débit au Crédit d’une même personne ou de quelque autre Nature d’affaires traittée séparément et dont les Négociants (sic). Étant renfermés dans le même feuillet, il est facile de juger si il a été plus reçu que payé ou si lon a perdu ou gagné. Lon voit aussi par le moyen de ce Livre Les effets d’une certaine qualité receues ou achepté mis du Côté de la main gauche, ceux que l’on a chargées, envoyées ou vendues du côté de la main droite. L’on remarquera que suivant les distinctions des Comptes Couchées, premièrement sur le Journal, il doit y avoir Pareillement autant de différences dans le Grand Livre ou les pages se correspondent, sçavoir dans le côté gauche et Droit sont employez (sic) et contiennent un seul compte à moins qu’on ait voulu lés séparer par deux ou trois Lignes transversalles pour y mettre autant de Comptes contenus sous peu d’articles.

145Il y en a qui portent les parties doubles du Journal au grand Livre que 8 jours en 8 jours, même d’un an, mais les bons négociants se doivent faire le plus souvent Leurs est possible pour éviter le Soupçon que Leurs Intéressez ou Autres pourraient avoir de la supposition ou obmission des Parties tant pour les profits que pour les Pertes. On ne doit pareillement pas porter au Grand Livre aucunes parties a moins quelle nait sa rencontre tant en débit qu’en crédit et Cest ce quoi consiste principalement les Comptes à Parties doubles, parce que sans Cette condition qui doit être inviolablement gardée on ne se pourrait pas balancer, cest pourquoi il faut que le débit d’une partie soit toujours égal au crédit de la même partie et quant le Contraire se rencontre c’est un signe très Évident quil y a de l’erreur. Supposons par exemple avoir achepté 20 pièces de draps de Mr. Adam quil faut porter au Grand Livre, je cherche

146premièrement Le Compte des Draps et les rend Débiteurs audit Marchant pour la somme quil ont coûté Spécifiant Le Nombre de pièces,

ensuitte je considère quil n’y a point de débiteurs qui nait son créditeur et que si mes draps sont Débittés à un Marchant, il faut les créditer, ainsi je cherche son Compte au grand Livre et sil ny en a point, je lui en ouvre un dans lequel je le rend créditeur par Draps pour la même Somme quils coûtent y spécifiant la qualité d’iceux.

147Il faut ainsi extraire suivant l’ordre des Temps toutes les parties du Journal et les porter en débit et en crédit au Grand Livre, mais il faut auparavent faire un alphabet ou Répertoire séparée et incérer au Commencement du Grand Livre ou lon écrira sur les feuilles réservées les 22 Lettres alphabétiques en gros caractères Chacunes desquelles contiendra le nom et le surnom des personnes qui Leurs conviennent soit en débit et en crédit, Celuy des Marchandises dont vous commercerez, et générallement tous les titres contenus au grand Livre auxquels noms et titres dans votre pépectoire (sic) seront adjoutées le nombre des pages du Grand Livre ou lesdits Comptes seront portées Tellement que toutes Les fois que vous voudrez y en coucher ou y en trouver quelqun vous puissiez voir facilement en quel endroit il est porté.

148Les pages de votre Grand Livre seront Réglées comme il se voira cy après Les deux premières Perpendiculaires serviran à mettre la datte du mois à la Droitte de chacunes desdittes pages vous tirerez 4 autres lignes entre les 2 premières desquels vous insérerez le nombre du Chiffre de la page qui vous renvoy au débit ou en crédit du Grand Livre, C’est à dire si le chiffre était du côté du débit il vous montre que cette partie est portée à tel folio. Est créditeur au contraire sil est du côté du Crédit, il vous dénottera la partie débitée à tel folio observant de mettre au haut de Cette Colonne la lettre P qui signifie payé.

149Il faut aussi chiffrer ou marquer par une lettre de Chiffre les feuilles de votre grand Livre commençant par 1, 2, 3, 4, etc, continuant la fin ou lon remarquera que chaque page verso et recto ne seront compté que pour un.

150Vous mettrez au bout de chaque Compte Le titre qui luy convient d’un gros caractère batard par exemple du côté du Débit vous direz :

151draps doivent, et du côté opposé, qui est le crédit, vous mettrez : AVOIR. Immédiatement après avoir posé Chaque titre en gros comme Celui-cy Cherchez dans votre alphabet la lettre D et y écrivez

152draps en y marquant le folio au nombre de la page où le compte Draps est ouvert dans votre grand Livre et vous remarquerez quon ne doit porter aucunes parties dans le Grand Livre qui ne soit dans le Journal à lexeption des soldes quon porte d’un compte à l’autre.

DÉFINITION DES COMPTES DU GRAND LIVRE — DU COMPTE ET CAPITAL

153Je dois ce qui en débit du Capital et on me doit ce qui est dans le crédit, le restant est ce que j’ay de bien ou la valeur de mon fond.

154de la caisse : Le débit de la Caisse contient la recepte des deniers comptant et le crédit ce que lon paye tirant le crédit du débit lexédent est la somme que l’on a dargent comptant en caisse. Dans chaque partie du Compte de Caisse il y a 3 circonstances à observer qui sont

  • premièrement le tems,

  • secondement la somme,

  • troisièmement à qui elle est due ou payée.

155du compte des personnes : Tout ce qui est au débit du Compte des personnes, Cest ce qu’elles me doivent et ce qui est en leur crédit. Cest ce quils m’ont payé ou ce que je leur dois. Dans chaque partie de ce compte, il y a 5 conditions à observer tant en débit qu’en crédit :

  • la première, le tems de la négociation,

  • la seconde la somme,

  • la troisième ce qui ou par qui elle est due,

  • la quatrième la raison pour quoi,

  • la cinquième les circonstances du payement comme de sçavoir quand et comment l’on doit payer ou recevoir.

156du compte des marchandises : Les débits des marchandises enseigne la quantité quon a achepté et à ce quelles reviennent, et le crédit marque leur employe et leur produit. Dans chaque partie des Comptes des Marchandises ou autres effets, il n’y a que 4 circonstances à observer :

  • la première qui est le temps de l’Achapt ou de la Vente,

  • la seconde la somme,

  • la troisième ce qui ou par qui elle est due,

  • la quatrième la quantité ou nombre des pièces.

157du compte des traittes : Le crédit marque toutes lettres de change qu’on a tirées sur vous, ou que l’on doit payer et le débit toutes celles qui ont été payées. Celles qui sont en crédit et qui ne sont point en débit sont celles qui restent encore à payer.

158des remises : Le débit du compte des remises enseigne toutes les Lettres que nous avons à recevoir et le crédit celles qui ne sont pas encore receues ou qui restent Encore à payer.

nota : que dans chaque partie des traittes ou des remises tant au Débit qu’au Crédit il y a 5 circonstances à observer, comme dans les Comptes des particuliers. Ceux-là ne sont mis en usage que pour éviter une multi-piicitées des Comptes quil faudrai ouvrir à Chacun de Ceux sur qui nous aurions des Lettres à recevoir ou à qui il en faudrait payer en vertus des acceptions par nous faites des Lettres tirées sur nous.

159des profits et pertes : Le débit des Profits et Pertes marque ce que l’on a perdu et le crédit ce que l’on a gagné générallement tout ce qui est dans le débit du grand Livre, hors le compte de Capital, cest ce qui m’est deu ou ce que jay de bien, soit en dettes, argent, effets ou ce qui est dans mon pouvoir ou dans celuy d’autruy.

160la ballance ou le billan doit, est considéré comme les autres Comptes, car son débit marque ce que le débit des Comptes du Grand Livre excède leur crédit lorsque le débit est plus fort ; et le crédit de la ballance marque ce que le crédit des Comptes du Grand Livre excède leur débit lorsque le crédit est tel d’un tel Compte est le plus fort.

161son et mon compte de tems ne sont propres qu’à des avares et usuriers. Les honnêtes marchands se comptantant d’expliquer dans les comptes courants quand les parties sont payables affin d’éviter la multiplication des comptes.

162les comptes des fonds ou de mise en compagnie ou de participation servent à exprimer la valleur des effets qu’un associé ou un particulier a mis, doit mettre ou met en société avec un ou plusieurs intéressez et Lon le spécifie dans ces sortes de comptes, ou l’intérêt pour lequel on y entre, sçavoir p % I.I/4.3 ou I/10.

163Son compte courant exprime les traittes et remises qui vous sont faittes pour compte d’autruy.

164mon compte-courant satribue proprement à mon facteur, correspondant ou commissionnaire qui est débiteur. Sous ce nom de toutes les parties quil me tire ou ce que je lui remets, comme aussi de toutes les ventes qu’il fait au comptant et des achapts quil fait pour moy au Comptant des traittes que je fais pour luy ou des remises quil me fait de mon ordre, enfin c’est l’opposé de Son Compte-Courant.

DU LIVRE DE CAISSE :

165Le livre de caisse contient tous les Receptes ou de bourgs (!) D’argent fait par Votre Compte ou Celuy d’autruy soit en particuliers ou pour le Compte de Compagnie, tout l’argent que vous recevez sera couché du débit et tout ce que vous payerez sera du côté du crédit de votre livre de caisse, lequel sera réglé et chaque page marqué comme votre grand Livre, spécifiant à Chaque somme le jour, le mois et l’an auquelle aura été receue ou payé et pour compte de quoi, et de qui, par ce moyen vous découvrirez en tous tems combien vous aurez d’argent en caisse et à la fin de chaque mois vous compterez vos receptes et payements que vous passerez dans un seul article au compte de caisse dans votre grand Livre, couchant l’argent receue du côté du débit et l’argent payé du côté du crédit.

DU LIVRE DES FACTURES :

166En ce livre on copie les factures de toutes les marchandises chargées pour votre Compte ou pour Compte d’Autruy avec les fraix d’icelles, commançant au côté gauche en Continuant ainsi tout le Livre et Luisant Le côté droit du Livre en blanc afin que sur Lavis de la Vente que vous aurez de votre Correspondant des dettes marchandises vous Ecrirez toutes les Circonstances qui en dépendent.

167Il faut observer 10 Circonstances dans Les factures :

  1. de mettre en teste de ce Livre le mot de factures en gros caractère,

  2. La quantité de marchandises Soit en thonnaux, Caisse ou Ballots,

  3. Le nom de Celui pour qui Cest,

  4. Le lieu de leur destination et Consignation,

  5. Les Particularitez des pièces, poids, mesures, aunages, Nos et marques,

  6. Le prix de l’achapt,

  7. Les fraix faits rendu à Bord,

  8. La Commission et provision,

  9. Le lieu de la facture cest à dire ou elle est faitte et la datte,

  10. Le nom du vaisseau et du Capitaine ou elle sont Chargées.

168Exemple : Facture de 3 balles de Bretagnes Larges Chargées pour le Compte et risque de moy Pierre Durochet Rousselin, sur le navire Le Sauveur, capitaine Pierre Thomas Potier, s. de la fontaine à la consignation de M. Jean Lainé à Cadix marqué comme en marge

169Payé pour Embalage, Droits et fraix au Chargement

170d’icelles 50 2 900

171On met la Commission à 2 % Si cest pour autruy.

172A Saint-Malo le 1e Septembre 1745, P. Rousselin Durochet, sauf Erreur ou préjudice ou obmission.

173Quand on reçoit une facture dun Correspondant on la Copie sur le même Livre tenu à Rebours verso, et lon adjoute les fraix et Droits à la réception des dittes marchandises et les fraix a Leurs vente du Côté droit.

MANIÈRE DE COMMENCER LE JOURNAL ET LE MOYEN DE FAIRE L’INVENTAIRE DE TOUT VOTRE BIEN EN GÉNÉRAL

174Avant de commencer vôtre Journal, il faut faire l’inventaire de tout votre bien au fond, commenceant par ces mots : au nom de dieu, ainsi soit-il, journal commence a saint-malo, et voyez sur ce sujet le journal pratiqué, ensuitte vous Continuez à mettre votre argent comptant et après les effets et marchandises qui vous appartiennent, les Cargaisons envoyez en mer, pour votre compte particulier ou pour compte d’autruy, ou en Société et généralement tout ce qui vous est deü pour vous faire débiteur à vous-même ou à vôtre Capital, par exemple supposons que vous ayez 1 000 livres en Caisse, vous direz

175caisse doit à capital 1 000 livres que jay trouvé ce jour en ma Caisse,

176Si vous avez du poivre ou autre marchandise à vendre, vous direz aussi

177marchandises doivent à capital la somme ou tant pour tant de Balles ... spécifiant la quantité de poids et de prix de Chacun.

178Supposons encore avoir envoyé à Hangsbourg 120 Banques de vin pour y être vendu pour mon Compte, sçavoir vous direz :

179cargaison à hangbourg doit à capital 3 600 livres pour 120 Barriques de Vin Chargé dans le navire Le ... Capitaine ... un tel et à Ladresse d’un Tel et Tel.

180Enfin si quelqu’un vous dit par acte, promesse ou autrement faites-le le débiteur à Capital, par exemple le s. Jean Lainé me doit par promesse 1 400 livres dites

181Jean Lainé doit a capital par promesse du ... payable le 4e du Mois, etc, 1 400 livres.

182Pour éviter une répétition Ennuyeuse dites

183divers doivent a capital. Il suffira de dire une seule fois après le titre de votre inventaire et dire

184compte divers doivent a capital pour la somme de tant pour le montant de tant, Exprimant tout le fond en une Somme, tant pour le montant de ce que jay dargent Comptant que des marchandises et dettes actives.

185Au contraire Si vous êtes en dettes par acte de promesse ou autrement vous rendrez votre Capital débiteur a Chaque personne pour la Somme de tant qui leur est du ; exemple :

186capital doit a compte divers la somme de tant. Mentionné toutes les Sommes que vous devez en un seul, voyez l’inventaire.

187Linventaire Etant fini, vous Continuerez à porter dans le journal les Négociations de chaque jour, remarquant que Chaque partie que vous couchez dans le Journal a 2 Denominations, sçavoir le débit et le crédit, Le Débit est largent ou marchandises que vous avez achepté, emprunté ou reçu et pour parler en terme de Compte Cest celuy qui achepte, emprunte ou reçoit de vous : Cest le débit ; et le Crédit est la personne qui de vous a achepté, emprunté ou reçu de Largent ou marchandises.

188Autrement Cest Largent que vous prestez ou La marchandises que vous vendez ou livrez qui reçoit le nom de Créditeur.

189Toutes les parties Portées au journal y doivent Estre Ecrittes proprement Sans Reïures ny interligne de Chaque article y Couchez, y doit estre exprimé d’un Stile intelligible et bref sans Répétitions de mots vains et Superflus, ainsi il ne convient pas à toutes sortes de personnes Sil n’est expérimenté dans la Science des Comptes à parties doubles ou il sagit de bien Examiner Chaque chose avant de la Coucher, comme de Sçavoir bien Connaître le Véritable débiteur pour le Charger et bien Connaître aussi le Créditeur pour le décharger ce qui étant bien Expliquée Suivant les Règles cy-après on ne pourra se tromper si on lobserve bien.

RÈGLES CERTAINES POUR TROUVER LES VÉRITABLES DÉBITEURS ET CRÉDITEURS DE CHAQUE ARTICLES DU JOURNAL A PARTIES DOUBLES

190Comme chaque article que l’on veut Écrire dans le Journal doit contenir un débiteur qui en doist estre Chargé ou Débité, et un Créancier qui en doit estre Déchargé ou Crédité, on Observera ce qui suit pour le trouver :

191Sçavoir

192Pour le Débiteur, voicy une maxime certaine

tout ce qui entre sous ma direction ou en mon
pouvoir est debiteur ou doit etre debite.
tout ce qui sort hors de mon pouvoir et ma direction
est créditeur ou doit etre crédité.
celuy a qui ou pour compte de qui on paye ou envoye
ou fournit ou lon remet est débiteur.
celuy de qui ou pour qui on reçoit, qui envoye, qui
fournit et qui remet est créancier.

DES DIFFÉRENTS ARTICLES FORMÉS PAR L’ENTRÉE ET PAR LA SORTIE DES EFFETS

193L’entrée et la Sortie des effets formant 4 articles ou il entre et il sort quelque chose comme quand on a achepté des marchandises et il sort de Largent, ainsy dans ce cas ce qui entre doit et ce qui sort est créancier ou créditeur.

194Ou il entre quelque chose et ne sort rien, Comme quand on a achepté des Marchandises à Terme ou que l’on reçoit payement de quelqu’un, alors ce qui entre doit a celuy qui fournit ou qui paye, ce qui entre est Créancier et doit estre crédité.

195Ou il n’entre rien et sort quelque chose, Comme quand on vend des Marchandises à Terme ou quand on a payé quelqu’un, dans ce cas ce qui sort ou ce que lon paye est Créancier et celuy qui reçoit et ce qui sort est débiteur.

196Ou il nentre rien et ne sort rien, Comme quand un de mes Correspondant tire pour mon Compte sur un autre ou qui luy remet de mon ordre, alors Celuy qui reçoit pour Moy est débiteur.

197Remarquez que quoy que dans ce Dernier Cas, il nentre aucun effet directement Sous moy, ny quil nen sorte pas, il est néanmoins Certain que Celuy à qui on remet reçoit un effet qu’il doit tenir à ma disposition et qui par conséquant entre sous ma direction Tacitement et que Celuy qui remet ou Envoye un Effet à moy qui sort de Sa disposition et possession aussi en Explicant les principes celuy qui reçoit pour moy est débiteur de ce qui reçoit ou de ce qui entre à moy Chez luy, et celuy qui lui envoye lesdits effets qui sont a moy est créancier ou Créditeur de Ce qui lui fournit à moy.

198Remarqués sur Lentrée et la Sortie des 3 Sortes d’effets comme dans les affaires ordinaires du Négoce, il ne peut entrer et sortir que 3 sortes d’effets qui sont

  • Largent Comptant,

  • Marchandises,

  • Lettres et billets de Change,

199et que Chaqun de ces effets a un Compte particuliers qui le représente. Il s’en suit que Lorsque un de ces effets entre, le Compte qui le représente en est débiteur, mais le sujet qui le produit est Créditeur et le sujet pour qui il a fourny est débiteur. Car Cest une Loy Générale que de Chaque Effets qui entre ou en débit ou que lon en charge quelque Compte Lequel doit Estre Chargé ou Crédité Lors de la sortie.

200Ainsi il entre de Largent en Caisse qui le représente doit estre ou sil en sort elle est crédité ou Créancier (sic) Sil entre des Marchandises Elles doivent, et sil en sort elles sont Créancières.

201Sil entre des Lettres, Billets, Change, que je garde en ma disposition, le Compte de Lettres et Billets à recevoir doit, et sil en sort, il est Créancier.

PRINCIPE POUR FORMER LES ARTICLES DANS LE JOURNAL

202Les articles que lon forme dans le Journal Doivent estre composées de 7 Parties, savoir

  • La datte,

  • Le débiteur,

  • Le Créancier ou le Créditeur,

  • La Somme,

  • Laction et Comment pble (sic),

  • La quantité et la qualité,

  • Le prix.

203Les 4 premières parties sont invariables dans tous les articles. Cet arrangement est bien dirigé, à cause des factures qui composent ordinairement la quantité est fort commode pour les achapts de les ventes.

MÉTHODE POUR FORMER LES ARTICLES DANS LE JOURNAL SUIVANT LES PRINCIPES PRÉCÉDENTS

204On portera la datte dans la place qui lui est destiné.

205On cherchera le Débiteur en Examinant Ce qui entre et on le posera au commencement de Larticle.

206On cherchera le Créancier ou Créditeur en Examinant ce qui sort.

207Mais un article ou il nentre rien on Examinera Ce qui sort et ce sera le Créancier et Celuy qui reçoit, Ce qui sort sera le Débiteur, et en un article où il ne sort rien il faut examiner Ce qui entre et ce sera le Débiteur et Celuy qui a fourny ce qui entre sera le Créditeur.

208Après le Créditeur on posera la Somme à laquelle monte Larticle.

209On expliquera ce qu’on a fait, comme achepté ou vendu et quand et comment Larticle est payable, ensuitte le détail ou la facture sil y en a.

210On portera le prix au bout de la Ligne près la somme totalle de Livres, sols et deniers, laquelle on tire ensuittes Dans les Lignes.

APPLICATION ET EXEMPLE D’UN ACHAT DE MARCHANDISES QUE LON PAYE COMPTANT

211Le 2e janvier 1740

212Débiteur 5 vin doit a caisse 1 600 livres achepté de Duval

213Créditeur 2 Comptant 16 Barriques Vin de Bordeaux à 100 livres la Barrique 1 600

EXEMPLE DE VENTE A TERME

paul doit a vins 1 200 livres luy vendu en 3/m 10 Barriques de Bordeaux à 120 livres la Barrique 1 200
exemple dune recepte a compte ou caisse, le n° 5, la première partie ne se trouve pas
caisse doit a pierre 1 000 livres receu de Luy à Compte 1 000

214Enfin vos parties étant bien Couché et disposées dans le Journal en peu de mots bien significatif Suivant les Règles qui Enseignent à trouver le Véritable Débiteur et Créditeur, vous vous Laporterez ou passerez du Journal au grand Livre dans lalphabets duquel vous chercherez les noms de votre Débiteur et Créditeur. Et sil en a point, de Comptes ouverts, vous en formerez un En une seule Ligne bien expliquée et sitot que votre Débiteur y sera Couché comme le vin ci-dessus, voyez à quel feuillet du grand Livre votre vin sera débité et faites un trait au droit dudit vin audessus duquel vous marquerez le feuillet où il est débité et supposé que ce soit au feuillet 5, mettez sur le trait au journal 5/2 qui marquera votre Débiteur ; et supposé que vous laliez Créditer à la Caisse folio 2 mettre 2 au journal sous le trait pour y marquer quil est Crédité au folio 2 ainsi des Autres.

DU FAMEUX COMPTE DES PROFITS ET PERTES ET LORDRE QUIL Y FAUT GARDER

215Il est absolument Nécessaire quen quelque endroit de votre grand Livre vous érigiez un Compte des profits et pertes tant en Débit qu’en Crédit, du côté du Débit vous écririez toutes vos pertes et du Côté du Crédit tout ce que vous gagnez. Ce Compte est d’une grande utilité pour la balance de vos Livres comme vous verrez ci-après.

216Je suppose avoir reçeu une somme Dargent pour Laprentissage dun garçon ou pour un don ou une succession à la mort dun parent ou que jay payé de Largent avant Léchéance du Terme à Condition de discompte et tout Cela est réputé profits. Ainsi la Caisse en doit estre Débité et le Compte de Profits et Pertes Crédité.

EXEMPLE AVOIR PROFITS ET PERTES

217Au contraire pour tout Largent payé sans espoir daucun remboursement Comme Largent payé, Laprentisage de mon fils chez un marchand, pour argent donné en mariage à une fille, pour argent qui nous est payé avant que dêtre dû Sous lequel on a discompté à notre perte ou pour argent reçeu pour entier payement d’une plus grande somme deu par une personne devenue insolvable ou qui a fait Banqueroute, faites profits et pertes débiteurs. Supposons que Joseph Tranchant me doivent 500 livres pour du vin que je luy avais vendu, étant devenu insolvable il Compose avec moy et moffre 10 sous pour Livre de perte pour payement ce que jaccepte et lui donne quittance, il est évident que ne me donant plus rien, il le faut décharger dans mon grand Livre et le Créditer par Caisse pour les 250 livres reçeu et par profits et pertes pour les 250 livres lui rabattus par Composition et le Débiteur (sic).

EXEMPLE : PROFITS ET PERTES DOIVENT

218Pour plus grande intelligence de Ce Compte, voyez Celui du grand livre et Lorsque lon parlera de la Ballance on Enseignera à solder ce Compte de profits et pertes à folio...

MOIEN DE SOLDER UN COMPTE ET EN PORTER LA SOLDE A UN AUTRE FEUILLET

219Souvent il est à tant de parties dans le Débit et dans le crédit d’un Compte quil se trouve rempli. Quand Cela arrive et quil ny a plus de place qua solder, ajoustez du côté du Débit et Celuy du Crédit et voyez de Combien Lun excède Lautre et en portez la différence à son Côté opposé avec la lettre R à Côté qui signifie Reste, le dit Compte sera ainsi balancé. Ensuite vous transporterez la Solde à la prochaine feuille vaccante, non du même côté, mais à son oposé, et si le débit excède le Crédit, vous porterez léxès au Côté du Crédit pour Balancer le vieux Compte, et pour en recommencer un Nouveau, porter ledit excès à son Débit, Disant arresté Comme au feuillet tant.

INSTRUCTION POUR FAIRE LA BALLANCE ET LE BILAN DU GRAND LIVRE TENU A PARTIES DOUBLES

220Toutes les parties du Journal Étant passées au grand livre tant en Débit quen Crédit il ny a qua procéder à Lessay dune Ballance qui est le principal But de notre Entreprise et sans laquelle nous ignorons si les parties y sont bien ou mal portées.

221Pour y parvenir ajoutez tous vos Comptes et passez les sommaires du Débit de Chaqun d’iceux sur le Côté gauche dune grande feuille de papier et le Crédit de Chaque Compte aussi sur le Côté droit de laditte feuille, ensuite adjoutez tous les Comptes en un seul sommaire tant au côté gauche que du droit de votre feuille et si les deux Côtez sont semblables Cest une preuve assurée que vos parties sont bien passées et que chaque débit a sa rencontre. Mais sil y a au Sommaire du Côté du Débit ou du Crédit de la Différence entre eux, cest signe quil y a erreur ou obmission. Pour Découvrir L’erreur, sil il y en a, il faut pointer tout le Journal et le grand Livre commençant par le premier article du journal prenant garde que la Somme soit portée au véritable Débit du grand Livre et quelle sy accorde, faisant un point devant laditte Somme au grand Livre et un autre point au journal devant le Chiffre qui indique le folio du Débit pour marquer que Cette article est bien passé et en user de même pour le Crédit en vérifiant et pointant tant au grand Livre quau journal. Cette instruction suffit pour sen servir aux articles suivants.

222Pour éviter la peine quon a de pointer tous les Livres quand ils sont finis, il Conviendrait de la faire de 8 jours en 8 jours affin de travailler sûrement et avec moins de peine.

223Votre Essay de Balance se trouvant pas comme il le doit, il faut commencer à solder vos Comptes, recevant Ceux de la Caisse, des profits et pertes, et Celui du Capital pour les solder les Dernières.

224Les Comptes de Dépences Dintérêts et Dassurances de grosse aventure se soldent par profits et pertes Et celui des profits et pertes par Capital et tous les autres général-lement par la Ballance quon apelle Bilan et Sortie.

225Et pour l’instruction du Commencement jen donne ci après des exemples fami-liallières qui se raporteront à ceux du grand Livre.

226Premièrement les Comptes qui se soldent par la Ballance ou par le Bilan sont ceux qui me doivent ou Ceux à qui je dois.

227Exemple : voyez au grand Livre le Compte de B qui me doit et dites Billan de sortie doit à B Tant pour solde qui me doit Livres

228Autre exemple d’un Compte à qui je dois :

229C Tel Doit à Billan pour solde que je lui dois Livre

230Les Comptes qui se soldent tant par profits et pertes que par Billan sont ceux des Marchandises ou il est resté à Vendre et où il y a du profit sur Celles qui sont Vendues sur Lesquels Comptes on Examine la quantité quon a vendues avec la qualité achepté et sil en reste à Vendre on Lestime sur le prix quelle a coûté et on ajoute la quantité ou Valleur en Crédit dudit Compte en Disan Billan doit à telle Marchandise qui restent à Vendre à Nombre de tant de pièces Estimées au prix de lachapt Montant à... livres.

231Sy après avoir ajouté le Crédit de ce Compte la Somme exède son Débit il y a du Bénéfice que vous porterez à profits et pertes disant telle ou telle Marchandise doit à profits et pertes par bénéfice sur icelle. Mais si le Débit exède le Crédit, il y aura de la perte en Ce cas il faudra dire profits et pertes doivent à telle ou telle Marchandises tant.

232En voilà suffisamment pour sçavoir solder un Compte particulier, il ne reste plus qua enseigner à solder le fameux Comptes de profits et pertes et Celuy de Capital et de Billan qui doivent ce Balancer jusqu’à un denier.

233Pour y parvenir Commançant par profits et pertes dont je suppose être de Livres, sols et deniers, laquelle me réputé Le profit, faites sur toutes les autres Comptes et Celà porté au Capital qui par ce moyen Se trouve augmenté d’autant ainsi mon Capital qui lorsque je commence mon Négoce montait à 2 000 livres, Et les profits et pertes que jay fait pendant 6 mois de commerce montant à... livres, sous, deniers et Lun et Lautre montent à... Livres. Ainsi vous direz que profits et pertes doivent a capital la somme de... livres, ajoutez ensuite le Débit et le Crédit de votre Capital et en portez la solde au Billan disant

CAPITAL DOIT A BILLAN POUR LÉTAT PRIS DE TOUTES MES AFFAIRES... livres.

234Ensuite ajoutez votre Compte de Ballance au Billan tant au débit qu’au crédit et si la Ballance de part et d’autre vous jugerez de là que vos livres de Comptes ont été Bien tenus, autrement non et Lerreur serait facile à Lever en Courant les additions de tous vos Comptes et en voyant si les soldes sont fidelles et bien portées aux Comptes.

LA MANIÈRE D’EXAMINER LES LIVRES ET VOIR SILS LA BALLANCENT JUSTEMENT

235Voyez si votre journal saccorde en tous points avec le Mémorial, pointez votre journal avec votre grand livre et voyez si les parties y sont fidellement portées à Chaque Compte.

236Examinez votre feuille de Billan et voyez si le Crédit de quelque parties ne serait point porté au Débit.

237Recourez rechef Chaque folio du grand Livre et voyez Si vous navez point Commis derreur en soldant vos Comptes soit dans les additions ou Soustractions.

238Examinez Aussi Soigneusement Chaque Compte et voyez Sil est juste car souvent i échappe quelque faute.

239Examinez la marque de renvoye ou de référence qui sont au grand livre et prenez bien garde sil ny en a point eu quelqune obmise à pointer et la raison pourquoy.

240Tout Cecy considéré il sera facile de voir Sil y a de la faute.

DU COMMENCEMENT DES LIVRES ET DE L’INVENTAIRE

241Demande : Comment doit-on Commencer les Livres à parties doubles ?

242Réponse : H faut faire un inventaire ou un état des effets que l’on a et un autre État de Ce que lon doit Comme je lay expliqué Cy-devant. On donne ensuite à Chaque sorte d’effets un Compte que lon Charge de la Valleur en le Débitant à Capital Comme jay desjà dist, ainsi on institulera Comme ensuitte à Lautre feuillet derrière.

243D : Comment Doit-on porter dans le Journal l’État de ce que l’on Doit ?

244R : Capital Doit à Chacun des Créanciers en particulier.

NÉGOCIATIONS LES PLUS ORDINAIRES DANS LE COMMERCE

245Les négotiations les plus ordinaires dans le Commerce se peuvent comprendres dans les Articles suivants :

  1. Acheter et Ventère [sic],

  2. Escompter et faire escompter des Marchandises,

  3. Recevoir et payer,

  4. Assigner et Rencontrer,

  5. Tirer et remettre,

  6. Prendre, et donner de Largent à Change sur Billets, excompter et faire excompter des Lettres et billets de Change,

  7. Prendre et donner de l’argent à la grosse,

  8. Assurer et faire assurer,

  9. Achepter Maisons et terres, les donner à Loyer, prendre et donner de Largent à rente,

  10. Intéresser dans les Navires et les envoïer en Mer,

  11. Prendre intérêt dans des Compagnies.

ACHAPTS ET VENTES ; DES DIFFÉRENTES MANIÈRES D’ACHEPTER ET DE VENDRE

246Les Achapts et Ventes se peuvent faire de 6 Manières :

  1. Comptant,

  2. pour Comptant,

  3. à Terme,

  4. partie Comptant et partie à Terme,

  5. en Trocques,

  6. partie Comptant et partie en marchandises.

ACHAPTS GÉNÉRAUX : ACHAPTS COMPTANTS

247D : Quand on achète des Marchandises et quon les paye Comptant, qui doit-on Débiter et Créditer ?

248R : Marchandises Doivent à Caisse. Les Marchandises doivent parce qu’elles entrent et la Caisse est Créancière parce que Largent sort, par conséquent quand Jachète une seule Espèce de Marchandises pour mon Compte Je dis Telles marchandises, la Nomant par son Nom, doit a caisse tant.

249D : Achepter à Terme ou Achepter à Volonté ?

250R : La Marchandise acheté doit au vendeur pour telles especes tant en tel tems.

251D : Achepeter à plusieurs Termes ?

252R : elle se fait comme la précédente, Sinon quil faut Spécifier séparemment les Divers payemens.

253D : Achepter une partie des Marchandises Partie en Argent Comptant et partie à Terme ?

254R : La Marchandises acheté doit a divers toute la somme, sçavoir a caisse la moitié, le tiers ou le quart Payé Comptant, et au vendeur la partie restante payable à tel temps.

255D : Achepter des Marchandises avec un Débiteur à Compte de ce qu’il me doit ?

256R : telles marchandises doivent a celuy qui me la livre pour ce quil me donne.

257D : Achepter à payer à volonté ?

258R : Cest Comme lachapt à Terme, la Marchandises doit au vendeur tant payable à volonté.

259D : Acheter une seule Espèce de Marchandises partie Comptant et partie à Terme sur un billet que jay sur un Débiteur que je transporte au Vendeur et le Reste à Terme ?

260R : La Marchandise Doit a Divers, Sçavoir

a caisse somme payé Comptant,
a celuy qui mavait Consenty le billet dont il était Déjà Débité sur mes livres,
au vendeur pour le restant de Lachapt payable à Temps.

261D : Achepter des Marchandises d’un Débiteur à Compte de Ce quil me doit et luy payer le Surplus pour être quitte ?

262R : La Marchandise acheté doit au vendeur toute la Somme et le vendeur doit a caisse la somme luy payé pour solde.

263D : Achepter des marchandises d’un particulier à terme et luy ordonner de les Livrer à un de mes créanciers ?

264R : Celuy à qui je fais livrer laditte Marchandise doit au vendeur sa valeur.

265D : Achepter des Marchandises de Diverses Espèces partie argent Comptant et partie à Terme ?

266R : Les Marchandises Chaqunes à leurs particulier doivent au vendeur et le vendeur doit a divers, sçavoir :

a caisse pour Largent luy payé à Comptant,
a traittes ou Lettres ou Billets à payer pour mon Billet luy Consenty à Tel temps pour solde.

267D : Achepter à condition dEscompte ou de Discompte ?

268R : Cette partie se couche Comme celle d’un achapt à terme y ajoutant Seulement Ce mot à condition de pouvoir Escompter à tant % par an ou autrement.

269D : Et lorsque Celuy de qui vous aurez achepté les Marchandises Desus vous les livrera et que vous luy pairez le Restant ?

270R : Les Marchandises receues Chaqun à Leur particulier doivent au vendeur, je Débite ledit Vendeur et Caisse de la Somme Luy payé pour solde.

271D : Acheter des Marchandises à Livrer dans Temps limité et payer une somme à Compte ?

272R : debiter le vendeur pour la somme luy avancé à Compte Spécifiant les Conditions de Lachapt et le Terme de la Livraison.

273D : Acheter diverses Espèces de Marchandises pour Divers autres Espèces et payer le Surplus en Billet ou Argent Comptant ?

274R : On dit divers ou bien chacune des marchandises doivent au vendeur leur Montant Ensemble, et ensuite on dit le vendeur doit a divers, sçavoir :

a chacune des marchandises en particulier Luy Livré pour leurs Valleurs,
a remise pour le Billet Luy transporté à Compte,
a caisse pour Largent Luy payé pour Solde.

275D : Acheter en Trocque Diverses Espèces de Marchandises pour plusieurs Espèces et Livrer Celles acheté à un autre Créancier en acquit d’une Dette avec bénéfice Lequel Créancier vous paye le Surplus pour solde ?

276R : Le créancier à qui je fais livrer les Marchandises achetées doit a toutes celles que je donne en trocque Chaqun en leur particulier :

A profits et pertes pour le Bénéfice quil ma accordé pour le prompt payement de ce que Je luy dois,
auxdits profits et pertes pour le profit que je fais sur Celles que je luy ay fait Livrer ensuite,
caisse doit au creancier La Somme reçue de Luy pour solde.

Des Ventes en Général pour mon Particulier

277D : Vendre une Seule Sorte de Marchandise Argent Comptant ?

278R : caisse doit a marchandises vendue sa Valleur recue.

279D : Vendre Diverses Sortes de Marchandises Argent Comptant ?

280R : caisse doit a chacune des marchandises en particulier Selon Leur Valleur.

281D : Vendre une Seule Espèce de Marchandises à terme ou à volonté ?

282R : lacheteur doit a marchandises y spécifiant la Valleur, La quantité et la qualité, le N° et Le prix de Laune, de la livre ou du cent de termes et la Valleur.

283D : Vendre de la Marchandise partie agent Comptant et partie à Terme ?

284R : divers doivent a la marchandise toute la somme, sçavoir :

caisse pour Largent reçu à Compte,
l’acheteur pour le Surplus payable en tel temps.

285D : Vendre des Marchandises à un Créancier à Compte d’une Lettre, voyez Larticle.

286R : Le créancier doit à Marchandises vendues leur valleur.

287D : Vendre une Seule Espèce de marchandises pour laquelle vous recevez une partie de la Valleur Comptant et lautre partie dans un Billet pur et simple sur une personne avec qui vous avez Compte ouvert et le surplus payable dans un temps Limité ? Article

288R : divers doivent à marchandises vendues toute la somme sçavoir :

caisse pour la Somme reçeue,
celuy sur qui lacheteur portait le billet quil ma transporté,
y mentionnant le Terme de son Echéance,
lacheteur pour le surplus payable en tel temps.

289D : Vendre diverses Espèces de Marchandises à Terme ? Article.

290R : Lacheteur doit a chacune des dites espèces de marchandises en particulier pour leur Valleur.

291D : Vendre des Marchandises à un Créancier en acquit de ce que vous luy devez, vous accordant lexcompte à Cause du prompt payement en luy payant le Surplus Comptant ?

292R : celui a qui vous devez doit a divers, sçavoir :

à la marchandises que vous lui avez livré,
à profits et pertes sur lescompte,
à caisse pour la Somme que vous luy payé Comptant pour Solde.

293D : Si vous vendez à terme et quavant davoir passé Écriture Sur vos Livres on vous paye la valleur de votre marchandise en Excomptant ?

294R : Considérez Cette Vente Comme fait argent Comptant Disant caisse doit a marchandises La Somme que vous recevez seulement mentionnant Les Conditions de la vente et du payement.

295D : Vendre des marchandises partie argent comptant et partie à un billet à recevoir à ordre ? Article.

296R : divers doivent à la marchandise toute la Somme sçavoir caisse pour la Somme reçue.

Remises ou lettres et billets à recevoir pour le montant du billet

297Jexpliqueray ces retraites et remis ci-après.

298D : Vendre de la marchandise à un particulier qui me fournit de Meubles Comme vaiselle ou autre Chose à l’usage de la maison ?

299R : divers doivent a marchandises, sçavoir :

meubles pour la vaisselle reçeue à Compte,
caisse pour largent reçeue pour solde.

300D : Vendre des marchandises à un particulier qui me rend à Compte un Billet qui portait sur moy et me paye le Surplus Comptant ?

301R : divers doivent a marchandises vendues, sçavoir :

traittes ou lettres et billets a paier pour le montant du billet que Lacheteur portait sur moy quil ma rendu Quittance de...

302D : Vendre un ou plusieurs Espèces de marchandises à un Créancier qui vous rabat une Somme que vous lui devez et vous fournit en outre un Billet à ordre sur une Tierce personne avec bénéfice, demeurant Garant dudit Billet et il vous paye le Surplus Comptant ?

303R : débiter lacheteur aux Marchandises que vous luy livrez pour toute leur Valleur et pour le Billet à ordre qu’il vous a transporté, Débitez-en le Compte de Remises et en Créditez lacheteur et profits et pertes pour le Bénéfice Sans faire mention de la Somme quil vous déduit que vous lui devez précédemment, Enfin débitez la Caisse de la Somme quil vous paye pour la Solde et en Créditez Ledit Acheteur.

304D : Vendre partie en trocque des Marchandises et lautre partie argent Comptant ?

305R : divers doivent a la marchandise vendue, sçavoir :

marchandises reçeu en trocque la nommant par son Nom,
caisse pour la somme Reçeu pour Solde de la trocque.

DÉFFINITION DES EXCOMPTES

306L’excompte est une diminution ou rabais que le Vendeur fait à Lacheteur à tant pour cent Sur le payement desdites Marchandises quil Luy a vendue en Cas que Lacheteur Les payent Avant le terme Convenue Entre eux.

307D : Recevoir une Somme d’un Débiteur avant Léchéance luy Excomptant, tant pour Cent pour le terme de son billet ? Ar.

308R : divers doivent à la personne toute la Somme dont elle était Débité sur les Livres, sçavoir :

caisse pour la Somme excompté,
Profits et pertes pour la Somme excompté.

309D : Payer avant Léchéance une Somme à un Créancier qui mexcompte tant % sur le terme de mon billet ? Ar.

310R : La personne à qui vous payez, doit à divers toute la Somme dont vous aviez Créditez, sçavoir :

à caisse pour la Somme luy payée,
A Profits et pertes sur l’excompte.

DES RECETTES

311D : Recevoir une somme due par une personne desjà Débitée Sur mes livres soit à Compte ou par Solde.

312R : caisse doit a la personne de qui vous recevez de l’argent.

313D : Recevoir une Somme d’une tierce personne de l’ordre ou pour le Compte d’un débiteur ?

314R : caisse doit a la personne pour Compte de laquelle vous recevez la Somme reçeue d’un Tel à son Acquit tant.

315D : Recevoir une Somme d’un Banqueroutier par Composition pour devenir quitte avec luy d’une plus grande Somme ?

316R : divers doivent a la personne qui a failli : sçavoir

caisse pour la Somme que jay reçu de lui par Composition,
profits et pertes pour ce que je luy Diminue, nen pouvant être païe.

317D : Recevoir de l’argent d’un particulier pour Laprentissage de son fils ?

318R : caisse doit a profits et pertes reçeu d’un Tel pour telle chose.

DES PAYEMENTS

319D : Payer une Somme à un Créancier à Compte ou pour solde ? R : Celui à qui je païe doit a caisse tant.

320D : Donner ordre à un créancier ou particulier de payer une Somme à un Créancier pour votre Compte et en votre acquit.

321R : Dites : mon créancier doit a celui qui lui paye ladite Somme de mon ordre, et pour mon Compte Tant.

322D : Payer une Somme à une tierce personne dordre et pour Compte d’un Créancier ?

323R : Dites le créancier pour compte duquel J’ay païe la somme doit a caisse Livres... païé à tel de son ordre ou pour son compte.

324D : Payer une Somme à un oeconome, ou à des domestiques pour la dépense de la maison ou bien pour leurs gages ?

325R : Dites Dépenses doivent a caisse payé pour telle chose.

326avis :

327Les Dépences des maisons, provisions de bouche, habits et Salaires des Domestiques qui ne tournent en aucun profit se portent indifféremment à profits et pertes, ou au compte de dépences, quand on païe des réparations d’une maison, comme elle cause de la dépence, on la lui fait supporter en disant :

328Telle maison située dans un tel endroit, doit a caisse tant, païé pour réparations.

DES INTÉRESTS

329D : Donner de largent à intérest ?

330R : Débiter la personne à qui vous donnez de largent :

a divers tant Pour le principal que pour l’interest sçavoir :
a caisse pour la Somme principale.
a intérest pour l’intérest à tant %.

331D : Recevoir l’intérest au bout d’un terme, faisant continuer le principal ?

332R : caisse doit a intérest la Somme reçeue pour l’intérest de tems, prêté à tel.

333D : Recevoir une Somme principale et l’intérest à son Échange ?

334R : caisse doit à celui à qui vous aviez prêté de largent, sçavoir :

tant pour le principal,
et tant pour l’intérest.

335D : Prendre de largent à intérest ?

336R : divers doivent à celui qui me prête Largent, sçavoir :

caisse pour largent reçu tant,
interest tant pour l’intérest d’icelle payable à tel temps.

337D : Payer l’intérest couru, restant encore le principal ?

338R : interest doit a caisse payé tant.

339D : Payé la Somme principale avec l’intérêt ?

340R : celui qui prestait le principal doit a caisse tant pour le principal.

DE LA SOLDE DU COMPTE D’INTÉREST

341D : Si le Débit excède le Crédit, il y a de la perte, en ce cas ?

342R : Dites : profits et pertes doivent à interest Tant.

343D : Mais si le Crédit exède le débit, il y a du bénéfice, en ce cas ?

344R : Dites interests doivent a profits et pertes tant.

DES ASSURANCES ACTIVES

345Les assurances actives sont Celles gérées par moy et pour mon Compte pour laquelle je reçois la prime des Sommes que jai assurés.

346D : Assurer un, ou plusieurs Sommes, sur un vaisseau et en toucher la prime d’assurance ?

347R : caisse doit a assurance, la Somme à quoi monte la prime.

348D : Si le navire Sur lequel vous avez assuré arrive à bon port ?

349R : Nen passez point d’écriture, la Somme étant gagnée.

350D : Payer une avarie Survenu aux marchandises que vous assurez ?

351R : assurances doivent à caisse La Somme payée pour Lavarie arrivée.

352D : D’une avarie à perte survenu aux marchandises que vous avez assurées dont vous ne payez pas sitôt la personne assurée ?

353Fin du manuscrit

INSTRUCTION POUR APPRENDRE À TENIR LES LIVRES EN PARTIES DOUBLES

354Démontrée par proposition sur les sujets les plus importants du négoce tant en affaires particulières, commissions que sociétés. Le tout rendu si intelligible et facile qu’il n’y a qu’à le lire pour le comprendre.

355La définition et la manière de tenir les livres de comptes en parties doubles, c’est la science et l’art de diriger et former les comptes par débit et crédit suivant les règles claires et expliquées ci-après qui donnent la parfaite connaissance de rendre à chacun par droit et par raison ce qui lui appartient selon la justice, n’omettant aucun article dans les Journaux qui ne soit guidé par l’équité.

356Toutes les parties du Journal contiennent toujours du moins un débit et un crédit qui doivent être portés à 2 comptes différents dans le grand livre savoir le débit au compte que vous voulez charger ou débiter et le crédit au compte que vous les décharge ou créditer et c’est ce qu’on appelle parties doubles.

357Cette méthode qui a sa règle infaillible claire et distincte est sans doute ni contradiction plus juste et plus utile que les parties simples parce qu’elle nous donne en tout temps une connaissance certaine de l’état de nos affaires en découvrant tout d’un coup ce que nous devons à chacun et ce qui nous est dû de quelque manière que ce soit. Par ce moyen nous voyons l’argent que nous avons en caisse, les effets qui nous appartiennent tant ceux que nous avons en notre pouvoir qu’aux mains de nos correspondants nous faisant connaître les profits aussi bien que les pertes que nous avons faites, l’augmentation ou diminution de notre fond. Enfin c’est par le moyen des écritures à parties doubles qu’on peut compter à tout moment avec ceux qui ont affaire avec nous et par la rencontre que les parties doubles ont entre elles il est moins dangereux de se tromper que dans les simples qui ne sont pas propres à un grand roulement de parties ni conversion quantité d’effet de même ou de différente nature la pratique que j’en donnerai ci-après en fera mieux connaître la vérité qu’un long discours.

358Apprenez que tout le commerce qui se fait dans le monde se divise en les principaux faits ci-après :

Savoir
en celles que nous gérons nous-mêmes
en celles que nous faisons gérer par un
correspondant, en affaires propres en
commissions et en société.

359Les Affaires se subdivisent en 2, en celles que nous gérons nous-mêmes et celles que nous faisons gérer par un correspondant.

360Les Commissions se subdivisent aussi en 2, en celles que nous gérons nous-même pour le compte d’un commettant lorsque les effets qu’il nous a commis n’ont pas de débit chez nous, de quels effets nous tirons notre commission parce que nous en devenons comptables à notre dit commettant pour les retours.

361Les Sociétés sont aussi subdivisées en 2, en celles que nous gérons nous-mêmes pour le compte de nos associés, pour lui en tenir compte en particulier et aux autres en général et celles qui sont sous l’administration d’un de nos associés qui nous en tient compte. On s’intéresse souvent en diverses sociétés soit à la mer ou à la terre.

362Le tout ci-dessus est démontré par les propositions contenues sur chaque article du Journal. J’ai donné l’explication des termes par alphabet et je donnerai après la note des livres nécess. à un marchand ou négociant et la manière de dresser un Mémorial ou Journal et l’instruction pour en poser les articles à chaque compte du grand livre dont je ferai connaître les comptes différents, enfin j’enseignerai à faire le bilan de sortie et d’entrée dans le grand livre nouveau après avoir parlé de l’inventaire et des règles certaines pour connaître le débiteur et le créditeur.

De l’Inventaire

363L’inventaire est un compte général de tous nos effets actifs et de toutes nos dettes passives, il est divisé en deux parties : la première contient ce qui nous appartient et se subdivise en 4 :

364Savoir

  1. l’argent comptant que nous avons en caisse,

  2. les marchandises qui sont en notre pouvoir et entre les mains de nos correspondants,

  3. les maisons, terres et meubles qui nous appartiennent,

  4. les dettes qui nous sont dues par plusieurs qu’on appelle dette active.

365La seconde partie de notre inventaire diminue notre capital et contient tout ce que nous devons soit par lettre ou par solde ou autrement ce qui fait qu’on appelle ces dettes passives c’est qu’elles nous font souffrir.

Manière d’inventorier nos effets sur le Journal

366Vous rendrez tous nos effets actifs chacun en particulier débiteur à capital Disant

367les sous nommés doivent à capital 280 000 livres pour leur comptant.

368Savoir

369Et pour vos dettes passives vous ferez la même chose. Je veux dire le contraire en disant mon Compte capital doit aux sous-nommés expliquant ceux à qui vous devez et leur ouvrir un compte à chacun afin de les créditer de ce que vous leur devez.

Règle générale pour trouver le débiteur et le créditeur qui se doivent — qui doivent être mis dans le Journal

370Comme chaque article qu’on écrit dans le Journal doit contenir un débiteur qui en doit être chargé ou débité et un créditeur qui en doit être déchargé ou crédité observera ce qui suit pour l’en discerner.

371Pour connaître et trouver le débiteur remarquez pour règle certaine que tout ce qui entre en mon pouvoir ou en ma direction est débiteur et doit être mis au débit du compte qui est chargé ou débité. Et pour trouver et connaître le créditeur il faut remarquer tout ce qui sort hors de ma direction ou de mon pouvoir est créditeur ou créancier et doit être crédité ou déchargé au crédit du compte. Enfin ce qui entre doit à ce qui sort, de la vient que toutes les choses qui entre ou celui qui le reçoit doit ou est débiteur.

372Autrement celui a qui on paye ou pour le compte de qui l’on paie ou fournit ou envoie doit ou est débiteur.

373Au contraire celui de qui ou pour le compte de qui on reçoit qui envoie et fournit ou remet aux créanciers doit être crédité.

374Ou il entre et sort quelque chose comme quand on achète des marchandises et qu’on les paie comptant alors la marchandise entre et l’argent sort ainsi en ce cas ce qui entre doit et est débiteur et ce qui sort est créancier ou doit être crédité.

375Remarquez que l’entrée et la sortie des effets forment 4 articles,

376savoir :

  • ou il entre quelque chose et sort quelque chose en paiement comme quand on achète des marchandises et qu’on les paie comptant, alors la marchandise entre et l’argent sort, en ce cas ce qui entre doit ou est débiteur et celui qui donne ce qui entre est créditeur ou créancier et doit être crédité.

  • ou il entre quelque chose et ne sort rien comme quand on achète de la marchandise à terme et qu’on reçoit de l’argent de quelqu’un en paiement alors ce qui entre doit et est débiteur et celui qui donne ce qui est entré est créditeur ou créancier ou doit être crédité.

  • ou il n’entre rien et sort quelque chose comme quand on vend des marchandises à terme ou qu’on paie de l’argent qui doit dans ce cas, celui qui vend ses marchandises à terme ou qui paie ce qu’il doit est créancier ou doit être créditeur et celui qui reçoit ce qui sort est débiteur ou doit être débité.

  • ou il n’entre rien et ne sort rien comme quand un correspondant tire pour mon compte sur un autre ou qu’il lui remet de mon ordre, alors celui qui reçoit est débiteur et celui qui fournit est créditeur.

377Observez qu’il ne peut entrer que 3 sortes d’effets qui sont ordinairement, l’argent comptant, la marchandise, les lettres ou billets, aussi s’il entre de l’argent, la Caisse qui le reçoit doit et s’il en sort, elle doit être créditée ce qui lui est dû, s’il entre des marchandises, elles doivent, et s’il en sort, elles doivent être créditées par ce qui leur est dû, s’il entre des lettres ou billets et que je les garde à ma disposition le compte est remis ou de lettres et billets à recevoir doit et s’il sort des lettres ou billets il les faut créditeur.

Principes pour former les articles dans le Journal

378Les articles du journal doivent être composés de 7 parties,

379savoir :

3801° le débiteur, 2° la date, 3° le créditeur, 4° la somme, 5° l’action et compaiable, 6° la qualité et la quantité de la marchandise, 7° le prix des 4 premiers sont invariables, dans tous les articles cet argent sert aux factures et pour les achats et ventes.

381Méthode pour former les articles dans le Journal suivant les principaux précédents :

  1. On portera la date dans la 1re place qui lui est destinée.

  2. On cherchera le débiteur examinant ce qui entre et on le posera au commencement de l’article.

  3. On cherchera le créditeur examinant ce qui sort et quoi qu’il n’entre rien, ce qui sort est toujours créditeur et celui qui reçoit ce qui sort est le débiteur et à un article où il ne sort rien, examinez ce qui entre, ce sera le débiteur et celui qui fournit ce qui entre sera le créditeur.

  4. Après le créditeur, on portera la somme à laquelle se monte l’article.

  5. On expliquera ce qu’on a acheté vendu payé et quand et comment l’article payable.

  6. On portera au commencement d’une nouvelle ligne, la quantité et qualité de la marchandise en y faisant le détail de la facture s’il y en a.

  7. On portera le prix au bout de la ligne tout contre la somme qu’on met dans la ligne.

Dictionnaire de Commerce par questions

382proposera et répondra qui enseignent à poser les parties à leurs Journaux en débit et en crédit par des instructions très faciles.

383Section première

384qui traite de mes affaires particulières à gérer par moi.

385Des Recettes

386Première proposition

387Demande : Recevoir une somme d’une part une tierce personne déjà débitée sur mes livres soit à compte ou pour solde ou de son ordre Caisse doit à la personne pour compte de laquelle vous recevez.

388Réponse : disant Caisse doit à tel tant, reçu de tel de son ordre.

3892e

390D : Ravoir une somme due par une personne déjà débitée sur mes livres soit à compte ou pour solde.

391R : Caisse doit à la personne de qui je reçois l’argent.

3923e

393D : Recevoir une somme d’un banqueroutier par composition pour demeurer quitte avec lui d’une plus grande somme.

394R : Divers doivent à la personne qui a failli, Savoir Caisse pour la somme qu’il m’a payée suivant notre convention ce que je lui rabas ne pouvant être payé.

3954e

396D : Recevoir une somme d’un particulier pour l’apprentissage de son fils au Commerce.

397R : Caisse doit a profiter à pertes, tant pour l’apprentissage d’un tel et on fait de même pour l’argent trouvé ou gagné au jeu ou pariant.

398Des Paiements

3995e

400D : Payer une somme à un créancier pour compte ou pour solde.

401R : Celui a qui j’ai payé doit à Caisse tant.

4026e

403D : Donner ordre à un particulier de payer une somme à un de nos créanciers pour notre Compte et à notre acquit.

404R : Mon créancier doit à celui qui paie de mon ordre et pour mon compte tant.

4057e

406D : Payer une somme à une tierce personne d’ordre et pour le compte d’un créancier.

407R : Le créancier pour le compte de qui je paie doit à Caisse payé tant à tel de son ordre et pour son compte.

4088e

409D : Payer une somme à un économe pour faire la dépense de la Maison ou pour payer les gages des domestiques.

410R : Dépenses (ou devant ses ?) domestiques doivent à Caisse tant païé à tel pour telle chose.

411avis

412D : Les dépenses des maisons, provisions, habits, salaires des domestiques qui ne tournent à aucun profit se portent indifféremment à profit ou perte ou à compte de dépenses domestiques.

413R : A moins que la curiosité d’un négociant ne le porte à savoir la dépense séparément afin de la régler suivant son bien.

4149e

415D : Quand on paie des réparations de maison.

416R : Comme cette maison cause la dépense faite, on la lui fait supporter disant telle maison située en tel lieu doit à Caisse tant paie à tel pour réparations.

417Des achats généraux pour mon compte particulier

41810e

419D : Acheter une seule espèce de marchandise pour mon compte particulier argent comptant.

420R : telle marchandise doit (en la nommant) à Caisse.

421Remarquez qu’il est plus à propos d’ouvrir un Compte particulier à chaque marchandise que d’entretenir un compte général, car par le moyen d’un compte particulier on connaît tout d’un coup, ce que la marchandise vous coûte, ce qu’elle a produit à sa vente et le profit et la perte qu’elle a fait, ce qui ne se peut bien voir par un compte de marchandises générales ; il faut aussi tenir une colonne au dedans des lignes de débit et crédit de chaque compte pour connaître ce qu’il en reste à vendre on en fait plus facilement la balance des livres.

42211e

423D : Acheter diverses espèces de marchandises comptant, ouvrez comme il est dit ci-dessus un compte particulier.

424R : A chaque espèce de marchandises que vous débiterez pour leur valeur et créditerez la caisse.

42512e

426D : Acheter à terme ou acheter à payer à volonté.

427R : La marchandise achetée doit au vendeur pour telles espèces tant à payer à tel temps.

42813e

429D : Acheter à divers paiements ou à divers termes.

430R : Cette question se fait comme la précédente excepté qu’on specifie séparément le temps de divers paiements.

43114e

432D : Acheter une seule espèce de marchandise partie argent comptant et l’autre partie à terme.

433R : La marchandise achetée doit a divers toute la somme. Savoir à caisse la moitié, le tiers ou le quart paié comptant et au vendeur la partie restante paiable à tel temps.

434Remarquez que plusieurs qui traitent des parties doubles débitent la marchandise et créditent le vendeur de toute la somme et pour l’argent payé à compte ils en débitent le vendeur et créditent la Caisse. Mais il vaut bien mieux créditer le vendeur de ce qui lui est dû de reste de la chose que d’en passer 2 parties comme ils font au Journal où je n’en fais qu’une.

43515e

436D : Acheter des marchandises avec un débiteur au comptant.

437R : Telle marchandise doit à celui qui me l’a livrée pour ce qu’elle compte.

43816e

439D : Acheter ou payer à la volonté du vendeur.

440R : C’est comme l’achat à terme, la marchandise doit au vendeur tant paiable à sa volonté.

44117e

442D : Acheter une seule espèce de marchandise partie comptant partie que j’ai dans un Billet sur un débiteur que je transporte au vendeur et le reste à terme.

443R : La marchandise doit à divers, savoir à Caisse pour la somme payée comptant à celui qui m’avait consenti les billets dont il était déjà débité sur mes livres et au vendeur pour le restant de l’achat paiable à tel temps.

444Remarquez que quand vous les vendrez vous ferez une croix au droit de celles qui sont sur le livre de facture en marge du numéro de celles vendues.

44518e

446D : Acheter des marchandises d’un débiteur au compte de ce qu’il me doit et lui payer le surplus pour être quitte.

447R : La marchandise achetée doit au vendeur toute la somme et le vendeur doit à Caisse la somme à lui payer pour solde.

44819e

449D : Acheter des marchandises d’un particulier à terme et lui ordonner de les livrer à un correspondant pour mon compte.

450R : Celui qui reçoit ou à qui je fais livrer ladite marchandise doit au vendeur leur valeur pour mon compte.

45120e

452D : Acheter diverses espèces de marchandises partie argent comptant et l’autre partie à terme et partie dans mon billet.

453R : Les marchandises chacune en leur particulier doivent à divers.

454Savoir

455à Caisse pour l’argent à lui payé comptant à traites passives à lettres et billets à recevoir pour mon billet paiable à tel terme le compte de traite sera expliqué cy-après.

45621e

457D : Acheter à condition des comptes ou diminution.

458R : Cette partie se bouche comme celle d’un achat à terme y ajoutant seulement les mots : à condition d’exercer à tant % ou autre.

45922e

460D : Acheter des marchandises que l’on ne nous doit livrer que dans un temps limité et payer une somme à compte.

461R : Débiter le vendeur pour la somme lui avancée à compte spécifiant les conditions de la vente et le terme de la livraison.

46223e

463D : Et lorsque celui qui vous achète lesdites marchandises ci-dessus vous les livre et que vous paierez le retard, dites

464R : les marchandises reçues chacune en leur particulier doivent au vendeur et débitez le vendeur à Caisse de la somme à lui payer pour solde.

465Remarquez que quand vous achetez des marchandises en grand nombre comme savons, laines, passevains, vous ne les acheter point sur le journal car il se trouverait trop rempli, mais vous les copirez sur le livre de facture tout au long avec leurs Mme ( ?) pour y avoir recours en cas de besoin et sur le Journal vous y spécifirez seulement la quantité poids et (hamages ?) avec le prix renvoyant au folio du livre de facture pour y reconnaître celles qui y restent à vendre.

46624e

467D : Acheter diverses espèces de marchandises pour diverses autres espèces et payer le surplus en billets et en argent.

468R : On doit diverses ou chacune dedites marchandises doivent au vendeur toute la somme et ensuite on dit, le vendeur doit à divers.

469Savoir

470A chacune des marchandises à lui livrer en troque pour le montant de leur valeur a remises actives ou lettres ou billets à recevoir pour un Billet lui transporté à Compte et à Caisse pour l’argent lui payé pour solde.

47125e

472D : Acheter en troque divers espèces de marchandises pour plusieurs autres espèces et livrer celles achetées à un créancier ou acquit d’une dette avec bénéfice lequel créancier vous a payé le surplus pour solde.

473R : Le créancier à qui je fais livrer les marchandises achetées doit à toutes celles que j’ai donnée en troque chacune en particulier à profits et pertes pour le bénéfice qu’il m’accorde pour le prompt paiement de ce que je lui dois auxdits profits et pertes pour le profit que je fais, sur ce que je lui ai fait livrer, ensuite Caisse doit au créancier la somme de lui reçue pour solde.

474Des Ventes en général pour mon compte particulier

47526e

476D : Vendre une seule espèce de marchandise argent comptant.

477R : Caisse doit à la marchandise vendue sa valeur reçue.

47827e

479D : Vendre diverses marchandises comptant.

480R : Caisse doit au marchandise chacune en leur particulier selon leur valeur.

48128e

482D : Vendre une seule marchandise à terme ou à volonté.

483R : L’acheteur doit à la marchandise y spécifiant sa valeur, sa quantité le numéro, le prix de l’aune, de la livre ou du cent les termes du paiement.

48429e

485D : Vendre une seule espèce de marchandise partie argent et comptant et partie à terme.

486R : Divers doivent à la marchandise vendue. Savoir. Caisse pour la somme reçue a compte l’acheteur pour le surplus paiable a tel terme.

48730e

488D : Vendre des marchandises à un créancier a compte d’une dette.

489R : Le créancier doit à la marchandise vendue leur valeur.

49031e

491D : Vendre une seule espèce de marchandise pour laquelle vous recevez une partie de la valeur comptant partie dans un billet pur et simple avec qui vous avez un compte ouvert et le surplus a un temps limité.

492R : Divers doivent à la marchandise vendue toute la somme

493Savoir

494Caisse pour argent reçu remises actives lettres ou billets à recevoir pour le billet qu’il m’a transporté mentionnant le terme de son échéance et l’acheteur pour le surplus paiable à tel terme.

49532e

496D : Vendre des marchandises de diverses espèces à terme.

497R : L’acheteur doit à chacune des dites marchandises en particulier pour leur valeur.

49833e

499D : Vendre des marchandises à un créancier en acquit de ce que vous lui devez vous accordant les comptes à cause du prompt paiement en lui payant le surplus comptant.

500Celui à qui vous devez doit à divers. Savoir

501à la marchandise que vous lui livrez à profit et pertes pour les comptes et à Caisse pour la somme de que vous lui payez pour solde.

50234e

503D : Si vous vendez à terme et qu’avant d’en avoir passé Ecriture sur vos livres on vous paie la valeur des marchandises.

504R : Il faut considérer cette vente faite comme argent comptant disant Caisse doit à la marchandise la somme que vous avez reçue mentionnant seulement les conditions de la vente et du paiement.

50535e

506D : Vendre des marchandises partie argent comptant et pour l’autre partie recevoir un billet à ordre.

507R : Divers doivent à la marchandise toute la somme. Savoir

508Caisse pour la somme reçue et remises Lettres et Billets à recevoir pour le montant dudit billet à ordre.

50936e

510D : Vendre des marchandises à un particulier qui me fournit des meubles comme vaisselle et autres choses à l’usage de ma maison et qui me paie le surplus comptant.

511R : Divers doivent à la marchandise vendue. Savoir :

512Meuble pour la vaisselle reçue à compte et caisse pour l’argent reçu pour solde.

51337e

514D : Vendre des marchandises à un particulier qui me rends compte un billet qu’il a vu sur moi et me paie le surplus comptant.

515R : Divers doivent à la marchandise vendue. Savoir :

516Traite ou lettre à payer pour le montant du billet que l’acheteur avait sur moi qu’il m’a rendu quittancé de tant et Caisse pour le surplus de cette partie qu’il m’a payé comptant pour solde.

51738e

518D : Vendre une ou plusieurs espèces de marchandises à un créancier qui vous rabat une somme que vous lui devez et fournit en outre un billet à ordre sur une tierce personne avec bénéfice demeurant dudit billet et le surplus il vous le paie comptant.

519R : Débittez l’acheteur aux dites marchandises que vous lui livrez pour toute leur valeur et pour le Billet à ordre qu’il vous a transporté, débitez-en le compte des Remises, lettres et billets à recevoir et en créditez l’acheteur et profitez et pertes pour le bénéfice sans faire mention de la somme qu’il vous déduit que vous lui deviez précédemment, finalement débitez la Caisse de la somme qu’il vous paie pour solde et en créditez l’acheteur.

52039e

521D : Vendre partie en troque de marchandise et partie en argent, divers doivent à la marchandise vendue. Savoir

522R : la marchandise reçue en troque la nommant par son nom Caisse pour la somme reçue pour solde.

523Définition des Escomptes

52440e

525L’escompte est une diminution ou rabais que le vendeur fait à l’acheteur à tant % sur le paiement des marchandises qui lui a vendues en bas ( ?) que le dit acheteur les paiât avant le terme convenu entre eux.

526D : Recevoir une somme d’un débiteur avant l’échéance lui escomptant tant % pour le terme de son billet.

527R : Divers doivent à remises et toute la somme. Savoir

528Caisse pour la somme reçue et profits et pertes pour la somme escomptée.

52941e

530D : Paier avant l’échéance une somme à un créancier qui m’escompte tant % sur le terme de mon billet.

531R : Traites profits et etc ... doivent à divers la somme. Savoir

532à Caisse pour la somme payée et à profits et pertes pour l’escompte tant s’il n’y avait point de billets ce serait la personne qui devrait à divers.

533Des Intérêts

53442e

535D : Donner de l’argent à intérêt.

536R : Débitez la personne a qui vous donnez l’argent à divers tant pour la somme principale que pour l’intérêt. Savoir à Caisse pour la somme principale et intérêt pour l’intérêt de tant % par an.

537Pour l’intérêt on peut le porter indifféremment au Compte des profits et pertes.

53843e

539D : Recevoir l’intérêt au bout d’un terme laissant continuer le principal.

540R : Caisse doit à Intérêt la somme reçue pour l’intérêt de tant prêté à tel.

54144e

542D : Recevoir le principal et intérêt à son échéance.

543R : Caisse doit toute la somme à celui à qui vous avez prêté l’argent tant pour le principal qu’Intérêt.

54445e

545D : Prendre de l’argent à intérêt.

546R : Divers doivent à celui qui m’a prêté l’argent. Savoir

547Caisse pour la somme reçue et intérêt pour intérêt de celui paiable à tel temps.

54846e

549D : Paier l’intérêt courant restant encore du principal.

550R : Intérêt doit a Caisse paié tant etc.

55147e

552D : Payer la somme principale avec intérêt.

553R : Celui qui m’a prêté la somme principale doit à Caisse tant pour le principal et intérêt.

554De la Solde du Compte d’Intérêt

55548e

556D : Si le débit excède le Crédit il y a de la perte.

557R : Il faut dire profits et pertes doivent à intérêt etc ...

558D : Mais si le crédit excède le débit il y a du bénéfice.

559R : H faut faire le contraire et dire Intérêt doit à profits et pertes.

560Des Assurances actives

56149e

562Les assurances actives sont celles gérées par moi et pour mon compte pour lesquelles je reçois les primes des sommes assurées.

563D : Assurer une ou plusieurs sommes sur vaisseau et en toucher la prime d’avance

564R : Caisse doit a assurances la somme a quoi se monte la prime.

56550e

566D : Si le navire sur lequel vous avez assuré arrive à bon port.

567R : N’en passez point écriture la somme étant gagnée.

56851e

569D : Paier une avarie ou perte survenue aux marchandises que vous avez assurées dont on ne paie pas sitôt la personne assurée.

570R : Assurances doivent à la personne à laquelle j’ai assuré les marchandises perdues ou avariées pour la valeur et estimation.

57152e

572D : Paier une avarie survenue aux marchandises assurées.

573R : Assurances doivent à Caisse la somme payée pour l’avarie.

57453e

575Supposé qu’on ait recouvré le tout ou partie des marchandises que vous avez assurée qu’on avait cru perdue et qu’on fait bon de leur provenir leur propriétaire après la vente d’icelles.

576Il faut dire la personne assurée qui est le propriétaire doit à assurances le montant de la marchandise sauvée ou vendue.

57754e

578Recevoir avis d’une avarie survenue aux marchandises assurée et convenir de payer une partie comptant et l’autre partie à terme.

579Assurances doivent à divers. Savoir a Caisse la somme paiée et à l’assureur le reste paiable à tel terme.

580De la grosse aventure

58155e

582Donner de l’argent à la grosse a un ou à divers capitaines ou à d’autres de l’équipage d’un navire.

583Grosse aventure doit à Caisse la somme donnée à tel capitaine du navire tel tant l’équipage.

58456e

585Recevoir des nouvelles de la perte d’un navire sur lequel vous avez donné l’argent à la grosse dette.

586Profits et pertes doivent à grosse aventure la somme perdue tant.

58757e

588Quand à l’arrivée d’un ou plusieurs vaisseaux sur lesquels vous avez donné de l’argent à la grosse dont on vous paie le principal et Bénéfice. Caisse doit à grosse aventure tant pour le principal et bénéfice.

58958e

590S’il y a du bénéfice sur le négoce dite grosse aventure doit à profits et pertes tant et s’il y a de la perte il faut dire profits et pertes doivent à grosse aventure tant.

59159e

592Recevoir d’un assureur une somme sur l’argent par moi donné à la grosse ou dit comptant.

593Caisse doit à grosse aventure tant reçu de tel pour recouvrement tant qu’il m’a assuré sur le navire perdu à tant % d’escompte.

59460e

595Si le navire sur lequel vous avez donné l’argent à la grosse est pris ou perdu sans avoir fait assurer. Marquez au crédit du compte de grosse la somme que vous avez donnée sans la tirer à la ligne.

596Des héritages et successions comme maisons ou terres ou argent hérité d’un parent

59761e

598Quand il vous arrive quelque succession on peut les porter au Capital parce que c’est autant d’augmentation de mon fond ou bien à profits et pertes.

599De la négociation des lettres et billets de changes

60062e

601Les lettres et billets de change dont on est porteur se négocient en se transportant a un autre moyennant la valeur que le preneur en donne au porteur et les négociations se font. Savoir

  1. Au pair avec profit ou avec perte on négocie au pair quand on reçoit toute la valeur d’une lettre ou d’un billet.

  2. On négocie avec profit quand le porteur reçoit plus du preneur que le contenu de la lettre ou billet.

  3. On négocie avec perte lorsque le porteur reçoit moins que le contenu de la lettre ou billet, on appelle bénéfice ou avance le prix que le preneur donne au tireur au dessus de la valeur exprimée et on appelle perte ou diminution ce que le tireur paie au tireur moins que le contenu de la lettre et c’est une perte pour le tireur et un profit pour le preneur.

602L’on se sert des comptes de traites et remises pour passer Écriture des lettres et billets de change, le compte de remises se divisant en actives et en passives.

603Remises actives

60463e

605L’active est quand un correspondant nous remet une lettre de Change lorsqu’il nous doit tirée par lui ou par un autre sur quelqu’un à qui nous le faisons accepter pour le recevoir à son temps afin de nous faire rembourser ce qu’il nous doit.

606D : Quand un correspondant me remet une lettre de Change pour ce qu’il me doit.

607R : J’ouvre un compte que j’intitule remises, lettres ou billets à recevoir doivent et je débite ledit compte de la dite lettre à celui qui me remet.

60864e

609Lorsque je reçoit le contenu de la dite lettre à son échéance

610Caisse doit à remises tant reçu de tel pour la lettre que tel m’a remise.

61165e

612Si on refuse le paiement de la lettre on la fait protester et on dit

613Celui qui m’a remise ou endossé la lettre doit à divers. Savoir

614Remises pour le montant de la dite lettre ou billet protestée à Caisse tant pour

615les faits du protest.

616La remise passive est celle qui nous fait souffrir, c’est lorsque nous remettons une lettre à un Correspondant à qui nous devons ou autrement

61766e

618Remettre une lettre à un correspondant ce que nous devons ou autrement. Le dit correspondant doit à remises le Compte de remises abrégé beaucoup les Écritures par le moyen d’une colonne mise à côté des livres, soles et deniers, dans le débit qui indique toutes les lettres et billets qui me sont dues et leur échéance y faisant un point à côté de celles qui sont payées pour distinguer par cette marque celles qui ne le sont pas.

619Des Traittes actives, passives

62067e

621Le terme de traite se prend pour les lettres que les marchands tirent sur leur correspondant afin qu’ils en paient le contenu et c’est proprement un ordre de payer pour eux.

622Les traites se peuvent dire traites à l’égard des uns et remises à l’égard des autres.

623L’active c’est quand nous recevons de l’argent d’un particulier à l’ordre duquel nous tirons une lettre de change sur un de nos correspondants à qui nous écrivons de la payer à son terme au porteur d’icelle.

624Si je tire sur mon ami qui me doit et qui m’a dit de tirer sur lui à l’ordre de quelqu’un qui m’en compte la valeur.

625Je dis Caisse doit à mon ami recutant ( ?) pour ma traite à l’ordre de tel.

62668e

627Si je tire sur mon ami de son ordre et à sa perte

628Je dis Caisse doit à celui sur qui je tire la somme reçue seulement.

629La passive est lorsque nos correspondants tirent sur nous pour leur compte, si nous leur devons avec ordre de payer pour eux leur du au porteur de leur traite pour être quitte avec eux ou à compte démontré à son crédit toutes les billets à ordre que nous avons consenties et toutes les lettres de change tirée sur nous ou celles que nous avons acceptées et c’est pourquoi on l’intitule traites passives ou lettres et billets à payer, on fait une colonne au crédit de ce compte pour y marquer les échéances et quand on paie les dites lettres il en faut débiter le dit compte et créditer la Caisse faisant un point à côté de la dite lettre payée pour voir par cette marque celles qui restent à payer.

63069e

631Consentir un billet à ordre pour marchandises achetées à terme.

632La marchandise achetée doit à traites passives le montant du billet tant paiable à tel terme.

Nota que ce compte est comme celui de remises actives quoi que son opposé il ne sert de compte général que pour exempter d’ouvrir plusieurs comptes dans le grand livre.

63370e

634Tirer sur mon correspondant pour mon compte.

635Mon correspondant Mon compte doit à traite tant pour ma traite si elle est échangée il lui faut double colonne pour connaître sa monnaie et la nôtre.

63671e

637Si mon correspondant tire sur moi à ma perte, je dis divers doivent à traite toute la somme. Savoir

638Le correspondant la somme qu’il a reçue et profits et pertes pour ma perte tant.

63972e

640Transporter une lettre tirée sur moi.

641Traitées doivent à Caisse tant paiable à tel.

64273e

643Transporter une lettre à quelqu’un avec perte.

644Divers doivent à remises le comptant de la lettre. Savoir

645Caisse pour la somme reçue et profits et pertes à la perte.

64674e

647Transporter une lettre à quelqu’un au pair.

648Celui à qui on endosse la lettre ou billet doit à Remises.

64975e

650Négocier, céder ou transporter ou endosser une lettre ou billet à quelqu’un avec bénéfice et Recevoir le bénéfice et le principal tout à la fois. Caisse doit à divers, savoir à remises pour le contenu de la lettre ou billet et à profits et pertes pour le bénéfice de la dite lettre tant.

651Des ordres qu’un Correspondant me donne d’acheter des marchandises pour son compte et de la lui avouer

65276e

653Acheter des marchandises comptant pour le compte d’un ami et le lui envoyer. Le correspondant ou ami s/c doit à divers à Caisse pour achat et frais des dittes marchandises et approvisionner tant pour Commission et tant pour %

65478e

655Acheter des marchandises pour Compte d’un ami moitié comptant et l’autre moitié à terme et lui envoyer les dites marchandises.

656Le correspondant ou ami doit à divers à Caisse pour la somme payée compris les frais d’envoi à l’acheteur qui en répond au vendeur pour la 1/2 de leur valeur et approvisionner pour ma commission à tant %.

657Envoier des marchandises de votre Magasin pour son Compte.

658Le Correspondant pour leur valeur à Caisse pour frais, droits ou chargements et profiets et pertes pour ma Commission à tant %.

659Des Ordres que je donne à un correspondant d’acheter et de m’envoyer des marchandises pour mon compte

66079e

661Remettre des lettres à un ami pour m’envoyer le produit en marchandises et lui ordonner de les envoyer pour mon compte.

662Le dit correspondant doit à remises pour le montant des dies lettres, etc.

66380e

664Recevoir les dites marchandises pour mon compte de l’envoi dudit ami avec le compte de l’achat frais et commissions.

665S’il n’y a qu’une seule espèce de marchandises et qu’elle au compte vous débiterez le compte et créditerez le correspondant non compte de leurs frais et commissions et s’il y a plusieurs espèces de marchandises quoiqu’elles aient des comptes ouverts, il faut néanmoins leur ouvrir un compte général disant Marchandises d’envoi par tel venues par tel navire pour mon compte doivent au correspondant mon compte pour l’achat.

66681e

667Si je paye les frais à la réception des dites marchandises que mon correspondant m’a remis pour mon compte que j’en tienne un compte général. Je débite le dit compte du tout et en crédite la Caisse.

66882e

669Si on vend quelqu’une des marchandises à terme

670L’acheteur doit à marchandise de tel heu, d’envoi de tel part de navire pour mon compte et si on vend les dites marchandises comptant, l’on dit Caisse doit à telle marchandise, venues de tel heu, l’envoi de tel pour compte tant.

671Des Commissions

67283e

673Il faut qu’un Commissionnaire tienne des comptes de chaque marchandise, qu’on lui envoie par différents navires, car les marchandises qu’un Commettant envoie par différents navires sont souvent à d’autres qu’à lui.

674Un marchand de Londres envoie par tel navire 50 saumons de plomb pour son compte, afin de les vendre, dont j’ai payé à leur réception tant pour le fret droits. Je dis Plomb pour Compte de tel venu par tel navire doit à Caisse tant payé pour frais et s’il m’envoie des bas par une autre occasion pour les vendre aussi il faudra dire dans un Compte particulier bas doivent à Caisse tant payé pour droits frais etc ...

67584e

676Vendre des marchandises en commission en troque d’autres marchandises. Posez les marchandises reçues en troque à votre compte jusqu’à nouvel ordre et créditez celles de son compte.

67785e

678Si votre comettant vous ordonne de vendre des marchandises reçues en troque, si vous les vendez à terme avec bénéfice pour son Compte

679L’acheteur doit à la marchandise de mon comettant pour la valeur à mon commettant pour le bénéfice.

68086e

681Vendre des marchandises en commission comptant ou a terme dites

682Toutes les ventes se font comme si c’était pour mon nom

683Compte il n’y a qu’à en créditer les marchandises et non autres.

68487e

685Si j’envoie les marchandises à mon Commettant

686Mon commettant son Compte doit à marchandise de mon Compte.

68788e

688Faire réfaction à quelqu’un pour des marchandises lui vendues pour le compte du Commettant et recevoir le surplus comptant.

689Divers doivent à celui à qui je fais la réfaction savoir Caisse pour la somme reçue marchandises de mon commettant pour le montant de la réfaction et si l’on escompte pour les marchandises du Commettant on fait la même chose.

69089e

691Solder le compte de marchandises pour le compte du commettant et porter le net provenu à son compte courant.

692Il faut ajouter tous les frais qui sont au débit du compte des marchandises de votre commettant y compris votre Commission et soustraiz le montant du total de la vente des dites marchandises pour le compte d’un tel doivent à lui-même son compte courant tant pour le net des marchandises.

69390e

694Si les marchandises de mon commettant sont à mon compte

695Mon commettant mon compte doit à telles marchandises.

69691e

697Si mon commettant tire sur moi a vue ou avances

698Mon commettant son compte doit à Caisse si la traite est à vue, mais si elle est à plusieurs usances, mon commettant son compte doit à traites.

699Des Sociétés

70092e

701Acheter et payer comptant des marchandises en Société.

702Marchandises en sociétés entre tels et moi pour leur portion doivent à Caisse

703pour telles marchandises qualité et quantité achetées de tel temps.

70493e

705Acheter des marchandises en société à terme.

706Telles marchandises en société avec tel doivent au vendeur tant.

707Nota que les achats en société se portent au journal comme si je les faisais pour mon compte.

70894e

709Quand mon associé paye sa portion pour les marchandises achetée pour son compte et le mien,

710Caisse doit à mon associé son compte courant tant pour tel intérêt en société.

71195e

712Acheter des marchandises en société dont mon associé et moi avons payé notre portion chacun

713Marchandises en Société entre tel et moi doivent à divers

714Savoir à mon associé pour sa portion et à Caisse pour la mienne.

71596e

716Si mon associé me transporte un billet sur quelqu’un à compte de son intérêt ou une lettre

717Remises actives ou lettres et billets à recevoir doivent à mon associé le montant dudit billet.

71897e

719Vendre comptant des marchandises en société.

720Dittes comme si c’était pour votre compte, Caisse a marchandise en société tant.

72198e

722Si je fournis des marchandises de mon compte pour notre société

723Marchandises en société doivent à marchandises de mon compte la quantité et valeur.

72499e

725Si mon associé fournit des marchandises de son compte à la société

726Marchandises en Société doivent à mon associé son compte courant.

727100e

728Si j’escompte avec celui auquel j’ai vendu des marchandises en Société à cause de son prompt paiement,

729Divers doivent à celui a qui j’avais vendu des marchandises en société, Savoir Caisse pour la somme reçue et les marchandises en Société tant pour les comptes à tant % ou autrement.

Les principaux Livres nécessaires à un négociant

Savoir

730Le Mémorial, le Journal et le Grand Livre, la meilleure méthode est de ne faire qu’un livre du Mémorial et Journal en mettant le Mémorial au côté gauche et le Journal au côté droit.

731Le Mémorial sert à écrire toutes les négociations qui se font chaque jour et le Journal sert à y poser chaque jour les articles en débit et en crédit pour les porter au Grand Livre de Raison.

732Les livres d’aide qui suivent après les principaux ci-dessus sont :

733le livre de Caisse,

  • de facture,

  • de copies de lettres,

  • de dépenses de Maison et frais de marchandises.

Du Mémorial

734Ce livre est le principal et l’origine des livres, c’est sur lequel on écrit le premier en peu de mots significatifs. Les affaires de la manière qu’elles se font pour soulager la Mémoire et y avoir dû recourir en cas de difficulté dans le négoce. Ainsi les articles du Journal étant posés comme il est enseigné par les règles en débit et crédit au Journal suivant la vente et la bonne foi Ce qui est écrit en forme de chose jugée et en cas que la présentation en soit ordonnée par la Justice c’est sur ces 2 livres qu’ils se confirment quand ils sont tenus en bonne ordre que les héritiers et créanciers des marchands y rapportent. Mais s’ils étaient défectueux ils serviront de condamnation a ceux qui voudraient s’en prévaloir.

735Le Mémorial bien tenu en forme sert de livre d’achat et de vente y mentionnant le jour, le mois, l’année, l’action avec la qualité, le poids même, la marque et les conditions de chaque marchandises achetées ou vendues, livrées ou reçues comptant ou a terme, en troque ou à condition d’escompte — tirant une ligne pour séparer chaque article sans y mettre que l’intervalle nécessaire.

Du Journal

736C’est un livre qui sert d’extrait du Mémorial ou l’histoire des affaires que l’on fait chaque jour par ordre de la date, du mois, de l’année. C’est ce qui a donné le nom du Journal de ce livre devant le bon ordre, la conduite des affaires d’un parfait négociant et il faut que celui qui l’écrit soit entendu dans la manière de tenir les livres qu’il soit seul à écrire le Journal et qu’il le mette dans les Règles requises suivant les principes afin qu’il soit lu et approuvé en Justice en cas de représentation, on y doit écrire tous les articles de suite à mesure qu’ils arrivent et que les articles du mémorial soient fidèlement posés vis-à-vis l’un de l’autre au Journal en débit et en crédit suivant les Règles certaines qui sont expliquées ci-devant et après que chaque article du Mémorial est porté en débit et en crédit par les Règles dans le Journal, il faut tirer une ligne transversale pour les distinguer des autres suivants.

Observations sur le Mémorial et Journal

737Voici comment il faut régler et disposer les articles du Mémorial et du Journal suivant les principes. Exemple :

738Remarquez qu’il est bien plus commode de ne faire qu’un livre de Mémorial et du Journal que d’en faire 2, par le rapport qu’il y a de l’un à l’autre et observez de mettre votre Mémorial du côté gauche et les articles du Journal tournez en débit et en crédit dans le feuillet de l’autre côté qu’on appelle côté droit, il les faut mettre à droite ligne et les règles jour pour jour comme vous les voyez distinguez, considérez combien il est nécessaire de bien savoir les arranger pour tourner les articles du Mémorial en débit et en crédit au Journal afin de ne pas s’y tromper et retenez qu’il faut laisser en marge au côté gauche du Journal pour y mettre les chiffres qui marquent les feuillets à 2 comptes du Grand Livre ou il faut débiter et créditer,

Du Grand Livre

739Le Grand Livre est appelé par son excellence livre et raison ou extrait parce qu’il rend raison de toutes les parties des autres livres ; il nous découvre les avantages qu’on retire de la science de tenir les livres de comptes en parties doubles plutôt qu’à parties simples par la comparaison qu’on y fait du débit et du crédit d’une même personne ou de quelque autre affaire traitée séparément et dont les négociations étant rapportées et renfermées dans un même feuillet il est facile d’en juger et voir s’il a été plus reçu que payé ou si on a perdu ou gagné.

740On voit aussi du côté gauche les marchandises qu’on a reçues ou achetées et du côté droit celles qu’on a vendues ou envoyées. Ce livre sert à former des comptes pour chaque débiteur et créditeur qui se trouve dans le journal. Mais il faut prendre garde de n’y pas ouvrir plusieurs comptes d’une même nature pour un même sujet. Le débit se met toujours dans la page gauche et le crédit dans la page droite et on y met chaque feuillet comme il est marqué et chiffré dans l’alphabet et on fait tout les comptes qui renvoient à chaque feuillet du Grand Livre.

741Avant de rapporter les articles du Journal au Grand Livre l’on fait un trait dans la marge du Journal devant l’article, sur ce trait on met le feuillet du Grand Livre ou est le Compte du débiteur comme a côté ou la Caisse qui reçoit est débitée folio 1, et sous le trait dit on y met le feuillet du Grand Livre où le créditeur et quand chaque débiteur et créditeur est rapporté au Grand Livre on fait un point à côté du chiffre dans la marge du Journal pour marquer que les articles sont débités et crédités et les faut rapporter tous les jours tant pour tenir les affaires en état que pour éviter le soupçon des intéressés ou autres.

742On ne doit jamais porter une partie du Journal au Grand Livre qu’elle n’ait sa rencontre en débit et en crédit. C’est en quoi consiste la Science des parties doubles sans laquelle condition bien observée on ne peut pas balancer car il faut que le débit d’une partie soit égal au crédit.

743Il faut aussi extraire suivant l’ordre des temps toutes les parties du Journal et les porter en débit et en crédit à chaque compte dans le Grand Livre.

744Après avoir réglé notre Grand Livre de la manière qu’il est marqué et après avoir numéroté tous les feuillets et à mesure que vous y ouvrirez des comptes vous les écrirez dans votre alphabet sous la lettre qui lui convient et au bout de la ligne vous y marquerez le feuillet où son compte est ouvert dans le Grand Livre pour y avoir recours et lorsque vous voudrez rapporter chaque article de votre Journal dans le Grand Livre vous en distinguerez exactement suivant les règles que je vous donne les véritables débiteurs et créditeurs et marquerez en la marge du dit Journal le feuillet de chaque compte du Grand Livre.

745Il faut observer s’il y a plusieurs débiteurs et les remettre sur le trait qui les sépare et s’il y a plusieurs créditeurs mettez leur dessous le trait afin de les bien distinguer pour les mettre chacun à leur compte sans manquer de les pointer crainte d’en omettre ou de vous tromper.

Explication des Comptes du compte de Capital

746Je dois ce qui est dans le débit du Compte de Capital et on me doit ce qui est dans le crédit et tirant le débit du crédit le reste est mon bien en fond.

Les Comptes de personnes

747Tout ce qui est dans le débit du Compte de chaque personne m’est du et tout ce qui est dans le crédit est ce qui m’a été payé ou ce que je lui dois il y a cinq observations à faire dans chaque partie de ce compte tant en débit qu’en crédit, savoir :

  1. le temps de la négociation,

  2. la somme,

  3. à qui et par qui elle est due,

  4. la raison pour quoi,

  5. les circonstances du paiement.

Les Comptes et Caisse

748Leur débit enseigne la quantité qu’on achète et ce qu’elles ont coûté, et le crédit marque leur emploi et le produit en chaque partie à ce compte ou autres effets il n’y a que 4 circonstances,

749Savoir

7501° le temps, 2° la somme, 3° à qui est par qui elle est due, 4° la quantité ou nombre des pièces.

Son Compte ou Compagnie

751Ce compte sert à exprimer la part que quelqu’un a avec les associés et qu’on y met toujours sa portion d’un 1/3 ou d’1 1/4. Son compte courant exprime les traites et les remises qui vous sont faites pour le compte d’autrui. Mon Compte courant s’attribue à mon facteur correspondant ou commissionnaire qui est débiteur sous son nom de toutes les parties qu’il me tire ou que je lui remets et toutes ventes et achats qu’il fait pour moi comptant des traites que je fais sur lui, mon compte et des remises qu’il fait de mon ordre et d’autres c’est l’opposé de son compte courant.

Du Livre de factures

752On met dans le livre de facture toutes les marchandises chargées tant pour votre compte que pour le compte d’autrui avec les frais d’icelle commençant au côté gauche et continuant ainsi par tout le livre laissant le côté droit en blanc afin que sur l’ordre et l’avis de votre correspondant vous donnera de la vente de ses marchandises vous y écriviez tous les frais, toutes les circonstances qui en dépendent pour y avoir recours il faut observer 10 circonstances dans la facture :

  1. mettre en tête le mot de facture en gros caractère,

  2. la quantité soit en tonneaux pièces ou balles, etc.,

  3. le nombre celui pour qui c’est,

  4. le nom du capitaine du vaisseau sur lequel elles sont chargées,

  5. le lieu de leur destination et consignation,

  6. les particularités des pièces poids mesures et marques,

  7. le prix de l’achat,

  8. la provision ou commission,

  9. les frais de leur chargement rendus à bord,

  10. la provision où la facture est faite et la date.

Exemple

753Facture de trois ballots de Bretagne large chargés pour le compte de René Caillau sur le Navire le Bourbon Capitaine Mr à la consignation de Mr Cassobon et Cie à Cadix les dits 3 ballots marquez comme en marge

754Quand on reçoit une facture d’un correspondant on la copie sur le même livre tenu à rebours du côté verso y ajoutant les frais et la vente des marchandises se met du côté recto et vous mettez au pied de la facture avant de la signer sauf erreur ou omission.

Du Compte de profits et pertes et de l’ordre qu’il y faut garder

755Il faut ouvrir dans le grand Livre un Compte de profits et pertes tant en débit qu’en crédit du côté du débit vous y mettrez toutes les pertes et du côté du crédit tous les profits. C’est par ce compte qu’on voit si les livres balancent pour plus grande intelligence de ce Compte voyez celui du Grand Livre où il est expliqué de la manière qu’il le faut solder et de s’en servir pour la Balance.

Instructions pour faire la Balance et le Bilan du Grand Livre à parties doubles

756Toutes les parties du Journal étant bien rapportées au Grand Livre tant en débit qu’en crédit il ne reste plus qu’à faire l’essai de la balance qui est le but de notre entreprise et sans laquelle nous ignorons si les parties sont bien ou mal posées, pour y parvenir ajoutez les débits de votre Grand Livre et en posez le sommaire sur une feuille volante, ajoutez aussi tous les crédits de votre dit Grand Livre sur la même feuille volante et si le sommaire des débits est semblable à celui des crédits, c’est une preuve assurée que vos parties sont bien portées et que chaque débit à sa rencontre, mais s’il y avait de la différence aux sommaires, c’est un signe visible qu’il y aurait erreur ou omission, voilà ce qui regarde la balance.

757Pour le bilan, si votre essai de balance se trouve juste il faut commencer à solder vos comptes réservant ceux de la Caisse de profits et pertes et celui de Capital plusieurs se soldent par profit et pertes d’autres par eux-mêmes, celui de profits et pertes par Capital et tous les autres par bilan de sortie. Je donnerai pour l’instruction des exemples qui se rapporteront au Compte de votre Grand Livre.

7581° Les Comptes qui se soldent par bilan de sortie sont ceux qui me doivent et ceux à qui je dois.

759Exemple

760Voyez le compte de la veuve Baudran a f° qui me doit pour solde et ditte Billan de sortie doit
Compte qu’elle me doit

761Exemple d’un compte à qui je dois.

762Voyez le compte de François Boullé à folio a qui je dois et dites à Bilan de Sortie pour ce que je lui dois pour solde.

7632° Les Comptes qui se soldent par profits et pertes sont ceux des marchandises vendues.

764Exemple d’un compte où il y a du profit

765Voyez le compte d’eau de vie à profits et pertes pour bénéfice sur la vente.

766Exemple d’un compte où il y a de la perte

767Voyez le Compte de Martin Régordy a folio et dites au débit du Compte de profit et perte a folio a Martin Rigordy que je perds dans sa Banqueroute, ou celui dépenses domestiques vous ferez la même chose.

7683° Les Comptes qui se soldent tant par profits et pertes que par Bilan sont ceux des marchandises ou il en reste à vendre et où il y a du profit sur celles qui sont vendues. Prenons pour exemple le Compte de draps de Hollande, examinons la quantité vendue avec la quantité achetée, nous trouverons à en avoir acheté pour la somme de

769Et en avoir vendu pour celle de les pièces qui restent à vendre il faut les estimer sur le pied qu’elles coûtent on trouvera à en avoir encore à vendre pour qu’il faut ajouter à la quantité vendue, il viendra, il faut ensuite soustraire 0000 qui est la quantité achetée de 000 il restera 00000 qui est les profits, il faut dire pour cette somme a profits et pertes pour Bénéfice et pour les 000 restant à vendre, dite au Compte de bilan de sortie à draps de Hollande pour ceux restant à vendre.

770Mais si le débit excède le Crédit il y aura de la perte et en ce cas il faudrait dire profits et pertes doivent à Draps de Holl. ainsi des autres.

771Cela suffit pour donner une parfaite connaissance aux curieux de savoir solder les comptes particuliers, il ne reste plus qu’à enseigner la manière de solder le fameux compte de profits et pertes, celui de Capital et celui de bilan qui doivent balancer entre eux jusqu’à un denier.

772Pour y parvenir commençons par le Compte de profits et pertes dont la solde est de ... laquelle représente les profits faits sur les autres Comptes. Je les porte a Capital qui se trouve par ce moyen augmenté d’autant, ainsi mon capital lorsque j’ai commencé ne montait qu’à ... auquel ajoutant les profits faits pendant l’année celui et l’autre montent ensemble à ... ainsi vous direz profits et pertes doivent à Capital ...

773Et au Compte du Capital dites au Débit à Bilan pour l’état présent de mes affaires.

774Nota qu’il faut remarquer que la somme de mon capital lorsque je me suis mis en commerce au commencement de l’année remontait à ... Jointement avec celles des profits et pertes font celle de ... Ces deux sommes ne font pas celle que je marque de ... qui est à présent le crédit de capital. Pourquoi, parce que le Compte de Capital s’est trouvé augmenté pendant l’année de 32 000 1. pour une succession qui m’est survenue, dont j’ai porté le montant à ce même compte qui se trouve augmenté d’autant il est bon d’y prendre garde pour ne pas tomber dans le doute.

775Enfin tous les soldes de vos autres comptes étant portés tant au débit qu’au crédit de Bilan si la balance est égale de part et d’autre vous jugerez de là que vos comptes ont été bien tenus.

776Mais remarquez que s’il y avait de la perte au lieu de profits, il faudrait la relever en ajoutant tous vos comptes et voir si les soldes en sont fidèles et bien portés aux sus des comptes, ce qui est entre deux parenthèses est pour l’erreur ; il faudrait au contraire changer le débit du Capital qui serait diminué d’autant par la perte.

Manière d’examiner les livres et voir si le bilan en est juste comme il le doit être

  1. Voyez si votre Journal s’accorde en tous points avec votre Mémorial.

  2. Pointez votre grand livre avec le Journal, voyez si chaque article du Journal est fidèlement à son compte du Grand Livre.

  3. Examinez chaque feuillet du grand livre et voyez si vous n’avez point commis d’erreur en soldant soit en additionnant ou en soustrayant.

  4. Examinez derechef votre feuillet de bilan et voyez si le crédit de quelques perte ne se serait point porté au débit.

  5. Recourez ainsi à chaque compte soigneusement et voyez s’ils sont justes, car souvent il s’y glisse quelque faute par inadvertance.

  6. Examinez enfin les marques de renvoi ou rapports qui sont au Grand Livre et prenez garde s’il n’y en aurait point à pointer et par quelle raison tout ce que dessus étant bien considéré il sera facile de trouver l’erreur s’il y en a.

De l’origine des Lettres et billets de Change avec plusieurs modèles de les faire

777Plusieurs croient que les Juifs ont inventé les lettres de change lors de leur bannissement de France par Dagobert 1er roi de France en l’an 640. Mais Desrubin ancien auteur de lion (Lyon ?) en attribue l’invention aux Florentins qui s’étaient réfugiés longtemps auparavant en France où ils firent commerce de lettre de change pour retirer leurs effets de Florence d’où les Giblins les avaient chassés.

778Le Change en terme de Commerce est un contrat d’argent, il n’y a que deux choses usitées, celui d’une monnaie contre une autre et le Change par lettre quand on prend quelque bénéfice, les docteurs l’appellent change sec et disent que c’est un prêt usuraire qui n’est point permis selon Dieu.

779Les Lettres de Change sont des espèces de contrat d’achats ou de vente entre ceux qui les tirent et ceux qui les prennent comptant, leur valeur au tireur et ce contrat est en forme lorsque la lettre est signée de celui qui la tire et contient le nom de celui qui la doit payer comme aussi celui de celui qui la prend qui en donne la valeur, il faut aussi que le nom du heu, le jour, le mois, l’année et le temps du paiement de la somme qu’elle contient que tout cela y soit compris et de quelle manière la valeur en a été reçue quant aux termes de l’expression ils doivent être les plus brefs et les plus significatifs qu’il se peut pour les autres conditions elles sont arbitraires.

Modèles de lettres et billets de change

780A St-Malo le 25 août 1743 pour 2 000 L.

781Monsieur a vue il vous plaira payer par cette première de change à Mr Robiou ou à son ordre la somme de deux mille en monnaie courante, suivant ledit et non autrement valeur reçue comptant du sieur La Villebage Ribertière et passé à Compte suivant l’avis de votre très humble et très obéissant serviteur.

782Caillau.

783A Monsieur

784Monsieur Abraham, banquier à Paris

785Si on en demande une seconde on y met seulement cette différence : Monsieur a vûe il vous plaira payer par cette seconde lettre de change, la première ne l’étant pas, et si on en demande une 3e, dire, Monsieur a vûe il vous plaira payer par cette 3e lettre de change, n’ayant pas payé ma première, ni ma seconde, etc... comme dans la 1re.

786A St-Malo le 21 août 1743 pour 1 000 L.

787Monsieur a 8 jours de vue par cette première de change à l’ordre de Mr Desanton Nouial, il vous plaira payer la somme de 1 000 L. pour lettre de pareille somme sur moi qu’il m’a rendue quittance et les passer sans autre avis au compte de etc... comme dans la 1re.

788A St-Malo, 22 août 1743, pour 2 700 L.

789Monsieur a 15 jours de date, il vous plaira payer par cette seule lettre de change à Londres de Mr Hay, la somme de deux mille sept cents livres, valeur reçue à compte dudit Sieur et les passez à celui de

790A Monsieur
Monsieur le Roux négociant à Paris

791Votre très humble et très
obéissant serviteur

792Caillau.

793A St-Malo le 22 août 1743, pour 2 500 L.

794Monsieur, dans le 30 du mois de septembre prochain vous vous payerez par cette seconde la première ne l’étant pas à l’ordre de Mr du Fresne la somme de 2 000 cinq cent livres pour valeur passée de votre ordre du 3e Préménil Picot et les passez à celui de

795A Monsieur X

796Votre C.

797A St-Malo le 23 août 1743, pour 3 000 L.

798Monsieur au 10 du mois prochain payez par cette première de Change à l’ordre de Mr Desvaux l’aîné la somme de trois mille livres pour solde de compte entre vous et moi qui suit

799A Monsieur

800Votre très humble et très obéissant serviteur,

801Caillau.

802Monsieur Silvestre

803Grand Jan à Rouen.

804Supposé que je transporte la susditte dernière lettre à quelqu’un il faut mettre de l’autre côté de travers, comme il est dit ici, dessous dénoté n°

805Si la valeur est autrement je l’expliquerai en disant valeur pour solde avec telle valeur reçue comptant de tel ou valeur en lettre de pareille somme qu’un tel m’a rendu quittancé ou valeur pour demeurer quitte de tant avec tel sinon on exprimera la valeur en moins de mots et plus expressifs qu’il est possible suivant que les affaires et le sujet le requérent.

806N°1 Payez pour moi le contenu de l’autre part à l’ordre du sieur La Brumanière

807valeur en compte à St-Malo le 23 août 1743

808Caillau.

809A St-Malo le 23 août 1743, pour 1 400 L.

810Monsieur a usance Je vous prie de payer par cette troisième lettre de Change ma première, ni ma seconde ne l’étant à l’ordre de Mr des Prayrier la somme de quatorze cent livres en argent effectif à l’ordonnance et non autrement valeur reçue en marchandises et les passez au compte de

811A Monsieur

812Votre

813Remarquez que le mot d’usance est le terme de 30 jours, 2 usances, 60 ou 2 mois.

Observations touchant les lettres que l’on tire sur Lyon

814Il se tient à Lyon 4 foires considérables chaque année qui forment 4 paiements dans lesquels les marchand s’entretirent et remettent toutes leurs lettres sur la place.

8151° Le premier paiement est celui des Rois qui commencent le 1er jour de Mars et l’on y fait le paiement pendant tout le dit mois de Mars.

8162° Le paiement de Pâques commence le 1er jour de Juin et le paiement s’y fait tout le dit mois.

8173° Le paiement d’août commence le 1er septembre et dure pendant le mois.

8184° Le paiement de la Toussaint commence le 1er décembre dure tout le mois, toutes les lettres qu’on tire sur Lyon se font payables d’un de ces paiements. Mais les malheurs du temps y ont cause beaucoup de changements.

Modèle d’une lettre tirée sur Lyon

819A St-Malo le 24 août 1743. Pour 25 000 L.

820Monsieur, au prochain paiement, dont il vous plaira payer par cette 1re de Change a l’ordre de Mr René Martin, la somme de vingt six milles livres va leur reçue du dit sieur comptant et les passez sans autre avis au compte de

821Votre

822A M.

823à Paris

824Souvenez-vous que le porteur d’une lettre doit bien prendre garde de quelle manière on lui accepte et qu’elle soit acceptée dans sa forme requise sans instruction, car si elle était prolongée et qu’elle ne fut acceptée que pour partie de la somme qui est contenue dans la lettre, le porteur en serait respondable.

Des Protest

825Il y a 2 sortes de protest, l’un faute d’acceptation, et l’autre faute de paiement, les lettres sont souvent protestée faute de provision, manque d’avis ou d’argent ou pls. autres raisons et si que quelqu’un vous a remis pour votre compte et que vous ayez passé écriture au compte de remises et qu’ensuite la lettre soit protestée faute de paiement, comment faire ? dites au Journal, celui qui a été crédité pour sa remise protestée doit à divers à remises pour telle lettre sur tel lui envoiée protestée faute de paiement tant et à caisse, tant pour le frais du paiement.

Modèle de plusieurs billets, exemple d’un billet pour valeur d’une lettre de change

826Je paierai dans 2 mois de ce jour à Mr Abraham ou ordre la somme de deux mille livres pour une lettre de change qu’il m’a fourme de pareille somme mon ordre sur le sieur de Lorencin de Nantes a 2 usances a St-Malo le 24 août 1743.

827Caillau.

Billet payable au Porteur

828Je paierai en trois mois de ce jour à Mr de la Ville Briant le gentil porteur du présent la somme de dix milles livres, valeur reçue de lui en marchandises à St-Malo le 26 août 1743.

829Caillau.

Billet du Supérieur à un inférieur

830Monsieur payez au sieur des Prayries la somme de trois mille livres dont je vous tiendrai compte sur la recette que vous faites pour moi en me rapportant son reçu au don du prenant à St-Malo le 26 août 1743.

831Caillau.

Lettres de voiture

832A la grace de Dieu et à la conduite de Jean François Voiturier, je vous envoie un ballot de marchandise marqué comme en marge pesant 300 ł. lequel vous ai été délivré sous huit jours bien conditionné vous lui payrez sa voiture à raison de 3 ł. du cent pesant, je l’ai chargé de l’acquit des droits et suit.

833Monsieur

834Votre très humble et très obéissant serviteur,

835Caillau.

CONNAISSEMENT

836J’ai Pierre la Terre Maître après Dieu du navire nommé Le Prince de Conti du port de 400 tonneaux étant de présant au port de St-Malo pour du premier longtemps qu’il plaira à Dieu envoier a les en droite route à la Vera Cruz, reconnait avoir reçu et embarqué dans le bord de mon dit navire sous le franc tillat d’iceluy 12 balles de Bretagne. Marquez comme en marge et pesant ensemble 2 500 L. lesquelles sont bien conditionnées, lesquelles Je promets de mener et conduire sauf les périls et risques de la mer jusqu’au dit lieu la Vera Cruz et les livrer au sieur Petrand en me payant pour le fret la somme de 500 ł. avec les avaries suivant les uses et coutumes de la mer, en foi de quoi, je m’oblige corps et biens avec mon dit navire fret et appareil en foi de quoi j’ai signé 3 connaissements de même valeur l’un desquels étant accomplis, les autres seront de nule valeur.

837A St Malo le 26 août 1743.

838Pierre la Terre

QUITTANCES

839J’ai reçu de Monsieur Tomasseau la somme de 800 ł. d’ordre de Mr Boret auquel j’ai donné double reçu du présent qui ne vaut qu’un à St Malo le 27 août 1743.

840Caillau.

841J’ai reçu de Mr Adam, la somme de 700 ł. pour solde de tous comptes entre lui et moi jusqu’à ce jour.

842A St-Malo le 28 août 1743.

843Caillau.

Explication du Compte de Remises

844Il y a 2 sortes de remises savoir l’active et passive, l’active est lorsqu’un ami ou un correspondant qui a des effets à nous en remet la valeur en lettre de change à notre ordre pour l’acquitter, nous les faisons accepter pour les recevoir à leur échéance.

845La Passive est lorsqu’un ami auquel nous sommes débiteurs nous écrit de lui remettre et pour le satisfaire nous payons au banquier une lettre qui nous fournit à l’ordre de notre dit ami à qui nous la remettons pour la recevoir et nous en acquitter ce que nous lui devons ou bien quand notre dit ami tire sur nous une lettre de change du tout ou partie de ce que nous lui devons et que nous acceptons la dite lettre pour la payer à son échéance.

846La Remise active nous est également passive quand nous remettons à un ami une lettre que nous avons payée à un banquier pour que notre ami la reçoive et qui l’employe le montant en marchandises pour notre compte.

847Pour bien comprendre les différentes remises il faut leur ouvrir un compte et l’intituler.

848Remises actives ou lettres et billets à recevoir doivent dans le débit de compte il faut mettre tous les lettres et billets qui nous sont dus ou que je dois recevoir et par le moyen d’une colonne que je laisse à côté des livres, sols et deniers, je connais le terme, la valeur et l’échéance que je marque aussi à mesure que je les reçois, j’en débite la Caisse, crédite le Compte de remises faisant un point à côté de celles qu’on m’a payée pour connaître les lettres et billets qui me restent à recevoir.

849Ainsi si mon ami correspondant me remet une lettre pour mon compte ou pour le sien je dis au Journal remises actives doivent à tel ami pour mon compte ou pour le sien tant pour telle remise et si je paie une lettre à un banquier pour la remettre à un ami pour mon compte ou pour le sien, je dis au Journal celui à qui je remets son compte.

850et suivant la lettre faites aussi je la fais je dis : un tel doit à remise à tant. Mais en recevant le montant de votre lettre soit à vue ou a usance, si elle est chargée sur votre compte de remises, il faut dire au Journal, Caisse doit à Remises reçu tant pour celle d’un tel pour telle lettre ; surtout ne manquez pas de marquer en marge à côté des livres, solds et deniers l’échéance de la lettre afin de le faire accepter si elle est à longs jours et d’y mettre un point en la recevant pour la distinguer de celles qui restent encore à recevoir.

851Observée aussi la monnaie de votre correspondant si elle est différente de la vôtre, il faut mettre sa monnaie dans une double colonne à côté des livres, sols et deniers pour le distinguer car c’est dans sa monnaie qu’il faut se débiter, créditer et solder aussi bien que dans le nôtre.

Explication du Compte de traite passive ou lettres et billets

852A payer ce compte est d’un aussi grand secours que le compte de remises car il vous indique dans le débit les lettres et billets que vous avez payés et acquittés dans le crédit il vous marque toutes les lettres et billets que nous devons payer et acquitter pour connaître par cette marque celles qui sont payés avec celles qui restent à payer.

Exemple de la traite passive

853Si mon correspondant tire sur moi à longs jours, je dis au Journal mon correspondant, mon compte ou son compte doit à traites passives tant qu’il la tire sur moi tel avant que d’en faire mention, il faut que la lettre soit acceptée pour vous ensuite vous en passer écriture comme il vient d’être dit.

854Mais si la traite est paiable à vue il ne faut pas se servir du Compte de traite, dites seulement au Journal le tireur son compte ou mon compte doit à Caisse tant payée à tel pour sa traite si l’ami est étranger et que sa monnaie soit différente de la notre, observez de tenir les comptes en double monnaie car son compte doit solder en sa monnaie et la nôtre.

INVENTAIRE

8551743

856de toutes mes affaires qui consistent en argent comptant, billets de banque, lettres de change, marchandises, dettes actives et passives suivant la reconnaissance que j’en ai faites aujourd’hui 2 janvier 1743.

857Savoir

858J’ai trouvé dans ma caisse 110 000 ł. en diverses espèces d’or et d’argent monnayé, dans mon portefeuille pour 56 000 ł. de billets de banque

85932 pièces de draps d’Angleterre, Savoir :

86043 pièces de draps de Hollande

861Le Sieur Nicolas Le Blanc de Paris me doit 22 000 ł. payable le 7 mars prochain.

  • Picot Préménil de St Malo me doit 2 500 ł. payable le 15 février prochain.

862Je dois au Sieur de la Hossaye Potier de St Malo 7 500 ł. pour solde de son compte payable le 2 février prochain.

  • au Sr Jan Crisac d’Amsterdam 12 000 ł. pour le restant des draps de Hollande qu’il m’a envoyé pour mon compte payable dans tout le mois de mars prochain c’est-à-dire de l’année courant 1743 et qui sont ci-joints marqués à la marge de ce présent mémorial.

863Je dois au Sieur Michel Leroux de Paris 1 500 ł. payables le 7 février prochain

8641 500 ł.

865Le présent Inventaire monte à 241 406 ł.

866État des profits que j’ai fait sur différents comptes et négociations pendant la présente année 1743 monte à

867Savoir :

868Sur les eaux-de-vie 14 720

869Sur les sucres 2 720

870Sur les cafés 196

871Sur les toiles 200

872Sur les damas 2 240

873Sur les taffetas 160

874Sur les draps d’Angleterre 1 222

875Sur les draps de Holl. 1 206

876Sur les vins 600

877Sur les tapisseries d’Auvergne 955

878Sur les papiers 1 966

879Sur les bleds 1 750

880Sur l’étain 2 000

881Sur le compte de Pierre Jolif mon compte 1 800

882Sur les sattins 1 000

883La dépense que j’ai faites pendant la présente année monte à 6 500 ł.

884Les profits que j’ai fait sur différents comptes et négociations pendant la présente année 1743 montent à 26 924 ł. 19 sols déduction faite de ma dépense domestique et des pertes que j’ai pu souffrir.

885État de tous mes effets que j’ay reconnu en faisant l’inventaire et le bilan de mon Grand Livre marqué et monté à

886Savoir

887Il me reste en billets de banque 14 840

888J’ai trouvé dans mon porte-feuille 2 lettres et 2 billets, Savoir

889Une lettre de 22 000 ł. acceptée payable par les Sr Lamotte le 19 déc. prochain,

890Une lettre de 16 000 ł. acceptée et payable par le Sr Simon Turquet,

891Un billet de 4 000 ł. payable par le Sieur Roland 18 mai prochain,

892Un billet de 36 000 ł. payable par le Sr Coulteux le 18 mai prochain.

893Total 78 000 ł.

894La veuve Baudran doit 3 600 ł. payable le 30 septembre prochain.

895Le Sieur de Launais doit 5 625 ł. payable le 5 décembre.

896J’ai trouvé dans mon magasin différents tableaux et statues :

897Une minerve 12 000

898Une diane 8 000

899Un hercule 4 500

900Un tableau de Saint Sébastien 3 000

90128 000 ł

902Il me reste en Caisse 90 440 ł

903État de ce que je dois y compris le net de mon Capital monte à 342 155 ł. 18 sols 4 d.

904Savoir

905Le net de mon capital monte à 296 330 ł. 19 s.

906Je dois au Sieur de la Houssaie Potier 2 318 ł.

907Je dois au Sieur Gaudrono frères 7 000 ł.

908Je dois au Sieur Delorencin de Nantes 2 314 ł. 19 s. 4 d.

909Je dois une lettre et un billet, Savoir

9101 lettre de 15 000 tirée sur moi par Jean Crisac à l’ordre du Sieur Louis Rondin payable le 20 juillet prochain.

9111 billet de 8 412 ł. consenti au Sieur Denia payable le 7 février prochain.

912Total : 23 412 ł.

913Je dois au Sieur Pol du Bois 10 780 ł.

TABLEAUX GÉNÉALOGIQUES

914Sources :

915Famille Bertrand de Cœuvres (branches cadettes et branche ainée)

916Toutes les références généalogiques sur la famille Bertrand sont puisées dans les registres paroissiaux de la paroisse Saint-Nicolas de Nantes (A. M. Nantes), sauf celles concernant les personnages suivants :

  • François Nicolas, né le 2-8-1691 à La Chapelle Basse-Mer ;

  • Marie-Élisabeth, morte le 9-2-1780 dans la paroisse Saint-Léonard de Nantes ;

  • René Bertrand, s. de la Clauserie, mort le 7-10-1772 à Saint-Sébastien.

917Références notariales :

  • Mariage R. Montaudoin - Marie Bertrand, A.D. L.-Atl. : II, Not. 2 000, 19-11-1702 (cf. en outre A. PERRET, « René Montaudoin », Bull. S.A.H. Nantes, t. 88, 1949, p. 78-94) ;

  • François Bertrand et Françoise Bouteiller, A.D. L.-Atl. : II, Not. Duhil, 701, 17-11-1729 ;

  • Marie Bertrand - Le Loup de la Biliais : II, Not. 2023, Villaines, 9-12-1729 ;

  • De Coué - Bertrand de Cœuvres : II, Not. 355, Boufflet, 30-6-1739 ;

  • Botherel de Quintin - Bertrand : II, Not. 358, Boufflet, 7-12-1742 ;

  • Le Moyne de Beaumarchais - Bertrand : II, Not. 760, Fouquereau, 1-5-1761 ;

  • Poulpiquet du Halgouet - Bertrand : II, Not. 929, Girard, 5-5-1762 ;

  • Enfants Le Moyne - et Poulpiquet : acte de notoriété, II, Not. 972, Gourraud, 13 ventôse an 3.

918Michau de Montaran

919A.D. L.-Atl. : E, Michau de Montaran ;

920H. de berranger, « Un homme d’affaires... », article cité, M.S.H..B., 1959, p. 98-99.

921Chaurand

922Toutes les références généalogiques sur la famille Chaurand proviennent des registres paroissiaux de Saint-Nicolas de Nantes, à l’exception de celles concernant les personnages suivants :

923— Honoré Anne Pierre, s. du Chaffault, marié le 6-4-1774 à Sainte-Croix de Nantes ;

924Références notariales :

925— Actes de notoriété : Famille Deurbroucq (mariage de Jeanne-Anne Deur-broucq), enfants de Dominique René Deurbroucq et de Margueritte Sengstack, A.D. L.-Atl., II, Not. 1145, Jalaber, 22-1-1785 ;

926Famille Forget, A.D. L.-Atl. : B 530, Minutes d’audiences de la Chambre des Comptes, 11-9-1783.

927— Contrats de mariages :

  • Honoré Chaurand et Marie Portier, A.D. L.-Atl. : II, Not. 374, Boufflet, 29-1-1758 ;

  • Honoré Anne et Jeanne Deurbroucq : II, Not. 773, Fouquereau, 6-4-1774 ;

  • Pierre Louis Chaurand et Libault : II, Not. 776, Fouquereau, 30-5-1777 ;

  • Jean-Baptiste de Luynes et Marie Josèphe Chaurand : II, Not., 940, Girard, 14-1-1772.

928H. du Halgouët, Au temps de Saint-Domingue et de la Martinique, op. cit., p. 31-39 (manque de références).

929Bouteiller

930Toutes les références généalogiques sur la famille Bouteiller proviennent des registres paroissiaux de Sainte-Croix de Nantes, à l’exception de celles concernant les personnages suivants :

  • Françoise Bouteiller, morte à Saint-Nicolas de Nantes le 4-10-1742 ;

  • Marie Bouteiller, morte le 18-2-1727 à Saint-Laurent de Nantes ;

  • Guillaume Bouteiller, marié à Éléonore Brown à Saint-Nicolas de Nantes le 18-7-1732 ;

  • Guillaume-Marie, fils du précédent, né le 2-10-1753 et mort le 6-1-1755 à Saint-Nicolas ;

  • Julien François, né le 26-9-1754 et mort le 6-4-1768 à Saint-Nicolas ;

  • Guillaume Jacques Bouteiller, né le 3-1-1756, marié le 27-6-1780 en Saint-Nicolas ;

  • Catherine-Marie-Éléonore, née le 26-2-1757 et mariée le 12-9-1776 en Saint-Nicolas ;

  • Tous les autres enfants issus du mariage de Guillaume Bouteiller et d’Éléonore Brown sont nés ou morts sur le territoire de la paroisse Saint-Nicolas.

931Acte de notoriété : milieu du xixe siècle, A.D. L.-Atl. : E XII, Not., Gautron, 409-410, 21-5-1850.

932Contrats de mariage :

  • Guillaume Bouteiller et Baudry, A.D. L.-Atl. : II, Not. 1981, Verger, 5-6-1701 ;

  • Glémeau et Bouteiller : II, Not. 1 984, Verger, 29-7-1704 ;

  • Antoine Marcorelle et Bouteiller : II, Not. 1552, Nidelet, 14-12-1710 ;

  • Mabille-Bouteiller : II, Not. Duhil, 5-2-1727 (II C 2658) ;

  • Bertrand et Bouteiller : II, Not. 701, Duhil, 17-11-1729 ;

  • Bouteiller et Drouin (Marie-Louise) : II, Not. 948, Girard, 20-6-1780 ;

  • Bouteiller et Drouin : II, Not. Girard, 8-6-1787.

933Famille De la Ville

934Les références généalogiques sur la famille De la Ville proviennent des registres paroissiaux de Saint-Nicolas.

935Les données, très incomplètes, fournies par H. DU HALGOUËT, AU temps de Saint-Domingue et de la Martinique, op. cit., p. 5, sont fausses.

936Généalogies : François De la Ville, A.D. L.-Atl. : B 467, Minutes des audiences de la Chambre des Comptes, 10-9-1737.

937Contrats de mariage :

  • Gabriel De la Ville et Marie Bonnet, A.D. L.-Atl. : II, Not. 1 300, Le Breton, 9-2-1702 ;

  • Jean De la Ville et Catherine De Seigne : II, Not. 1614, Poirier, 28-4-1722 ;

  • Armand De la Ville et Madelaine Portier : II, Not. 1527, 29-12-1770 ;

  • François de Guer et Reine Élisabeth De la Ville : II, Not. 1064, Hérault, 1-9-1763.

938Famille de Guer

939Les références généalogiques sur la famille de Guer proviennent des registres paroissiaux de Sainte-Croix de Nantes, à l’exception de celles concernant les personnages suivants :

  • Pierre de Guer, né le 24-4-1659 et mort le 23-11-1699 à Bouguenais, marié le 18-1-1686 à Saint-Saturnin de Nantes ;

  • Pierre de Guer, né le 16-2-1691 à Sainte-Croix, marié le 26-7-1727 à Saint-Léonard, mort le 15-3-1736 à Bouguenais ;

  • Clair de Guer, marié le 20-4-1723 à Ancenis ;

  • François de Guer, né le 5-8-1726 à Saint-Denis de Nantes ;

  • Clair René, né le 29-5-1725 à Ancenis, mort le 30-6-1727 à Saint-Denis de Nantes ;

  • Mathurin René, marié le 15-4-1765 à Ancenis ;

  • Bonne Thérèse, mariée le 19-2-1770 à Saint-Denis de Nantes.

940Contrats de mariage :

  • François de Guer et Reine Élisabeth De la Ville, A.D. L.-Atl. : II, Not. 1064, Hérault, 1-9-1763 ;

  • Marcé et de Guer, II, Not. 1527, Moricet, 15-2-1770.

941Les généalogies simplifiées des Drouin et des Portier de Lantimo ont été dressées d’après les relevés notariaux (contrats de mariage et actes de notoriété) ; ils ne peuvent donc prétendre à être complets.

942Nous tenons à adresser nos remerciements à M. de Freslon, dont les notes nous ont servi de point de départ. Mais nous avons tenu à contrôler toutes ces indications et nous avons eu la chance de les compléter ou même de les rectifier d’après les tableaux généalogiques des minutes d’audiences de la Chambre des Comptes, les titres de la série E (Familles) et les contrats notariaux (contrats de mariage et actes de notoriété).

BERTRAND I. (Branche cadette = Bertrand de Cœuvres)

BERTRAND I. (Branche cadette = Bertrand de Cœuvres)

BERTRAND II (Branche aînée = de la Clauserie, etc.)

BERTRAND II (Branche aînée = de la Clauserie, etc.)

GÉNÉALOGIE SIMPLIFIÉE DE LA FAMILLE DROUIN

GÉNÉALOGIE SIMPLIFIÉE DE LA FAMILLE PORTIER DE LANTIMO

ÉVALUATION DES NAVIRES NANTAIS PRIS PAR LES ANGLAIS PENDANT LA GUERRE DE SEPT ANS

Source : A. M. Nantes 44-226

INTÉRÊTS DE NAVIRES DE MONSIEUR BERTHRAND DE CŒUVRE PÈRE

Source : Archives privées.

INTÉRÊTS DE NAVIRES DE MONSIEUR BERTHRAND DE CŒUVRE FILS

INTÉRÊTS DE NAVIRES DE MONSIEUR BERTHRAND DE CŒUVRE FILS

943constatés par le Grand Livre seulement et dont les dossiers ne se trouvent pas

EXTRAIT DU GRAND LIVRE DE MADAME VEUVE BERTHRAND DE CŒUVRE

États des Débiteurs

États des Débiteurs

EXTRAIT DU GRAND LIVRE DE MONSIEUR BERTHRAND DE CŒUVRE FILS

États des Débiteurs

États des Débiteurs

944Observations. — Un Compte Courant signé par Monsieur Lincoln, le 10 juillet 1797, prouve qu’il a soldé son Compte.

945Nota. — Le Compte de Monsieur Lincoln, n’ayant pas été mis à jour sur les Livres, ce qui se voit par l’observation cy dessus, il est possible que la même irrégularité existe pour d’autres Comptes, & que les individus ci dessus dénommés comme Débiteurs ne le soient pas en effet.

  • 5 A raison de l’époque reculée des armements, du bénéfice qu’offrent les répartitions cy-contre, il e (...)
  • 6 A raison de l’époque ancienne des armements et malgré la perte que laisse entrevoir ce petit nombre (...)
  • 7 A raison de l’époque ancienne de l’armement et du bénéfice qu’offrent les répartitions cy-contre, i (...)

Note 15
Note 26
Note 37

  • 8 D’après les dates anciennes des armements, vu le bénéfice qu’a donné ce contrat, il est probable qu (...)
  • 9 Pris par les Anglais.
  • 10 D’après le rapprochement qui existe entre les répartitions et la somme déboursée et vu l’époque rec (...)
  • 11 Liquidation terminée.
  • 12 Ne reste rien à recouvrer.

Note 18
Note 29
Note 310
Note 411
Note 512

  • 13 Plus rien à recouvrer.
  • 14 Rien à espérer.
  • 15 Rien à recouvrer.

Note 113
Note 214
Note 315

  • 16 Ne reste rien à recouvrer.
  • 17 Liquidation terminée.
  • 18 Rien à recouvrer.
  • 19 Douteux qu’il y ait quelque chose à recouvrer.
  • 20 Probable qu’il reste quelques sommes à réclamer.
  • 21 Il n'y a plus de répartition à espérer.

Note 116
Note 217
Note 318
Note 419
Note 520
Note621

  • 22 Rien à espérer.
  • 23 Présumable qu’il reste quelques sommes à réclamer.
  • 24 Plus de répartition à espérer.
  • 25 Il reste de fortes sommes à recouvrer.

Note 122
Note 223
Note 324
Note 425

  • 26 Liquidation terminée
  • 27 Plus de recouvrement à espérer, malgré que le montant de la répartition laisse de la perte.
  • 28 Liquidation terminée.

Note 126
Note 227
Note 328

  • 29 A recouvrer Inginac, Portier et Cie.
  • 30 Douteux qu’il reste à recouvrer de fortes sommes.
  • 31 Probable qu'il ne reste rien à recouvrer.

Note 129
Note 2
30
Note 3
31

  • 32 Ne reste rien à rentrer pour ce navire outre la somme cy-contre.
  • 33 Probable qu’il ne reste plus rien à recouvrer.
  • 34 Probable que la liquidation est terminée.
  • 35 Rien à espérer.

Note 132
Note 233
Note 334
Note 435

946Répartitions portées sur le Grand Livre et qui ne se trouvent point indiquées dans les dossiers

947Répartitions portées sur le Grand Livre seulement et qui ne sont point indiquées dans les dossiers

948Répartitions portées sur le Grand Livre seulement et qui ne se trouvent point indiquées dans les dossiers

949Répartitions portées sur le Grand Livre seulement et qui ne se trouvent point dans les dossiers

950Répartitions portées sur le Grand Livre seulement et qui ne se trouvent point indiquées dans les dossiers

951Répartitions portées sur le Grand livre seulement et qui ne se trouvent point dans les dossiers

952Répartitions portées sur le Grand Livre seulement et qui ne se trouvent point dans les dossiers

FRAUDES COMMERCIALES

95324-2-1791.

954Entrons dans quelques détails sur les articles des cargaisons qu’on nous envoie. Les grosses toiles telles que brin 3/4, gros fort, Vermontier, balles gingas dont la consommation est aussi considérable que le besoin absolu, sortent de la fabrique avec le sceau de la fidélité, les premiers plis y correspondent, l’habitant fait de bonne foy une emplette sur cet échantillon qu’il lui est seulement permis de voir, mais retiré chez lui, il trouve la fripponnerie la plus complette délayée dans le reste de la pièce, et au lieu de toile, il est inhumainement forcé de distribuer à ses nègres des filets pour les préserver des injures du tems.

955Les bœufs salés de cargaison ne sont pas moins dignes souvent de la clameur publique. 11 faut les prendre sans autres inspections que celle du dehors des futailles. Que trouvons-nous dans ces barils incomplets ? Des os d’une grosseur énorme qui s’entrechoquent, ou de larges côtes décharnées, dont l’aspect seul fait horreur. Et c’est là ce qu’on vous envoie pour nourrir nos ateliers, au sort desquels la France prend une si grande part philosophique ; mais humainement peut-on prétexter le bon marché dans des objets destinés à soutenir l’existence des hommes, où ils ne peuvent trouver qu’un poison lent et la mort.

956Les farines se ressentent un peu moins de la cupidité. Cependant elles ne sont pas sans reproches, et il est rare que dans bien des cargaisons, les armateurs n’en mettent pas une proportion de mauvaise fabrique, ou d’autres déjà vieillies dans le magazin, qu’ils obtiennent à grand marché, dans l’intention de faire compensation des prix. Mais encore une fois, peut-on compenser avec son estomac, et glisser sans danger du poison dans le principe de la vie.

957Le relâchement sur les jauges, poids et mesures est porté à l’extrême. Des barriques de vin, dont les bouts diminués en arc, les fonds placés très ingénieusement, des douves d’une épaisseur extrême, mais adroitement diminués à la bonde en remplissent la cavité. Des ancres, soit d’eau de vie, petit salé, etc.. déjà réduites de 1/2, et construites de la même manière, des barrils de suif d’un bois lourd, les fonds de madriers, chargés encore d’une muraille de plâtre, réduisent le consommateur à n’avoir que la montre de ce qu’il a cru avoir acheté.

958Des bouteilles d’huile et de vin de Bordeaux, de haubans ( ?) de Provence dont le col d’une longueur gigantesque, l’extrémité repliée au-dedans jusqu’à la moitié de la capacité en trompant l’apparence ne contiennent pas la moitié de la mesure fixée par les ordonnances.

959Des caisses de chandelles de Provence enveloppées à chaque rang d’un nombre infini de feuilles de papiers comparables à du carton qui n’a d’autre mérite que d’en augmenter considérablement le poids.

960Je m’arrête, ce tableau est déjà assez effraiant ; mais je trace avec assurance, parce que la vérité est à côté de moi. Des habitants exerçaient jadis une réciprocité aussi criminelle dans la tarre de leurs barriques à sucre. Le commerce s’est plaint. On lui a rendu justice. Les habitants doivent à leur tour l’attendre de l’honneur des commerçants.

961... On me dira que les valeurs sont fidèlement calculées en raison des poids et mesures dont on fait usage, et que si on les augmente, il faudra suivre la même progression dans les prix. Cette objection n’est pas présentable dans le commerce. Il faut une exactitude sévère sur laquelle la confiance puisse se reposer, sans quoi tous les rapports dégénèrent en brigandage. D’ailleurs il suffit de faire 2 réflexions. La première c’est que je ne crois pas que ce soit l’armateur qui profite de la fraude. La deuxième c’est que ce n’est ni le vendeur, ni l’acheteur qui établissent le prix. C’est la concurence, voilà le tarif.

962... Il n’est pas de colonies où la prohibition soit plus sévère que chez les Anglais ; cependant les habitants n’élèvent pas de plaintes continuelles comme les nôtres. Ce n’est pas par amour de la patrie. L’homme pense d’abord à lui et pour lui ; mais parce que le commerce anglais plus éclairé et mieux instruit que le nôtre sur ses véritables intérêts fournit régulièrement à leurs besoins. Tout ce qui peut être pris dans son sain avec tant de précision et d’exactitude, soit dans les goûts, soit dans la qualité ou la fidélité, que véritablement ils n’ont rien à désirer à aucun égard et le commerçant est autant respecté dans son état que le planteur dans la rue.

963J’ai toujours été frappé d’étonnement de la confiance blâmable dont bien des armateurs investissent leurs agents. Enchaînés par une vieille habitude du fond de leur cabinet ils tracent tardivement le tableau de leurs cargaisons, le livrent à l’exécution et souvent elle est embarquée sans qu’ils se soient donnés d’autres peines que celle d’inspecter des échantillons qu’on leur porte dans leur bureau. Ce n’est pas ainsi qu’on travaille en Angleterre. Aussi nous appercevons-nous bien facilement de l’intelligence et de la surveillance de l’armateur, par la seule confrontation des cargaisons.

964James Cyma

965adressé aux armateurs.

CONSÉQUENCES DES GUERRES DE L’ÉPOQUE RÉVOLUTIONNAIRE SUR LE COMMERCE NANTAIS

966L. Atl. : 6 JJ 30-31 Chambre de Commerce, Z 9

9671800

968... pour la traite des noirs... ce genre de commerce a encore plus souffert que les autres de la révolution de Saint-Domingue parce que les ventes s’y faisaient à long termes, que les obligations y étaient toujours arriérées et que les négociants de France y ont de très gros capitaux investis. La majeure partie des commerçants ne sera pas dans le cas de faire de semblables expéditions.

969... L’expérience a démontré que les trop grands bâtiments expédiés pour la côte d’Afrique perdaient comparativement plus de noirs que ceux qui étaient d’un moindre port.

970... comme sur beaucoup d’habitations le mobilier égale le foncier et que souvent dans les arts et métiers il constitue la majeure partie de la propriété du débiteur...

971propose échange partie espagnole de St-Domingue contre Louisiane : « entre les mains des Français elle servirait de barrière entre les États-Unis de l’Amérique et les provinces du Mexique qui pourrait comprimer les efforts présumables d’une puissance dont la population s’accroît chaque jour ».

972L. Atl. : 6 JJ 32-34 Chambre de commerce Z 11-13

9731-3-1792.

974Lettre du commerce de Nantes s’élève contre la prohibition de sortie des cotons et autres matières premières.

975« L’intérêt général nous prescrit de vous faire nos justes réclamations... si nous voulons entrer en discussion sur les maux incalculables qu’il produirait, nous vous représenterions

    1. les affrètements faits depuis 1 mois ou 6 semaines,

    2. d’autres affrètements faits depuis le 13 jusqu’au 24 février,

    3. 6 navires anglais qui ont été frétés et qui ne manqueront pas de réclamer le prix de leur affrètement,

    4. la plus grande partie des cottons chargés appartiennent à des négociants anglais qui sont avisés des chargements,

    5. des traittes faites sur Londres à compte de ces marchandises,

    6. les justes réclamations que feront les négociants anglais qui sont en droit d’exiger qu’on leur envoye des marchandises qu’ils ont fait acheter,

    7. des cottons, des gammes achetées depuis 2 mois n’ont pu être chargés faute de navires,

    8. la traitte de commerce avec l’Angleterre ne peut être anéantie que par un décret sanctionné par le Roi,

    9. les capitaux des matières chargées dont les négociants se verraient privés faute de remboursement ébranleraient des fortunes que la loi et la Constitution protège et garantit.

976... sans vous appesentir sur ces discussions, il est évident que la Constitution qui vous a donné des pouvoirs administratifs ne vous a pas conféré ceux de suspendre l’exécution de la loi, et encore moins d’en faire des nouvelles.

977Paris, 21-4-1792.

978J’ai reçu, MM., la lettre que vous m’avez fait l’honneur de m’écrire le 9 de ce mois pour me transmettre les craintes qu’inspirent aux armateurs de Nantes les apparences d’une guerre entre la France et l’Autriche et pour représenter en même temps combien il importe à la sûreté des navires français de les deffendre contre les nombreux corsaires des isles anglaises, qui dans le cas supposé, armeraient le pavillon flamand.

979(guerre déclarée le 22).

Notes de fin

1 Il manque la Trois-Marie, 200

2 La Maignière : sans Hamar

3 Drouin : sans Desseigne et Dulac

4 Grou : sans Michel

5 A raison de l’époque reculée des armements, du bénéfice qu’offrent les répartitions cy-contre, il est probable que la liquidation de ce contrat est terminée.

6 A raison de l’époque ancienne des armements et malgré la perte que laisse entrevoir ce petit nombre de répartitions cy-contre, il est probable que la liquidation de ce contrat est terminée.

7 A raison de l’époque ancienne de l’armement et du bénéfice qu’offrent les répartitions cy-contre, il est probable que la liquidation de ce contrat est terminée.

8 D’après les dates anciennes des armements, vu le bénéfice qu’a donné ce contrat, il est probable qu’il n’y a plus rien à recouvrer.

9 Pris par les Anglais.

10 D’après le rapprochement qui existe entre les répartitions et la somme déboursée et vu l’époque reculée des armements il est probable que la liquidation de ce contrat est terminée.

11 Liquidation terminée.

12 Ne reste rien à recouvrer.

13 Plus rien à recouvrer.

14 Rien à espérer.

15 Rien à recouvrer.

16 Ne reste rien à recouvrer.

17 Liquidation terminée.

18 Rien à recouvrer.

19 Douteux qu’il y ait quelque chose à recouvrer.

20 Probable qu’il reste quelques sommes à réclamer.

21 Il n'y a plus de répartition à espérer.

22 Rien à espérer.

23 Présumable qu’il reste quelques sommes à réclamer.

24 Plus de répartition à espérer.

25 Il reste de fortes sommes à recouvrer.

26 Liquidation terminée

27 Plus de recouvrement à espérer, malgré que le montant de la répartition laisse de la perte.

28 Liquidation terminée.

29 A recouvrer Inginac, Portier et Cie.

30 Douteux qu’il reste à recouvrer de fortes sommes.

31 Probable qu'il ne reste rien à recouvrer.

32 Ne reste rien à rentrer pour ce navire outre la somme cy-contre.

33 Probable qu’il ne reste plus rien à recouvrer.

34 Probable que la liquidation est terminée.

35 Rien à espérer.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Source : A.D. L.-Ad. : C 677.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Note 11
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Légende Source : A. D. L-Atl : C 6 JJ 32-34.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Source : A. D. L.-Atl. : Registres des classes.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Note 12Note 23Note 34
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Source : A. D. L.-Atl. : 8 J 10.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Source : A. D. L.-Atl. : 8 J 11.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende Source : A. D. L.-Atl. : 8 J 10.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Source : A. D. L.-Atl. : 8 J 11.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Source : A. D. I.-et-V. : 4 Fg 45.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Source : A. D. I.-et-V. : 4 Fg 42.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Fonds Bertrand de Cœuvres
Légende Source : A. D. L.-Atl : 16 J 1.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Source : A.D.L.-Atl. : 16 J 1.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Fonds Chaurand
Légende Source ; A.D. L.-Atl. : I JJ 26 à IJJ 28.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Estimation de la dépense par le constructeur de LA BRETAGNE, l’intendant de la marine et le constructeur de Sa Majesté.La Bretagne, vaisseau de 100 pièce
Légende Source : A.D.I.-et-V. : C 4712. — Date : 12-11-1762.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Compte d’achat, armement, mise-hors et cargaison du vaisseau Le Marquis de Castries, capitaine Mr. Winsiow, sorti de Lorient le 7 mai 1772 à destination des Indes et de la Chine.
Légende Source : A.D.I.-et-V. : 4 Fg 24.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Fonds Bertrand de Cœuvres
Légende Source : A.D.L.-Ad. : 16 J 1.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Destination : Commerce avec l’Amérique centrale ; officiellement déclaré pour les « îles d’Amérique, course, guerre et marchandises ».
Légende Source : A.D. L.-Atl. : C 747.Date : 1712.Armateur : Souhigaray, 7,75/16.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Source : A.D. L-Atl. : 16 J 2.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Légende Source : Registres de Faillites, A.D. L.-Atl. : B 5598 à B 5620.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Légende Source ; A.D. L.-Atl. : 6 JJ 30-31.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Légende Source ; A.D. I.-et-V. 4 F c 10.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-68.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre BERTRAND I. (Branche cadette = Bertrand de Cœuvres)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-69.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre BERTRAND II (Branche aînée = de la Clauserie, etc.)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-70.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre MICHAU
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-71.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre CHAURAND
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-72.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Titre BOUTEILLER
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-73.jpg
Fichier image/jpeg, 604k
Titre DE LA VILLE
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-74.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre DE GUER
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-75.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-76.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-77.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Légende Source : A. M. Nantes 44-226
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-78.jpg
Fichier image/jpeg, 804k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-79.jpg
Fichier image/jpeg, 792k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-80.jpg
Fichier image/jpeg, 896k
Légende Source : Archives privées.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-81.jpg
Fichier image/jpeg, 872k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-82.jpg
Fichier image/jpeg, 780k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-83.jpg
Fichier image/jpeg, 1000k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-84.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-85.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-86.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre États des Débiteurs
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-87.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre États des Débiteurs
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-88.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Note 15Note 26Note 37
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-89.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Légende Note 18Note 29Note 310Note 411Note 512
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-90.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Légende Note 113Note 214Note 315
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-91.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Légende Note 116Note 217Note 318Note 419Note 520Note621
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-92.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Légende Note 122Note 223Note 324Note 425
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-93.jpg
Fichier image/jpeg, 616k
Légende Note 126Note 227Note 328
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-94.jpg
Fichier image/jpeg, 664k
Légende Note 129Note 230Note 331
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-95.jpg
Fichier image/jpeg, 644k
Légende Note 132Note 233Note 334Note 435
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-96.jpg
Fichier image/jpeg, 580k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-97.jpg
Fichier image/jpeg, 660k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-98.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-99.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-100.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-101.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-102.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-103.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-104.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-105.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-106.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-107.jpg
Fichier image/jpeg, 600k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-108.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-109.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-110.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-111.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-112.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-113.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-114.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-115.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-116.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-117.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-118.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-119.jpg
Fichier image/jpeg, 568k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-120.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-121.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-122.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-123.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-124.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Légende 6 JJ 30-31
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/661/img-125.jpg
Fichier image/jpeg, 308k

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540