Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’armement nantais dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle

 | 
Jean Meyer

Chapitre VI. Les bénéfices du commerce maritime

Texte intégral

  • 1 . Pertes enregistrées sur un navire normal, n’ayant subi ni naufrage, ni dégâts matériels extérieur (...)
  • 2 . A.D. L.-Atl. : C 882, fol. 218 et C 741. Observations jetées en marge d’un mémoire de la Ferme Gé (...)
  • 3 . Huet, Recherches économiques..., op. cit., p. 224.

assez souvent d’assez belles ventes; mais le défaut d’exactitude des acheteurs dans le paiement, joint aux pertes sur les retours1…, ont ôté toute apparence de profit. Il est préparé par l’économie dans l’achat des marchandises en Europe et dans l’armement des vaisseaux; par l’avantage d’une bonne traite à la côte, par une bonne vente à l’Amérique, mais il ne réside réellement que dans la liquidation des retours en France »2.
« Il faut encore comparer la somme des profits aux capitaux qui ont dû les produire, et estimer les difficultés, les lenteurs, les pertes d’intérêt qu’il éprouve dans la plupart de ses avances »3.

1Les mirages du commerce maritime : l’énormité des bénéfices et les protestations des négociants. — Le problème de l’étalement des bénéfices dans le temps. — Rappel des types d’armement maritimes nantais. — Le paiement au comptant aux Antilles. — Exemple du coût de la procédure du désarmement des navires : une opération déficitaire (l’expédition du navire Comtesse de Menou).

2La « part de navire » procédé de division des risques ? — Le cas du vaisseau le Saint-Jean-Baptiste (1771). — Le financement des parts de navires d’après les registres d’armement des Chaurand.

3La succession Bertrand de Cœuvres : problèmes de méthode. — L’étalement des « retours » : écarts extrêmes et écarts moyens; le phénomène de « queue » ou de « traîne ». — Exemples : Saint-Hilaire, Saint-René, Maréchal de Luxembourg, Vigilant, Saint-Guillaume. — Les caractéristiques du commerce des îles : voyages de « droiture » et voyages négriers. — Les conditions « idéales » de gain dans le commerce négrier d’après les rapports de 1750 et de 1761; comparaison avec la période de la Restauration. — La réalité : valeur moyenne des navires saisis par les Anglais au début de la guerre de Sept Ans. — Les ventes effectuées par le capitaine Van Alstein. — Essai d’explication du phénomène de « queue » : le crédit « américain », les droits de douane et la capacité de transport des navires.

4Les bilans d’ensemble : caractères particuliers des fonds de Guer, Chaurand et Bertrand : investissements et bénéfices nets. — Différences de résultats obtenus par certains armateurs. — Les procédés employés pour pallier le phénomène de « queue » : l’acquisition de plantations coloniales.

5Contradictions entre la rapidité de l’enrichissement familial et la faiblesse relative des bénéfices du commerce maritime. — Quelques éléments d’explication. — L’irrégularité des bénéfices : époques favorables et défavorables.

  • 4 . A.D. L.-Atl. : B 9 518, 23-5-1769 : « ce navire est à la cote (d’Afrique), peut-être est-il de re (...)
  • 5 . A. Young, Travels in France, Cambridge, 1929, p. 116-117 et 60-61 (Bordeaux).

6En 1769, les juges de la juridiction des régaires de Nantes, statuant dans un difficile procès de succession, estimaient le bénéfice moyen du commerce négrier de 60 à 200 %, celui du commerce de « droiture » à... 15 %4 . Ils estimaient rester largement au-dessous de la réalité. A. Young admet de son côté qu’à Nantes (comme d’ailleurs à Bordeaux) un négociant s’enrichit en l’espace de 10 à 15 ans5.

  • 6 . G. Martin, L’ère des négriers..., op. cit., p. 424 : « la légende de la traite improductive »; ib (...)
  • 7 . G. Martin, L’ère des négriers..., op. cit., p. 375-398.
  • 8 . Huet, Recherches économiques..., op. cit., p. 224.

7A ces affirmations péremptoires, dont il serait trop facile d’allonger la liste, négociants et armateurs n’ont cessé d’opposer les dénégations les plus acharnées. Selon eux, la traite n’a jamais été payante6. Le conseil royal, la Ferme générale sont inondés de plaintes accusant la mauvaise foi des colons antillais7. Huet nous donne un excellent résumé de cette argumentation. Décrivant les procédés utilisés (ou plutôt imposés) par les commissionnaires et les colons pour le paiement des cargaisons de Noirs il dit : « la dette se dénaturait (par le transfert de la preuve de la dette des acheteurs aux commissionnaires)... ce n’était plus une dette de cargaison, au payement de laquelle le débiteur pouvait être contraint par les moyens... que la loi mettait à la disposition de l’Amirauté et de l’Intendance, mais une dette commerciale qu’il fallait poursuivre devant la juridiction ordinaire, avec toute la lenteur des formalités, tous les désagréments d’un procès, toutes les difficultés que l’esprit de discorde ou la faveur savait opposer... »8.

  • 9 . G. Martin, L’ère des négriers..., op. cit., p. 424-426.
  • 10 . A.D. L.-Atl. : B 5594 à B 5644.

8C’était nier certaines évidences et G. Martin a beau jeu d’opposer à ces affirmations, trop intéressées, l’augmentation constante des cotes de capitation des négociants qui se plaignent le plus9. Face aux pourcentages de bénéfice prêtés par les envieux, il serait tout aussi facile d’énumérer la longue liste des faillites10.

  • 11 . A.D. L.-Atl. : fonds Lory, registre de correspondance, lettre du 17-12-1750.

9A vrai dire, toutes ces généralités sont trop imprécises et les preuves avancées trop souvent indirectes. Seuls des calculs de bénéfice net, portant sur un nombre suffisant de navires, peuvent permettre de dégager quelques appréciations plus nuancées et plus détaillées. Le négociant Lory pose le vrai problème quand il écrit : « il vaudrait mieux placer les fonds en France à 5 % l’an, que de faire des envois à l’Amérique dont bien des gens commencent à se dégoutter... J’ay à Saint-Domingue de gros fonds, au Cap et à Léoganne depuis 1748, et j’aurai mieux réussi à les faire travailler en Europe »11. Laissons à Lory la responsabilité de ses affirmations concernant la rentabilité de tel ou tel commerce. Retenons le problème posé : le bénéfice réalisé au cours des expéditions maritimes étant étalé sur un certain nombre d’années, ce bénéfice est-il supérieur à l’intérêt qu’eût rapporté la même somme placée en biens de « père de famille » ou en investissements financiers ou industriels?

  • 12 . Les tableaux récapitulatifs de ce document contiennent les indications générales, beaucoup plus s (...)
  • 13 . A.D. L.-Atl. : 16 J 1 à 5 et 16 J 9.
  • 14 . A.D. L.-Atl. : I JJ à 81; 8 J 1 à 29.

10Le dossier de liquidation de la succession Bertrand, constitué entre 1794 et 1798, permet d’aborder cette question avec quelque chance de succès. Ce manuscrit in piano (59 X 47), broché d’époque, formé de 56 feuillets, comprenant une page de titre, est une sorte de répertoire des investissements réalisés et des bénéfices obtenus sur 68 parts de navires, les voyages s’échelonnant sur l’ensemble de la période 1752/179312. Cette récapitulation éclaire les mécanismes financiers dont usait un « homme d’affaires » qui investissait une partie de sa fortune en parts de navires. Comme ce document privé vient s’ajouter à des dossiers déjà déposés aux archives départementales de la Loire-Atlantique13, le recoupement de ces divers documents, provenant d’une même source avec les données fournies par les fonds — infiniment plus complets — des Chaurand et des de Guer-Delaville, nous met en mesure de décrire avec précision le détail des opérations commerciales de l’époque14.

  • 15 . C. de la Morandière, Histoire de la pêche française de la morue dans l’Amérique septentrionale, o (...)
  • 16 . Durant les 15 années de liberté du commerce de Chine (1769-1785), le port de Nantes aurait envoyé (...)
  • 17 . Aussi tout ralentissement de l’armement en traite se traduit automatiquement en temps de paix par (...)

11Le commerce nantais est, comme on l’a vu par les statistiques d’armement, un commerce antillais. Le trafic triangulaire de la morue, spécialité malouine, a rapidement décliné à Nantes au cours de la première moitié du xviiie siècle et se survit — mal — jusqu’à la Révolution15. Le commerce direct vers les Indes et la Chine a été, lui aussi, peu important16. Seul l’armement en cabotage, longtemps presque inexistant, reprend vivement vers la fin du siècle (1/3 de l’armement et 14 % du tonnage en 1790). A la même date, armement en droiture et en traite forment 44 et 21 % (65 %) du nombre total des navires et 85 % du tonnage. Les flottes de « droiture » se sont constamment accrues, tant en nombre qu’en tonnage. Cela d’autant plus qu’on a tendance à oublier que les négriers font partie de la flotte des Antilles, puisqu’ils contribuent à transporter, lors de leur retour, les importations françaises de produits tropicaux17.

  • 18 . A.D. L.-Atl. : 16 J I ; D. Rinchon, Pierre-Ignace-Liévin Van Alstein., op. cit., tableau p. 90 (e (...)
  • 19 . A.D. L.-Atl. : C 741, deuxième mémoire de la Ferme Générale. L’aveu est d’autant plus précieux qu (...)

12Ce sont les modalités du financement de l’achat et de la vente aux îles qui déterminent les originalités du négoce maritime nantais et, en particulier, la composition des « retours ». Quels que soient les frais d’escale ils sont automatiquement déduits des revenus procurés par la revente des « retours » : tous les registres de comptabilité (Chaurand, de Guer, etc.) le prouvent. Ce procédé comptable ne doit cependant pas faire illusion, car il peut cacher de très réelles difficultés. Les frais engagés aux Antilles doivent y être payés, soit en papiers (lettres de change, billets, obligations), soit en argent comptant. La vente des Noirs couvre aisément ces frais, puisqu’une partie au moins du « bois d’ébène » est payée comptant, ceci dans la proportion du tiers ou du quart18. Le remboursement des frais d’escale par la revente d’une cargaison française est plus difficile, mais suscite rarement des complications majeures. Il n’en est plus de même au moment du désarmement en France où les négociants : « n’ayant pas toujours... de l’argent prêt pour en payer le désarmement, sont obligés souvent de s’en procurer à des conditions dures ou par des ventes précipitées toujours désavantageuses »19.

  • 20 . A.D. L.-Atl. : I JJ 26, dossier Comtesse de Menou.

13Un exemple illustrera ces affirmations. La « mise-hors » du négrier le Saint-Claude s’élève en 1769 à 99 552 livres. Les frais de désarmement (non compris le coût du séjour antillais) atteignent 15 587 livres, le poste principal de dépense étant représenté par les salaires dus à l’équipage : 14 700 livres. Ainsi le seul désarmement revient à 16 % du montant de la « mise-hors », ce avant l’apparition réelle de tout bénéfice. Sans doute les procédés comptables permettent-ils de diminuer le volume des débours, en défalquant de ces frais tous les gains réalisés grâce au transport du fret d’autres négociants (ou des passagers). Dans le cas évoqué, le fret rapporte 4 509 livres, ce qui abaisse le prix du désarmement à 11 347 livres20. Si la durée du voyage est plus courte, le désarmement revient nécessairement moins cher, puisqu’il faut payer beaucoup moins de gages.

14Le total des frais de voyage et de désarmement devient vite impressionnant. Ainsi le quatrième voyage du navire la Comtesse de Menou nécessite 35 069 livres de « mise-hors » (droiture) ; les Irais de séjour antillais demandent une somme supplémentaire de 15 002 livres, le désarmement encore 31 679 livres, soit un total de 81 750 livres, dont 46 681 livres pour le voyage. Il est donc illusoire de calculer le bénéfice en fonction de la valeur de la cargaison de « retour », puisqu’il faut soustraire le montant de ces dépenses de voyage. Reprenons notre exemple. Le navire avait au départ de Nantes une cargaison valant 18 234 livres ; elle est revendue aux Antilles pour 53 354 livres, soit 35 120 livres de bénéfice. Cela paraît énorme. En réalité, cette somme ne suffit même pas à couvrir les dépenses occasionnées par l’achat d’une nouvelle cargaison qui vaut 39 679 livres. Les frais du séjour représentent, comme on vient de le voir, 15 002 livres : on a donc payé aux Antilles 54 703 livres. De toutes façons, il a donc fallu envoyer une somme minimum de 1 349 livres; l’amortissement de la « mise-hors » n’étant même pas amorcé. Pour peu que la cargaison de retour se vende mal — ce qui est le cas — l’opération se révèle nettement déficitaire. La revente procure, en effet, seulement une somme de 33 471 livres, presque entièrement absorbée par les frais de désarmement : 31 679 livres. La perte sèche est sévère; le restant de la vente de la cargaison (2 062 livres) couvre sans doute le déficit antillais (1 349 livres) ; mais on ne récupère que 713 livres sur la « mise-hors » initiale de 35 069 livres...

15L’exemple appartient cependant à la minorité des cas déficitaires. Ils n’en existent pas moins, et viennent diminuer d’autant le bénéfice d’autres opérations abaissant ainsi, dans des proportions considérables, le pourcentage du bénéfice moyen.

  • 21 . A.D. L.-Atl. : С 740.
  • 22 . L’importance de ces pertes se justifie par 1° la mauvaise qualité des produits transformés aux An (...)

16Ce coût élevé des frais de voyage et de désarmement n’a rien d’anormal. Dans leurs calculs de rentabilité idéale d’une campagne négrière, les négociants nantais décomposent les frais courants d’un navire d’une « mise-hors » de 240 000 livres comme suit : 50 000 livres de frais de séjours antillais, 210 595 livres pour le désarmement, soit un total de 260 000 livres, supérieur de 20 000 livres à la « mise-hors »21. Ce chiffre considérable s’explique par l’inclusion dans le calcul des frais de deux éléments très importants : l’assurance à 5 % de la cargaison pour un capital de 500 000 livres et 18 % de perte sur les marchandises transportées22.

17Voici le détail de ces estimations :

  • 23 . De 1749 à 1782, les registres des classes permettent d’identifier 85 cas de naufrages, 2 prises s (...)
  • 24 . Sur l’ancienneté du procédé des parts de navires à Nantes, voir O. Henriet, La bourgeoisie nantai (...)

18L’importance de ces frais exige donc un taux de bénéfice considérable. Tout voyage maritime comporte des risques de pertes, pour ne point parler des prises de guerre (dans la mesure où les navires ne sont pas assurés à Londres) et des naufrages23. Les assurances constituent une sécurité en cas de perte totale ou de pertes de marchandises du fait de voies d’eau, etc. ; mais elles ne prémunissent nullement contre une mauvaise gestion des affaires, ni même contre une série de hasards malheureux comme la coïncidence des prix d’achat antillais forts et des prix de revente européens bas. Tout ces risques justifient le procédé des parts de navires, qui répond aux vieux souci de « ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier »24. Il permet en outre, d’une manière bien plus efficace que la société en commandite, de masquer aux yeux du public le nom des intéressés, qu’il s’agisse d’autres négociants soucieux du secret des affaires ou de personnes désireuses de pratiquer le genre de « vie noble », sans pour autant renoncer au commerce. Le procédé est commode et paraît, de prime abord, ne demander aucune explication. En fait, deux remarques s’imposent.

19En premier lieu, la part d’intérêt reste en général assez forte et la division des parts est beaucoup moins poussée qu’il ne semble. Un simple coup d’oeil sur le tableau des intérêts de navires de la famille Bertrand est révélateur. Sur 60 parts d’intérêts prises à Nantes sur divers armateurs, 3 sont fixées au quart, 5 au sixième et 16 au huitième des « mises-hors ». Sans doute y a-t-il parfois une espèce de vague politique de compensation des risques. Le quart d’intérêt peut correspondre à un investissement de valeur modérée, un huitième au contraire à un débours très fort : il serait logique de diviser un capital important par le plus grand nombre possible de participants, ce qui est loin d’être une loi générale.

20En deuxième lieu, on investit fréquemment des parts d’intérêts faibles, mais chez le même armateur, sur d’autres navires. Il y a ainsi partage géographique des risques et concentration financière. Enfin, les liens de parenté jouent : les frères investissent de préférence chez le même armateur. Quant à ces derniers, s’ils fournissent des capitaux importants, ils répartissent une partie de leurs disponibilités dans des expéditions entreprises par d’autres négociants.

  • 25 . A.D. L.-Atl. : 8 JJ II.
  • 26 . S’agit-il d’un descendant de l’auteur du Manuel de Comptabilité ?
  • 27 . Ibid. : « Mon compte 6 501 livres; Delaville frères de Cadix : 3/16e — 2 501 livres; Dupoirier : (...)
  • 28 . A.D. L.-Atl. : 8 JJ II.
  • 29 . La « mise-hors » se chiffre à 243 690 livres. On compte une part à 170/720e, une de 45/720e, une (...)

21Quelques exemples illustreront l’extraordinaire imbrication des fortunes qui en résulte. Le navire le Saint-Jean-Baptiste est armé en juin 1771 pour la traite « en Angolle »; il coûte 228 000 livres25. L’armateur de Guer y investit 111 136 livres, ses associés Delaville établis à Cadix comptent pour 3/16e, soit 42 753 livres. Le clan détient donc 67 % des capitaux, l’armateur en détenant à lui seul la moitié. Les autres intéressés sont au nombre de 5 : Bertrand de la Clauserie avec 2/16e = 28 502 livres, Dupoirier avec l/16e = 14 251 livres, Du Rochet avec l/16e = 14 251 livres26, et Désaudrais-Sébire de Saint-Malo avec l/32e = 7 125 livres. Mêmes constatations pour un voyage en « droiture ». Le navire précédant, le Saint-Jean-Baptiste, est utilisé fin 1772 pour effectuer la traversée de l’Atlantique. Sa « mise-hors » est l’une des plus faibles que nous ayons relevées : 13 377 livres — on retrouve les mêmes personnes, tous négociants nantais à l’exception de Sébire — et les mêmes pourcentages27. Si les dénominateurs semblent prouver une division particulièrement poussée des risques, l’illusion se dissipe vite. L’armement du navire Jeanne-Thérèse (102 194 livres) est divisé comme suit : 3 parts à 14/112e chacune, une à 8/112e, une à 62/11228. Les parts d’intérêt du navire Juliette sont réparties sur la base de l/720e. Or 12 personnes seulement participent au financement, l’armateur représentant à lui seul 261/720e29 Telles sont les habitudes des armateurs d’importance moyenne.

  • 30 . A.D. L-Atl. : I JJ 26.

22La même situation se retrouve chez de gros armateurs comme les Chaurand. Le voyage en « droiture » du vaisseau Comtesse de Menou déjà évoqué est financé par 7 « associés », soit 6 parts à l/8e et une de 1/4; les frères Chaurand étant représentés à raison de l/8e chacun30.

  • 31 . G. Collas : Un cadet de Bretagne..., op. cit., p. 86-108.

23Ces réalités imposent une conclusion. Visiblement le circuit financier fonctionne ici en vase clos : ce sont toujours les mêmes noms qui reviennent. Sans doute peut-on constater des relations — attendues — avec le négoce malouin. L’étonnant n’est pas qu’elles existent, mais qu’elles soient si peu importantes. On en trouverait certes d’autres : les Espivent de la Villeboisnet ont soutenu de leur crédit et de leur argent, les armements malouins de leur ancien capitaine de navire René de Chateaubriand31. Mais l’apport en capitaux malouins aux armements de Guer-Delaville et Chaurand est en fin de compte médiocre.

24Cette conclusion inattendue se vérifierait-elle pour les autres armements ? Il semble a priori assez improbable que les trois ensembles comptables qui nous soient parvenus appartiennent par hasard à un type spécial d’armement. On objectera que les lois du grand nombre rendent le fait plausible et possible. D’ailleurs l’argument ex silentio n’a d’autre valeur que celle que chacun veut bien lui accorder. Toutefois, il est curieux de constater l’identité des méthodes pratiquées à la fois par de gros armateurs comme les Chaurand et par des négociants d’influence infiniment plus modeste comme les Delaville. L’examen du fonds Bertrand de Cœuvres ne peut guère modifier ce jugement. Nous avons donc l’impression — qui peut cependant se révéler trompeuse à la lumière d’une découverte éventuelle — que l’ensemble du commerce travaillait de la même façon.

25Si telle est la réalité, l’origine du financement du commerce maritime nantais paraît singulièrement plus complexe qu’on ne l’imaginait. La comparaison des chiffres de capitaux indispensables à l’armement bisannuel avec ceux de la fortune globale des négociants de la ville, quels que soient ses défauts, a eu du moins le mérite de faire ressortir la nécessité d’un appel constant à des apports financiers extérieurs. Sans doute cette obligation se fait-elle moins pressante en fin de siècle; mais la réalité demeure. Or l’examen des parts de navires nous conduit à admettre une circulation des capitaux en vase clos. Les faits sont donc contradictoires.

  • 32 . M. Begodën-Demeaux, Mémoires d’une famille du Havre. Les fondateurs. Choses et gens du xviiiesièc (...)
  • 33 . L. Dehmigny, Cargaisons indiennes, Solier et Cie, 1781-1793, op. cit., p. 14, etc. La maison Soli (...)

26Une telle contradiction ne peut s’expliquer que de deux manières nécessairement opposées. Ou bien le hasard a permis que seuls soient conservés les papiers des maisons à rayonnement financier restreint, et en ce cas, la majorité des maisons nantaises fonctionnerait comme celle des Begouën au Havre32 ou comme celle des Solier à Marseille33. Curieux serait ce hasard, mais encore plus curieuse serait la méthode qui consisterait à s’appuyer sur une documentation inexistante.

27Ou bien, au contraire, comme nous le pensons, les parts d’intérêt sont en grande majorité réparties sur place ou, du moins, dans un rayon fort restreint. Comment se fait alors l’indispensable apport de finances extérieures ?

  • 34 . Mais ces capitaux — souvent protestants — semblent s’investir de préférence dans la manufacture, (...)

28Mais le problème ainsi posé n’est-il pas mal posé ? Notre documentation tend simplement à prouver qu’une maison une fois lancée, la rotation de ses capitaux est suffisamment rapide pour qu’elle puisse se contenter d’appels à des capitaux non nantais en quantité limitée. Les nouvelles maisons, elles, fonctionneraient au contraire avec des capitaux neufs. Il est de fait que Nantes a été au xviiie siècle un pôle attractif dont le rayon d’action s’étend jusqu’à Hambourg, la vallée du Rhin et la Suisse34. L’argent frais est arrivé sous forme d’une immigration étrangère.

  • 35 . L’étude des faillites demanderait à elle seule le travail d’une équipe de chercheurs...
  • 36 . A.D. L.-Atl, 6 JJ 32-34.

29L’explication nous semble cependant insuffisante. L’apport des capitaux extérieurs provient non seulement de l’immigration étrangère et de la souscription aux parts de navires, mais encore d’un recours constant au crédit accordé par les fournisseurs français et étrangers. Les cargaisons ne sont probablement pas payées entièrement au moment du départ des navires. On a l’impression que le recours aux parts de navires est destiné à fournir la somme nécessaire au paiement rapide d’un acompte suffisant pour justifier le crédit accordé. C’est ce qui semble ressortir de la disproportion énorme existant entre la fortune avouée, ou supposée, et les passifs de certaines grandes faillites35. C’est encore ce qui ressort de l’appel désespéré que le négoce nantais lance en 1793, expliquant que le maintien de son activité depuis 1789 est dû aux crédits accordés par les Hollandais36... En fin de compte, il paraît prudent de ne pas essayer de trop généraliser en fonction des comptabilités existantes.

  • 37 . D. Rinchon, Les armements négriers, op. cit., p. 74, 81,127; du même auteur : Pierre-Ignace-Liévi (...)
  • 38 . Intérêts de navires de Bertrand de Cœuvres père, navire Le Monarque, armé de concert par Veuve Be (...)
  • 39 . Intérêts de navires de Bertrand de Cœuvres fils, navire L’Union, armé par A. Delaville et Barthél (...)
  • 40 . Les dernières rentrées d’argent signalées sont du 10-5-1797 et du 19 fructidor an III (septembre (...)

30Du moins doit-on pouvoir établir l’importance réelle du bénéfice à partir de ces comptabilités. Nous utiliserons à cet effet le registre Bertrand. Il représente un triple avantage : il vient d’abord compléter une documentation en partie exploitée par le père Rinchon37, il émane ensuite non d’un armateur, mais d’un « homme d’affaires », il s’étend enfin sur une longue période. Rédigé entre 1794 et 1800, il donne des exemples d’armements maritimes effectués entre 173338 et 179239. Les dernières rentrées d’argent enregistrées sont de l’année 179640. Ce registre recouvre ainsi, d’une manière forcément inégale, un laps de temps de 63 années, et son intérêt est d’autant plus grand qu’il correspond à la période d’alternance de guerres et de paix qui débute en 1743.

31Une double tâche s’impose alors : déterminer le bénéfice réel en période de paix (en éliminant tant les conséquences inflationnistes des assignats, que les répercussions des événements militaires sur le trafic du temps de paix); établir ensuite un bilan général englobant tous les résultats, y compris ceux des tentatives de commerce pendant les guerres.

32D’emblée cette séparation rigoureuse s’avère difficile : la lenteur excessive des rentrées d’argent condamne automatiquement le commerce du temps de paix à voir ses résultats financiers compromis par les hasards des guerres.

  • 41 . « Intérêts de navires de M. Bertrand de Cœuvre fils constatés par le Grand-Livre seulement et don (...)

33Entre l’armement et la dernière « répartition » de l’argent qui en provient, il s’écoule souvent une durée de temps considérable. Les dates extrêmes sont stupéfiantes. Le dernier paiement concernant les divers voyages du vaisseau Le Monarque (1733-1739) est daté du ... 23 avril 1792, ce qui fait plus de 50 ans41. Sur les 20 opérations enregistrées par le décompte final de la succession Bertrand père, 5 seulement ont été liquidées en moins de 20 ans (dont 4 en moins de 5 ans), encore deux d’entre elles sont-elles déficitaires. L’exemple est à vrai dire peu probant car il relève d’un cas exceptionnel, autant par la durée des affaires, que par l’ancienneté de la succession.

  • 42 . « Intérêts de navires de M. Bertrand de Cœuvres fils ».
  • 43 . Sur 3 d’entre elles, il reste « de fortes sommes à récupérer ». On peut douter qu’elles l’aient j (...)

34L’examen des comptes du fils renforce ces impressions42. Les écarts maxima sont certes moins grands; ils atteignent toutefois 41 ans, la durée moyenne s’établissant à 19 années pour les 16 opérations commerciales lancées entre 1752 et 1767. Pour les voyages dont nous possédons la description détaillée, l’écart extrême se trouve ramené à 22 ans. Mais ce raccourcissement n’est qu’apparent, puisqu’en 1797, 5 affaires ne sont pas encore liquidées43, et que pour 28 autres, la mention « rien à espérer » laisse à penser qu’en temps normal, le bilan financier ne s’en fût pas tenu là. Éliminant ces cas d’espèce, qui traduisent les contrecoups des difficultés provoquées par la guerre maritime, il reste 46 dossiers exploitables; 13 d’entre eux sont clos en moins de 10 ans dont 7 seulement sont bénéficiaires. La moyenne des 28 campagnes que l’on peut considérer comme normales se situe entre 9 et 10 ans.

35Mais il est rare que les affaires soient « normales ». Des 82 affaires que révèlent les papiers Bertrand fils, 39 seulement ont demandé moins de 10 ans, la durée moyenne s’établissant autour de 17 à 18 années.

  • 44 . Navire Saint-Hilaire : n° 14.
  • 45 . Le pourcentage qu’elles représentent par rapport aux bénéfices est déjà moins négligeable. D’aill (...)

36S’arrêter là serait fausser les faits. Les dernières répartitions d’argent sont presque toujours de médiocre importance, même en temps de paix. Il serait vain de vouloir tirer des conclusions prématurées et fondées exclusivement sur la connaissance des dates limites. Ainsi, pour un total de 430 095 livres rapportées par les voyages du navire le Saint-Hilaire entre le 10 septembre 1766 et le 21 juin 1788, la dernière année (1788) ne compte que pour une somme de 5 716 livres, soit un pourcentage de 1,30 %44. Les dernières rentrées représentent donc un pourcentage infime par rapport aux capitaux engagés45. Ne retenons, pour l’instant, que la variabilité extraordinaire des temps de récupération de l’argent, qui oscille entre 1 et 50 ans, en passant par toutes les durées intermédiaires possibles. La rapidité des rentrées est souvent un signe de campagnes déficitaires : ce qui est normal, la perte totale assurant un remboursement certes partiel, proportionnel au montant des capitaux assurés, mais assez rapide.

37Alors comment doit-on calculer la rentabilité réelle des capitaux investis? Toute règle est arbitraire, d’autant qu’en réalité le capital ne dort jamais, il est réinvesti au fur et à mesure de la disponibilité des rentrées. Les grandes réussites financières sont celles où un certain nombre d’opérations fort diverses compensent les risques encourus, se complètent et se relaient.

38Nous devons donc distinguer trois notions principales :

  1. La durée du roulement des capitaux, c’est-à-dire la rapidité de l’amortissement de la « mise-hors » ;

    • 46 . D. Rinchon, Les armements négriers..., op. cit., p. 67, lettre du 31-5-1778 de François de Guer à (...)

    Le temps nécessaire à la formation du bénéfice intégral, en comprenant les « queues »46 ;

  2. Le temps de formation du bénéfice « utile », à isoler du phénomène de « queue », c’est-à-dire des rentrées tardives qui allongent la durée de l’opération sans en augmenter sensiblement le rendement.

  • 47 . Le registre d’intérêts de navire de Bertrand de Cœuvres présente plusieurs particularités rendant (...)

39Reprenons l’exemple du Saint-Hilaire. La « mise-hors » de 6 voyages négriers47, effectués entre les années 1765 et 1774, a coûté à Bertrand fils 280 042 livres pour une participation de 3/16e.

  • 48 . Les dates de départ et de retour fourmes par le registre Bertrand ne coïncident pas avec celles f (...)

Note 348

  • 49 . Parce que investissements et retours se superposent par suite de l’étalement de 6 voyages sur 10 (...)
  • 50 . D. Rinchon, Les armements négriers..., op. cit., p. 98.

40Au 31 décembre 1775, Bertrand a déjà récupéré près de 280 000 livres. Il est donc rentré très rapidement en possession de son capital, presque au fur et à mesure de l’investissement (les frais d’escale et de désarmement étant, semble-t-il, déduits). La durée de roulement du capital est d’un peu moins de deux ans49. Comme l’écrit Chaurand : « le grand bénéfice pour une maison de commerce consiste en une circulation réitérée des fonds »50. En effet, la même somme placée en terres, en contrats de constitution ou en « effets » financiers eût sans doute rapporté 10 % d’intérêts (2 X 5), le « principal » étant perdu.

41Le bénéfice brut est impressionnant : 150 053 livres pour les 3/16e de Bertrand (soit en réalité un total de 800 272 livres). La rentabilité est des plus honorables : 53 %. Mais ce bénéfice, dont la réalisation apparaît dès 1775, mettra 20 ans (1776-1795) avant d’être intégralement perçu. La rentabilité apparente annuelle est donc dérisoire : 2,65 % par an. Mais il est évident qu’un pareil calcul n’a guère de sens. Après 1788, les rentrées sont tellement minimes qu’on peut les éliminer. La dernière qui soit importante date du du 21 juin 1788, après quoi ce n’est plus qu’un mince filet de revenus occasionnels : 7 683 livres en 7 ans. Et que représente la somme de 5 716 livres récupérée en 1788 par rapport aux capitaux engagés et au bénéfice déjà obtenu ? Fort peu de choses, assurément.

42Le procédé le plus commode pour définir la notion de bénéfice « utile » consiste à recourir à la représentation graphique. Dans la plupart des cas, le phénomène de « queue » est très apparent. Dans l’exemple choisi, on voit se succéder au cours des deux années 1776 et 1777 des rentrées massives (100 652 livres, soit près des deux tiers du bénéfice). Les deux années suivantes sont moins favorables : 2 919 livres en 1778, 3 512 livres en 1779. Puis on enregistre des rentrées plus importantes : 12 385 livres en 1780, 11 361 livres en 1781 contre à peine 782 livres en 1782. Rien en 1783, ni en 1784. Ensuite une série de petits versements ininterrompus de 1785 à 1788.

43Dans ces conditions il semble vain de parler de taux d’intérêt. Le pourcentage de bénéfice intégral n’a guère de sens : que rapporterait une somme identique placée à 5 ans durant la même période ? Le taux n’en serait pas moins exorbitant. Doit-on faire abstraction des phénomènes de « queue » et calculer le pourcentage de gain réel en le divisant par le nombre d’années nécessaires à l’amortissement du capital et à la formation du gros des bénéfices ? Il serait souvent difficile de situer le moment précis où apparaît la « queue ». Revenons à l’exemple du Saint-Hilaire. La période de gros rendement est de deux ans, pendant lesquels le rapport est de 35 %, soit 17,5 % par an. Or le même capital placé à 5 % pendant 4 ans aurait rapporté 20 % de la somme investie. Suivant que la « traîne » est plus ou moins longue, le degré de rentabilité du commerce maritime peut fort bien tomber au-dessous de celui d’un placement immobilier.

44C’est ne pas tenir compte de la rapidité du roulement des capitaux. A peine la dernière campagne négrière du Saint-Hilaire est-elle achevée, que l’argent est déjà disponible, tandis que la revente d’un office nécessite 20 ans d’attente, si l’on veut qu’il soit anoblissant, que les contrats de constitution sont difficilement franchissables et que toute revente de terre ou d’offices, se fait rarement au comptant. L’examen d’une campagne maritime isolée est fallacieuse : alors que les bénéfices assurés par les « retours » courent, le capital, aussitôt réinvesti, est déjà redevenu productif. C’est le phénomène cumulatif par excellence qui, pour être vraiment supérieur aux placements traditionnels, doit s’effectuer dans les délais les plus courts possible. Les deux grandes préoccupations portent donc sur la rapidité de l’amortissement et sur la durée de la formation du gros des bénéfices. Les « queues » sont la rançon du système. L’habileté des capitaines et de l’armateur et le cours des événements influent d’une manière décisive sur la courbe de rotation des capitaux, qui peut prendre des allures sensiblement différentes de celle observée pour le Saint-Hilaire.

  • 51 . Remarquons que pour être tout à fait précis, il faudrait connaître le moment exact où l’argent es (...)

45On se bornera à quelques exemples parmi les plus typiques. Le négrier Saint-René sort le 17 mai 1765 de la « rivière » de Nantes à destination de la Côte d’Or. La participation de Bertrand fils est médiocre : l/64e, soit 1 929 livres sur une « mise-hors » de 123 000 livres. Le périple « circuiteux » de cette coque de noix de 100 tx, montée par 24 hommes d’équipage, est bouclé le 26 septembre 1766. Dès le 12 janvier 1768, le capital de départ est récupéré, moins de 3 ans 1/2 après la sortie de la rade de Mindin51. Le taux du bénéfice intégral est de 22 %, il se répartit sur les années 1768-1775 et rentre d’une manière assez régulière, étalé sur 8 ans après l’amortissement du capital.

  • 52 . Il nous semble plus prudent de nous fier aux registres des classes, l’armateur étant responsable (...)
  • 53 . La mortalité de l’équipage est de 12 hommes sur 60 (20 %), celle des Noirs de 50 hommes sur 691 ( (...)

46La campagne la plus avantageuse recensée dans le registre Bertrand fils est celle du Maréchal de Luxembourg. Détail curieux : ce navire de 250 tx, qui est signalé dans la succession Bertrand comme armé par les Bouteiller, est inscrit dans les rôles des classes sous le nom de Deseigne, Drouin et Dulac52. Quoi qu’il en soit, il part le 1er février 1768, traite 691 Noirs, dont 641 sont vendus à Saint-Domingue53. Bertrand détient une « participation » de 20 944 livres; le bénéfice global est de 20 779 livres (100 %). Mais le recouvrement traîne jusqu’au 20 novembre 1795. Le navire était rentré le 14 novembre 1769, la première répartition a été distribuée le 25 décembre 1770, trois ans après le premier investissement. Elle est de taille : 14 158 livres. Le capital initial est amorti dès le 29 mai 1771 (rentrée de 6 915 livres) : 4 ans et 3 mois après le départ du navire (qui a mis 22 mois pour faire le voyage), le capital est de nouveau disponible. Le bénéfice apparaît dès 1772, il est de 5 730 livres contre 2 046 livres en 1773. En revanche, rien en 1774, et, d’un coup, 7 480 livres en 1775. Dès lors les rentrées s’espacent et diminuent : néant pour les trois années 1776-1778, puis une dernière répartition notable en 1779 (1 587 livres). Il faut ensuite attendre 10 ans, le 15 mai 1788, pour qu’un versement de 1 918 livres soit effectué, complété, par deux autres, les derniers de 1 390 livres (21 avril 1792) et... de 125 livres (20 septembre 1795). En négligeant l’apport des années 1788-1795 (= 3 433 livres), le bilan de l’année 1779 est singulièrement favorable. Le bénéfice réel est de 17 346 livres, soit 83 % de bénéfice obtenus en 11 ans, c’est-à-dire 7,54 % par an.

  • 54 . Dossier n° 4.

47Les deux voyages du navire le Vigilant en 1777 et en 1784 peuvent passer pour des modèles de campagnes commerciales de « droiture ». Le total des débours de Bertrand de Cœuvres est de 29 453 livres; les « répartitions » produisent une somme de 68 312 livres, soit un bénéfice de 38 859 livres (132 %). Comme dans la majeure partie des cas évoqués par le registre d’intérêts de navires, il n’est malheureusement pas possible de distinguer entre les résultats des deux expéditions du même vaisseau, ce qui ne manque pas de les fausser. Les rentrées s’échelonnent sur 8 ans, du 13 août 1779 au 30 juin 1787. Comme nous possédons les chiffres d’investissement initiaux de chacun des deux voyages, on peut comparer la rentabilité existant entre le commerce maritime et le placement terrien en 1777. En 8 ans, les 19 066 livres placées au denier 20 eussent rapporté environ 9 500 livres; le capital de 10 355 livres du second voyage (1784) eût encore ajouté un gain supplémentaire de 2 060 livres; au total 11 560 livres. L’armement maritime est ici, en dépit de la longueur relative de la rotation du capital, nettement plus avantageux que toute autre forme de placement (27 299 livres de plus que l’intérêt à 5 %, soit un rendement annuel de 16 %)54.

  • 55 . Dossier n° 12.
  • 56 . 66 376 livres de « mise-hors » pour 1/16 de part de navire, contre 94 423 livres de répartitions.
  • 57 . Rentrées de l’année 1781 : 1 042 livras.

48Les comptes du Saint-Guillaume55 sont plus délicats à analyser parce que les bénéfices d’un voyage de traite et ceux de deux de « droiture » y sont additionnés. Le résultat paraît brillant : 28 047 livres de bénéfice (42 %)56. Mais les rentrées s’étalent sur une période de 24 ans (1771-1795). L’amortissement du capital est réalisé lors du versement du 2 juillet 1777, — 7 ans après le premier investissement, 2 ans à peine après le dernier (les premiers « retours » débutant dès juillet 1771). Dans la deuxième moitié de l’année 1777, l’intéressé reçoit un bénéfice de 4 850 livres. Aucune répartition en 1778; presque rien en 1779 (245 livres) : la « traîne » s’amorce, en dépit d’une rentrée importante en 1780 (5 871 livres) et en 1782 (3 825 livres)57. Rien encore en 1783. Puis, de plus en plus, la courbe des paiements s’aplatit : 2 322 livres en 1784, 1 031 en 1785,1 541 en 1786, 1 215 en 1788, à peine modifiée par le léger sursaut de 1787 (2 322 livres). La période révolutionnaire voit l’amenuisement progressif du mince filet d’argent qui continue cependant à couler en dépit des troubles coloniaux tant que dure le commerce normal (jusqu’en 1792). L’étonnant est qu’il puisse encore y avoir une rentrée, si médiocre soit-elle, (11 livres), en novembre 1795. Le type de « traîne » est ici passablement différent des cas précédents. Le rythme des paiements est plus régulier, le bénéfice se forme par accumulation progressive, mais de ce fait son taux annuel est assez bas. Excluons les années 1791/1795, durant lesquelles il ne rentre guère que 1 272 livres : le bénéfice se constitue en 13 années, donnant un rendement de 3,15 %, au rythme d’une répartition moyenne annuelle de 2 059 livres.

  • 58 . D. Rinchon, Les armements négriers..., op. cit., comparaison des tableaux p. 111 (droiture) et p. (...)

49L’analyse de ces quelques exemples — les moins faussés par les conséquences des guerres et par l’inflation des assignats — aboutit à des conclusions déconcertantes, voire même contradictoires. Contrairement à toutes les affirmations des tribunaux, des députés du commerce, de la Ferme Générale, et des négociants eux-mêmes, ce sont les voyages en « droiture » qui donnent les meilleurs résultats. On retrouve ce fait tant dans les registres des Bertrand que dans les dossiers des Chaurand58. Par ailleurs les courbes de rentrées prennent des allures très dissemblables, le phénomène de « queue » apparaissant aussi bien pour les trafics « circuiteux » que pour les commerces des îles. Peut-être peut-on déceler une tendance d’aplatissement de la courbe plus marquée pour ce dernier genre de commerce ? En conséquence, le taux de bénéfice moyen annuel, calculé en fonction du nombre d’années qu’a nécessité la liquidation de l’entreprise, peut tomber largement au-dessous du taux d’intérêt ordinaire de 5 %. Mais l’amortissement du capital est presque toujours réalisé : le phénomène cumulatif joue à plein, même si l’opération n’est pas très rentable en soi. Gardons-nous cependant de trop généraliser. Ces conclusions doivent être provisoirement nuancées. Certes, la concordance des registres Bertrand et Chaurand apporte une forte présomption en faveur de la meilleure rentabilité du commerce américain au cours de la deuxième moitié du xviiie siècle. Celle-ci est cependant plus faible pour les phénomènes de « queue » : nous ne disposons ici que d’une soixantaine de cas, alors que le commerce nantais a armé de 1749 à 1792 au moins 5 921 navires...

  • 59 . Rappelons qu’en cas de perte totale, il y a cependant toujours des « rentrées », puisque les assu (...)

50L’analyse et la compréhension des mécanismes qui sont à l’origine de cette allure des courbes peuvent apporter une garantie supplémentaire et permettent de préciser la portée des conclusions antérieures. Les facteurs qui influent sur le rythme des rentrées sont soit occasionnels (guerres, prises, naufrages, accidents survenus à la cargaison), soit individuels (habitudes, qualités de l’armateur et du capitaine de navire), soit « structuraux » (organisation particulière de la maison de commerce, caractères originaux du négoce nantais — s’il en a — forme générale du commerce maritime international). Éliminons les deux premières séries causales dont l’analyse est liée à l’étude individuelle des campagnes59.

  • 60 . G. Debien, « Plantations et esclaves à Saint-Domingue, Sucrerie Cottineau », Notes d’histoire col (...)
  • 61 . Cargaison-type des Chaurand : D. Rinchon, Les armements maritimes..., op. cit., p. 97-98.

51Dans le commerce en « droiture », le circuit commercial paraît simple. Le bénéfice repose soit sur la revente de la cargaison française, quand celle-ci est très importante, soit sur le prix de transport du fret d’autres négociants ou de colons antillais. Théoriquement la rentrée d’argent devrait être rapide, et ne pas excéder plus d’un an. On peut donc déjà distinguer entre deux types d’armements : ceux à forte cargaison — ce qui peut provoquer des difficultés d’écoulement —; ceux à faible cargaison, cette dernière étant alors juste suffisante pour couvrir les frais de séjour aux îles et les débours de désarmement à Nantes. Il est évident que les besoins des colons sont limités, en dépit du train de vie des propriétaires, et plus encore ceux des gérants de plantations60. Tous les navires de droiture ne peuvent emporter des marchandises de prix, dont la pléthore entraînerait une crise de mévente accompagnée de la chute des prix. Les nécessités de la vie courante, artificiellement maintenues par le « pacte colonial », exigent d’ailleurs des cargaisons d’un fort volume pour une faible valeur : matériaux de construction (pierres de Saint-Savinien ou de Taillebourg (Charente), ardoises bretonnes ou angevines, marbres, briques, tuffeau du Saumurois, chaux, etc.) ; aliments de conserve : viande et beurre salé, sel, morue, bière, vins, huile, saindoux; toiles de Bretagne, fer en vrac ou travaillé, instruments agricoles de Sion-les-Mines ou de Nantes, etc.61. Le troc de ces marchandises contre les produits exotiques classiques est donc en soi très avantageux, d’autant que les risques « et fortunes de la mer » sont peu de chose comparés à ceux qu’encourent les négriers.

  • 62 . Cf. les divers ouvrages de G. Martin et de D. Rinchon.
  • 63 . D. Rinchon, Pierre-Ignace-Liévin Van Alstein., op. cit., p. 253.
  • 64 . D. Rinchon, Les armements négriers..., op. cit., p. 110.

52Mais le commerce « circuiteux » a créé des habitudes qui ont été adoptées pour celui de « droiture ». Les mécanismes du marché des esclaves sont trop connus pour qu’il soit utile de les évoquer longuement62. Ici encore le choix de la cargaison de départ est primordial, surtout pendant le dernier tiers du siècle où, au lendemain des guerres, la concurrence entre les capitaines de navire entraîne une surenchère effrénée et très favorable à l’accroissement des exigences des roitelets noirs des côtes du golfe de Guinée ou de l’Angola63. Le succès de la traite dépend pour beaucoup de l’adaptation du capitaine du navire aux circonstances locales et de la manière dont il sait utiliser la variété des marchandises de sa cargaison. Aux Antilles, l’état de santé du chargement humain, le nombre des morts en cours de route, l’importance de la demande créent des conditions de vente très variées et de plus en plus instables. La politique des armateurs a évolué; faut-il, ou non, préférer le gros navire et les envois de 500 à 900 esclaves au petit navire chargeant moins de 500 personnes ? La réponse est loin d’être uniforme, elle est autant question de mode que de personne. Tous ces impondérables rendent fort théoriques tous les calculs de rentabilité idéale, fussent-ils faits par des négociants chevronnés. En 1790, les Chaurand affirment : « nous sommes dégoûtés de ce commerce et nous ne croyons pas le reprendre »64.

  • 65 . Soit à l’époque un navire de 160 à 200 tx.
  • 66 . A.D. L.-Atl. : C 740. L’armement se décompose comme suit : prix du navire : 50 000 livres ; radou (...)
  • 67 . D. Rinchon, Le trafic négrier..., op. cit., p. 78-80. Archives de la Chambre de commerce de La Ro (...)
  • 68 . Dont 50 000 livres pour la valeur du navire, 4 482 livres d’avances à 50 hommes d’équipage, 44 01 (...)

53Or la vente des Noirs à Saint-Domingue est considérée comme la clef du système; c’est sur elle que sont fondées toutes les appréciations de l’époque. Vers 1750, l’armement d’un navire susceptible de traiter 500 Noirs65 coûte environ 240 000 livres de « mise-hors »66. La vente en Amérique de 500 Noirs donne un produit brut de 650 000 livres, dont il convient de soustraire 50 000 livres de frais et de commissions divers. Le capital théorique de 600 000 livres est divisé en trois parties égales pour l’achat de café (1/3), de sucre brut (1/3) et de sucre terré (1/3). A la revente, en France, le café doit rapporter environ 335 000 livres (soit un bénéfice de 167 %), le sucre brut 1 000 000 de livres (bénéfice : 500 %); le sucre terré 500 000 livres (250 %). La métamorphose de 240 000 livres en 1 835 000 livres est miraculeuse. Déduction faite des frais divers (210 595 livres), le prix de vente net en France reste encore de 1 525 000 livres, soit un bénéfice net de 1 285 000 livres. On peut donc en conclure que, dans l’esprit des négociants du milieu du xviiie siècle, le bénéfice « normal » attendu d’une campagne négrière est le quintuplement du capital investi. L’énormité de ce rapport laisse pantois. En 1761, les commerçants rochelais sont moins optimistes67. Pour un navire traitant 300 Noirs, la « mise-hors » se chiffre à 242 000 livres68. A cette date, on évalue l’unité de « bois d’ébène » à 1 200 livres ; la vente aux Antilles rapporterait donc 360 000 livres. La démonstration des armateurs de La Rochelle s’arrête malheureusement là : leur seul but est d’empêcher l’introduction aux Antilles de Noirs apportés par des concurrents étrangers. Ils ne veulent pas pousser leur calcul plus loin...

  • 69 . A.D. L.-Atl. : 3 J 191, 20-5-1827.
  • 70 . L’auteur n’a d’ailleurs pas jugé utile de rectifier ses propres contradictions. D’après lui, le p (...)
  • 71 . Les assurances ne sont pas comprises dans ces chiffres, « attendu qu’en général elles sont commis (...)
  • 72 . L’un des éléments essentiels de ce commerce : l’échange des Noirs contre des marchandises est esc (...)

54Il est intéressant de comparer ces évaluations du xviiie siècle à celles de la Restauration69. Dans un document anonyme, qui attaque violemment la traite, tout en reconnaissant le bénéfice qu’en a tiré le port de Nantes, on estime que, de 1817 à 1827, les armateurs locaux ont envoyé en Afrique une centaine de navires négriers, chacun effectuant trois voyages70. Il chiffre la « mise-hors » de la première expédition à 100 000 francs, celle de la deuxième et de la troisième à chacune 70 000 francs71, ce qui est très inférieur aux investissements effectués au xviiie siècle. Les frais généraux de séjour en Amérique atteindraient 20 000 francs. Chaque navire aurait transporté en moyenne 300 Noirs, d’une valeur individuelle moyenne de 1 000 francs. Chaque voyage se serait soldé par un bénéfice de 180 000 à 200 000 francs. Pour reprendre l’expression de l’anonyme, « l’intérêt des capitaux employés aurait été de 20 % par an ». Ces évaluations, qui attribuent au commerce nantais un bénéfice de 60 millions de francs en 10 ans, n’englobent pas dans leurs comptes les frais de désarmement, compensés à son avis par la « valeur du navire en retour » — ou par sa vente à l’Amérique. Chiffres assurément discutables, en tout cas difficiles à contrôler72.

  • 73 . A.D. L.-Atl. : C 741, 2e mémoire de la Ferme Générale.
  • 74 . A.M. Nantes : HH 226, etc.
  • 75 . Exactement 2 112 393 livres. Ce n’est pas un document fiscal, mais un « document de doléances » : (...)
  • 76 . En gros, on peut donc dire que la valeur des navires sur le chemin de retour est triple de celle (...)

55La réalité est moins simple que ces calculs hasardeux et, qui plus est, intéressés : « comme les nègres ne se vendent aux Isles que partie comptant et partie à différents termes assez longs, il en a résulté jusqu’à présent qu’il s’est écoulé deux, trois, quatre et cinq ans, quelquefois même davantage avant que les négociants aient pu retirer le fruit de leur travail »73. La vanité de ces espoirs ou de ces supputations, apparaît bien à l’examen des listes de prise effectuées par les Anglais lors de la grande rafle de 1755-175674. Les 109 navires énumérés dans la liste la plus détaillée sont estimés valoir au total environ 27 250 000 livres, soit une moyenne de 250 000 livres par navire. On compte parmi eux 4 corsaires (« mise-hors » moyenne : 62 600 livres), deux terre-neuvas, l’un à l’aller (17 203 livres de « mise-hors »), l’autre au retour avec sa cargaison de morue (26 500 livres) ; un négrier se dirigeant vers l’Afrique (105 756 livres), contre 12 caboteurs (10 armés à Nantes d’une valeur moyenne d’environ 13 000 livres et 2 « retours de cabotage » venant de Marseille estimés à 20 000 livres l’unité). Plus intéressante encore est la comparaison que l’on peut établir entre les chiffres avancés pour les négriers pris entre l’Afrique et l’Amérique, les « retours » des négriers et les « retours » de « droiture ». Les 6 négriers, transportant au total 1 758 Noirs vers les Antilles, valent plus de 2 millions de livres, soit 352 000 livres l’unité75. En revanche, les 9 négriers pris par les Anglais sur la route Saint-Domingue-Nantes valent seulement 1 660 529 livres, donc en moyenne 184 500 livres le navire. Or les tonnages de ces navires sont tout à fait comparables. Le négrier de « retour » vaut beaucoup moins que le négrier avec son plein d’hommes. Au contraire, le courrier américain habituel vaut trois fois plus qu’à l’aller. Les 19 navires enregistrés, pris par les Anglais sur la route Nantes-Antilles, valent ensemble 2 098 052 livres, soit en moyenne 110 423 livres. Pour les 18 navires capturés par les Anglais sur le chemin inverse, les chiffres respectifs sont de 6 372 669 livres et de 354 037 livres76.

VALEUR MOYENNE DES NAVIRES SE RENDANT EN 1754-1756

  • 77 . D. Rinchon, Pierre-Ignace-Lievin Van Alstein, op. cit., tableau p. 200 (et non de 421 070 livres (...)
  • 78 . Ibid., tableau hors-texte, p. 282.
  • 79 . Ibid., p. 316.

56Il est difficile d’interpréter ces estimations, puisqu’elles semblent mettre en cause toutes les affirmations précédentes. C’est que les retours des négriers s’opèrent en grande partie par les navires de « droiture ». Ils sont marqués de leur signe « de marque » distinctif et, comme en témoignent tous les registres de comptabilité conservés, ils sont enregistrés à part. Du moins la faible valeur des négriers retraversant l’Atlantique signifie-t-elle que le commerce antillais repose encore plus sur l’utilisation intensive du crédit que sur le troc. Les descriptions du père Rinchon, faites d’après l’examen du fonds d’Hoop de Gand, en donnent un excellent aperçu. Ainsi le prix de vente des Noirs du vaisseau L’Africain (mai 1767) est de 423 866 livres77, dont seulement 138 118 livres sont payées comptant (32 %). Le crédit accordé pour les sommes non payées (285-748 livres) est d’un an. La durée du crédit accordé lors de la campagne du navire Le Pompée est encore bien plus longue. Le comptant représente à peine 20 % du prix de vente (97 157 livres sur 474 600) et les délais de remboursement passent à 36 mois78. Il est vrai que ce crédit exceptionnel est seulement valable pour une somme de 4 500 livres. Les paiements à terme dépassant un an n’atteignent pas moins le chiffre de 211 456 livres — c’est-à-dire 44 % du montant de la vente des Noirs. Encore Van Alstein a-t-il réussi deux opérations particulièrement avantageuses. Lorsqu’il dirige l’expédition du négrier le Duc de Laval pour le compte d’un armateur de La Rochelle, il obtient, en 1776, seulement 10 % de comptant sur les 236 450 livres que lui a rapporté la vente de 180 esclaves79.

  • 80 . A.D. L.-Atl. : C 740, Commerce de Guinée, mémoire du 3-10-1772.
  • 81 . A.D. L.-At. : B 4850.
  • 82 . La « mise-hors » se répartit comme suit : armement et radoub : 73 115 livres (dont 36 000 livres (...)
  • 83 . Soit 19 600 livres pour le transport des passagers et 695 livres pour celui du fret.

57Or ces délais sont très loin d’être respectés : « très peu d’habitants payent comptant, et cela est si vrai qu’il arrive beaucoup de navires négriers en ce port, qui ont laissé à l’Amérique des cargaisons de 600 000 à 800 000 livres et qui néanmoins ne rapportent pas quelquefois des retours suffisants pour payer les équipages, les frais de désarmement et les droits »80. L’exagération est moins grosse qu’on ne l’a affirmé. Ces cas existent, témoin la mésaventure arrivée au propriétaire du navire le Roi Guinguin81. Armé le 5 octobre 1764 pour la traite sur la « Coste d’Or », il avait coûté au départ 230 360 livres. Le bilan fut désastreux : sur 500 Noirs traités, il y eut 7 « déserteurs » et... 251 morts82. On se hâta de se débarrasser des survivants à Cayenne, pour le prix — modeste — de 135 845 livres. Le capitaine, pour diminuer les pertes, eut recours au transport de passagers. Le prix du passage et celui d’une médiocre quantité de fret rapportèrent 21 050 livres83. Mais le désarmement revint à 39 683 livres. L’armateur Broudou dut se résoudre à vendre le navire pour 21 050 livres. L’affaire a donc été fort mauvaise, le déficit atteignant 78 816 livres, près de 35 % du capital mis en jeu. Placé durant le même laps de temps à 5 %, le capital eût rapporté 33 000 livres tout en préservant le principal.

  • 84 . Ce qui est une affirmation osée. Les rabais semblent d’ordinaire d’autant plus réduits, que les g (...)
  • 85 . « Et cela est dans l’ordre établi dans le Commerce, puisqu’il n’est pas juste qu’ils profitent, a (...)
  • 86 . Le document se poursuit en décrivant de façon pittoresque les ruses des « habitants » faisant amé (...)

58L’argumentation des négociants n’est donc pas dénuée de valeur. L’abus réside dans la conclusion qu’ils en tirent : « comment est-il possible que les armateurs puissent remplir leurs obligations, quand leurs débiteurs y manquent ? ». Argument délibérément grossi pour les besoins de la cause. La suite redevient plus vraisemblable : « au lieu de s’acquitter dans trois mois, six mois un an et jusqu’à 18 mois qu’on leur accorde pour se libérer, ils font languir souvent pendant 10 années ». Le phénomène de « queue » s’explique aisément. Naïvement, les négociants dénombrent les mesures de précaution qu’ils prennent; ils divisent les colons en 4 catégories : ceux qui payent comptant — et obtiennent de ce fait des « nègres à très bon compte »84 ; les planteurs qui offrent du crédit, mais dont on connaît la fidélité « à remplir leurs engagements » — ils ont droit, eux aussi, à quelque rabais; ceux qui sont « réputés mauvais peyeurs », à qui l’on vend cher85 ; enfin ceux qui « achètent très cher et ne payent presque jamais »86.

59Le troc esclaves-marchandises une fois obtenu, avec ou sans délai, le ou les navires revenus en France, il reste à vendre ces marchandises. Tout cela demande beaucoup de temps, et parfois de nouveaux armements, en cabotage cette fois...

  • 87 . Sur ces droits, voir G. Martin, L'ère des négriers..., op. cit., p. 320-327.
  • 88 . A.D. L.-Atl. : C 741, mémoire du négoce nantais contre la Ferme Générale : « l’armateur force par (...)
  • 89 . La préférence accordée aux « petits » bâtiments s’explique de la manière suivante : « l’expérienc (...)
  • 90 . Ajoutons qu’un dernier élément d’endettement intervient. Mais il ne peut être comptabilisé dans l (...)

60Il faut enfin faire intervenir deux éléments qui influent d’une manière considérable sur les retours. Les droits d’entrée en France pesant sur les produits tropicaux sont à des taux très différents. Les armateurs préfèrent de ce fait charger sur leurs négriers les produits dont l’exemption partielle accordée sur les marchandises d’origine négrière est la plus forte et la plus profitable87 : sucres terrés ou sucres bruts, réservant, autant que faire se pouvait, le transport du café, du coton et de l’indigo aux navires de « droiture »88. Ajoutons que les négriers, longtemps de tonnage assez médiocre, ne pouvaient matériellement pas emporter la quantité de marchandises correspondant au produit de la vente des esclaves89. Le triple jeu des diminutions de certains droits, du prolongement des crédits accordés, et de l’insuffisance du tonnage des navires négriers explique donc facilement la disproportion constatée en 1755/1757 entre la valeur des cargaisons de Noirs et celle des cargaisons de « retours »90.

61Comme l’ensemble de ces facteurs n’est pas particulier à tel ou tel négociant ou homme d’affaires, on peut raisonnablement supputer que le phénomène de « queue » a dû jouer pour tous les armateurs et que le registre Bertrand donne des renseignements aisément généralisables.

LES BILANS D’ENSEMBLE : DE GUER, CHAURAND ET BERTRAND

62L’analyse détaillée ayant permis de démonter certains mécanismes et d’entrevoir quelques arrière-plans du commerce maritime, il reste à dresser les bilans d’ensemble. Il est possible de le faire de manière plus ou moins complète à partir des trois grands dossiers conservés : ceux des de Guer, Chaurand et Bertrand.

  • 91 . D. Rinchon, Les armements négriers..., op. cit., p. 29-76.
  • 92 . Ibid., p. 74.

63Le premier, déjà étudié par le père Rinchon91, est aussi le seul où l’on ne ressent pas les effets des guerres révolutionnaires. Les conclusions que l’on peut en tirer restent malheureusement très lacunaires, trop de pièces manquant pour le moment. Seul le montant des investissements des 17 expéditions négrières lancées entre 1765 et 1775 est connu : 3 099 577 livres — soit 182 328 livres par armement. Mais les données concernant la vente des Noirs sont incomplètes, les états des répartitions pratiquement inexistants92.

  • 93 . Ibid., p. 81 et p. 112.
  • 94 . Le coût moyen de l’armement en droiture revient donc à 97 218 livres; le « retour » individuel à (...)

64Le fonds Chaurand est heureusement plus complet et plus précis. De 1776 à 1784, les deux frères Chaurand ont armé au total 22 navires à destination de l’Amérique, dont nous possédons 19 dossiers complets auxquels s’ajoutent ceux des 18 voyages effectués de 1786 à 179193. Contentons-nous de reprendre ici, après le Père Rinchon, les résultats définitifs. Les 19 premiers armements ont demandé une somme de 1 841 151 livres, sur laquelle les deux frères ont fourni 737 230 livres (40 %). Les répartitions se sont chiffrées tous frais déduits, à 3 024 687 livres ; et le bénéfice a atteint un total, considérable, de 1 177 536 livres (63 %). On ne peut évidemment se contenter de ces chiffres. Même en supposant que les bénéfices aient été récupérés en moins de 10 ans, l’intérêt annuel réel tombe à 6 %94.

FONDS CHAURAND

  • 95 . D. Rinchon, les armements négriers..., op. cit., p. 98, chiffre les investissements à 133 871 liv (...)

Note 1 95

65De 1784 à 1785, 6 navires sont expédiés aux Antilles; ils ont coûté 586 499 livres de « mise-hors » (la moitié du capital étant fournie par les deux armateurs). Leurs « retours » valent 611 556 livres : c’est-à-dire 27 057 livres de bénéfice. La médiocrité de ces bénéfices s’explique aisément : les événements coloniaux paralysent progressivement le commerce antillais. Les Chaurand n’ont pu récupérer la majeure partie des crédits qu’ils avaient consentis.

  • 96 . Ibid., p. 97-98.

66De 1786 à 1792, 18 voyages en « droiture » représentent un autre débours d’une valeur de 1 062 154 livres (part des Chaurand : 656 922 livres = 61 %). Ils rapportent seulement 951 365 livres, le déficit est donc de 110 789 livres96.

  • 97 . Résultats obtenus par l’addition de tous les résultats connus ; les investissements de la maison (...)

67Au total, de 1776 à 1791, 43 expéditions en « droiture » donnent un bénéfice net de 1 091 804 livres, soit un bénéfice de 31 %, gagné en un laps de temps de 16 ans — ce qui réduirait le pourcentage de bénéfice moyen annuel à 2 %97. Le tableau suggère l’existence d’une période éminemment favorable aux affaires entre 1776 et 1784, c’est-à-dire en pleine guerre d’Indépendance américaine. Mais on ne peut tirer de véritables conclusions des bilans ultérieurs. Les mauvais résultats obtenus sont dus aux troubles politiques qui viennent interrompre les affaires en cours. Un indice vient pourtant réduire la portée de cette remarque. Entre 1786 et 1791 le coût moyen de la « mise-hors » est ramené de 97 000 livres à 59 000 livres, comme si les armateurs avaient consciemment réduit les frais. Leurs propres difficultés sont-elles seules à l’origine de cette mesure de prudence, ou, au contraire, le marché antillais ferait-il preuve d’une circonspection plus grande que dans le passé ? Rien dans notre documentation ne permet de répondre à cette question.

  • 98 . D. Rinchon, Les armements négriers..., op. cit., p. 128.

68La comparaison des résultats obtenus par les armements négriers des Chaurand avec ceux de leurs investissements en « droiture » n’est malheureusement possible que pour la brève période 1782-178598. En 4 ans, les deux frères lancent 11 négriers sur les mers. Ce sont les mêmes navires qui assurent d’ordinaire leur commerce américain : le navire le Louis ou L’Aimable Aline. Le coût de ces opérations est énorme : 3 003 107 livres (soit une moyenne de 273 079 livres par négrier). Les Chaurand en fournissent 66 % (1 990 723 livres). En 1792, la valeur des répartitions récupérées est de 3 041 408 livres soit un bénéfice infime de 38 301 livres. Sans que nous possédions le détail de ces rentrées, on constate un phénomène identique à celui que nous a révélé le registre Bertrand de Cœuvres. Les armateurs ont amorti leurs investissements au bout de 7 ans ; la durée de roulement du capital est donc ici beaucoup plus longue que celle précédemment observée. La guerre internationale survient au moment précis où le bénéfice commence à apparaître. En effet la vente des esclaves a fourni théoriquement 6 550 511 livres (argent d’Amérique), c’est-à-dire 4 367 009 livres (argent de France). Cette somme transformée en marchandises eût dû normalement être échangée en France pour au moins 6 millions de livres.

  • 99 . La Jeanne-Therese, du port de 250 tx, quitte la rivière de Nantes le 8-12-1783, traite 231 Noirs, (...)

69Le détail du dossier du navire la Jeanne-Thérèse permet de préciser quelque peu ces premières impressions. Parti en 1783, ce navire a coûté 221 745 livres. Ce capital se trouve à peine amorti lors de la septième répartition du 12 mars 1789 qui rapporte un premier bénéfice de 2 356 livres99. Deux versements suivent encore : le 1er septembre 1789, 1 834 livres, et le 30 septembre 1791, 2 515 livres, ce qui est infime...

  • 100 . 10 morts sur 32 hommes d’équipage.
  • 101 . D. Rinchon, Les armements négriers..., op. cit., p. 110.
  • 102 . Ibid., p. 110 et p. 102 : « ne croyez donc pas que le commerce des nègres soit aussi favorable qu (...)

70Les mauvais résultats de cette expédition semblent dus à la date tardive du départ du navire : la fin de la guerre a provoqué en 1783 une véritable ruée vers l’Afrique. Les premiers arrivés ont été gagnants, les retardataires ont mis beaucoup de temps pour faire leur traite sur la côte africaine. Le trop grand nombre de négriers a provoqué une double saturation des marchés, tant en Afrique, où les roitelets indigènes en ont profité pour pousser les capitaines négriers à la surenchère, que dans les îles, où les colons ont joué à la baisse. De plus, l’équipage du négrier des Chaurand fut décimé par les maladies100. Le nombre des Noirs traités est médiocre pour le tonnage du navire : L’Africain (300 tx) atteint le chiffre de 482, L’Espérance (200 tx) en vend 270; Le Canadien (220 tx), 400; le Henri IV (150 tx), 250. La traite comporte d’indiscutables aléas. On comprend le dégoût des Chaurand qui avouent dans une lettre privée, non destinée à la publicité : « nous ne réussissons pas dans une seule (expédition de Guinée) »101. En 1791, ils sont fermement décidés à abandonner ce commerce chanceux102.

71Tout au long de la correspondance Chaurand s’accumulent les plaintes innombrables sur la mauvaise qualité des produits coloniaux cédés à titre de paiement comptant ou de remboursement des crédits, sur la mauvaise foi des colons, les retards incessants de règlement, sur les mortalités qui déciment équipages et cargaisons humaines.

  • 103 . Bilan incomplet : il manque au moins 2 voyages en droiture et tout le commerce de cabotage avec M (...)

72Additionnons l’ensemble de l’activité maritime des Chaurand103.

Dates 1776-1791

Nombre d’armements 54 (dossiers connus)

Investissement total 6 498 911 livres

Part des Chaurand 3 639 122 livres = 56 %

Bénéfice fin 1791 1 130 205 livres (total) = 17 % en 17 ans.

  • 104 . Ci-dessus, p. 193.
  • 105 . A.D. L.-Atl., Registres des classes, 1783.

73Tout cela a été obtenu avec un fonds de 2 millions de livres104. En 1783, les Chaurand possédaient 7 navires, dont 3 utilisés pour la traite (Rose, Brune, et Jeanne-Thérèse) et 4 courriers antillais (Saint-Honoré, Bonne-Mère, Louis et Beauharnais)105. Cette même année les deux frères Chaurand ont investi 499 814 livres : 123 935 livres dans le commerce de « droiture » et 375 879 livres dans la traite. En 1784, ils envoient 4 négriers et 6 navires en droiture : 813 731 livres et 254 177 = 1 067 908 livres. En 3 ans les débours atteignent la somme de 1 567 722 livres — les trois quarts du capital de la société... En tenant compte des rentrées qui s’opèrent en même temps, des propriétés des Chaurand, tant en France qu’à Saint-Domingue, on peut penser que le tiers au moins du patrimoine se trouve en circulation constante...

74Ce bilan doit être comparé à celui qu’établissent, de 1795 à 1798, les commis chargés de la liquidation de la succession Bertrand. Les débours sont beaucoup moins élevés : 2 553 403 livres, répartis sur 68 campagnes. Le total des répartitions se chiffrant à 2 860 415 livres, le bénéfice net est de 307 012 livres (12 %). Il est vrai qu’on est en droit d’attendre encore 7 205 246 livres. Mais il est évident que cette évaluation est faussée à la base par les vicissitudes monétaires de l’époque révolutionnaire.

  • 106 . Nombre de dossiers de navires contiennent, en réalité, les comptes de plusieurs voyages effectués (...)

75Les différences avec la comptabilité Chaurand sautent aux yeux. Les frères Chaurand forment une société commerciale dont l’armement, tout en absorbant une part importante de leurs disponibilités monétaires, ne constitue qu’une branche, essentielle il est vrai, de leur activité. Les Chaurand sont armateurs en titre, reconnus comme tels. Qui plus est, ils appartiennent à cette catégorie d’armateurs qui n’hésitent pas à engager de manière massive leur propre fortune dans l’armement de leur flotte. Le registre Bertrand tire en revanche, le bilan final d’une période où, après s’être retirés de l’armement direct, les Bertrand se sont spécialisés dans l’investissement en parts de navires. Il semble que ce soit là le placement par excellence de leur argent. Leurs propriétés urbaines ne leur rapportent rien, leurs possessions terriennes représentent un placement de sécurité qui permettra à Bertrand de Cœuvres de se déclarer « cultivateur ». Paradoxalement, la fortune des Bertrand s’avère plus fragile que celle des Chaurand. Sans doute les Bertrand ont-ils tenté de diminuer les risques en plaçant les parts de navires auprès d’armateurs différents. Simple apparence, dans la mesure où les Bouteiller et Bertrand de la Clauserie sont leurs représentants attitrés et, qui plus est, leurs parents. Il est plus surprenant de ne trouver aucune trace d’investissement dans l’affaire Montaudoin. La répartition entre les armateurs est la suivante : sur 66 dossiers de navires conservés, les Bouteiller comptent pour 26, Bertrand de la Clauserie pour 7, soit 1 324 765 livres pour les premiers, et 88 354 livres pour le second. Sur 2 553 403 livres, les deux armateurs ont donc reçu 1 413 119 livres de Bertrand de Cœuvres = 55 % de ses investissements maritimes. Comme en 1798 il n’y à plus « rien à espérer » de ces deux entreprises, il est possible de calculer d’une manière assez précise la rentabilité réelle des capitaux106.

76Le pourcentage de bénéfice des Bouteiller est donc très comparable à celui des Chaurand (32 % contre 31 %); mais il reste très inférieur à celui des voyages en « droiture » de la période 1776-1784 (64 %). Quant aux comptes Bertrand de la Clauserie, on ne peut porter de jugement valable, puisqu’il manque les chiffres des répartitions des navires L’Étoile de Mer (1758) et Dorade (1759).

  • 107 . Mais les Bouteiller sont eux aussi de chauds révolutionnaires...

77Ayant concentré le gros de leurs investissements sur deux familles, les Bertrand de Cœuvres ont réparti le reste sur 16 armateurs. Peut-être aussi une certaine désaffection a-t-elle joué contre les Bouteiller à la veille de la Révolution. Sur les 16 armateurs contactés par les Bertrand, 7 ne le sont qu’à la période révolutionnaire ou pré-révolutionnaire : A. Delaville et Barthélémy (1788-1792), Lincoln (1786-1792), Desclos le Peley (1788-1792), Langevin (1789-1781), d’Havelooze (1790), Ducollet (1876-1793), Garnier et Dussault (de Lorient, 1791) et les Portier de Lantimo (1799). On peut se demander dans quelle mesure ces engagements financiers n’ont pas des arrière-plans politiques, dans quelle mesure les Bertrand n’entendent pas donner des gages à des négociants particulièrement « engagés » et, de ce fait, mieux placés pour continuer leur commerce dans les meilleures conditions possibles107. Le nom de leurs navires est révélateur. A. Delaville est armateur du Henri IV, de L’Union... et du Jeune Anacharsis; Desclos Le Peley, dont le rôle révolutionnaire a été considérable, arme le Necker, puis La Tolérance ; Portier de Lantimo est l’un des signataires du manifeste nantais de 1789.

  • 108 . Les répartitions se chiffrent à 40 977 livres, et il n’y « a plus rien à espérer ».

78Quant aux affaires conclues avec d’autres armateurs, elles s’avèrent assez médiocres. Les Bertrand fournissent 58 056 livres aux Darrèche : mauvaise affaire, puisqu’elle se solde par une perte sèche de 17 079 livres, c’est-à-dire 30 % du capital initial108. L’évolution est identique pour les capitaux concédés à la société Cadou fils : 108 220 livres; 103 670 livres de « répartition »; perte : 4 550 livres = 4 %, sommes à recouvrer... sur des armements effectués en 1778 : 14 823 livres. Même phénomène pour les armements Ballan (1766-1777) : 50 601 livres de parts de navire, 44 317 livres de répartition, 6 284 livres de pertes = 12,4 %... et « rien à espérer ». Tout se passe comme si les Bertrand abandonnaient tout armateur au premier signe de perte, même si ces armateurs comptent parmi les plus importants de Nantes. Le choix effectué par les Bertrand est en effet excellent. Ainsi les Darrèche ont armé plus d’une centaine de navires au long cours, Cadou plus de 80. Mais les Bertrand ont été habitués aux résultats réguliers et rémunérateurs des Bouteiller. Sans doute ceux-ci ont-ils subi des pertes, mais elles sont peu nombreuses (9 cas sur 26) et de faible amplitude. Aussi Bertrand fils réagit-il durement face à des échecs d’autres armateurs : il les abandonne. Les pertes des Bouteiller sont compensées par des succès étonnants. Le meilleur résultat est sans contestation possible celui du navire Le Vigilant des années 1777-1784 qui obtient 132 % de bénéfices. Notons encore ceux du Maréchal de Luxembourg avec 100 % de bénéfices, du Duc de Choiseul des années 1760-1762 (58 %), du Saint-Hilaire (1765-1774 : 53 %), du Saint-Charles (1768-1777): 50 %).

BÉNÉFICES RÉALISÉS PAR DES NAVIRES DE LA MAISON BOUTEILLER

  • 109 . Les dossiers groupant plusieurs voyages du même navire, nous n’avons pas détaillé les destination (...)

79(d’après le registre Bertrand de Cœuvres)109

BÉNÉFICES RÉALISÉS PAR L’ARMEMENT BERTRAND DE LA CLAUSERIE

80Les armements Bertrand de la Clauserie se distinguent par le fait qu’ils ont été effectués au début de la guerre de Sept Ans. Les résultats inégaux s’expliquent aisément, la guerre ayant toujours été l’occasion et des plus gros bénéfices, et des pertes les plus lourdes.

  • 110 . D. Rinchon, Les armements négriers..., op. cit., p. 36.

81La chance et l’habileté des Bouteiller ont passé très tôt pour proverbiales. En 1767 déjà, de Guer — un concurrent pourtant — note le succès des expéditions négrières des Bouteiller110. Les Bertrand ont donc fait confiance à la plus grande maison d’armement nantaise... pour la quitter sans raison apparente.

82Quelle conclusion peut-on tirer de cet ensemble de renseignements? Il nous semble que la division des risques qui serait, selon certains, la raison d’être des parts de navires, est plus apparente que réelle. Non seulement la part de capitaux fournie par les Chaurand est élevée, mais elle a tendance à s’accroître. L’homme d’affaires qu’est Bertrand de Cœuvres investit l’essentiel de ses disponibilités chez des parents ou amis. Qui plus est, la liste des co-participants des Chaurand ne comprend pratiquement que des armateurs ou des hommes d’affaires du cru. Non content de cette participation importante, l’armateur fournit aussi et surtout son crédit personnel. L’achat des cargaisons se fait toujours à terme; il est payé par des lettres de change ou des obligations — billets à échéances plus ou moins lointaines.

  • 111 . A.D. L.-Atl. : I JJ 27. La situation est tout à fait comparable à celle du début du xviiie siècle (...)

83De ce fait, une part considérable du capital est toujours en circulation et la quantité d’argent liquide immédiatement disponible est la plupart du temps étonnamment faible. Cette situation était sans doute normale vers la fin du xviie siècle. Dimensions médiocres des navires, faiblesse ou absence de la traite négrière, prédominance du commerce américain ou d’autres négoces à rayon d’action relativement limité permettent de comprendre pourquoi un navire et sa cargaison étaient la propriété d’un nombre restreint de personnes. Mais l’étonnant est que cette situation se maintienne à la fin du xviiie siècle, et ceci pour les trafics les plus longs et les plus dangereux. La division des risques joue à l’intérieur d’une maison d’armement, mais est beaucoup moins poussée qu’on ne pourrait le supposer. On reste dans le milieu des armateurs. Ainsi la « mise-hors » du navire le Saint-Honoré (25 octobre 1781), armé par les Chaurand, a coûté 79 270 livres. Les deux frères Chaurand fournissent 11/32 du capital, Chaurand père 4/32 (total familial : 15/32); les Deurbroucq en possèdent 6/32 (le père 4/32, le fus 2/32) ; les armateurs Foucault, de Luynes et de Luynes de la Bouftière en ont avancé respectivement 2/32. Les armateurs-négociants détiennent donc 27/32, répartis entre 4 familles111.

  • 112 . Achats effectué sur la place commerciale de Bordeaux.
  • 113 . A.D. L.-Atl. : E, Familles, Supplément, Bouteiller.

84Nos conclusions peuvent cependant être faussées par le fait que les Bouteiller, comme les Chaurand, ne sont pas simplement des armateurs, mais aussi des propriétaires de plantations. Il semble que l’on soit ici en présence d’une politique délibérée de compensation, destinée à pallier au moins partiellement les inconvénients du marché américain et de la plus ou moins grande « honnêteté » des colons. Les Bouteiller achètent, dès le 30 décembre 1769, une première plantation située dans la plaine du Fond à Saint-Domingue112 ; le 9 avril 1771, Guillaume Bouteiller passe avec Régnier un acte de société pour gérer cette habitation. Le 5 janvier 1777, Régnier acquiert, sous le nom de cette société, une deuxième plantation au Boucan, puis, le 14 août 1783, une troisième à Cavaillon (aux Cayes) et le 25 novembre 1775 une quatrième dans la plaine de Léogane, cette fois sous le nom de Guillaume Bouteiller. Le 21 juin, 1781 nouvel achat des « deux-tiers d’un cinquième » de plantation au petit Goave, complété le 11 décembre 1786 par la prise de possession du reste de cette « sucrerie » pour la valeur de 400 000 livres, plus une pension viagère de 3 000 livres payable annuellement à l’ancien propriétaire Kavanagh. Cette politique se prolonge en pleine période révolutionnaire : le 22 janvier 1791, Guillaume Bouteiller rachète la moitié des deux habitations du Fond et de Cavaillon appartenant aux héritiers Régnier pour une somme de 1 434 301 livres (dont 661 544 livres étaient, il est vrai, considérées comme payées, du fait des dettes de Régnier vis-à-vis de Bouteiller). D’après les renseignements fournis, on peut donc estimer à 2 868 000 livres les deux habitations du Fond et de Cavaillon et à 1 500 000 livres celle du Petit-Goave. L’ensemble de ces 5 habitations valait sans doute au moins de 5 à 6 millions de livres113

  • 114 . D. Rinchon, Les armements négriers..., op. cit., p. 102-104.
  • 115 . Id., Ibid.
  • 116 . Ibid., p. 103.

85Les Chaurand adoptent la même attitude, ce d’autant plus facilement qu’ils possédaient une moitié de plantation dès leur arrivée à Nantes. Leurs spéculations foncières coloniales sont encore plus complexes que celles des Bouteiller. Ils achètent d’abord deux nouvelles plantations : l’un au Cul-de-Sac pour 1 279 892 livres, puis celle de la Ravine (près de Léoganne) pour 630 000 livres (total : 1 909 892 livres)114. D’autre part, l’endettement progressif des colons ou des grands propriétaires non résidents leur permet de contrôler de plus en plus étroitement d’autres habitations. L’acquisition pure et simple est précédée de deux étapes. On signe d’abord un contrat d’exclusivité de fourniture des produits coloniaux récoltés sur la terre. Procédé classique dans la noblesse de cour qui permet d’établir un système de crédit, les négociants faisant office de banquiers, le gage étant constitué par les « rentrées » de sucre adressées d’office au seul négociant-banquier. L’armateur y gagnait une protection politique souvent efficace, mais il semble que, financièrement parlant, l’opération ait été souvent déficitaire115. En effet les dépenses dépassaient souvent la valeur réelle des produits coloniaux, tandis qu’il n’était pas rare de voir des gérants envoyer leurs sucres et leurs cafés à des correspondants — souvent bordelais — payant un prix plus élevé. D’où un endettement accru, qui conduisait à la deuxième étape, celle de la prise en charge de la plantation par l’armateur, moyennant le paiement d’une pension fixe. En 1785, les Chaurand s’assurent ainsi les produits des trois plantations Dugas de Vallon116. Bien qu’il n’y ait pas encore eu de vente de propriété, le coût de ce contrôle est élevé : 100 000 livres d’argent comptant et 3 000 livres de rente annuelle, alors que l’endettement des Dugas est chiffré à 260 000 livres. Lorsque les dettes s’accroissent au delà de plusieurs centaines de milliers de livres, on passe, par le jeu des hypothèques qui vont croissant, à la prise de possession judiciaire ou à des ventes sous conditions à l’amiable. Ce que font les de Thébaudières, cédant à réméré leur habitation de Port-Magot (tout en restant redevables de 50 000 livres... d’intérêts). Comme les Bouteiller, les Chaurand prolongent cette politique sous la Révolution; en 1790, deux « caféyères » passent ainsi entre leurs mains (près de Jérémie), le gérant leur devant 600 000 livres. Au total, les « habitations » des Chaurand valent bien 3 millions de livres...

86En 1789, une partie du grand commerce est donc en train de s’emparer progressivement, mais par un mécanisme inexorable, d’une portion importante des biens fonciers coloniaux. Le phénomène des retours « en queue », l’endettement des propriétaires constamment — et complaisamment — dénoncé et exploité permet aux grands armateurs d’accaparer les meilleures plantations coloniales. Nous sommes en présence d’une véritable concentration verticale. Les plantations nourrissent d’une manière régulière les « retours », assurant une rentabilité améliorée du commerce de droiture. Comme le dur travail servile dévore rapidement les ateliers de Noirs, cette déperdition constante oblige l’armateur à recourir à de nouvelles expéditions négrières. Cela est si vrai que les Chaurand, pourtant sérieusement échaudés par leurs expériences précédentes, réarment en 1786 le navire La Jeanne-Thérèse, puis en 1787 L’aimable Aline et le Louis. Les résultats furent médiocres…

87La tentation d’acheter les plantations était trop forte pour qu’on ait pu lui résister. C’était souvent le seul moyen de recouvrer d’une manière quelconque partie ou totalité des dettes autrement irrécupérables. On pouvait en attendre la sécurité définitive dans la mesure où l’expédition des marchandises ne dépendait plus de personne. La qualité des produits devait, elle aussi, devenir meilleure.

  • 117 . G. Martin, L’ère des négriers..., op. cit., p. 367-399. Du même auteur : Histoire de l’esclavage (...)
  • 118 . D. Rinchon, Les armements négriers..., op. cit., p. 105, citant une lettre du 30-5-1790 : « croye (...)
  • 119 . A.D. L.-Atl. : Q 418 : « Honoré Chaurand..., négociant ci-devant noble ». Sur les troubles coloni (...)

88A la veille de 1789, le négoce nantais s’engageait donc largement dans une voie nouvelle. Sans doute l’opposition colons-négociants est-elle bien celle qu’a si minutieusement décrite Gaston Martin117. Elle était pourtant en train de s’atténuer dans la mesure où l’armateur devenait propriétaire d’habitations. Cette apparition mettait en cause le système traditionnel de la gérance et, par lui, toute une partie de la hiérarchie sociale coloniale. A en croire certaines remarques des Chaurand, ceux-ci eussent préféré assurer le renouvellement des ateliers par l’accroissement de la natalité plutôt que par le recours constant à la traite118. Mais face aux velléités d’émancipation manifestées par certains révolutionnaires, ces acquêts devaient fatalement renforcer la cohésion de la coalition des intérêts planteurs-négociants-noblesse de cour. Les troubles coloniaux ont éloigné le grand commerce de la révolution montagnarde. En 1793, les Chaurand sont arrêtés comme « ci-devant nobles »119.

89On peut cependant se demander si, faisant abstraction de la Révolution, le calcul de ces négociants était aussi avantageux qu’ils le pensaient. Leurs plantations se trouvaient soumises aux mêmes difficultés climatiques que celles de leurs débiteurs. Car les excuses de ceux-ci, quoique très insuffisantes pour prouver leur bonne foi, ne sont pas aussi négligeables qu’on a affecté de le dire à Nantes. La qualité des produits récoltés ne dépend pas exclusivement du soin avec lequel une plantation est gérée, mais dans une assez large mesure des circonstances climatiques. Il eût fallu, en outre, mettre au point un système de surveillance efficace, et les gérants honnêtes étaient, pour le moins, rares aux Antilles. L’association de sociétés en commandite avec parts d’intérêts était théoriquement une solution idéale, et les Chaurand n’ont pas été les seuls à l’utiliser. Mais la réalité coloniale pouvait en déformer singulièrement les applications.

90Il est cependant douteux que cette politique ait été très généralisée. Seuls les détenteurs de très grandes fortunes pouvaient se permettre d’augmenter leurs parts dans l’armement maritime et d’acquérir en même temps des possessions coloniales considérables. Mais, par là, ils allaient être d’autant plus durement atteints par les guerres maritimes de la Révolution.

  • 120 . Parmi les autres acquisitions foncières de Guillaume Bouteiller, le factum imprimé déjà évoqué én (...)
  • 121 . En 1772, les juges-consuls de Nantes remarquent à propos des retards de paiements des planteurs : (...)

91Du moins cette double constatation fait-elle éclater la contradiction fondamentale sur laquelle butent nos conclusions. Tout dénote une accroissement rapide et constant des fortunes des négociants. La « part » d’investissement de l’armateur augmente, le tonnage des navires triple, le coût des « mises-hors » atteint des chiffres de plus en plus élevés. Les coûteuses acquisitions de plantations coloniales s’ajoutent aux investissements fonciers effectués dans la métropole120. Or tous les bilans analysés montrent un commerce maritime rapportant sans doute des bénéfices importants, mais dont les rentrées sont si lentes que le taux de gain moyen annuel est assez réduit, de peu supérieur aux intérêts donnés par des placements financiers ou fonciers121.

  • 122 . A.D. L.-Atl. : 8 J II. Mêmes remarques pour le Saint-François (18-9-1772): armement = 49 206 livr (...)
  • 123 . A.D. L.-Atl. : I JJ 26. Le Saint-Honoré, du port de 500 tx, lancé le 14-10-1768 et parti dès le 2 (...)

92L’armateur, sans doute, est toujours favorisé par rapport aux hommes d’affaires intéressés dans l’armement des navires. Il touche d’abord ses commissions. Il dispose ensuite de toute une série de subterfuges qui l’avantagent. Mais cette explication a loin d’avoir une valeur générale, car il est des hommes assez honnêtes pour ne point recourir à ces habiletés. Les de Guer font toujours mention de la valeur-capital que représente le navire, mais ne l’incorporent pas dans la « mise-hors » s’il n’est pas amorti. Achetée 20 000 livres en 1771, et comptée pour ce prix dans l’armement d’une valeur de 48 734 livres, la coque du navire le Saint-Jean-Baptiste n’entre point en ligne de compte dans les calculs du voyage en droiture du 18 octobre 1772. Ce qui explique le montant très faible de la « mise-hors » : 13 377 livres, dont 4 129 pour l’armement proprement dit122. L’attitude des Chaurand est identique123. La commission est un procédé autrement sûr, légalement irréprochable, universellement admis. Elle est l’un des fondements les plus évidents de l’enrichissement des armateurs.

  • 124 . « Lettre d’un fils de négociant Orléanais (1766) », Fureteur Breton, 1922, p. 103 : « le cabottag (...)
  • 125 . A.D. L.-Atl. : 8 J 10.

93La contradiction signalée plus haut n’en subsiste pas moins. Peut-être faut-il en chercher les raisons en dehors de l’armement maritime au long cours. L’étude de la rentabilité du commerce de cabotage n’a pas été abordée ici. Les témoignages contemporains la minimisent124. Ce qui n’empêche nullement le cabotage de croître très sensiblement après 1762. On comprendrait mal ce subit intérêt si ce commerce n’était que faiblement lucratif... Le cabotage présente d’abord l’avantage d’exiger des « mises-hors » très faibles, même par rapport aux courriers des îles. Le Gavillan allant de Nantes à Marseille (1765), coûte 7 598 livres125; le Théophile (12-1-1765) revient à 5 627 livres. Le même navire se rend l’année suivante à Lisbonne : il coûte 4 553 livres. Le Gavillan, en partance pour Barcelone, après un radoub important (29-12-1766), a provoqué un débours de 10 797 livres. Assez curieusement, de Guer mène une politique de division des risques très poussée tout à fait contraire à ses habitudes commerciales valables pour le trafic négrier ou le commerce américain. Sa part de capital est fixée à 3/32 pour l’armement du Théophile, les autres participations se chiffrant à 8/32, 6/32, 4/32, 4/32, 3/32, et trois parts de chacune 1/32. Les capitaux nécessaires sont donc très réduits, faciles à trouver, les risques encourus d’autant plus faibles que les distances sont plus courtes. Les taux d’assurances dépassent rarement 3 %. Les voyages sont rapides, la rotation du matériel navigable particulièrement efficace. La solvabilité des négociants européens est infiniment supérieure à celle des colons antillais : la durée de roulement des capitaux risque d’être très brève. Si les bénéfices sont moindres, leur encaissement est plus aisé et les phénomènes de « queue » ont des conséquences moins dramatiques.

  • 126 . L. Dermigny, La Chine et l’Occident, le commerce à Canton..., op. cit., t. II, p. 563-593.
  • 127 . Ajoutons la participation aux sociétés d’assurances maritimes, le prêt « bancaire », etc.

94Par ailleurs, il ne faut pas oublier qu’il n’existe pas d’armateurs uniquement spécialisés dans l’armement. Ce sont des négociants qui, entre autre affaire, s’occupent aussi d’armer des navires. Le commerce de gros qu’ils pratiquent englobe d’autres produits que ceux des îles, et le port de Nantes est le plus gros acheteur sur le marché lorientais126. Ces trafics parallèles ont été certainement très rémunérateurs, tout comme la pratique de la cambie127.

95Mais le fond du problème réside peut-être ailleurs. Les documents comptables Chaurand et Bertrand se rapportent à la fin du xviiie siècle. Les guerres d’abord, les fluctuations commerciales ensuite changent considérablement les conditions d’exercice du négoce maritime.

96Les correspondances des négociants comportent à cet égard des indications subjectives sans doute, mais combien intéressantes. L’effet des guerre est triple.

97Au début de chaque guerre, la marine anglaise rafle une quantité plus ou moins importante de navires français. Perte plus apparente que réelle, dans la mesure où au moins une partie d’entre eux est assurée en Angleterre ou ailleurs. Le nombre des faillites augmente certes, mais le mouvement n’a rien de dramatique, comme on serait tenté de le croire à la lecture des bilans de pertes de navires. On comprend dès lors la rapidité du relèvement du commerce français au lendemain de la guerre de Sept Ans et, a fortiori, de la guerre de l’Indépendance américaine.

  • 128 . D. Rinchon, Les armements négriers..., op. cit., p. 90.

98Face à ces pertes, la guerre détermine un ralentissement du commerce antillais, provoquant dans ces colonies une double disette d’esclaves noirs et de produits européens. Les briseurs de blocus, isolés ou groupés en convois, sont assurés de réaliser de substantiels bénéfices : « nous avons plus gagné pendant la guerre que nous ne pouvons perdre en paix » avouent les Chaurand en 1783128. Et combien de capitaux nantais s’investissent-ils sous pavillons espagnol, portugais, hambourgeois?

  • 129 . A.D. L.-Atl. : 8 J 2, lettre du 6-10-1765.
  • 130 . Lettre de de Guer du 6-10-1765 : « Les navires ont mis tellement d’abondance à Saint-Domingue que (...)
  • 131 . D. Rinchon, Les armements négriers..., op. cit., p. 57 : « il arrive souvent qu’il y a de l’avant (...)

99Cette situation avantageuse se maintient quelque temps après la conclusion de la paix, mais elle dure peu. Les perspectives de bénéfices rapides et substantiels accélèrent l’armement des négriers dans tous les ports de France. L’afflux des marchandises d’Europe d’abord, des Noirs d’Afrique ensuite entraîne rapidement l’effondrement des cours129. Des phénomènes identiques se produisent au même moment sur la côte africaine. En Europe enfin, l’élévation du niveau de vie et la généralisation des nouveaux modes d’alimentation ne sont pas telles que la surabondance du sucre et du café ne cause de temps à autre des difficultés d’écoulement130. Le plus délicat est d’harmoniser une politique commerciale à ces tendances parfois contradictoires, d’essayer de profiter à la fois des prix africains, antillais et européens, en spéculant sur leurs possibilités d’évolution durant les semaines — ou les mois — que nécessite la longueur des voyages maritimes131.

  • 132 . D. Rinchon, Les armements négriers..., op. cit., p. 58.
  • 133 . Ibid., p. 60.
  • 134 . Ibid., p. 65. Mais il craint que « le grand nombre de navires nuise à l’entreprise ».
  • 135 . Ibid., p. 82 : « la traite est la seule branche de commerce qui présente des perspectives de béné (...)
  • 136 . Ibid., p. 97.
  • 137 . Ibid., p. 101.
  • 138 . Ibid., p. 102.
  • 139 . Ibid., p. 110.

100D’où les appréciations les plus variées sur le commerce négrier. Écartons les revendications adressées aux gouvernants : elles donnent toujours une note pessimiste qui est loin de correspondre à la réalité. Ne retenons que les correspondances privées. En 1772, de Guer considère le trafic négrier comme « le plus avantageux de tous »132, ce qui ne l’empêche pas de le trouver, dès l’année suivante, ruineux133. En 1777 pourtant, il avoue « s’être toujours bien trouvé » de ces spéculations africaines134. En 1782, les Chaurand sont du même avis135. Même opinion en 1785136. Les lamentations commencent l’année suivante (1786) : « pour un qui réussit, il y en a 15 qui sont écrasés »137. D’après eux, le capital ne rentre pas138. En 1788, le « malheur paraît s’attacher à nos expéditions de Guinée »139. A la vérité, ce sont des assertions de circonstances, s’expliquant par des réussites ou des échecs précis. La rapidité des revirements d’une année à l’autre interdit qu’on puisse les accepter sans contrôle. Il n’empêche qu’elles dessinent une courbe d’évolution très nette du profit du commerce négrier et du commerce américain. La vente des Noirs extrêmement avantageuse au lendemain des guerres, connaît ensuite des difficultés. Le sucre brut, de moins en moins demandé par le commerce français, est de plus en plus remplacé par le sucre terré. Enfin le café devient la plante noble par excellence, qui permet d’obtenir la meilleure rentabilité. En dépit de cette évolution, les Chaurand connaissent des difficultés accrues après 1785.

101Peut-être y a-t-il à l’origine de tout cela un certain engorgement du commerce colonial : les mécanismes grippent. La multiplication des retards de paiements n’empêche pas l’amortissement rapide des capitaux, mais affecte la rentrée des bénéfices. Cependant à la longue, ce système imposé au négoce présente l’inconvénient majeur d’immobiliser toujours plus de capitaux, de créer un volume énorme de dettes non seulement chez les planteurs, mais aussi chez les négociants. Ceux-ci sont obligés de recourir à des prêts onéreux, leurs disponibilités financières devenant insuffisantes.

102On est donc conduit à penser que le bénéfice moyen a tendance à baisser au cours de la deuxième moitié du xviiie siècle. Les grandes fortunes nantaises se sont surtout constituées entre 1725 et 1740/50. Mais seule la découverte de comptabilités de cette époque permettrait d’établir un essai de comparaison valable.

Notes

1 . Pertes enregistrées sur un navire normal, n’ayant subi ni naufrage, ni dégâts matériels extérieurs.

2 . A.D. L.-Atl. : C 882, fol. 218 et C 741. Observations jetées en marge d’un mémoire de la Ferme Générale.

3 . Huet, Recherches économiques..., op. cit., p. 224.

4 . A.D. L.-Atl. : B 9 518, 23-5-1769 : « ce navire est à la cote (d’Afrique), peut-être est-il de retour. Que cela soit ou non, il s’agit de savoir à combien on peut faire monter le profit qu’une pareille somme peut rapporter dans un voyage de Guinée. Il parait en effet que c’est en partie le doute de la réussite du voyage de ce navire qui a engagé les associés du feu sieur White à déposer. Cela étant, on ne portera le profit que cette somme (90 000 livres) peut produire qu’à 60 %. On ne pourra s’empêcher de convenir qu’on table ici, non pas sur un voyage médiocre, mais sur un voyage entre le médiocre et le mauvais, les voyages médiocres de la Côte allant ordinairement de 90 à 100 %, et les bons voyages de 150 à 200 %. On ne peut contester cette assertion du procureur fiscal... Comme on ignore que les autres navires (Margueritte, Jacoba, Guadeloupe, Dauphin et Montaran) étaient destinés pour la Côte ou pour l’Amérique, on ne portera que 15 % de profits sur 12 136 livres..., etc. ». La critique interne de ce document laisse perplexe. On voit d’abord mal la qualification du procureur fiscal des régaires de Nantes à parler rentabilité des divers types de commerce. Il parait en tout cas mal renseigné sur le trafic portuaire, puisqu’il est hors d’état de préciser la destination des navires, opération d’une facilité élémentaire, et, ce qui est encore plus fort, il ne connaît pas la date d’arrivée des navires. Pourtant Mindin n’est pas loin de Nantes, et une journée suffit pour faire parvenir les nouvelles de Mindin à Nantes. Enfin, il ne semble même pas soupçonner l’existence des naufrages ou des accidents de ce genre. Effectivement il n’y en a eu qu’un seul au courant de l’année 1769; mais l’année 1765 a été marquée par 4naufrages, et une révolte de Noirs; l’année 1766 par trois naufrages, etc. Les historiens n’ont pas manqué de prendre à leur compte des généralisations de ce genre; ainsi G. Martin, Histoire de l’esclavage..., op. cit., p. 44, estime que l’échange de la cargaison de départ contre du « bois d’ébène » rapporte à lui seul 50 % de bénéfices.

5 . A. Young, Travels in France, Cambridge, 1929, p. 116-117 et 60-61 (Bordeaux).

6 . G. Martin, L’ère des négriers..., op. cit., p. 424 : « la légende de la traite improductive »; ibid. : p. 375-378. Dans l’un des registres de copies de lettres de Lory (A.D. Vendée), on lit le passage suivant à la date du 17-12-1750 : « il n’est pas étonnant que les négociants se soient lassés de faire des envoys de marchandises à l’Amérique et que les armateurs aient cesser d’y envoyer leurs navires (?), rien ne corrigeant d’un commerce ruineux que la perte. D’ailleurs quelle envie de porter des effets, des vivres, et aussi de l’argent pour en recevoir fort tard des retours et des effets sur lesquels il y a à perdre; d’ailleurs bien loin de faire des retours... les commissionnaires ont si peu de fidélité et de bonne foy, qu’ils employent et font travailler les fonds d’autruy ».

7 . G. Martin, L’ère des négriers..., op. cit., p. 375-398.

8 . Huet, Recherches économiques..., op. cit., p. 224.

9 . G. Martin, L’ère des négriers..., op. cit., p. 424-426.

10 . A.D. L.-Atl. : B 5594 à B 5644.

11 . A.D. L.-Atl. : fonds Lory, registre de correspondance, lettre du 17-12-1750.

12 . Les tableaux récapitulatifs de ce document contiennent les indications générales, beaucoup plus sommaires, sur l’équipement de 90 navires.

13 . A.D. L.-Atl. : 16 J 1 à 5 et 16 J 9.

14 . A.D. L.-Atl. : I JJ à 81; 8 J 1 à 29.

15 . C. de la Morandière, Histoire de la pêche française de la morue dans l’Amérique septentrionale, op. cit., tome II, p. 577-583.

16 . Durant les 15 années de liberté du commerce de Chine (1769-1785), le port de Nantes aurait envoyé 16 navires de 6 150 tx de jauge (tonnage moyen par navire : 384 tx). Huet, Recherches économiques..., op. cit., p. 228, estime que le montant total des exportations nantaises aurait atteint en 1773 une valeur de 500 000 livres. Le faible tonnage des navires nantais envoyés en Chine contraste avec celui des navires des autres ports français. En effet, le tonnage moyen a suivi la courbe d’évolution ci-après : 1719-1741 : 541 tx; 1741-1769 : 780 tx; 1770-1790 : 837 tx. (L. Dermigny, La Chine et l’Occident : le commerce à Canton (1719-1833), op. cit., t. I, p. 206). En fait, Nantes participe aux profits du commerce de la Chine pour l’achat et la revente du thé et de la porcelaine. L’achat s’opère à Lorient, la vente s’effectue en partie à Paris, en partie en Angleterre, par le système de la contrebande (L. Dermigny, op. cit., t. II, p. 647-668 : le cycle breton).

17 . Aussi tout ralentissement de l’armement en traite se traduit automatiquement en temps de paix par l’accroissement proportionnel du nombre des navires envoyés en « droiture ». Ainsi en 1728,le commerce de droiture nécessite 74 navires et 11 négriers; en 1790, les chiffres respectifs sont de 89 et de 44.

18 . A.D. L.-Atl. : 16 J I ; D. Rinchon, Pierre-Ignace-Liévin Van Alstein., op. cit., tableau p. 90 (expédition de la Reine de France, 1744, 28 %), p. 200 (L’Africain, 1767, 33 %), tableau p. 283 (le Pompée, 1770, 20 %).

19 . A.D. L.-Atl. : C 741, deuxième mémoire de la Ferme Générale. L’aveu est d’autant plus précieux qu’il émane de la Ferme.

20 . A.D. L.-Atl. : I JJ 26, dossier Comtesse de Menou.

21 . A.D. L.-Atl. : С 740.

22 . L’importance de ces pertes se justifie par 1° la mauvaise qualité des produits transformés aux Antilles, soit que le raffinage ait été mal conduit, soit que les « habitants » peu scrupuleux aient falsifié la marchandise ; 2° par les infiltrations des eaux de mer qui, en dépit de toutes les précautions, se reproduisent à chaque voyage. Ce qui explique que toutes les assurances déduisent 5 % de la valeur totale de la cargaison de toutes les déclarations de pertes. On remarquera en passant que la perte est calculée sur 1 835 000 livres (comprenant donc probablement la valeur de la cargaison humaine entre l’Afrique et l’Amérique, et celle des cargaisons antillaises). Le taux d’assurance de 5 % nous parait fort. Or il est calculé sur une valeur de 500 000 livres seulement, soit sur celle des seules cargaisons de « retours ». Malheureusement le document ne justifie pas cette différence. Le problème ainsi posé s’avère difficilement soluble, en l’absence de tout détail supplémentaire permettant de savoir sur quelle partie du trajet joue cette assurance. Nous pensons, sans pouvoir le démontrer, qu’on n’assurait qu’une partie de la cargaison...

23 . De 1749 à 1782, les registres des classes permettent d’identifier 85 cas de naufrages, 2 prises salétines, une turque, 10 cas de révolte de Noirs, soit 98 pertes sur un armement total de 3 862 navires, soit un pourcentage de 2,53 %.

24 . Sur l’ancienneté du procédé des parts de navires à Nantes, voir O. Henriet, La bourgeoisie nantaise..., D.E.S. cité, p. 65-67 (deuxième moitié du xviie siècle).

25 . A.D. L.-Atl. : 8 JJ II.

26 . S’agit-il d’un descendant de l’auteur du Manuel de Comptabilité ?

27 . Ibid. : « Mon compte 6 501 livres; Delaville frères de Cadix : 3/16e — 2 501 livres; Dupoirier : 1/16e = 8 333 livres ; Du Rocher : l/16e = 8 333 livres, et Sébire : 1 /32e ».

28 . A.D. L.-Atl. : 8 JJ II.

29 . La « mise-hors » se chiffre à 243 690 livres. On compte une part à 170/720e, une de 45/720e, une de 36/720e, cinq de 30/720e, cinq de 15/720e, une de 10/720e et une de 3/720e, le reste étant détenu par l’armateur.

30 . A.D. L-Atl. : I JJ 26.

31 . G. Collas : Un cadet de Bretagne..., op. cit., p. 86-108.

32 . M. Begodën-Demeaux, Mémoires d’une famille du Havre. Les fondateurs. Choses et gens du xviiie siècle en France et à Saint-Domingue, Le Havre, 1948, p. 81. L’acte de fondation de la société pour l’armement de 3 négriers (valeur : 420 000 livres) spécifie que le tiers des capitaux est fourni par l’armateur (ce qui confirme les observations nantaises), les 10 porteurs d’intérêts d’origine parisienne se partageant les deux tiers du restant. Signalons qu’en 1779 la fortune des Begouën atteint 3 millions de livres.

33 . L. Dehmigny, Cargaisons indiennes, Solier et Cie, 1781-1793, op. cit., p. 14, etc. La maison Solier, dont il importe de ne pas oublier qu’elle n’est, au fond, qu’une petite affaire, apparaît comme une espèce de commandite suisse ou, si l’on préfère, comme une enclave protestante et suisse dans l’armement marseillais. H paraît fort douteux que les grandes maisons marseillaises aient été bâties sur un modèle aussi... hétérodoxe !

34 . Mais ces capitaux — souvent protestants — semblent s’investir de préférence dans la manufacture, en particulier dans l'indiennage.

35 . L’étude des faillites demanderait à elle seule le travail d’une équipe de chercheurs...

36 . A.D. L.-Atl, 6 JJ 32-34.

37 . D. Rinchon, Les armements négriers, op. cit., p. 74, 81,127; du même auteur : Pierre-Ignace-Liévin Van Alstein, op. cit., p. 219-220, 282-291.

38 . Intérêts de navires de Bertrand de Cœuvres père, navire Le Monarque, armé de concert par Veuve Bertrand et fils, Bouteiller père et fils.

39 . Intérêts de navires de Bertrand de Cœuvres fils, navire L’Union, armé par A. Delaville et Barthélémy.

40 . Les dernières rentrées d’argent signalées sont du 10-5-1797 et du 19 fructidor an III (septembre 1795) ; navire Le Saturne (n° 26) ; du 16 messidor an IV (juin 1796) pour le Bailli de Suffren (n° 32).

41 . « Intérêts de navires de M. Bertrand de Cœuvre fils constatés par le Grand-Livre seulement et dont les dossiers ne se trouvent pas ».

42 . « Intérêts de navires de M. Bertrand de Cœuvres fils ».

43 . Sur 3 d’entre elles, il reste « de fortes sommes à récupérer ». On peut douter qu’elles l’aient jamais été.

44 . Navire Saint-Hilaire : n° 14.

45 . Le pourcentage qu’elles représentent par rapport aux bénéfices est déjà moins négligeable. D’ailleurs l’addition de ces rentrées tardives finit par former des sommes respectables.

46 . D. Rinchon, Les armements négriers..., op. cit., p. 67, lettre du 31-5-1778 de François de Guer à Delmas et Jogues (Saint-Domingue) : « je sais cependant que M. Allart à qui vous aviez fait une queue pour 125 000 livres dont 86 000 livres payables pour moitié à 18 et 24 mois..., etc. ».

47 . Le registre d’intérêts de navire de Bertrand de Cœuvres présente plusieurs particularités rendant son exploitation difficile. Les divers voyages inscrits sous un même nom sont comptabilisés en bloc, sans distinction de voyages isolés. Or il n’est pas toujours sûr qu’il s’agisse bien du même navire; avec le recul du temps, il était impossible aux comptables de contrôler l’exactitude de ce renseignement. Cela d’autant plus que cette distinction ne changeait rien au fond des affaires. D’où la quasi-impossibilité de comparer nombre des rubriques aux données fournies par le fonds Chaurand où les voyages sont soigneusement distingués, même s’ils ont été faits par le même navire.

48 . Les dates de départ et de retour fourmes par le registre Bertrand ne coïncident pas avec celles fournies par le contrôle des classes. Elles ne portent heureusement que sur des différences minimes. Les confusions du nom des capitaines sont assez fréquentes. Le registre Bertrand donne ainsi le nom de Beaumont pour le capitaine du Saint-Hilaire, alors que son nom véritable est de Baumann (origine irlandaise).

49 . Parce que investissements et retours se superposent par suite de l’étalement de 6 voyages sur 10 ans.

50 . D. Rinchon, Les armements négriers..., op. cit., p. 98.

51 . Remarquons que pour être tout à fait précis, il faudrait connaître le moment exact où l’argent est fourni. Avant le départ, il s’écoule plusieurs mois où l’argent est improductif.

52 . Il nous semble plus prudent de nous fier aux registres des classes, l’armateur étant responsable des gages de l’équipage devant l’Amirauté.

53 . La mortalité de l’équipage est de 12 hommes sur 60 (20 %), celle des Noirs de 50 hommes sur 691 (7 %).

54 . Dossier n° 4.

55 . Dossier n° 12.

56 . 66 376 livres de « mise-hors » pour 1/16 de part de navire, contre 94 423 livres de répartitions.

57 . Rentrées de l’année 1781 : 1 042 livras.

58 . D. Rinchon, Les armements négriers..., op. cit., comparaison des tableaux p. 111 (droiture) et p. 127 (négriers).

59 . Rappelons qu’en cas de perte totale, il y a cependant toujours des « rentrées », puisque les assurances couvrent une partie de ces pertes.

60 . G. Debien, « Plantations et esclaves à Saint-Domingue, Sucrerie Cottineau », Notes d’histoire coloniale, n° 66, Dakar, 1962, p. 23-31.

61 . Cargaison-type des Chaurand : D. Rinchon, Les armements maritimes..., op. cit., p. 97-98.

62 . Cf. les divers ouvrages de G. Martin et de D. Rinchon.

63 . D. Rinchon, Pierre-Ignace-Liévin Van Alstein., op. cit., p. 253.

64 . D. Rinchon, Les armements négriers..., op. cit., p. 110.

65 . Soit à l’époque un navire de 160 à 200 tx.

66 . A.D. L.-Atl. : C 740. L’armement se décompose comme suit : prix du navire : 50 000 livres ; radoub, vivres et avances à l’équipage : 48 500 livres; c cargaison bien complète » : 141 500 livres. Sur cette « mise-hors » de 240 000 livres, 30 250 livres sont dépensées à l’étranger.

67 . D. Rinchon, Le trafic négrier..., op. cit., p. 78-80. Archives de la Chambre de commerce de La Rochelle, carton XV, 6, du même auteur : Pierre... Van Alstein, op. cit., p. 299-300. Supplément du mémoire des négociants de La Rochelle au sujet des passeports accordés aux étrangers pour l’introduction des Noirs... dans les colonies françaises.

68 . Dont 50 000 livres pour la valeur du navire, 4 482 livres d’avances à 50 hommes d’équipage, 44 017 livres pour l’armement proprement dit et 144 000 livres pour la cargaison. Sur cette somme, les marchandises provenant de l’étranger coûtent 51 327 livres.

69 . A.D. L.-Atl. : 3 J 191, 20-5-1827.

70 . L’auteur n’a d’ailleurs pas jugé utile de rectifier ses propres contradictions. D’après lui, le port de Nantes aurait armé en 1816 un négrier; en 1817, 7; en 1818,9; en 1819, 21 ; en 1820, 10; en 1821, 21; en 1822, 6; en 1823, 15; en 1824, 37; en 1825, 40 (jusqu’au 30 août); soit au total 166 navires. Même en tenant compte du reste de l’année 1825 et de la totalité des années 1826 et 1827, on reste loin des 300 négriers annoncés un peu plus loin... à moins d’admettre que les deux années 1826-1827 aient été caractérisées par un dernier et brutal soubresaut de la traite. Malheureusement les registres de l’Inscription Maritime sont d’un faible secours. En effet, ils ne permettent pas d’opérer un contrôle valable, la destination officielle du navire masquant presque toujours le but réel du voyage.

71 . Les assurances ne sont pas comprises dans ces chiffres, « attendu qu’en général elles sont commises à Nantes même ».

72 . L’un des éléments essentiels de ce commerce : l’échange des Noirs contre des marchandises est escamoté. Le document reconnaît d’ailleurs le caractère clandestin du commerce : « le négoce de Nantes a eu de fréquents rapports non avoués avec l’île de Cuba et quelques autres colonies ».

73 . A.D. L.-Atl. : C 741, 2e mémoire de la Ferme Générale.

74 . A.M. Nantes : HH 226, etc.

75 . Exactement 2 112 393 livres. Ce n’est pas un document fiscal, mais un « document de doléances » : on peut donc a priori supposer que les chiffres ont été plutôt majorés que sous-estimés.

76 . En gros, on peut donc dire que la valeur des navires sur le chemin de retour est triple de celle des vaisseaux allant dans le sens est-ouest; alors qu’un négrier de « retour » vaut le double de la valeur qu’il avait entre l’Europe et l’Afrique, mais seulement la moitié de celle qu’il avait entre l’Afrique et l’Amérique.

77 . D. Rinchon, Pierre-Ignace-Lievin Van Alstein, op. cit., tableau p. 200 (et non de 421 070 livres relevées par Van Alstein, ibid., p. 197).

78 . Ibid., tableau hors-texte, p. 282.

79 . Ibid., p. 316.

80 . A.D. L.-Atl. : C 740, Commerce de Guinée, mémoire du 3-10-1772.

81 . A.D. L.-At. : B 4850.

82 . La « mise-hors » se répartit comme suit : armement et radoub : 73 115 livres (dont 36 000 livres pour le navire); avitaillement : 23 605 livres; avances à l’équipage : 4 496 livres; frais divers : 1 660 livres; cargaison : 115 517 livres = 218 445 livres, plus la commission de 1 % : 2 184 livres; total = 220 630 livres.

83 . Soit 19 600 livres pour le transport des passagers et 695 livres pour celui du fret.

84 . Ce qui est une affirmation osée. Les rabais semblent d’ordinaire d’autant plus réduits, que les gérants touchent une commission tant sur les achats que sur les ventes...

85 . « Et cela est dans l’ordre établi dans le Commerce, puisqu’il n’est pas juste qu’ils profitent, au-delà du terme prescrit, des fonds de leur vendeur. »

86 . Le document se poursuit en décrivant de façon pittoresque les ruses des « habitants » faisant aménager des cachettes dans les champs de canne à sucre pour échapper aux descentes judiciaires; les esclaves font alors le guet! Parmi la multitude de documents accusant les planteurs de mauvaise foi, relevons le suivant, écrit en 1800 : « pour la traite des noirs... ce genre de commerce a encore plus souffert que les autres de la révolution de Saint-Domingue parce que les ventes s’y faisaient à longs termes, que les obligations y étaient toujours arriérées et que les négociants de France y ont de très gros capitaux investis » (A.D. L.-Atl. : 6 JJ 30-31, Chambre de Commerce, Z9).

87 . Sur ces droits, voir G. Martin, L'ère des négriers..., op. cit., p. 320-327.

88 . A.D. L.-Atl. : C 741, mémoire du négoce nantais contre la Ferme Générale : « l’armateur force par préférence ses retours en sucre terré comme plus avantageux; faute de sucre terré, il achètera du sucre brut qui lui donne un bénéfice honnête; mais jamais il ne fera ses retours en café, coton ou indigo, parce que ces denrées, ou sont exemptes de droits, ou en payent de si modiques, que l’exemption du demi-droit se réduirait à très peu de choses. MM. les fermiers généraux... en ont chez eux la preuve... (toutes) les déclarations de chargements faits dans les Colonies en acquit de Guinée... sont faits en sucres terrés ou bruts... les cafés, cotons et indigos sont chargés en retour des autres marchandises importées dans les colonies. »

89 . La préférence accordée aux « petits » bâtiments s’explique de la manière suivante : « l’expérience a démontré que les trop grands navires expédiés pour la côte d’Afrique perdaient comparativement plus de noirs que ceux qui étaient d’un moindre port ». La raison en est très simple : plus le navire est important, plus la traite sur la côte d’Afrique se prolonge au plus grand dam des premiers esclaves traités (effet du scorbut et de l’impossibilité d’arrêter une contagion).

90 . Ajoutons qu’un dernier élément d’endettement intervient. Mais il ne peut être comptabilisé dans le poste commerce maritime. Les négociants ont pris l’habitude d’avancer de l’argent aux propriétaires de plantations résidant en France, avances souvent... définitives. Chaurand écrit en 1788 : « Quel avantage qu’on retire par la commission de leurs denrées, en est-on jamais dédommagé par les sacrifices qu’il faut faire pour se procurer les fonds dont ils ont besoin? », cité in D. Rinchon, Les armements négriers..., op. cit., p. 104.

91 . D. Rinchon, Les armements négriers..., op. cit., p. 29-76.

92 . Ibid., p. 74.

93 . Ibid., p. 81 et p. 112.

94 . Le coût moyen de l’armement en droiture revient donc à 97 218 livres; le « retour » individuel à 159 194 livres, le bénéfice d’un voyage à 61 976 livres. Mais seule l’étude détaillée de l’énorme comptabilité peut un jour permettre d’établir la durée réelle de l’étalement de ces rentrées.

95 . D. Rinchon, les armements négriers..., op. cit., p. 98, chiffre les investissements à 133 871 livres. Mais ce chiffre ne s’applique qu’à la seule cargaison et on ne peut en déduire le montant réel du bénéfice, puisqu’il ne tient compte en ce cas ni de la valeur de la « mise-hors » ni des autres frais.

96 . Ibid., p. 97-98.

97 . Résultats obtenus par l’addition de tous les résultats connus ; les investissements de la maison sont en réalité plus élevés, puisqu’il nous manque les données concernant deux navires.

98 . D. Rinchon, Les armements négriers..., op. cit., p. 128.

99 . La Jeanne-Therese, du port de 250 tx, quitte la rivière de Nantes le 8-12-1783, traite 231 Noirs, et rentre à Nantes le 20-4-1785. Les répartitions s’échelonnent de la manière suivante: 117 480 livres le 1-9-1785, 4 versements en 1786 d’un montant de 86 300 livres; aucune rentrée en 1787; 12 915 livres en 1788 ; 2 versements de 9 270 livres en 1789 et le dernier du 30-10-1791 d’un montant de 2 515 livres (D. Rinchon, Les armements négriers..., op. cit., p. 124).

100 . 10 morts sur 32 hommes d’équipage.

101 . D. Rinchon, Les armements négriers..., op. cit., p. 110.

102 . Ibid., p. 110 et p. 102 : « ne croyez donc pas que le commerce des nègres soit aussi favorable qu’il le parait d’après le montant des ventes (des Noirs)... les rentrées sont bien lentes... celui qui voudrait nous rendre notre capital et se mettre en notre lieu et place nous rendrait bien contents ».

103 . Bilan incomplet : il manque au moins 2 voyages en droiture et tout le commerce de cabotage avec Marseille.

104 . Ci-dessus, p. 193.

105 . A.D. L.-Atl., Registres des classes, 1783.

106 . Nombre de dossiers de navires contiennent, en réalité, les comptes de plusieurs voyages effectués par un vaisseau du même nom.

107 . Mais les Bouteiller sont eux aussi de chauds révolutionnaires...

108 . Les répartitions se chiffrent à 40 977 livres, et il n’y « a plus rien à espérer ».

109 . Les dossiers groupant plusieurs voyages du même navire, nous n’avons pas détaillé les destinations.

110 . D. Rinchon, Les armements négriers..., op. cit., p. 36.

111 . A.D. L.-Atl. : I JJ 27. La situation est tout à fait comparable à celle du début du xviiie siècle (M. Launay, La guerre de course à Nantes pendant la guerre de la succession d’Espagne, D.E.S., Faculté des Lettres de Rennes, 1962, p. 42, rapportant un document des A.D. L.-Atl. : Marine 476). En dépit des lacunes du fonds Delaville-Deguer, de nombreux indices permettent de soupçonner l’existence de faits identiques. Ainsi la part de l’armateur dans la « mise-hors » du Saint-Jean-Baptiste (1771, négrier), est de 48,75 % (A.D. L.-Atl. : 8 J II); dans un armement en « droiture » du même navire (1772) elle est de 48 %. Par contre ce pourcentage tombe lors des armements négriers plus coûteux. En 1774, son capital n’est plus que de 26,50 % dans l’armement du négrier La Nymphe (84 858 livres sur 320 140) ; sa participation remonte à 37 % en 1775 (Saint-Jean-Baptiste, négrier, 99 500 livres sur un total de 262 599 livres). Au même moment, de Guer fournit les 7/8 des capitaux nécessaires à ses voyages en « droiture » (4e et 5e voyages du François, 26-9-1775 et 31-7-1776), etc.

112 . Achats effectué sur la place commerciale de Bordeaux.

113 . A.D. L.-Atl. : E, Familles, Supplément, Bouteiller.

114 . D. Rinchon, Les armements négriers..., op. cit., p. 102-104.

115 . Id., Ibid.

116 . Ibid., p. 103.

117 . G. Martin, L’ère des négriers..., op. cit., p. 367-399. Du même auteur : Histoire de l’esclavage dans les colonies françaises, op. cit., p. 151.

118 . D. Rinchon, Les armements négriers..., op. cit., p. 105, citant une lettre du 30-5-1790 : « croyez bien que nous sommes très forts de votre avis de porter les plus grands soins aux nègres, de les bien nourrir et les vêtir... Il vaut mieux... favoriser la population, c’est un objet essentiel qui ne réussit pas autant chez vous que nous souhaitons »

119 . A.D. L.-Atl. : Q 418 : « Honoré Chaurand..., négociant ci-devant noble ». Sur les troubles coloniaux : G. Martin, Histoire de l’esclavage..., op. cit., p. 192-235. Les liaisons noblesse de cour-négociants sont en fait bien plus anciennes, et souvent plus intimes qu’on ne le soupçonne. Ainsi Julie Angélique de Luynes est baptisée le 27-6-1752 à Saint-Nicolas de Nantes « ayant comme parrain haut et puissant Seigneur... messire Jean... de Talleyrand-Périgord, vicomte de Talleyrand... oncle de l’enfant au maternel » (Mère : Françoise Geneviève Catherine Merger). Faut-il être surpris si l’un des navires de la flottille de Luynes porte le nom de Comte de Talleyrand-Perigord ?

120 . Parmi les autres acquisitions foncières de Guillaume Bouteiller, le factum imprimé déjà évoqué énumère l’achat le 8-5-1781 d’une maison à Nantes, située sur le Port-aux-Vins, vendue par les Danguy, et le 5-7-1784 l’acquêt d’une maison de campagne : La Houssinière.

121 . En 1772, les juges-consuls de Nantes remarquent à propos des retards de paiements des planteurs : « encore gagnent-ils les intérêts d’une année quand ils ne payent qu’au bout du terme, ce qui est très rare ; mais s’ils font attendre leurs créanciers pendant 3 ans, ce qui est beaucoup plus commun, il faut diminuer... à raison de 6 % par an, taux du commerce ».

122 . A.D. L.-Atl. : 8 J II. Mêmes remarques pour le Saint-François (18-9-1772): armement = 49 206 livres, dont prix du navire 36 920 livres (navire neuf) ; voyage du 7-8-1773 : armement = 9 386 livres.

123 . A.D. L.-Atl. : I JJ 26. Le Saint-Honoré, du port de 500 tx, lancé le 14-10-1768 et parti dès le 29-12-1768 à destination de Saint-Domingue, coûte à la construction 60 265 livres + 50 010 livres d’armement au sens étroit du terme. Lors de son affrètement au roi le 6-10-1782 la valeur de la coque n’entre pas dans les calculs de « mise-hors ».

124 . « Lettre d’un fils de négociant Orléanais (1766) », Fureteur Breton, 1922, p. 103 : « le cabottage... au profit toujours borné ».

125 . A.D. L.-Atl. : 8 J 10.

126 . L. Dermigny, La Chine et l’Occident, le commerce à Canton..., op. cit., t. II, p. 563-593.

127 . Ajoutons la participation aux sociétés d’assurances maritimes, le prêt « bancaire », etc.

128 . D. Rinchon, Les armements négriers..., op. cit., p. 90.

129 . A.D. L.-Atl. : 8 J 2, lettre du 6-10-1765.

130 . Lettre de de Guer du 6-10-1765 : « Les navires ont mis tellement d’abondance à Saint-Domingue que les denrées d’Europe sont sans nulle demande et à très bas prix » (A.D. L.-Atl. : 8 JJ 3), ou encore : « Je ne sais quels retours demander... nous regorgeons de sucre brut, ce retour est d’ailleurs toujours ruineux par le déchet immense qu’il donne. Je préfère les sucres terrés... mais il faut avoir attention au poids de la livraison » (ibid., lettre du 21-6-1772) ; en 1776 il écrit : « surtout point de café... cette graine est si abondante en Europe qu’on sera bientôt dans le cas de vendre le café au boisseau » (D. Rinchon, Les armements négriers..., op. cit., p. 64). Mais en 1785, Chaurand est satisfait « du haut prix du café... (qui) soutient celui des noirs, parce qu’un habitant pouvant dans l’année recueillir de quoi payer la moitié de ce que lui coûte son noir... n’hésite pas à l’acheter ».

131 . D. Rinchon, Les armements négriers..., op. cit., p. 57 : « il arrive souvent qu’il y a de l’avantage à expédier des articles de chez vous qui y sont sans demande ».

132 . D. Rinchon, Les armements négriers..., op. cit., p. 58.

133 . Ibid., p. 60.

134 . Ibid., p. 65. Mais il craint que « le grand nombre de navires nuise à l’entreprise ».

135 . Ibid., p. 82 : « la traite est la seule branche de commerce qui présente des perspectives de bénéfice » : or tout le bilan des Chaurand contredit cette assertion.

136 . Ibid., p. 97.

137 . Ibid., p. 101.

138 . Ibid., p. 102.

139 . Ibid., p. 110.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540