Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’armement nantais dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle

 | 
Jean Meyer

Conclusion

Texte intégral

1Le commerce maritime français présente à la veille de la Révolution une brillante façade. En dépit des pertes subies au cours de la guerre de la Succession d’Autriche, de la guerre de Sept Ans et de la guerre de l’Indépendance américaine, le mouvement commercial n’a cessé de s’amplifier. Ceci au point que l’ascension régulière du trafic maritime a longtemps masqué les difficultés économiques du règne de Louis XVI. Deuxième puissance maritime du monde après l’Angleterre, la France paraît avoir un bel avenir maritime. Or Nantes participe largement à cet essor. Sans doute le grand port breton ne tient-il pas la toute première place. Après avoir dépassé Saint-Malo dès le début du siècle, Nantes s’est laissé distancer par Bordeaux. La concurrence de Marseille est vive; les progrès du Havre sont constants. Mais Nantes reste le principal port négrier. L’expansion de la ville se poursuit et s’accélère en dépit des guerres, en dépit des incertitudes économiques de la période 1770-1790. Le grand urbanisme nantais date de la seconde moitié du siècle. Les prix de location des maisons sont en hausse constante, même entre 1778 et 1783. En 1789, A. Young pouvait loger dans le meilleur hôtel d’Europe et admirer l’un des plus beaux théâtres de France. Princes et sommités du monde civilisé considèrent la visite aux grandes familles du négoce local, Montaudoin, Drouin, Bouteiller, comme une étape obligatoire de leur tour d’Europe.

2Or l’examen des documents comptables de la période 1770-1792 nous a apporté des conclusions inattendues. Les bénéfices sont considérables, mais la hiérarchie de la rentabilité des divers types de voyages se trouve être l’inverse de celle que l’on pouvait supposer. Les voyages « circuiteux » sont moins avantageux que ceux de « droiture ». Cette première anomalie peut encore s’expliquer par le désir de profiter au maximum des dégrèvements fiscaux.

3Les bénéfices sont d’ailleurs lents à rentrer. S’étalant trop souvent sur un grand nombre d’années, leur taux de rapport s’avère moins spectaculaire que ne le laissent croire les témoignages contemporains. En contre-partie, la durée du roulement des fonds est assez rapide : le profit apparaît comme un phénomène cumulatif dû au réinvestissement rapide des capitaux engagés. C’est la grande supériorité du commerce maritime; elle se paie par les risques permanents qu’encourent les navires. Le cumul des bénéfices du même capital réinvesti tous les 4 à 5 ans peut, à tout moment, être interrompu par les naufrages, les mauvaises affaires, les variations incessantes des conditions du marché. L’effet des guerres est en revanche plus restreint, les réassurances en Angleterre, et l’investissement sous pavillon neutre limitant les pertes. En dépit de la gigantesque rafle menée par l’escadre de Boscawen, le négoce nantais arrive en 1763 à réarmer sans trop de difficultés une flottille importante. Sans doute n’égale-t-elle pas le niveau enregistré au cours des années 1749/1754, sans doute le type d’armateur change-t-il : ce ne sont là cependant qu’incidences mineures.

4L’examen des comptes d’armement dévoile l’origine locale des capitaux investis dans le commerce maritime — ce qui contredit tout ce que l’on supposait a priori. Pourtant les explications qu’on peut en donner n’ont qu’une portée limitée. Les bénéfices, même augmentés par le réinvestissement rapide d’un capital vite amorti, ne peuvent expliquer les prodigieuses accumulations de richesses des grandes familles de négociants. Sommes-nous en présence de cas particuliers? Ou, plutôt, les comptabilités ne sont-elles pas trompeuses? En un mot, il nous semble que les comptes sont truqués, que le bénéfice réel nous échappe.

  • 1 A.D. L-Atl. : II E, Not. 357, Boufflet, 16-1-1741.
  • 2 AD. L-Atl. : II E, Not. 771, Fouquereau, 3-12-1772 et 773, 24-8-1774.
  • 3 Levot, Biographies bretonnes, op. cit., t. I, article « Grou », p. 848-849.

5Ces considérations ne valent cependant que pour la période 1770/1790. Or elle présente probablement des traits assez particuliers. On ne peut échapper à l’impression que le profit obtenu par les expéditions maritimes s’est amenuisé, surtout après 1783. Les faillites de négociants se font plus nombreuses. Certaines atteignent de vieilles maisons, comme les de Luynes. Il n’est guère douteux que les grandes fortunes nantaises se soient échafaudées durant l’époque heureuse de 1725 à 1755. En 1725, G. Mellier estime la fortune de Jean-Baptiste Grou à 140 000 livres. En 1740, son fils Guillaume Grou dit posséder 1 000 000 de livres en « propres » au moment de son mariage1. Dans son testament de 1774, il les chiffre à 1400 000 livres2. Les gazettes du temps lui attribuent une fortune de 4 430 000 livres3. Vers 1750, tous les grands du négoce nantais sont bien en place; leur hiérarchie interne a pu sans doute évoluer, mais ce sont des détails secondaires.

6Quoi qu’il en soit, nous n’avons pu résoudre le problème — capital — de l’origine des fonds nécessaires pour assurer le financement de l’armement. Dans les registres consultés, la part des capitaux non nantais se réduit à 10 ou 15 % du total. La part des armateurs, considérable en pourcentage, énorme en chiffres absolus, a-t-elle été aussi importante au cours de la première moitié du siècle qu’elle le fut au cours de la deuxième?

  • 4 A.D. I.-et-V. : 2 E, fonds Magon.

7Sans doute les registres d’armement ne disent-ils pas tout. A Saint-Malo, les participations des Magon sont subdivisées en multiples fractions souscrites par des personnages les plus divers, en quasi-totalité des non Bretons. Y a-t-il eu à Nantes un phénomène comparable? En tout cas on ne l’enregistre pas dans la documentation actuellement disponible. Les négociants nantais ont été beaucoup plus réservés et plus prudents que les Malouins4.

  • 5 A.D. L.-Atl. : 6 JJ 32-34, 13-3-1793.

8Un document de date tardive permet cependant de soulever quelque peu le coin du voile. Il se rapporte à la dernière grande flambée de prospérité du commerce nantais. Citons donc longuement la pétition du 13 mars 1793 : « la cessation des rentrées (due aux difficultés coloniales) eût occasionné une chute subite de la plupart d’entre eux (les négociants), si, plus riches encore de leur réputation chez l’étranger, ils n’y eussent pas trouvé de ressources assurées pour réparer les effets désastreux de leurs pertes ou de la stagnation de leurs fonds. C’est en consolidant cette confiance des banques étrangères par des dépôts qui leur servaient de gages qu’ils ont obtenu la continuité et que les inquiétudes répandues chez nos voisins sur les suites financières de la Révolution ont été affaiblies ou totalement calmées dans leur esprit. Fort de cette activité fictive, le commerce parait soutenir une partie de son ancienne splendeur. Sa lumière empruntée semble le disputer encore à celle qui lui était propre; et il a regagné aux yeux de l’étranger par l’activité de sa circulation ce qu’il perd en réalité dans la masse de ses richesses. Mais que deviendrait-il si cette circulation était interrompue un seul instant, si cette cessation des payements ou des acceptations à l’étranger faisait disparaître tous les prestiges de sa prospérité précaire? Le premier signal d’un manque de confiance du dehors donnerait heu à une détresse au dedans, et cet effet réagissant sur sa propre cause, l’augmenterait dans une proportion incalculable qui dans son cours anéantirait les fortunes particulières. Celles-ci tiennent à la fortune publique par des liens indissolubles, c’est par la confiance qu’on a sur le papier étranger que le nôtre en conserve »5.

  • 6 Inutile d’insister sur l’énormité du travail que cette recherche supposerait : dépouillement de la (...)

9L’exégèse de ce texte est délicate. Dans les registres d’armement, rien n’apparaît de cet apport financier massif de l’étranger qui a dû se situer au cours des années 1789/1790. Pour en juger, il faudrait pouvoir vérifier l’ensemble de la comptabilité. Or nous n’avons à notre disposition que celle des Chaurand; ceux-ci ne semblent cependant pas avoir compté au nombre des emprunteurs6.

  • 7 Un document contemporain de la plainte du 13-3-1793 évalue les pertes coloniales nantaises à 93 mi (...)

10Cette solution de désespoir est-elle un fait unique, ou, au contraire, dérive-t-elle d’habitudes déjà anciennes? Rien ne nous permet à l’heure actuelle d’y répondre d’une manière précise. Le texte confirme cependant l’impression de fragilité qui se dégage de toutes nos analyses précédentes. Le mécanisme du commerce maritime nantais (et malouin) repose sur deux éléments impossibles à modifier. D’une part les « retours » d’Amérique permettent le remboursement des investissements initiaux; or la superposition des retards engorge progressivement l’ensemble du système commercial. On peut discuter sur l’ampleur réelle des dettes coloniales vis-à-vis du négoce français. Mais on ne peut nier la gravité croissante du phénomène7. D’autre part, la misère paysanne de la péninsule bretonne, encore aggravée par la dispersion périphérique du « semis urbain » et le vide économique de l’intérieur, la médiocrité persistante des liaisons fluviales et routières vers Paris, limitent à la fois les possibilités d’exportation, et, plus encore, celles de consommation dans la province. Le commerce passe par la Bretagne, sans influer profondément sur la vie des campagnes. Un part importante des cargaisons exportées ne provient pas de Bretagne, et la très grande majorité des importations est dirigée vers Paris ou l’étranger.

  • 8 A.D. L.-Atl. : 6 JJ 32-34.
  • 9 L’évolution agricole anglaise est donc aussi mal connue que la rapidité du développement industrie (...)

11Les négociants nantais sont conscients d’une partie de ces faiblesses. Analysant les raisons de la supériorité commerciale anglaise, la « pétition à l’Assemblée Nationale sur les inconvénients de la suppression des douanes aux frontières et de l’émancipation des colonies »8 s’exprime en ces termes : « l’emploi des machines substituées aux hommes... a produit un effet beaucoup plus grand qu’il ne lui était nécessaire pour l’emporter dans les marchés de l’Europe sur la concurrence des fabriques des autres peuples. Il (Je négoce anglais) a pu payer plus cher les ouvriers qu’il emploit et ceux-cy mieux payés ont augmenté la consommation intérieure et extérieure et sollicité l’accroissement des produits de l’agriculture en se procurant une plus grande aisance. Enfin une partie de la population qui devenait superflue par l’invention des machines a été rejetée vers les travaux de l’agriculture9 et de la navigation. Ainsi, par l’exécution d’un système qui semble paradoxal, les Anglais se sont enrichis en consommant, mais ils ont puisé le dédommagement de leur plus grande consommation et de leur plus grande aisance dans la caisse des nations qu’ils ont rendu tributaires de leur industrie et dans l’énorme balance du commerce qui reste à leur avantage... les primes, les encouragements, les récompenses pour les inventeurs des découvertes utiles, la tolérance religieuse, la grande considération dans laquelle est le travail, la position physique de leur territoire et pardessus tout... l’énergie de l’esprit public qui anime ces vieux amis de la liberté sont autant de mesures partielles qui y ont concourru ».

  • 10 Date de la première révolte de Saint-Domingue.

12Conscients de leur infériorité vis-à-vis de l’Angleterre, les négociants l’étaient tout autant de la fragilité financière de leurs transactions coloniales. Leurs plaintes contre les colons sont trop connues pour qu’on les évoque à nouveau. La nuit du 22 au 23 août 179110 fut pour eux le signal d’alarme.

  • 11 .G. Lefebvre, La révolution française, collection Peuples et Civilisations, tome XIII, Paris, 1951, (...)
  • 12 La chronologie des ruptures franco-anglaises s’établit comme suit : 17-8-1792, rappel de l’ambassa (...)
  • 13 Autre preuve que les prises de guerre n’ont pas eu l’influence financière qu’on leur a prêtée.
  • 14 Autre preuve que les prises de guerre n’ont pas eu l’influence financière qu’on leur a prêtée.
  • 15 Solder un compte : «est la Clôture et le payement entier et la fin parfaite d’un relicat de compte (...)

13Ces deux textes mettent d’ailleurs en cause l’attitude politique du négoce nantais, dont le girondinisme est bien établi. Or ses pétitions jettent un jour inattendu sur l’état d’esprit de ces Girondins. A la suite du célèbre discours de novembre 1791, dans lequel Brissot pousse à la guerre contre l’Autriche et la Prusse, on admet en général que les milieux commerçants bordelais et nantais virent s’engager le conflit sans déplaisir, et ce surtout pour des motifs économiques11. Mais les armateurs nantais ont-ils vraiment partagé les idées de Brissot, ou ont-ils changé d’opinion à la suite des premiers revers, à la suite des débuts de la guerre maritime? Sans doute ces deux textes sont-ils trop tardifs pour permettre de répondre à ces questions. Retenons cependant quelques évidences qui s’en dégagent. En mai 1792, l’Angleterre jouit chez les négociants révolutionnaires d’un préjugé favorable : ils sont qualifiés comme de « vieux amis de la liberté »12. Point de vue sensiblement différent de celui de Brissot déclarant, le 26 novembre 1792, que «nous ne pouvons être tranquilles que lorsque l’Europe, et toute l’Europe, sera en feu »13. Dans le mémoire du 13 mars 1793, qui cherche à limiter les dégâts en demandant (et en obtenant le 4 avril 1793) la levée de l’embargo prononcé sur les navires de Hambourg et des villes « hanséatiques », les Nantais soulignent, en revanche, les inconvénients de la guerre maritime. Ils n’hésitent pas à en dénoncer les caractères nouveaux : « si nous sommes assez aveugles pour méconnaître ces engagements sacrés (du commerce), notre guerre ne sera plus une guerre d’une nation contre toutes les nations de l’Europe, ce sera celle de tous les Européens contre chaque Français... cette saisie de marchandises chargées sur la bonne foy des traités n’a encore été adoptée par aucune nation civilisée ». Les rédacteurs de ce mémoire vont beaucoup plus loin encore. Pour eux, « le plus grand attentat commis en ce genre » a été la rafle des vaisseaux français en 1756 et, cependant, les « Anglais se sont bornés à la saisie des navires et des hommes, comme instruments et moyens des hostilités prochaines... jamais ils n’ont porté atteinte à la sainteté des rapports commerciaux »14. Au contraire la saisie des navires hambourgeois, brêmois et lubeckois risque aussi d’atteindre le commerce français. Les cargaisons sont « la propriété ou des chargeurs français ou celle des étrangers dont elles doivent effectuer les remboursements. Dans le premier cas, le commettant refusera l’acceptation des lettres de change qui auront été tirées par le chargeur et la saisie des marchandises par laquelle on croyait l’atteindre ne frappera que le commerce français; dans le second cas, il n’est que trop à craindre que, se servant du prétexte de représailles, les puissances ennemies qui nous font une guerre à mort et qui savent bien que celle qui attaque les finances et le crédit d’un état est plus ruineux que celle des armes, ne refusent le payement de toutes nos traites et par une application de nos principes ne soldent ainsi nos comptes respectifs15 et tous les dépôts qu’ils ont en gage de leurs acceptations ou de leurs endossements ». Tout cela est nouveau, et par là dangereux, car « cette faillite parcielle eut été impratiquable dans les guerres précédantes où confédérés nous-mêmes avec diverses nations contre d’autres, la complication d’intérêts des puissances aurait réagi sur celle qui aurait proclamé cette mesure impolitique ». C’est un véritable réquisitoire contre la guerre révolutionnaire...

14Que cette clairvoyance soit dictée par une véritable peur sociale ne peut faire de doute. On l’avoue d’ailleurs sans ambages. Depuis le début de la Révolution, les achats de blés du Nord — « sur la vente desquels le commerce a fait de nombreux sacrifices » — ont permis de maintenir « la paix et l’ordre parmi nos concitoyens». L’arrêt du travail dans le port frappe «des milliers de familles de la classe laborieuse d’une inactivité alarmante par la disette qu’elle amène et par la fermentation qu’elle peut produire dans les esprits ».

15Respect — vrai ou feint — des « libertés anglaises » — peur d’une guerre maritime générale permettant d’étendre la lutte au plan financier individuel, peur des difficultés sociales qui pourraient résulter de l’arrêt complet du commerce, ces sentiments diffèrent sensiblement des tendances de l’opinion brissotine. On peut cependant se demander si ces réserves existaient déjà lors de la déclaration de la guerre continentale, et plus encore pendant les mois de propagande guerrière qui l’ont précédée. Quoi qu’il en soit, l’endettement colonial, la faiblesse du marché de consommation breton, la dépendance étroite vis-à-vis du marché financier hollandais et anglais, la guerre navale transformée en lutte de destruction des fortunes privées du commerce français : tous ces facteurs vont désormais s’additionner et compléter les effets de la ruine coloniale. A la fin de la période de guerre allant de 1792 à 1815, le négoce nantais ne sera pas détruit, puisqu’il réussira encore à reconstruire sa flotte, et même à dépasser assez vite les tonnages de la fin du xviiie siècle; mais le port aura perdu son importance mondiale.

Notes

1 A.D. L-Atl. : II E, Not. 357, Boufflet, 16-1-1741.

2 AD. L-Atl. : II E, Not. 771, Fouquereau, 3-12-1772 et 773, 24-8-1774.

3 Levot, Biographies bretonnes, op. cit., t. I, article « Grou », p. 848-849.

4 A.D. I.-et-V. : 2 E, fonds Magon.

5 A.D. L.-Atl. : 6 JJ 32-34, 13-3-1793.

6 Inutile d’insister sur l’énormité du travail que cette recherche supposerait : dépouillement de la totalité des Grands-Livres, et des livres de factures, de comptes-courants, et des lettres de change.

7 Un document contemporain de la plainte du 13-3-1793 évalue les pertes coloniales nantaises à 93 millions de livres, dont 78 à Saint-Domingue et 15 en intérêts de navires (A.D. L.-Atl. : 6 JJ 32-34. Dès 1763, les dettes des colons vis-à-vis du commerce nantais étaient estimées représenter plus de 10 000 000 de livres; A.D. L.-Atl. : C881, fol. 138).

8 A.D. L.-Atl. : 6 JJ 32-34.

9 L’évolution agricole anglaise est donc aussi mal connue que la rapidité du développement industriel est appréciée à sa juste valeur. Preuve supplémentaire, s’il en était besoin, que la connaissance des techniques agricoles anglaises a peu pénétré en Bretagne. On notera que ce texte se situe après la déclaration de guerre à l’Autriche (20-4-1792). A priori, il semble assez peu favorable à l’explication traditionnelle avancée pour motiver l’attitude girondine en face de la guerre.

10 Date de la première révolte de Saint-Domingue.

11 .G. Lefebvre, La révolution française, collection Peuples et Civilisations, tome XIII, Paris, 1951, p. 225-226, et A. Mathiez, La révolution française, Paris, 1922, p. 187-188 (réédition 1948). Citons ce passage de Brissot : « Bientôt la confiance renaît dans l’Empire, le crédit se rétablit, le change reprend son équilibre, nos assignats inondent l’Europe et intéressent ainsi nos voisins au succès de la Révolution, qui, dès lors, n’a plus d’ennemis redoutables ». Dans le discours du 30-12-1791, il répète encore : « nous vaincrons et rétablirons notre crédit public et notre prospérité ».

12 La chronologie des ruptures franco-anglaises s’établit comme suit : 17-8-1792, rappel de l’ambassadeur anglais à Paris; 13 et 20-12-1792, début des préparatifs militaires anglais ; 12-1-1793, rapport de Brissot sur l’attitude du gouvernement anglais ; mesures navales françaises ; 24-1-1793, mise en demeure par le roi d’Angleterre pour l’ambassadeur français d’avoir à quitter Londres; 1-2-1793, déclaration de guerre française à l’Angleterre et à la Hollande.

13 Autre preuve que les prises de guerre n’ont pas eu l’influence financière qu’on leur a prêtée.

14 Autre preuve que les prises de guerre n’ont pas eu l’influence financière qu’on leur a prêtée.

15 Solder un compte : «est la Clôture et le payement entier et la fin parfaite d’un relicat de compte » (Méthode). Face à ces appréhensions, l’amiral Kersaint, noble et girondin, pensait au contraire que l’Angleterre était vulnérable dans son crédit (G. Lefebvre, La révolution française, op. cit., p. 289).

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540