Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’armement nantais dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle

 | 
Jean Meyer

Chapitre V. Importance de l’armement nantais et volume des fortunes des négociants : essai de comparaison

Texte intégral

  • 1 . Le Lycée Armoricain, 1825, volume 6, p. 21-22 (notice nécrologique).
  • 2 . A.D. L.-Atl. : C 849, « Réponse d’un gentilhomme breton à un commerçant de Nantes », pamphlet imp (...)

« Monsieur Bouteiller est reconnu pour être le plus modeste et le plus riche des négociants de Nantes avant la Révolution »1. « Monsieur Bouteiller paie en capitation et casernement 1 200 livres, plus en industrie 140 livres..., sa fortune s’élève, dit-on, à 6 millions de livres ; mettons 4 millions, parce qu’il est question d’impôts, et non de mariage »2.

1L’estimation du volume du capital nantais investi dans l’armement maritime (Huet). — Les difficultés d’une comparaison : montant des investissements maritimes, importance des fortunes.

2La statistique fiscale de Gérard Mellier (1725-1726) : critiques et recoupements divers. — Le négoce nantais vers 1725 : hiérarchie des fortunes, groupements familiaux, négociants d’origine étrangère.

3L’armement nantais des années 1727-1728. — La « mise-hors » des navires pendant la première moitié du xviiie siècle.

4Rapport entre la statistique fiscale de 1725-1726 et l’armement maritime de 1727/1728.

5L’absence de statistiques fiscales en 1789-1790. — Les sources secondaires : listes de négociants, rôles de capitation, pamphlets de 1788-1789, sources diverses.

6Une tentative de calcul : réserves et conclusions. — L’enrichissement de la classe des négociants au cours du xviiie siècle.

7Quelques exemples : les familles Bertrand, Chaurand, Bouteiller, Delaville et Deguer ; évolution et comparaisons.

8Récapitulons : des chiffres d’armement précis, donc des statistiques très proches de la vérité, grâce au Contrôle des Actes ; un certain nombre de contrats de société, mais peu révélateurs, de portée limitée et d’esprit familial ; une comptabilité efficace, mais qui n’est ni générale, ni toujours bien assimilée, dont il n’existe que des exemples isolés dont il faut vérifier la crédibilité ; une série de calculs de « mise-hors » complexes et difficilement comparables. Peut-on, à partir de bases si inégales, tenter d’établir une évaluation des capitaux nécessaires au financement de l’armement nantais et calculer leur rentabilité ?

  • 3 . Huet, Recherches économiques..., op. cit., p. 213-215.
  • 4 . On ne tient pas compte ici des capitaux nécessaires pour alimenter les contrats de grosse, etc.

9La tentation de le faire est ancienne, puisque Huet, a essayé de chiffrer le montant des investissements nantais de l’année 17903 Les 96 envois « en droiture » qu’il énumère auraient, selon lui, coûté 10 506 000 livres, à raison de 110 000 livres la « mise-hors » individuelle. Quant aux 30 expéditions de traite, elles auraient nécessité une somme totale de 9 millions de livres (soit 300 000 livres l’unité). Il ne donne par malheur aucune indication sur les capitaux exigés par les autres courants commerciaux : grand et petit cabotages, pêche à Terre-Neuve, commerce de l’Océan Indien et de la Chine. Extrapolons à partir de quelques indications dont nous disposons. Le capital nantais engagé dans les deux commerces de base représenterait une masse totale de 19 560 000 livres. Si l’on estime, très grossièrement, le capital investi dans les trafics secondaires à environ 4 à 5 millions de livres, l’armement nantais de l’année 1790 aurait atteint ou dépassé, les 25 millions de livres4.

10Que valent ces chiffres et, dans la mesure où ils sont vraisemblables, peut-on les comparer à l’estimation de la totalité des fortunes des négociants nantais de l’époque ? La tentative est audacieuse et ne peut aboutir à un succès complet.

  • 5 . Nous faisons abstraction des investissements immobiliers effectués en liaison avec le commerce ma (...)

11A supposer d’abord que l’on puisse calculer le montant des capitaux indispensables à l’armement annuel dans un port donné, ce chiffre n’a en réalité qu’une portée restreinte. La majeure partie des investissements effectués au courant d’une année ne rapporte pas, dans l’immédiat, hormis sans doute le petit et une partie du grand cabotage. Comme on le verra, il n’est nullement exagéré d’admettre que l’amortissement des capitaux s’étale sur au moins deux années. Encore cette estimation est-elle beaucoup trop faible. Le capital de roulement nécessaire à un grand port est donc au moins le double du prix de l’armement annuel, soit une soixantaine de mimons, à en croire Huet5.

12Disposant, à la fois, du chiffre des navires armés à Nantes, et d’un nombre suffisant d’estimations de « mise-hors », il paraît possible de vérifier les tableaux de Huet. Mais peut-on estimer la valeur des fortunes du négoce nantais? La comparaison entre ces deux éléments nous semble indispensable : elle porte en elle la révélation de l’importance de l’apport des capitaux extérieurs indispensables à la bonne marche du trafic.

13Poser ces problèmes est, d’emblée, en souligner l’exceptionnelle difficulté. Aussi bien ne peut-il être ici question que de rechercher et de préciser quelques méthodes. Les résultats resteront approximatifs, toujours susceptibles de rectifications ultérieures. Il faudra se contenter d’ordres de grandeur vraisemblables.

14Et d’abord, ce rapprochement est-il justifié à la date de 1789/90 ? Si légitime que soit la tentation de dresser un bilan de l’activité économique d’une ville maritime à la fin de l’Ancien Régime, les patrimoines bourgeois sont trop disparates pour ne pas susciter des réserves à propos de la validité des résultats qu’on peut espérer en tirer. Trop d’éléments des fortunes sont immobiliers : terres, offices, maisons des villes, seigneuries des campagnes, magasins, établissements industriels, « habitations » coloniales. D’autres « effets » ne sont guère mobilisables, au moins d’une manière rapide : participations à des entreprises « industrielles » terrestres, sociétés d’assurances, papiers de valeur douteuse, contrats de constitution non franchissables à volonté, etc. Et d’aileurs, sur quels critères peut-on s’appuyer pour dresser une liste de négociants ?

15Tous ces obstacles surmontés, — et il en est d’autres — la simple comparaison investissements maritimes-fortunes ne peut suffire. Elle ne prend sa pleine signification que s’il est possible de renouveler l’opération pour le début du siècle. Il faudrait donc pouvoir établir les variations du coût de l’armement maritime, en fonction de la hausse des prix et des transformations techniques navales et commerciales. Parallèlement s’impose la tâche d’établir aux dates correspondantes une coupe statique à travers le monde de ces « messieurs » du commerce.

16L’énumération de ces conditions tendrait à démontrer l’impossibilité de ce travail. Les documents fiscaux habituels (capitation et dixième-vingtième) permettent sans doute de dresser le tableau des hiérarchies internes d’un milieu social. Mais il serait aberrant de vouloir en déduire une estimation des fortunes. La majeure partie des négociants ne fréquente pas les études notariales ; les papiers de juridiction sont conservés d’une manière trop fragmentaire pour offrir une quantité suffisante d’inventaires après décès (si ceux-ci sont complets...). Le rythme auquel frappe la mort, dans un milieu relativement favorisé, est trop inégal pour que les renseignements obtenus ne se dispersent pas sur un grand nombre d’années. De plus, il n’existe à ce jour que fort peu de précisions sur le montant des investissements maritimes de la première moitié du xviiie siècle. Seuls les chiffres d’armement sont faciles à obtenir.

  • 6 . A.M. Nantes : CC 484.
  • 7 . G. Martin, Nantes au xviiiesiècle ; l’administration de Gérard Mellier (1709-1720-1729), Nantes e (...)

17Cependant l’existence d’un document singulier nous incite à tenter l’essai. Les archives municipales de la ville de Nantes conservent, en effet, une évaluation des fortunes des négociants : 230 négociants ont dû payer en 1726 le « droit de joyeux avènement » imposé par un contrôleur général des finances aux abois6. Aussitôt une objection se présente : quelle valeur doit-on accorder à pareille liste fiscale ? Le scepticisme semble de mise. Objection facile, qui a trop souvent dispensé de leur étude. On ne peut purement et simplement rejeter pareille aubaine, d’autant que son rédacteur est Gérard Mellier7. L’autorité de l’homme est indéniable. Intimement lié à tous les milieux d’affaires dont il est le porte-parole, confident des intendants, admirablement informé, jouissant d’une estime unanime, cependant mitigée depuis 1719 de quelque crainte, il était bien le seul à qui l’autorité centrale pouvait confier tâche aussi délicate. Or il ne se contente pas d’établir une quelconque hiérarchie, il précise la valeur de la fortune de tout un chacun. Il faut donc vérifier ses dires.

  • 8 . A.D. L-Atl. : II C 2673 ; 20-2-1730.
  • 9 . Seigneurie située à proximité de Nantes, sur le terroir de la paroisse de Chantenay.
  • 10 . A.D. L.-Atl. : II C 2658 ; 25-10-1727.
  • 11 . A.D. L.-Atl. : II C 2672.
  • 12 . A.D. L.-Atl. : E II, Not.347, Boufflet, 24-2-1726. « Escuyer » François Piou se marie avec Marie (...)

18De toute évidence, si fraude il y a, elle n’a pu que jouer dans le sens de la baisse. Nos chiffres représentent donc une estimation minima. Les données notariales permettent d’ailleurs de faire quelques contrôles. G. Mellier estime ainsi la fortune du négociant Pierre Bernier à 150 000 livres. L’inventaire du 20 février 1730 donne un chiffre de 142 131 livres8. Le maire de Nantes évalue la richesse de la famille Jean Michel, s. de Grillaud9 à 300 000 livres ; l’inventaire — incomplet — du 25 octobre 1727 chiffre sa seule fortune mobilière à 106 574 livres10 : l’estimation de G. Mellier reste donc dans les limites du vraisemblable. Les héritiers Le Coq sont catalogués parmi les négociants possédant 20 000 livres ; l’inventaire après décès avoue une somme totale de 36 080 livres11. L’identité des chiffres est presque totale pour les Piou : 80 000 livres selon G. Mellier ; 88 273 livres avouées dans le contrat de mariage12.

19Sans vouloir accorder à ces recoupements une valeur absolue, ils révèlent cependant une sûreté d’information suffisante. Il faut sans doute majorer sensiblement tous ces chiffres, car la fraude joue aussi au détriment de la crédibilité des documents notariaux. Mais il nous semble que, dans le pire des cas, l’erreur n’excède pas 20 à 30 % du chiffre cité. Il n’existe malheureusement aucun autre document fiscal permettant de préciser les modes de calcul utilisés par G. Mellier. S’agit-il de simples estimations avancées sans autres preuves ? Il est singulier en tout cas que l’expérience d’inquisition fiscale tentée vers 1725-1726 n’ait suscité aucune protestation de la part des intéressés.

  • 13 . Tableau en appendice p. 257.-261.

20Quoi qu’il en soit, il est donc possible d’établir, pour le milieu de la décennie 1721-1730, décisive pour l’évolution du port de Nantes, une liste de 230 négociants disposant d’une fortune totale de 18 842 000 livres13. Une seule famille, celle des Montaudoin, atteint 600 000 livres. 24 négociants dépassent le chiffre remarquable de 200 000 livres, capitalisant ensemble 6 650 000 livres (dont un million de livres possédées par trois négociants d’origine étrangère). 10 % des négociants accaparent 30 % du total des richesses. La concentration financière est donc, dès ce moment, poussée très loin.

  • 14 . Les pourcentages ont été arrondis à l’unité la plus proche.

21Le groupe des familles disposant de plus de 100 000 livres (et moins de 200 000 livres) est plus compact : 39 patrimoines sont censés valoir environ 4 500 000 livres (pourcentages respectifs : 17 % et 24 %), alors que 86 groupes familiaux — dont 10 d’origine étrangère — se partagent les 5 440 000 livres (dont 560 000 livres pour les « étrangers ») des biens dont la valeur oscille entre 50 000 et 100 000 livres (pourcentages respectifs : 37 % et 29 %)14.

22Ainsi une oligarchie assez étroite de 63 négociants, appartenant à 56 familles, domine le commerce nantais avec plus de 11 millions de livres (28 % des négociants et 59 % des fortunes).

  • 15 . René Montaudoin : 600 000 livres ; Jacques Montaudoin, s. de la Robertière : 300 000 livres ; Tho (...)
  • 16 . Héritiers Pierre Michel Grillaud : 300 000 livres ; Jean Michel de Grillaud : 300 000livres.
  • 17 . Thomas MacNemara : 350 000 livres ; héritiers Daniel MacNemara : 250 000 livres.

23Ces pourcentages ne tiennent pas compte des relations inter-familiales, qui peuvent être fort étroites. Gérard Mellier a, en effet, établi sa statistique sur la base de la famille au sens restreint du terme. Si l’on pouvait préciser toutes ces relations, la concentration financière apparaîtrait encore plus remarquable. Le groupe Montaudoin resterait sans doute en tête de liste, mais passerait de 600 000 livres à 1 100 000 livres15, suivi par le clan Michel totalisant 600 000 livres16 et MacNemara (600 000 livres)17. Trois familles, et près du dixième de la richesse nantaise !

  • 18 . Bécard a investi dans 20 expéditions de Chine près de 2 660 000 livres (A.D. L.-Atl. : B 107) ; q (...)
  • 19 . A.D. I.-et-V. : 2 Eh 20, contrat de mariage d’octobre 1696, etc. A. Germond, Les parlementaires b (...)
  • 20 . A.D. L.-Atl. : E II, Not. 345, Bourfflet ; contrats du 23-4-1722 et du 3-2-1722.

24Nous sommes cependant loin des sommes exorbitantes dont pouvaient disposer certaines familles malouines à la fin de la guerre de la Succession d’Espagne. Il n’existe personne à Nantes qui puisse rivaliser entre 1710-1730 avec les Magon ou les Danycan de l’Épine. La structure sociale des deux cités paraît avoir été bien différente et, même en fin de siècle, il est peu probable que les 30 millions de livres que la rumeur publique attribue — non sans quelque exagération — aux deux grands négociants nantais Bouteiller et Drouin puissent être supérieures aux immenses fortunes des Beaugard ou des Bécard18. Il n’y a jamais eu à Nantes de dots de 800 000 livres — dots à vrai dire sans autre exemple — comme pouvait s’en permettre la munificence d’un Danycan de l’Épine19. Même les Montaudoin n’ont pas dépassé le chiffre, déjà fort respectable, de 200 000 livres20.

25En même temps qu’elle éclaire la puissance de certaines familles, la statistique fiscale de G. Mellier met en évidence l’importance réelle de l’apport des négociants d’origine étrangère. Sur 230 négociants recensés, 30 seulement — 13 % du groupe — sont de descendance étrangère ; à deux ou trois exceptions près, ils sont, dès cette époque, naturalisés « régnicoles ». Ils sont plus riches que leurs confrères français : sur 18 842 000 livres, ils en détiennent 2 705 000 (un peu plus de 14 %). Ils comptent dans leurs rangs les concurrents immédiats des Montaudoin, des Sarrebourse d’Audeville. Sur 4 fortunes dépassant 350 000 livres, deux appartiennent à des non-régnicoles d’origine. La richesse du protestant hollandais non naturalisé Van Harzel est estimée par G. Mellier à 400 000 livres, celle de l’Irlandais catholique Thomas MacNemara à 350 000 livres. Dans le groupe de ceux qui possèdent plus de 200 000 livres, les « étrangers », ou descendants d’étrangers, sont 3 sur 24, avec un million de livres sur 6 650 000 livres.

  • 21 . A.M. Nantes : GG 649, lettre de G. Mellier à l’intendant Ferrand, 6-7-1715, et CC 484. Sur l’un d (...)

26La grande majorité de ces « non-régnicoles » restera à Nantes, comme le prouve la comparaison des almanachs locaux de la fin du xviiie siècle, avec la liste-type de G. Mellier. Quelques disparitions apparentes s’expliquent par l’extinction des familles, ou l’émigration d’une partie des Irlandais vers Paris. La seule fuite véritable est celle de Van Harzel. G. Mellier s’est beaucoup préoccupé de ce cas — trop sans doute. Dès le 6 juillet 1715, il évalue la fortune du Hollandais à 400 000 livres21. Comme il est protestant, on tente de le convertir, ce qui le détermine... à refuser les lettres de naturalité. En dépit de la surveillance exercée sur lui, il disparaît de Nantes vers 1730, rapatriant, semble-t-il, la totalité de sa fortune.

27Nantes a donc incontestablement profité d’un apport initial de capitaux étrangers considérable. Mais ceux-ci ne jouent plus vers 1725 qu’un rôle secondaire : 15 % du capital seulement ! Or toutes ces familles sont installées à Nantes depuis plusieurs décennies : on ne peut plus les considérer comme vraiment étrangères, mis à part les cas d’exception comme celui de Van Harzel.

28Les contemporains ont donc surestimé l’efficacité des négociants étrangers. Cette attitude s’explique mal. Sans doute faut-il y voir l’effet de la xénophobie dont sont imprégnées toutes les sociétés de l’Ancien Régime. Elle est sécrétée par les rivalités commerciales, les réussites spectaculaires des Van Harzel ou des Mac Nemara ; elle est parfois attisée par les différences d’opinion religieuse. Les récriminations anti-hollandaises sont cependant devenues des poncifs de la littérature de combat commerciale depuis Colbert. On ne peut plus vers 1725 les prendre au pied de la lettre.

  • 22 . A.D. L.-Atl. : C 849.
  • 23 . A.D. L.-Atl. : C 677.
  • 24 . Ces conclusions ne sont valables que pour le seul commerce maritime. La situation est différente (...)

29Les préjugés restent toutefois plus forts que les réalités. On est facilement qualifié d’étranger dans la Bretagne du xviiie siècle. C’est un argument de polémique politique efficace. En 1789, il suffit que les descendants de ces familles d’origine étrangère jouent un rôle déterminant dans la formation du parti « patriote », comme les O’Riordan ou les Deurbroucq, pour que la noblesse nantaise réagisse très vivement. Parlant de la pétition Cottin, l’auteur anonyme, de la Réponse d’un gentilhomme breton à un commerçant de Nantes s’exprime en ces termes : « La pétition est en outre séditieuse, car quel est le droit légal de M. Cottin et de 180 particuliers, dont 20 sont étranger au royaume et les deux-tiers du reste extra-provinciaires »22. Affirmations péremptoires, en grande partie inexactes. Peut-on considérer les Deurbroucq, installés depuis près d’un demi-siècle, naturalisés en bonne et due forme, ou les O’Riordan, comme des étrangers ? L’animosité de la noblesse bretonne s’éclaire encore mieux si l’on considère la statistique maritime de 177423. Sur 77 armateurs cités, 12 seulement sont d’ascendance étrangère ; ils détiennent 22 % du tonnage nantais. Par rapport au relevé de G. Mellier leur position sociale s’est améliorée ; ils comptent parmi les plus gros armateurs et se placent, de ce fait, au premier rang de la société (alors que les hommes d’affaires non armateurs sont beaucoup moins visibles). Inversement, il est en 1774 peu de petits armateurs étrangers : 7 sur 54 négociants arment un seul navire, soit 880 tx de jauge sur un total de 6 120. L’évolution semble donc avoir été double : ralentissement de l’arrivée des petits armateurs étrangers, position sociale renforcée des descendants des familles déjà établies24. D’où les envies, les colères et les haines.

  • 25 . Les armements du mois de décembre 1728 se réduisent à 2 navires (A.D. L.-Atl. : Marine 343).
  • 26 . Il ne convient pas d’attacher une importance quelconque au détail des destinations des îles. Beau (...)

30Opposons maintenant ce bilan social (230 négociants et 20 millions de livres) à l’activité d’armement maritime de la même époque. Il faut recourir à une date légèrement postérieure à celle du « don de joyeux avènement ». Les registres des classes comportent, en effet, une lacune importante entre 1725 et 1727. L’inconvénient qui en résulte est minime, puisque nous disposons des chiffres de navires armés entre le 24 novembre 1727 et le 30 novembre 172825. Au cours de cette année 108 vaisseaux ont quitté le port de Nantes : 11 pour « traiter » des Noirs ; 74 pour les « isles » (dont 37 pour la Martinique, 5 pour la Guadeloupe et 38 pour Saint-Domingue)26, un pour Cayenne, 14 pour la pêche à la morue (Cap-Breton et Louisbourg) contre 9 navires de « grand cabotage » (5 pour Cadix, 2 pour Lisbonne, et, respectivement, un pour Livourne et Amsterdam).

  • 27 . Soit un navire de 300 tx armé pour la Martinique, deux respectivement de 240 et de 150 tx pour Ca (...)
  • 28 . Deux navires de 70 tx chacun pour la pêche à la morue et un de 50 tx pour Saint-Domingue.
  • 29 . Un navire de 80 tx et un autre de 60 tx pour Cadix.
  • 30 . Un navire de 70 tx pour le Cap-Breton.
  • 31 . Un navire de 60 tx pour Saint-Domingue.
  • 32 . Un navire de 80 tx pour Saint-Domingue.
  • 33 . Un navire de 95 tx pour Saint-Domingue.
  • 34 . A.D.L.-Atl., Registres des classes.

31Les registres des classes des années 1727-1728, permettent d’emblée, d’apporter deux précisions intéressantes concernant le financement de ces armements. Sur les 108 expéditions recensées, 4 sont financées par des armateurs malouins27, 3 par des commerçants de Bourgneuf28, 2 par des Marseillais29 et, enfin, 4 par des marchands respectivement de Louisbourg30, de Pornic31, de Saint-Valéry de Normandie32 et du Cap-Français33 : soit un total de 13 (12 %) Dans la deuxième moitié du xviiie siècle les armements de ce genre ont tendance à se raréfier34.

  • 35 . Il y a avantage à avoir un équipage un peu plus nombreux pour une capacité de transport nettement (...)

32Examinons plus attentivement les tonnages de ces navires. Vers 1730, aucun d’eux ne dépasse 300 tx et il est encore fréquent de voir des barques de 50 à 100 tx faire la traversée de l’Atlantique pour aller à Saint-Domingue. En 1790, le nombre de navires armés atteignant ou dépassant les 300 tx, est presque égal à la totalité des armements nantais de 1727-1728. Le navire de droiture se situe alors couramment entre 400 et 600 tx. Cette hausse des tonnages détermine et oriente celle des prix... Prix de navire plus élevé, équipages plus nombreux35, donc avitaillement plus coûteux, frais de radoub et d’entretien accrus, possibilités de transport de cargaison notablement augmentées : tous les postes formant la « mise-hors » ont donc sensiblement monté de 1730 à 1790.

  • 36 . Sauf quelques rares exceptions fournies par les archives judiciaires, comme par exemple par le pr (...)

33Mais est-il possible de déterminer un prix moyen d’armement en fonction de ces différentes destinations pour les années 1727-1728 ? Oui, car l’entreprise s’avère moins impossible qu’il n’y paraît. Nous ne possédons certes aucun dossier de navire comparable à ceux de la deuxième moitié du siècle36. Mais les registres de faillite donnent cependant quelques indications à ce sujet. Les parts de navires font en effet partie de l’actif des faillis. Une liquidation en bonne forme les mentionne donc toujours sous une rubrique quelconque. Il suffit de connaître le pourcentage d’intéressement du failli pour reconstituer le montant brut de la « mise-hors ». L’indication est certes très fragmentaire. On ne connaît pas les modes de calcul de l’armateur et il est impossible de « ventiler » le chiffre global. L’hétérogénéité de cette documentation saute aux yeux. Les chiffres ne sont pas rigoureusement comparables. Ils le sont d’autant moins que, le nombre des faillites ne dépassant pas deux ou trois par année, il faut glaner les renseignements sur une période de temps assez longue pour obtenir une moyenne qui donne une image assez proche de la réalité. Ce faisant, on court le risque d’intégrer dans la série les effets de la hausse des prix (mais elle reste encore lente avant 1760) et de la course au tonnage (très nette après 1740 et surtout après 1749).

34Retenons cependant, à titre d’hypothèse, et sans nous obnubiler sur leur valeur, les approximations suivantes : 20 à 22 000 livres pour les armements morutiers, 120 à 150 000 livres pour les négriers, 20 à 80 000 livres pour les « droitures » (soit une moyenne de 55 000 livres environ).

35Nous voici en mesure de calculer le montant, très approximatif, des investissements annuels nécessités par l’armement nantais en 1727-1728 :1 500 000 livres pour les négriers, 4 millions de livres pour les campagnes « de droiture », 300 000 livres pour la pêche à la morue, 200 000 livres pour les autres armements. Soit un total d’environ 6 à 7 millions de livres par an. En rapprochant ces chiffres de ceux de Huet, on doit conclure que de 1727 à 1790 l’augmentation des tonnages combinée à la hausse des prix a fait plus que quadrupler le montant des dépenses annuelles indispensables. L’approximation est en soi discutable, les possibilités d’erreur importantes : elle donne du moins un ordre de grandeur plausible.

TONNAGE DES NAVIRES EN 1727 ET EN 1790

  • 37 . Il serait tentant de calculer la fortune réelle de l’ensemble des habitants de la ville. Malheure (...)

36En 1727-1728, le montant des sommes nécessaires pour armer environ 110 navires est dans le rapport de 1 à 3 en regard des quelque 20 millions de livres dont dispose le négoce nantais. Chiffre à première vue surprenant, parce qu’il supposerait une audace étonnante des négociants. Elle est encore beaucoup plus grande si l’on songe que la durée de roulement des capitaux dépasse deux ans. En réalité, toutes leurs fortunes réunies n’y suffiraient pas. Logiquement, l’appel à des capitaux non nantais paraît indispensable37.

  • 38 . Il y a donc une différence sensible entre les chiffres de Huet et ceux des registres des classes. (...)

37Un rapprochement semblable est-il possible pour l’année 1790 ? Le travail est nettement plus difficile que pour la décennie 1720-1730. Sans doute la multiplication des dossiers de navires donne-t-elle des précisions minutieuses qui rendent le contrôle des chiffres fournis par Huet très facile. En 1790, les registres des classes du port de Nantes signalent seulement 82 expéditions en « droiture » (Huet, qui ne donne point ses sources, les chiffre à 96), contre 42 envois en « traite » (Huet : 30). S’y ajoutent 4 navires de pêche, 28 bateaux réservés au grand cabotage et 36 au petit cabotage38. En conservant les estimations unitaires qu’il avance — et qui sont assez proches de la réalité — on aboutit à un total de 21 620 000 livres, sensiblement supérieur à celui de 19 560 000 livres. Estimons la valeur moyenne d’un navire de pêche à 22 000 livres (total : 88 000 livres) ; celle d’une expédition de grand cabotage à 40 000 livres (total : 1 120 000 livres) ; celle d’un navire de petit cabotage à 10 000 livres (total : 360 000 livres). L’armement nantais de l’année 1790 aurait donc nécessité une somme de 23 188 000 livres, — sans compter les navires qui auraient pu échapper au contrôle des classes.

38L’évaluation de la fortune des négociants nantais de 1790 est beaucoup plus hypothétique. Il n’existe évidemment aucun document fiscal comparable à celui de G. Mellier. L’opinion « publique », devenue en Bretagne plus encore que partout ailleurs une force avec laquelle il fallait compter, ne l’eût pas admis. Quant aux documents confidentiels, trop de fuites, lors de l’affaire d’Aiguillon-La Chalotais, avaient montré que ni le petit monde des subdélégués, ni même celui de l’intendance, n’était à l’abri des faiblesses individuelles ou des complicités avec le « Bastion ».

  • 39 . A.D. L.-Atl. : B 479 à B 537. Les seules données utilisables concernent Drouin (anobli en 1777 fo (...)
  • 40 . Les inventaires après décès (normalement enregistrés en Bretagne devant les juridictions et non d (...)
  • 41 . A.D. L.-Atl. : C 849, « Réponse d’un gentilhomme breton à un commerçant de Nantes ».
  • 42 . Il faut distinguer entre les chiffres de dots, qui ne constituent que des « avancements d’hoirie  (...)

39On ne peut que tenter une reconstitution plus ou moins arbitraire. Les bases en sont singulièrement fragiles. Quelques estimations avancées lors des enquêtes de la Chambre des Comptes à l’occasion des anoblissements par lettres de mérite39, quelques inventaires après décès qui, par hasard, se trouvent complets40, quelques chiffres lancés dans les polémiques des années 1788-178941, quelques « avances d’hoiries » glanées dans les contrats de mariage42, les rôles des capitations et des dixièmes d’industrie, tout cela constitue un mélange de données hétéroclites, difficilement comparables.

  • 43 . G. Martin, Nantes au xviiiesiècle, L’administration de Gérard Mellier (1709-1720-1729), op. cit.
  • 44 . A.D. L-Atl. : C 870, « Rôles des négociants » (1751-1768).
  • 45 . B.M. Nantes : n° 49-679.
  • 46 . AD. L.-Atl. : B 3525.
  • 47 . Ces 294 négociants habitent presque exclusivement les deux paroisses de Sainte-Croix et de Saint- (...)
  • 48 . Huet, Recherches économiques..., op. cit., tableau n° 9 (population industrielle) ; l’ensemble de (...)

40Il est plus aisé de dresser le bilan du nombre des négociants, les données ne manquent pas. Il avait sensiblement crû entre 1715 et 1725/173043, pour se stabiliser par la suite. En 1767/1768, le rôle des personnes soumises au vingtième « d’industrie » comprend 1 082 cotes, dont 271 de négociants seulement (plus 4 cas douteux)44. En 1776, l’Almanach du Commerce de Nantes en mentionne 22445. Plus précis, le gros registre contenant les listes des capités de la ville pour l’année 178846 permet d’en dénombrer 29347. Au début du Consulat, il n’en subsiste plus que 14248.

  • 49 . G. Martin, Nantes au xviiiesiècle, L’administration de Gérard Mellier..., op. cit., p. 243-245.
  • 50 . A.D. L.-Atl. : C 694 : « La source du mépris qu’on a pour le commerce et les commerçants dérive e (...)
  • 51 . F. Lefeuvre, Souvenirs nantais et vendéens, Nantes, 1913, p. 71-72. Et l’auteur — plus exactement (...)

41Ces chiffres paradoxaux demandent une explication. Apparemment la notion de « négociant » semble précise49. Elle n’est pas tellement affaire de richesse. Comme le démontre le tableau de G. Mellier, maints négociants sont moins riches que les marchands spécialisés dans les commerces de luxe : marchands de soie et de draps, orfèvres, etc., ou dans certains commerces très spécialisés : droguistes, blattiers, etc. Mais le vœu exprimé vers 1700 par Joachim Descazaux a été exaucé50. Être négociant, c’est faire « trafic de gros », participer au grand commerce de l’argent, aux envois d’outre-mer, fût-ce à petite échelle. Le négociant ne se confond ni avec le manufacturier — qui lui est souvent supérieur en richesse — ni avec le propriétaire « d’habitation », ni avec le vulgaire marchand. Cette définition n’a guère varié au cours du xviiie siècle, sinon dans le sens du renforcement du prestige social du négociant. Parfois assimilé par les lettres de noblesse aux militaires, auréolé de la gloire des combats de course (de plus en plus rares, il est vrai), porté par la vague de prospérité qu’engendre l’époque, mais aussi secrètement jalousé, il forme l’aristocratie de la ville. Ce milieu très fermé est, à son tour, dominé par un groupe d’armateurs richissimes, tenant le haut du pavé local. Dans ses souvenirs, F. Lefeuvre décrit « ces importants personnages appuyés sur leurs hautes cannes à pommeau d’or », se rendant à la Bourse, « ne se mêlant jamais, que lorsque les affaires l’exigent, au commun des mortels ». Habillés en « grande toilette de ville, coiffés, poudrés, en habit de soie de couleur sombre ou tendre suivant la saison, en longue veste et culotte également de soie, bas blancs et souliers à larges boucles d’or ou d’argent », ils portent l’épée au côté, comme n’importe quel noble51. Mais la dénomination reste trompeuse. Les rôles de la capitation de 1788 révèlent maintes cotes médiocres, qui démontrent à l’évidence qu’il en subsiste de peu aisés, masquant les uns leur déchéance, les autres leurs ambitions futures sous l’étiquette enviée dont ils s’affublent. Il faut donc chercher une autre explication, d’autant plus qu’en 1788 le nombre des nouveaux armateurs, loin de décroître, augmente plutôt.

42En fait, les rôles de la capitation n’enregistrent pas toutes les grandes familles du négoce nantais sous la dénomination de négociants. Il y a d’abord les « amériquains », c’est-à-dire les propriétaires de plantations à Saint-Domingue et dans les autres îles. Certains sont de vrais négociants. Il existe à Saint-Domingue des maisons d’armement maritime montées avec des capitaux de planteurs, tout comme à Nantes des armateurs deviennent propriétaires « d’habitations ». La fameuse opposition planteurs-négociants ne doit pas masquer l’existence d’une frange sociale qui assure les relations entre les deux milieux, ceci d’autant plus que les « amériquains » résident volontiers à Nantes.

  • 52 . A.D. L.-Atl. : B 3796 (1788-1789) : « État de MM. les gentilshommes, leurs veuves et enfants fais (...)
  • 53 . Signalons, en outre, que les secrétaires du roi, dont la cote est inférieure à la somme automatiq (...)

43Ajoutons que les rôles de la capitation de la ville ne sont pas complets. Ils ne mentionnent pas les anoblis de longue date, qui sont capités à part sur la liste de la noblesse52. « L’état de MM. les gentilshommes... faisant commerce » comporte 127 cotes, dont il faut soustraire 22 de non-négociants : 3 capitaines de navire, un commissaire de la marine, un commissaire aux classes, un trésorier de la marine, un trésorier des Invalides et 15 membres de la Chambre des Comptes de Nantes53. Ajoutons 105 négociants nobles aux 293 de la capitation de la ville : le nombre des négociants passe à 398.

44L’exemple de la famille Bertrand éclaire un dernier phénomène social d’importance. Les Bertrand sont considérés comme des négociants sur tous les rôles de la première moitié du xviiie siècle. En 1788, ils sont simplement inscrits sous le titre de Veuve Bertrand, M. Bertrand fils, etc. Apparemment retirés du commerce, ils se sont en réalité transformés en prêteurs d’argent, participant largement, comme on le verra, au commerce maritime. Cette catégorie d’hommes d’affaires est devenue fort nombreuse à la veille de 1789. Elle a sans doute toujours existé, et Gérard Mellier en est lui-même un excellent exemple.

45L’addition de ces divers éléments permet de comprendre facilement l’apparente stagnation du nombre des négociants.

46Laissons les hommes d’affaires, dont le nombre ne peut être déterminé de façon précise. Quelle est la fortune des quelque 400 négociants établis à Nantes en 1789 ?

  • 54 . G. Martin, L’ère des négriers..., op. cit., p. 426, note 2, a cru pouvoir les utiliser. La stabil (...)

47Il serait vain de tenter de mettre derrière chaque nom un chiffre de fortune, même approximatif : la tâche serait surhumaine en l’absence de toute évaluation d’ensemble semblable à celle de G. Mellier. D’ailleurs trop de documents ont disparu... ou n’ont jamais existé. Une seule méthode, combien fragile, permet d’esquisser une réponse. Connaissant les cotes de capitation et la fortune de quelques négociants, on peut, à partir du montant d’imposition payé par tous les négociants, évaluer toute la fortune du négoce nantais. Mais on ne peut utiliser de quelque manière que ce soit les rôles du vingtième d’industrie. Ces cotes restent en effet pratiquement immuables54.

  • 55 . A.D. L.-Atl. : B 3796.
  • 56 . Mariage de Guillaume Jacques Bouteiller et de Marie-Louise Thérèse Drouin : dots 300 000 et 200 0 (...)

48L’opération est éminemment critiquable. Rien ne permet d’affirmer qu’à montant d’impôt égal corresponde une fortune identique — au contraire. A priori, il doit exister beaucoup d’anomalies et d’inégalités, comme dans toute évaluation fiscale. A l’examen même superficiel, bien des faits sont suspects. En Bretagne, la capitation est évaluée en fonction de la richesse apparente par des commissaires locaux choisis dans les trois ordres. Ceux de Nantes connaissaient leur métier. Un indice peut donner quelque idée de la valeur de leurs méthodes. Guillaume Bouteiller paie en 1788, 1 200 livres de capitation (à titre personnel, compte non tenu des impôts sur les domestiques), alors que Louis Drouin ne « doit » que 900 livres55. Or les dots concédées par le père et le beau-père (les enfants des deux familles se mariant entre eux) sont de 300 000 livres par mariage pour Bouteiller, de 200 000 livres pour Drouin56. Le rapport des dots entre elles est de 3 à 2, celui des cotes de capitation de 12 à 9. La marge d’erreur — environ 15 % — reste tolérable. Ainsi les rapports que l’on peut déduire des cotes de capitation correspondent dans une certaine mesure à ceux des réalités domestiques. La méthode n’est pas totalement arbitraire.

  • 57 . Relevons au passage que G. Mellier tenait les registres de capitation tant de la ville de Nantes (...)

49Une deuxième difficulté subsiste cependant. Les commissaires des États de Bretagne ont certainement favorisé les plus gros contribuables, employant une échelle dégressive (sans doute très approximative), que tout permet de soupçonner, que rien ne permet de reconstituer. Quelle que soit l’importance de cet élément impondérable, on ne peut cependant se résigner à renoncer à toute évaluation. Elle ne peut être que très grossière ; elle comporte des marges d’erreurs importantes, beaucoup plus grandes, sans nul doute, que celle de G. Mellier57. Peu importe : on ne cherchera à obtenir ici qu’un ordre de grandeur plausible, susceptible de démontrer une évolution d’ensemble.

  • 58 . Sur les méthodes d’utilisation des rôles de capitation : H. Sée, « Vie économique et classes urba (...)
  • 59 . Le Lycée armoricain, année 1825, vol. VI, p. 21-22 : « M. Bouteiller, le plus modeste et le plus (...)
  • 60 . A.D. L.-Atl. : C 849, document cité : « sa fortune s’élève, dit-on, à 6 millions de livres ; mett (...)
  • 61 . Ibid. : « M. Bouteiller paie en capitation et cazernement 1 200 livres, plus en industrie 140 liv (...)
  • 62 . Ci-dessous, p. 191 et 268.
  • 63 . A vrai dire, une partie des acquisitions coloniales n’est pas encore payée. Guillaume Bouteiller (...)

50Le principe une fois admis, avec toutes les réserves qu’il comporte58, on dispose de quelques indices qui paraissent assez sûrs. Tous les témoignages concordent pour désigner les Bouteiller et les Drouin comme les négociants les plus riches de la ville de Nantes en 178959. L’auteur anonyme du pamphlet nobiliaire évalue la fortune des Bouteiller à 6 millions de livres60. Or ce chiffre ne s’applique qu’aux richesses fiscalement domiciliées en France : capitaux, intérêts de navire, biens-fonds, éléments mobiliers divers. Guillaume Bouteiller dispose, en outre, « de biens à l’Amérique »61. L’évaluation du noble anonyme reste donc au-dessous de la réalité. En effet, les violentes discussions, qui ont opposé les enfants Bouteiller à la mort de leur père, permettent de se faire une idée de l’importance des plantations coloniales ; elles valent, en 1790, au moins 6 millions de livres-argent d’Amérique, soit 4 millions de livres-argent de France62. En admettant un chiffre de 8 à 10 millions de livres, on paraît n’être pas trop éloigné de la réalité63.

  • 64 . A.D. L.-Atl. : E, Familles, Supplément, Bouteiller : « M. Bouteiller et Charles Bouteiller ont ép (...)

51D’après le Lycée armoricain, c’est-à-dire d’après la « notoriété publique », les Drouin devaient être presque aussi riches que les Bouteiller64. Dots et cotes de capitation révèlent cependant un assez sensible décalage : admettons leurs indications. Les Drouins seraient à la tête d’une fortune de 6 à 7 millions de livres. A eux deux, Drouin et Bouteiller auraient donc cumulé au minimum 14 millions de livres, probablement davantage, presque autant que toute la fortune des 230 négociants nantais de 1725.

52Relevons quelques autres chiffres ; s’ils sont moins élevés, ils semblent plus sûrs.

  • 65 . A.D. L.-Atl. : II C 2921, Ruillé, 184-1765.
  • 66 . A.D. L.-Atl. : E II, Not. 1897, Varsavaux, 19-2-1788. Les biens-fonds du père représentent 178 00 (...)

53En 1765, la fortune des de Luynes atteint 2 113 000 livres65. En 1788, au moment de la faillite de leur société, l’actif de 4 894 399 livres contrebalance un passif de 4 287 555 livres66.

  • 67 . F. Lefeuvre, Souvenirs nantais et vendéens, op. cit., p. 74. Il est curieux d’en rapporter l’empl (...)

54Lors de leur installation à Nantes vers 1730, les Perrée de la Villestreux auraient rapporté de Saint-Domingue 1 500 000 livres, sans compter la valeur de leurs plantations des îles67.

  • 68 . A.D. L-Atl. : E II, Not. 771, Fouquereau. 12-6-1772 ; transaction entre les héritiers E II, Not. (...)
  • 69 . A.D. L.-Atl. : B 3796.

55Dans son testament, Guillaume Grou estime la valeur de ses « propres » à 1 400 000 livres, réduite dans un accord postmortuaire par sa femme et ses héritiers à 1 110 000 livres68. En 1788, la « veuve Grou » paie encore 1 040 livres de capitation69.

  • 70 . Les plantations coloniales des Chaurand valent en 1789 plus de 3 millions de livres. Ci-dessous, (...)

56La société de commerce Chaurand a un capital de 2 millions de livres en 178570 : à eux trois, la mère et les deux fils paient 910 livres de capitation.

57Le nombre des « millionnaires » nantais est relativement important, il dépasse certainement la dizaine d’unités et atteint probablement la vingtaine. Seul compte cependant l’ensemble du négoce nantais.

  • 71 . G. Martin estimait le pourcentage de fortune détenu par les négociants à 10 % environ pour la déc (...)
  • 72 . Nous avons choisi le chiffre de 4 millions comme étant le plus bas, de manière à éliminer tout go (...)
  • 73 . Soit une fortune nantaise totale de 300 millions de livres environ.
  • 74 . Les Leroux des Ridellières — parents des Grou — sont en cours d’anoblissement, mais n’ont pas enc (...)
  • 75 . Dobrée est l’un des rares négociants nantais pour lequel la Révolution ne se soit pas traduite pa (...)

58En négligeant les « Mériquains » pratiquant le commerce maritime, ainsi que les hommes d’affaires retirés et âgés, les 293 négociants inscrits sur les listes de capitation de la ville paient au total 21 000 livres, soit une moyenne individuelle de 70 livres par cote. Comme la quote-part de la ville est fixée à environ 85 000 livres, la part payée (et la fortune détenue) par les négociants atteint environ 25 %71. En prenant l’équivalence 1 200 livres = une fortune « française » de 4 millions de livres72, les 300 négociants, s’avouant tels et enregistrés dans les rôles de la ville, détiendraient donc une somme de 70 millions de livres73. Or les gros négociants sont anoblis et ne se trouvent pas sur ces listes. Une simple comparaison entre les chiffres de capitation des rôles de la ville et ceux de la noblesse est lumineuse. Sur les premiers, les cotes les plus élevées sont celles des Leroux des Ridellières (950 livres plus 150 livres pour son fils aîné), des Lieutaud de Troiville (père : 475 livres ; fils : 284 livres)74, des Schweighauser (270 livres plus 80 livres pour son gendre Dobrée)75, des Le Masne (total : 564 livres), des Guillon (460 livres), des Jogues (556 et 190 livres), des Geslin (257, 167 et 114 livres), des Tollenare (275 livres), des Richard (267 livres) et des Riedy (240 livres). Négociants notables, certains, comme les Riedy, gros armateurs, mais ils ne peuvent être comptés au rang du très haut négoce.

59Tous les grands noms sont absents du registre du Tiers, et se trouvent — quelles que soient leurs opinions politiques — dans celui de la noblesse. Or les 14 grandes familles du négoce nantais : Bouteiller, Drouin, Grou, Bertrand de Cœuvres, Chaurand, Deurbroucq, Portier de Lantimo, Fortin, Clanchy, Montaudoin, Hervé de la Bauche, Foucault, Espivent de la Ville-boisnet et Richard, paient à elles seules plus de 10 000 livres de capitation ! — près de la moitié du total des autres négociants... Si l’on tient compte de tous ces faits, l’image change.

  • 76 . Fallait-il tenir compte des veuves et des enfants mineurs ? Il est délicat de le dire, car nombre (...)
  • 77 . Les rôles des vingtièmes des villes n’offrent qu’un intérêt réduit, puisqu’ils portent exclusivem (...)

60Le nombre des négociants en activité passe à 40076 : par rapport à 1725 il a presque doublé. Les chiffres de capitation payés par le commerce s’accroissent brutalement. La ville de Nantes paie alors en réalité 101 000 livres (85 000 livres sur le registre de la ville + 16 000 livres sur celui de la noblesse). La part des négociants passe à 37 000 livres (21 000 livres sur les rôles de la ville + 16 000 livres sur ceux de la noblesse) : soit 35 % du total. En appliquant les critères employés pour fixer le chiffre de fortune de Guillaume Bouteiller, 37 000 livres de capitation correspondraient à environ 120 millions de livres ; quant aux 101 000 livres d’impositions de la ville, elles signifieraient que la ville de Nantes pourrait disposer d’une fortune totale de 330 à 340 millions de livres77.

  • 78 . Il est évident qu’on aboutirait à des chiffres nettement moins élevés à partir d’autres fortunes (...)

61Comme la capitation levée en France ne tient aucun compte des plantations coloniales possédées par les négociants nantais — qui représentent au minimum de 20 à 30 millions de livres supplémentaires — on peut considérer cette estimation comme assez plausible78. Il est, de plus, certain qu’une partie de la fortune des « Américains », des rentiers, de certains membres de la Chambre des Comptes de Bretagne, entre plus ou moins dans le circuit commercial.

TABLEAU DES CAPITATIONS DES GRANDS NÉGOCIANTS NANTAIS (en livres)

Source : A.D. L-Atl. : B 3796 (capitation de la noblesse).
Date : 1788/1789

  • 79 . Sur les 4 chiffres de ce tableau, trois peuvent être considérés comme sérieusement établis. Nos c (...)

62Ces données hétéroclites et de valeur inégale ont cependant l’avantage de permettre de dresser le tableau suivant79 :

63Le rapport entre les deux colonnes, qui s’établissait vers 1725 dans la proportion de 1 à 3, passe à la fin du siècle de 1 à 5. La fragilité de nos chiffres ne peut masquer l’extraordinaire transformation de la situation. En 1790, l’armement maritime a pu trouver ses capitaux sur place, plus facilement qu’en 1725.

  • 80 . Cet enrichissement urbain justifie la violence de la « révolution municipale » nantaise, sa préco (...)

64Ces estimations ne peuvent tout englober : l’engagement en capitaux est certainement plus élevé que nos calculs peuvent le faire croire. La valeur des marchandises transportées en fret nous échappe totalement, nous ne pouvons connaître l’importance des stocks de marchandises, encore moins celle de l’ensemble des papiers en circulation : contrats « de grosse », billets, obligations, lettres de change, cautionnements, contrats de constitut, etc. Le rapport exact entre la totalité des sommes nécessaires (sans cesse croissantes) au commerce maritime et les disponibilités financières locales nous échappera toujours. On ne peut donc déduire de nos chiffres que le seul sens général de l’évolution, qui donne une mesure très grossière de l’enrichissement, de l’accroissement de la puissance sociale, économique et politique du négoce nantais80. Or cet enrichissement est presque exclusivement l’oeuvre de quelque 300 à 400 familles. Si le calcul de pourcentage de G. Martin est valable, la richesse de la ville aurait passé de 200 millions de livres (1725) à 300 en 1789. Si notre estimation est juste, celle du négoce nantais aurait été multipliée par 6 !

65Il en résulte une extraordinaire distorsion entre les diverses classes sociales de la ville : d’où la force du ressentiment populaire qui se traduit, après 1792, par les virulentes attaques contre le « négociantisme ». A l’accusation d’accaparement des grains, lancée contre la noblesse et les « blattiers », s’ajoutent la réprobation pour certaines méthodes commerciales et la haine des quartiers populaires contre « la Fosse » et les « quartiers d’en haut », du côté de la place Graslin. Il semble bien que, de plus en plus, le commerce ait nourri le commerce, que les bénéfices accumulés aient dépassé l’accroissement des capitaux qu’il nécessite. Or ce n’est pas du tout l’impression que donnent les comptabilités commerciales accessibles. Il est donc prudent, avant d’aborder l’étude de ces dernières, d’essayer de trouver quelque confirmation aux laborieuses conclusions que nous venons d’entrevoir. Elle se trouve dans la rapidité de la croissance des fortunes de certaines familles.

  • 81 . A.D. L.-Atl. : E II, Not. 364, Boufflet, 29-1-1748 : « le futur déclare que tous les biens quil a (...)
  • 82 . Du moins à en croire la tradition orale nantaise. Malheureusement les archives du Loiret, détruit (...)
  • 83 . Le nom de Deguer se trouve dans les registres paroissiaux de Bouguenais dès la fin du xvie siècle (...)
  • 84 . La date est assurée par le fait que les deux baptêmes des aines de Nicolas Bertrand de Cœuvres ne (...)
  • 85 . A.D. L.-Atl. : E II, Not. 365, Boufflet, 29-1-1749. Les Chaurand se sont enrichis aux Antilles. L (...)

66Nos documents comptables émanent de trois familles : de Guer, Chaurand et Bertrand de Cœuvres. En dehors de leur intérêt propre, ils présentent l’avantage de fournir quelques indications sur les ressources d’autres familles qui leur sont d’ailleurs étroitement apparentées : Delaville et Bouteiller. Ces cinq familles, qui comptent parmi les plus importantes du négoce nantais, sont d’origines géographiques très variées. Les Chaurand sont originaires de Valensole81, les Bertrand de Cœuvres seraient arrivés de l’Orléanais82, les Delaville viennent de Thouars tandis que l’implantation des Bouteiller et des Deguer semble être nettement plus ancienne83. Les Bertrand apparaissent à Nantes vers 168484, les Chaurand immigrent vers 174085.

  • 86 . A.D. L.-Atl. : E II, Not. 364, Boufflet, mariage entre noble homme Honoré Chaurand, s. du Chauffa (...)
  • 87 . A.D. L.-Atl. : E II, Not. 2000, Villaines, 21-11-1702 ; A. Perret, « René Montaudoin », B.S.A.H. (...)
  • 88 . H. de Berranger, « Un homme d’affaires nantais au xviiie siècle : Berthrand de Cœuvres », M.S.H.A (...)

67Également diverses sont au départ les positions sociales. Les Chaurand ont quitté leur Provence natale, inconnus et sans grands appuis : leur entrée dans la bourgeoisie nantaise est d’autant plus fracassante86. Les Bertrand sont en revanche déjà très à l’aise : l’une des filles épouse le 21 novembre 1702 le plus grand, le plus célèbre des négociants nantais, René Montaudoin87. Il est vrai que la famille avait des attaches bretonnes... et financières. Marie Michau, femme de Nicolas, est originaire de Bruz, près de Rennes ; elle appartient à l’une des plus grandes familles de la finance provinciale : les Michau de Montaran. Sa propre mère était née Le Gouverneur — autre famille de financiers efficaces, à défaut d’être célèbres88.

68Le sondage a donc une relative ampleur, s’étendant aussi bien aux familles immigrées — de ces familles à qui Nantes doit une bonne partie de sa grandeur — qu’à d’autres, enracinées de longue date.

  • 89 . Bouguenais, près de Nantes.
  • 90 . Titulatures employées dans les registres paroissiaux (mariage de noble homme Pierre de Guer avec (...)

69La rapidité de l’enrichissement est, elle aussi, variable. Les Delaville et les Bouteiller ont constitué leur fortune peu à peu avec, au départ, des moyens restreints. Les premiers ont débuté comme marchands droguistes à Thouars, les seconds place du Bouffay à Nantes. Les Deguer sont issus du monde des officiers seigneuriaux : notaires et sénéchaux de Bouguenais89. Ils se sont ensuite établis à Nantes au courant de la première moitié du xviie siècle. Pierre de Guer, s. de Boisjolain, est avocat au Parlement de Bretagne vers les années 1680-1690 et acquiert une charge de conseiller au siège de l’Amirauté de Nantes. Ses deux fils sont, l’aîné sénéchal de Bougon, le cadet procureur du roi « en la maîtrise des eaux et forêts du comté de Nantes », assesseur « en la maréchaussée générale de Bretagne à la résidence de Nantes »90

70L’ascension des Bertrand est en revanche foudroyante, tout comme celle des Chaurand. A vrai dire, elle est déjà largement ébauchée quand ils arrivent à Nantes. L’histoire familiale permet donc, à première vue, de discerner deux types de financement commercial. L’un est assuré sur place par la lente accumulation de bénéfices amassés dans le commerce de détail ; l’autre par l’immigration de familles riches, aux alliances brillantes où le milieu financier — celui des Fermes — joue un rôle déterminant.

71Comment retracer leurs évolutions, si dissemblables? Les énormes lacunes des registres d’audience des diverses juridictions royales, seigneuriales et episcopales de la ville de Nantes ne permettent guère le recours aux inventaires après décès, tant pour le xviie siècle que pour la première moitié du xviiie siècle. Les contrats de mariage sont moins décevants et le hasard fait (mais est-ce un pur hasard ?) qu’ils sont particulièrement explicites en ce qui concerne ces familles. D’une part, le montant des dots assurées aux filles permet de calculer ce qu’à chaque génération les mariages viennent enlever ou apporter au patrimoine familial ; s’il n’est pas possible d’en déduire son volume, même approximatif, la comparaison des sommes accordées aux épouses illustre du moins les étapes parcourues. D’autre part, il arrive que les « futurs », désireux d’éblouir la parenté et d’alimenter leur crédit public, évaluent leur fortune. Vaine gloriole ou exigences familiales, voire financières? Peu importe : l’historien dispose ainsi d’éléments de calcul supplémentaires. Leur utilisation demande cependant quelques précautions.

  • 91 . A.D. L.-Atl. : E II, Not. 368, Boufflet, 17-7-1752. Éléonore Brown lui apporte 60 000 livres de d (...)

72On peut distinguer deux types de formules. Le cas idéal est celui de l’époux claironnant sa réussite à qui veut l’entendre. L’article 5 du contrat de mariage de Guillaume Bouteiller spécifie que « le futur a à luy appartenant la somme de 200 000 livres tant en argent, billets, instérests dans la maison qu’il a établie à Cadix, dans celle établie à Léoganne, instérests de navires actuellement à la mer, instérests établis dans la société quil a avec ledit sieur Guillaume Bouteiller son père »91.

  • 92 . A.D. L.-Atl. : E II, Not. 364, Boufflet, 29-1-1748 : « déclare le futur que de tous les biens qu’ (...)

73Plus prudent, Honoré Chaurand se garde d’évaluer l’ensemble de sa fortune. Il déclare simplement «immobiliser», en propres, l’équivalent de 150 000 livres, ajoutant une énumération, combien succincte, de ses biens fonds92. L’estimation fiscale de Gérard Mellier procure une indication supplémentaire quant à la valeur des biens de ces familles.

La famille Chaurand.

  • 93 . L’ascension sociale des Portier de Lantimo est, elle aussi, rapide. En 1717, Pierre Portier dispo (...)
  • 94 . Nous tenons ici à remercier très vivement M. de Freslon, qui a bien voulu nous communiquer les re (...)
  • 95 . Joseph-Michel Chaurand, né le 2-9-1754, meurt à 27 ans le 26-10-1781 ; François-Marie-Alexandre, (...)
  • 96 . A.D. L.-Atl. : E II, Not. 940, Girard, 14-1-1772. La dot de la future se répartit ainsi : « 38 50 (...)
  • 97 . Messire François-Marie Forget devient maître aux Comptes en 1783. Sur sa généalogie, voir A.D. L. (...)
  • 98 . A.D. L.-Atl. : E II, Not. 773, Fouquereau, 6-4-1774. Jeanne Anne Deurbroucq est le 7e enfant de D (...)
  • 99 . A.D. L.-Atl. : EII, Not. 776, Fouquereau, 10-5-1777. Thérèze Honorée Libault, 5e enfant d’écuyer (...)
  • 100 . A.D. L.-Atl. : II C 2990, S.S.P. du 20-9-1774, effectivement enregistré le 8-12-1774 ; D. Rinchon(...)
  • 101 . Ibid., p. 82.
  • 102 . Nous n’avons malheureusement pu retrouver jusqu’à présent la date de la mort de Honoré Chaurand. (...)
  • 103 . Article 570 de la Coutume (M. Sauvageau, Coutume de Bretagne, Rennes, Vatar, 1742, p. 290-292) : (...)

74Les données disponibles recouvrent à peine deux générations pour la famille Chaurand. Le mariage de 1748 constitue l’entrée en scène — spectaculaire — dans le haut négoce nantais. Il est impossible de donner un chiffre de fortune précis ; mais celle-ci doit atteindre au moins 500 000 livres : 106 970 livres de dot pour Marie Portier de Lantimo93, 150 000 livres de « propres » pour le futur, plus les biens-fonds provençaux et martiniquais. Des 10 enfants du couple, 4 meurent en bas âge94. Deux des 4 garçons restent célibataires95. Ils paraissent jouer un rôle très restreint dans la vie du clan. Visiblement, ce sont des sacrifiés. Des deux filles, l’aînée, Marie-Josèphe, reste dans le milieu du négoce en concluant l’un des plus « honorables » mariages de l’époque avec Jean-Baptiste de Luynes qui appartient à la deuxième famille d’armateurs nantais. Les parents du marié « s’obligent de lui donner en dot... la somme de 120 000 livres » alors que la « future » reçoit de son côté 70 000 livres96. Avec la dot identique de 70 000 livres accordées à Marie-Appoline — qui épouse un conseiller-maître à la Chambre des Comptes de Nantes : messire Forget97 — ces deux mariages ont coûté 140 000 livres à la famille. Ce qui est amplement compensé par l’apport des épouses des deux aînés : 70 000 livres de dot pour Jeanne-Anne Deurbroucq98, 75 000 livres pour Thérèse Honorée Libault99. Les déclarations de fortune des deux maris restent modestes : 80 000 livres pour l’aîné (Honoré Anne Pierre) en 1774, 85 000 livres pour le plus jeune (Pierre Louis) en 1779. En 5 ans, il y a eu une augmentation du capital-dot de 5 000 livres, soit 6,25 %. Ces chiffres doivent être comparés à ceux que donnent les actes de société. L’enregistrement de l’acte de fondation initial sous seing privé (29 septembre 1774) ne fournit aucune indication détaillée. Le père Rinchon évalue le capital de la société à 140 000 livres au 1er juin 1776 et à 200 000 livres au 31 juin 1778100. L’accroissement du capital est de 60 000 livres en 2 ans (près de 43 %, soit 21,50 % par an !). En 1785, ce capital de la société H. et L. Chaurand est passé à 2 millions de livres101, soit 1 800 000 livres de gains en 7 années... Mais le commerce est-il réellement à l’origine de cette soudaine augmentation ? Cela n’est guère plausible. Elle est simplement due à l’intégration de l’héritage paternel dans la société102. Les deux frères ont dû toucher, au moins, 1 500 000 à 1 600 000 livres (en supposant que, de 1778 à 1785, le taux du gain annuel soit resté stable, le capital se serait seulement grossi de 200 à 300 000 livres). On peut donc essayer d’évaluer la fortune paternelle. Comme la Coutume de Bretagne ne permet pas le partage noble avant la 3e génération103, le partage a dû se faire à égalité entre les cinq enfants vivants. La part individuelle étant de 750 000 à 800 000 livres, l’ensemble se chiffrerait à 4 000 000 de livres. L’estimation est très hypothétique. Elle peut être faussée par plusieurs éléments. Il a pu ainsi exister une transaction quelconque avantageant l’aîné ; nous n’en avons trouvé aucune trace et le fait nous paraît peu probable. D’ailleurs il est bien évident qu’on n’investit jamais qu’une partie de son capital dans une société. L’évaluation à 4 millions de livres serait donc plutôt trop faible.

75Comparons les chiffres de 1748 (500 000 livres) à ceux de 1785 (4 millions de livres), même en admettant que les premiers soient trop faibles et que les seconds soient trop forts, il n’en résulte pas moins une énorme augmentation du capital qui a octuplé ! Le bénéfice net, annuel, sur 45 ans, aurait dû être d’au moins 10 %, soit un doublement du capital tous les 10 ans.

La famille Bouteiller.

  • 104 . Henry Bouteiller (né le 12-8-1639 à Sainte-Croix de Nantes, mort probablement avant 1699) s’est m (...)
  • 105 . Jeanne, née le 4-1-1680 ; nulle mention par la suite ; et Perrine, née le 13-7-1677, morte le 21- (...)
  • 106 . Françoise, née le 16-7-1678, s’est mariée le 15-2-1699 à Charles Sevin, marchand orfèvre.
  • 107 . Anne, née le 14-2-1681, épouse Julien Glémeau, le 29-7-1704 (A.D. L.-Atl. : E II, Not. 2583, Verg (...)
  • 108 . Louise, née le 31-12-1682, mariée au négociant Antoine Marcorelle le 28-10-1710 (A.D. L.-Atl. : E (...)
  • 109 . A.D. L.-Atl. : E II, Not. 1981, Verger, 5-6-1701 et II C 2576. Guillaume (I) Bouteiller est né le (...)
  • 110 . Marie, Guillaume (mort en bas-âge), Françoise, Guillaume (II) et Antoine.
  • 111 . Guillaume, né le 18-7-1705 et Antoine, né le 3-7-1717.
  • 112 . Marie, née le 20-8-1702, morte le 2-2-1788 (paroisse de Saint-Laurent de Nantes), mariée le 20-1- (...)
  • 113 . Françoise, née le 16-2-1708, s’est mariée le 21-11-1729 à François Bertrand de Cœuvres (A.D. L.-A (...)

76Les raisons profondes de l’ascension foudroyante des Chaurand nous échappent faute d’éléments relatifs à la période antillaise. Il n’en est pas de même pour les Bouteiller. Bien que leur comptabilité n’ait pas été sauvée, la documentation ne fait cependant pas défaut. Les alliances contractées entre 1699 et 1710 sont encore bien modestes. Sur les six enfants d’Henri Bouteiller et de Françoise Le Coq104, deux sont morts en bas-âge105. Les trois mariages des sœurs Françoise106, Anne107 et Louise108 font perdre à la famille 24 000 livres, à raison de 8 000 livres par union. L’aîné (et seul garçon de la famille) ne touche qu’une dot de 6 000 livres des parents de sa femme, Marie-Françoise Baudry109. A partir de ces renseignements trop fragmentaires, on ne peut calculer la richesse des parents. Mais l’expérience est possible à la génération suivante, grâce à G. Mellier. Dès 1725, le subdélégué-maire de Nantes compte Guillaume Bouteiller dans la catégorie des négociants possédant 200 000 livres. Les actes notariaux rendent cette évaluation fort vraisemblable. Des cinq enfants de Guillaume Bouteiller110 et de Marie-Françoise Baudry, deux sont morts en bas-âge111. Mais Guillaume est capable de donner à chacune de ses deux filles, Marie112 et Françoise113, 55 000 livres, et ce dès 1727 et 1729. On est loin des 8 000 livres des années du début du siècle. En moins de 25 ans, le montant des dots a été multiplié par sept.

  • 114 . Guillaume (II), né le 9-3-1713, marié à Éléonore Brown le 18-7-1752.

77Or, en 1752, 10 ans avant la mort de son père, l’avoir personnel du seul héritier masculin est déjà de 200 000 livres ; sa femme, Éléonore Brown, lui apporte 60 000 livres114. En supposant simplement que la fortune du père, Guillaume (I), se soit maintenue au niveau des années 1725, la part d’héritage en 1762 s’est élevée à 66 000 livres par part. Guillaume (II) aurait donc disposé d’au moins 326 000 livres (200 000 livres de fortune personnelle, 60 000 livres de dot et 66 000 livres d’héritage paternel). La réalité a sans doute dépassé de beaucoup ces estimations.

  • 115 . Guillaume Jacques Bouteiller, né le 3-1-1756, se marie le 27-5-1780 à Marie-Louise Drouin, fille (...)

78En effet, les Bouteiller sont, comme on l’a vu, les plus riches négociants nantais de la fin du xviiie siècle. Les contrats de mariage des deux filles de Guillaume (II) sont significatifs : 300 000 livres de dot du côté Bouteiller ; 200 000 livres du côté Drouin115. Face à ces enrichissements aussi étonnants que prodigieux, il devient vain de tenter le moindre calcul du pourcentage de gain annuel...

La famille de Bertrand de Cœuvres116.

  • 116 . Nous avons adopté l’orthographe Bertrand, sans h, par suite des variations extrêmes de ce nom. Co (...)
  • 117 . Marie Bertrand de Cœuvres, née le 18-3-1684 à Saint-Nicolas de Nantes, mariée le 21-11-1702 à Ren (...)
  • 118 . Du moins à ce que nous croyons. Nicolas Bertrand, l’ancêtre marié à Marie Michau, est mort à Nant (...)
  • 119 . A.M. Nantes : CC484.

79Le cas Chaurand est celui d’émigrés provençaux modestes, arrivés puissants à Nantes grâce aux bénéfices réalisés aux Antilles. Au contraire, les Bouteiller n’ont jamais quitté cette ville. Les Bertrand arrivent déjà riches ; dès 1702, Marie Bertrand apporte à René Montaudoin l’une des plus grosses dots de l’époque : 70 000 livres117. A cette date, 4 enfants sur 7 sont encore en vie118 et chacun a dû recevoir 280 000 livres. Or Gérard Mellier estime la fortune de dame Bertrand « l’ancienne » à 250 000 livres119. La veuve Bertrand « jeune et fils » (Elisabeth Fontaine) (sic) « vaut » elle-même avec ses enfants 200 000 livres, alors que Bertrand « l’aîné » est censé posséder 60 000 livres (c’est ce dernier qui, épousant en 1729, Françoise Bouteiller, reçoit une dot de 55 000 livres). Vers 1730, le clan est donc singulièrement puissant : il possède plus de 565 000 livres.

80Comme l’aïeule est morte en 1730, on peut en déduire que les 250 000 livres qu’elle détient ont été partagées en quatre portions égales de 62 500 livres données respectivement à : Elisabeth, Fontaine, René Montaudoin, Jean-Baptiste et François.

  • 120 . Marie épouse le 11-12-1731 messire Le Loup de la Biliais ; Madelaise se marie le 1-7-1739 avec me (...)
  • 121 . A.D. L.-Atl. : E II, Not. 2023, Villaines, 9-12-1731 et II C 2683.
  • 122 . A.D. L.-Atl. : E II, Not. 355, Boufflet, 30-6-1739.
  • 123 . A.D. L.-Atl. : E II, Not. 358, Boufflet, 7-12-1742 et II C 2751.

81La branche aînée, issue d’Elisabeth Fontaine, a vu passer la majeure partie de ses richesses entre les mains de la noblesse120. L’accroissement des dots des filles appartenant à la même génération est très net : Marie reçoit, en 1731, 42 000 livres de dot121 ; huit ans plus tard, Madeleine obtient 60 000 livres (plus 2 140 livres de rente annuelle)122 ; en 1742, Thérèse dispose de 62 500 livres123. L’augmentation se chiffre donc à 20 500 livres (49 % en 11 ans, soit 4,4 % en un an).

  • 124 . A.D. L.-Atl. : E II, Not. 701, Duhil, 17-11-1729. François Bertrand de Cœuvres est né le 2-8-1691 (...)
  • 125 . Nicolas, né le 19-4-1734, mort le 7-2-1737.
  • 126 . François Bertrand de Cœuvres, né le 14-11-1730, mort le 4 ventôse an vi (22-2-1798). Les document (...)
  • 127 . A.D. L.-Atl. : E II, Not. 760, Fouquereau, 1-5-1761. Marie-Françoise est née le 27-11-1731.
  • 128 . AD. L.-Atl. : E II, Not. 929, Girard, 5-5-1762, et II C 2751. Marie-Elisabeth, née le 9-7-1740, m (...)
  • 129 . Il est difficile d’interpréter cette baisse de 48 000 livres. Peut-être le veuf de Marie-Louise V (...)
  • 130 . Le rapport fortune-dot est impossible à préciser. Il semble avoir varié dans des proportions cons (...)

82Il semble pourtant que ce soit la branche cadette qui soit la plus riche. En 1729, François Bertrand de Cœuvres jouit d’un avoir de 300 000 livres ; sa femme, Françoise Bouteiller, lui apporte une dot de 55 000 livres124. Des quatre enfants issus de ce mariage, un meurt en bas âge125 et le fils survivant ne se mariera pas126. La famille tombe donc en quenouille. L’aînée, Marie-Françoise, a épousé messire Le Moyne de Beaumarchais127, tandis que la cadette Marie-Elisabeth, entrait dans une famille de parlementaires (mariage avec messire Louis Constant de Poulpiquet du Halgouët — ce dernier étant veuf de la sœur du subdélégué général Védier)128. La fortune du père s’était sensiblement accrue entre 1729 et 1761. La première de ses filles reçoit 193 000 livres de dot, la cadette doit se contenter d’un peu moins : 145 000 livres129. Le total est cependant impressionnant : 338 000 livres. Même en admettant que ces dots ne représentent que la moitié de la fortune paternelle130 — ce qui n’est nullement prouvé — François Bertrand de Cœuvres doit posséder, pour le moins, 750 000 livres vers 1761/62. Étant donné qu’il avouait posséder 300 000 livres en 1729, sa fortune a doublé en 32 ans.

  • 131 . A.D. L.-Atl. : Q 668. Procès-verbal d’estimation et de partage de la succession Bertrand de Cœuvr (...)
  • 132 . La longévité exceptionnelle de Françoise Bouteiller (née le 16-2-1705 dans la paroisse de Sainte- (...)
  • 133 . De 1749 à 1782, l’armement des Bertrand a porté sur 19 navires de droiture, 12 négriers et 9 navi (...)

83Malheureusement les papiers de succession conservés ne concernent que les participations maritimes ; les documents de la série Q ne donnent qu’un aperçu insuffisant sur la valeur des biens-fonds131. On ne peut donc pas avancer une estimation raisonnable de l’ensemble de la fortune, qui compte parmi les très grandes du négoce nantais. Mais il est clair que l’enrichissement des Bertrand a commencé plus tôt que celui des Bouteiller, qu’il a été moins spectaculaire et moins rapide que le leur, quoique les liens familiaux ne manquent pas, et que la branche cadette ait profité de la prospérité de ses parents par alliance132. Ils investissent de préférence leur argent dans les expéditions maritimes des Bouteiller, en sorte que c’est grâce aux papiers Bertrand que l’on peut se faire une idée du négoce de la plus grande famille commerçante de Nantes Ce qui explique que la branche cadette ait pu si vite abandonner l’armement alors que René Bertrand de la Clauserie continue d’armer pour son propre compte133.

Les familles Delaville et de Guer.

  • 134 . Fils de François Delaville (juge-consul de Nantes en 1756 et en 1757) et de Françoise Hachin (mar (...)
  • 135 . A.D. L.-Atl. : E II, Not. 1527, Moricet, 29-12-1771 et II C 2961. Les références fournies par H. (...)
  • 136 . A. M. Nantes : CC 484. Ce Delaville est inscrit sur les rôles du droit de joyeux avènement pour u (...)

84Il n’est pas possible de fournir un ensemble de documents aussi sûrs que les précédents pour les familles Delaville et de Guer. Nous n’avons même pas pu dresser un tableau généalogique suffisant pour la première. En effet, Amand François Delaville134, le grand homme du groupe, s’est expatrié à Cadix (vers 1750 probablement) où il a fait fortune. Il y réside encore en 1770, au moment de la conclusion de son contrat de mariage avec Madelaine-Marie Portier de Lantimo135. L’acte notarial relève le caractère occasionnel de son passage à Nantes, et lui attribue une fortune de 200 000 livres. Sa femme lui apporte une somme de 60 000 livres. Delaville revient à Nantes en 1777, au moment où les registres d’armement font réapparaître son nom. Comme nous n’avons pu retrouver ni le contrat de mariage de son père, encore moins celui de son grand-père, ni d’autres papiers de famille, il est impossible de dresser une courbe d’évolution des fortunes possédées. En effet, l’état des négociants fourni par G. Mellier ne donne qu’une seule indication : celle concernant Delaville de Brie136, personnage que nous n’avons pu identifier en toute certitude. L’unique précision attribuant 200 000 livres à Amand Delaville en 1770 place celui-ci à un rang honorable, mais somme toute secondaire, par rapport aux immenses richesses évoquées ci-dessus.

  • 137 . Noble homme Pierre (I) de Guer est né le 24-4-1659 (paroisse de Bouguenais), et meurt le 23-11-16 (...)

85G. Mellier ne cite pas les de Guer dans sa liste de négociants. Ce n’est pas surprenant. Le fondateur de la puissance familiale, Pierre (I) de Guer est sénéchal de Bougon, de Rezé, de Saint-Pierre et de Saint-Jean-de-Bouguenais, avocat au Parlement de Bretagne, conseiller au siège de l’Amirauté de Nantes137. Son fils, Pierre (II) hérite des divers offices paternels, tandis que le cadet, Clair de Guer, devient procureur du roi « en la maîtrise des eaux et forêts » de Nantes.

  • 138 . Mariage du 18-1-1699, paroisse Saint-Saturnin de Nantes. Après la mort de son époux, elle se rema (...)
  • 139 . A.D. L.-Atl. : E II, Not. 1064, Hérault, 1-9-1763 et II С 2 910. Sur la famille, voir H. du Halgo (...)
  • 140 . Comme le prouvent par exemple les demandes de de Guer à Delaville, lettre du -1-6-1765, citée in (...)
  • 141 . Mariage Barthélémy Germain Marcé, avocat au Parlement de Bretagne et de Bonne Thérèse de Guer, 9e(...)

86La liaison des deux familles Delaville et de Guer, très étroite, est assurée par deux mariages. En 1686, l’ancêtre, Pierre (I) de Guer, avait épousé Françoise Delaville138, et son petit-fils François de Guer se marie en 1763 avec sa cousine Reine Élisabeth Delaville139 : d’où l’association commerciale Delaville-de Guer. Ne pouvant résider à la fois à Cadix et à Nantes, Amand François Delaville charge François de Guer d’armer en ses lieu et place les navires dont il a besoin, dans le port de Nantes140. Par certains côtés, c’est une véritable commandite où de Guer joue le rôle de commandité. La fortune des de Guer ne semble pas en effet avoir été à la hauteur des disponibilités qu’exige le métier d’armateur. En 1770, la cadette des sœurs de François de Guer ne reçoit que 2 000 livres de dot, chiffre dérisoire dans le monde des armateurs et des négociants, assorti, il est vrai, d’une rente annuelle de 600 livres141. Le contrat de mariage de François ne contient aucune mention relative à ses « capacités » financières ; mais sa cousine est dotée de 24 000 livres.

ARMEMENT DE GUER (1763-1777)

Légende : D = Droiture.
N = Négrier.
Soulignés : navires signalés par le père RINCHON, Les armements négriers..., op. cit., tableau p. 74.

  • 142 . Delaville s’est spécialisé dans la traite des Noirs ou profit de la Compagnie de l’Asiento (en pa (...)
  • 143 . A.D. L.-Atl. : E II, Not. 1121, Jalaber, 29-4 et 15-6-1770 ; 1123, 2-12-1712, etc.

87En somme, la famille de Guer, appartient en réalité au monde des officiers seigneuriaux que les hasards matrimoniaux, les nécessités d’une représentation nantaise de leur maison établie à Cadix142 conduisent à embrasser la carrière commerciale. En 1777, quand François de Guer cesse d’armer sous son nom, il retourne aux affaires terriennes : dessèchement des marais, défrichements de landes, domaine où son expérience d’officier et ses relations familiales pouvaient lui faciliter les transactions143. A bien des égards, le cas de Guer est exceptionnel et ne peut être pris comme modèle d’ascension sociale.

  • 144 . D. Rinchon, Les armements maritimes..., op. cit., p. 67.
  • 145 . A.D. L.-Atl. : B 3525.

88Ces impressions se trouvent confirmées par la consultation des registres de capitation. En 1789, Amand Delaville, quoique ayant repris l’activité d’armateur de François de Guer144, paie « à peine » 180 livres de capitation ; François de Guer encore moins : une cinquantaine de livres145. Au contraire les Bouteiller se trouvent au sommet de la hiérarchie « fiscale » avec 1 450 livres, suivis des Bertrand avec 1 260 livres, des Chaurand avec 990 livres et des Drouin avec 900 livres. Les de Guer et les Delaville se classent donc dans les dernières catégories de négociants.

89L’examen de ce tableau souligne d’emblée les avantages et les inconvénients de notre documentation, et permet ainsi de préciser la valeur qu’il convient d’attribuer aux conclusions que l’on peut en tirer. Les registres Chaurand et Bertrand sont ceux de très grosses maisons, parmi les plus prospères. Au contraire, les papiers Delaville et de Guer sont ceux d’une maison commerciale d’importance beaucoup plus restreinte. Mais la masse des négociants n’est représentée, à l’heure actuelle, par aucun ensemble comptable digne de ce nom, hormis les indications que contiennent les dossiers des grandes familles.

90A cette conclusion décevante s’oppose cependant une constatation plus réconfortante. Tous les cas évoqués indiquent une prodigieuse accélération de l’enrichissement, très supérieure à la multiplication par 6 ou par 7 indiquée par les chiffres de fortune urbaine de 1725 et de 1789. Mais le contraire serait étonnant, puisque nous avons affaire précisément aux familles les plus riches. Du moins les tendances sont-elles semblables.

91Or les comptes d’armement et de désarmement révèlent, au contraire, la médiocrité des bénéfices. La faible rentabilité apparente du grand commerce maritime contredit le rapide accroissement des fortunes de la haute « bourgeoisie » commerçante.

Notes

1 . Le Lycée Armoricain, 1825, volume 6, p. 21-22 (notice nécrologique).

2 . A.D. L.-Atl. : C 849, « Réponse d’un gentilhomme breton à un commerçant de Nantes », pamphlet imprimé, sans date, probablement fin 1788 ou début 1789.

3 . Huet, Recherches économiques..., op. cit., p. 213-215.

4 . On ne tient pas compte ici des capitaux nécessaires pour alimenter les contrats de grosse, etc.

5 . Nous faisons abstraction des investissements immobiliers effectués en liaison avec le commerce maritime : habitations, sucreries, etc., aux Antilles, raffineries, manufactures, etc., européennes dont un certain nombre se trouve entre les mains de négociants.

6 . A.M. Nantes : CC 484.

7 . G. Martin, Nantes au xviiie siècle ; l’administration de Gérard Mellier (1709-1720-1729), Nantes et Toulouse, 1928, p. 479-484.

8 . A.D. L-Atl. : II C 2673 ; 20-2-1730.

9 . Seigneurie située à proximité de Nantes, sur le terroir de la paroisse de Chantenay.

10 . A.D. L.-Atl. : II C 2658 ; 25-10-1727.

11 . A.D. L.-Atl. : II C 2672.

12 . A.D. L.-Atl. : E II, Not.347, Boufflet, 24-2-1726. « Escuyer » François Piou se marie avec Marie Michel, qui lui apporte une dot de 25 000 livres de capital, plus une série de rentes lui assurant chaque année une somme de 2 208 livres. Quant à François Piou, sa fortune consiste dans un contrat de constitution de 110 000 livres, payable à Saint-Domingue, dont il doit soustraire pour dettes diverses 21 727 livres.

13 . Tableau en appendice p. 257.-261.

14 . Les pourcentages ont été arrondis à l’unité la plus proche.

15 . René Montaudoin : 600 000 livres ; Jacques Montaudoin, s. de la Robertière : 300 000 livres ; Thomas Montaudoin : 200 000 livres.

16 . Héritiers Pierre Michel Grillaud : 300 000 livres ; Jean Michel de Grillaud : 300 000livres.

17 . Thomas MacNemara : 350 000 livres ; héritiers Daniel MacNemara : 250 000 livres.

18 . Bécard a investi dans 20 expéditions de Chine près de 2 660 000 livres (A.D. L.-Atl. : B 107) ; quant à Beaugard, trésorier des États de Bretagne, banquier à Paris, il est l’un des plus grands armateurs malouins de la fin du siècle, tant pour la traite des Noirs, que pour la pêche à la morue, le commerce de « droiture », la course et le commerce de Chine. Sa lettre de noblesse signale, que de 1757 à l778, il a armé 45 navires sous son nom, dont 9 pour la Chine et 13 pour les Indes.

19 . A.D. I.-et-V. : 2 Eh 20, contrat de mariage d’octobre 1696, etc. A. Germond, Les parlementaires bretons de 1661 à 1720, D.E.S., Faculté des Lettres de Rennes, 1961, p. 104-112.

20 . A.D. L.-Atl. : E II, Not. 345, Bourfflet ; contrats du 23-4-1722 et du 3-2-1722.

21 . A.M. Nantes : GG 649, lettre de G. Mellier à l’intendant Ferrand, 6-7-1715, et CC 484. Sur l’un des parents de Van Harzel, J. Petit-Jean-Roget, « Les tribulations d’un colon malgré lui (1702-1722) », Annales des Antilles, 1955, n° 3-4, p. 66-82, et le compte rendu de cet article par G. Debien, « Les travaux d’histoire sur Saint-Domingue », Notes d’histoire coloniale, n° 52, p. 202-203. D’après les registres des classes du port de Nantes, l’activité d’armement de Van Harzel se prolonge jusqu’en 1729, date à laquelle il arme le navire Le Phénix du port de 150 tx, à destination de la Guadeloupe. De 1713 à 1729, Van Harzel a armé moins de 20 navires : l’armement est sans aucun rapport avec la richesse du personnage. Relevons enfin que, de 1715 à 1725, la fortune de Van Harzel serait restée stable, si l’on en croit les indications de G. Mellier. Cela parait a priori peu vraisemblable.

22 . A.D. L.-Atl. : C 849.

23 . A.D. L.-Atl. : C 677.

24 . Ces conclusions ne sont valables que pour le seul commerce maritime. La situation est différente pour l’activité manufacturière. Ainsi l’indiennage est presque totalement entre les mains des Suisses.

25 . Les armements du mois de décembre 1728 se réduisent à 2 navires (A.D. L.-Atl. : Marine 343).

26 . Il ne convient pas d’attacher une importance quelconque au détail des destinations des îles. Beaucoup de navires allaient en effet à Saint-Domingue en passant d’abord par la Martinique et la Guadeloupe, voire même par la Guyane. Il suffit de rapprocher les registres de désarmement pour pouvoir souvent reconstituer le trajet exact du navire (mort et désertions des matelots). Ajoutons que 2 des navires se rendant à Saint-Domingue passent d’abord par l’Irlande pour y chercher du bœuf et du beurre salé (A.D. L.-Atl. : Marine 344 et 346) ; L. Vignols, « L’importation en France au xviiie siècle du bœuf salé d’Irlande », R.H., 1928, t. CLIX, p. 79-84.

27 . Soit un navire de 300 tx armé pour la Martinique, deux respectivement de 240 et de 150 tx pour Cadix, un de 100 tx pour Amsterdam.

28 . Deux navires de 70 tx chacun pour la pêche à la morue et un de 50 tx pour Saint-Domingue.

29 . Un navire de 80 tx et un autre de 60 tx pour Cadix.

30 . Un navire de 70 tx pour le Cap-Breton.

31 . Un navire de 60 tx pour Saint-Domingue.

32 . Un navire de 80 tx pour Saint-Domingue.

33 . Un navire de 95 tx pour Saint-Domingue.

34 . A.D.L.-Atl., Registres des classes.

35 . Il y a avantage à avoir un équipage un peu plus nombreux pour une capacité de transport nettement supérieure. Cependant les négociants ne comprennent plus l’avantage essentiel que procure la course au tonnage. Les flottes des grands armateurs comportent encore des navires de tous les types et de tous les tonnages, nécessitant par conséquent de9 équipages nombreux. On ne rencontre jamais de flottilles formées uniquement de gros navires.

36 . Sauf quelques rares exceptions fournies par les archives judiciaires, comme par exemple par le procès du navire L’Aigle (A.D. L.-Atl. : C 747 et C 748, 1724-1764). Divers décomptes utilisables, mais incomplets, se trouvent dans les dossiers C 740 et C 747. Le dossier de L’Aigle est d’ailleurs assez particulier, puisqu’il concerne le commerce — illicite — avec l’Amérique espagnole. Nous n’en possédons que les indications concernant le prix de la cargaison (323 888 livres).

37 . Il serait tentant de calculer la fortune réelle de l’ensemble des habitants de la ville. Malheureusement toutes les bases nous manquent. D’ailleurs dans quelle mesure la fortune des non-négociants est-elle mobilisée pour le commerce en général et le négoce maritime en particulier?

38 . Il y a donc une différence sensible entre les chiffres de Huet et ceux des registres des classes. On les retrouve pour son tableau des années 1786 et 1787. D’après Huet, le port de Nantes aurait reçu 259 navires des colonies, contre 175 envois ; aurait équipé 10 navires pour la pêche à la morue (contre 49 entrées) ; aurait fait 72 expéditions négrières, 8 pour l’île de France, 2 pour la Louisiane, 11 pour les U.S.A. (total : 323 désarmements et 278 armements). Voici le tableau que fournissent les registres des classes :

ARMEMENTS

Image 3.jpg
On retrouve ce même décalage pour d’autres sources contemporaines. Un mémoire du 31-1-1789 (A.D. L.-Atl. : C 608) dit que : « notre place arme annuellement environ 200 navires de 150 à 800 tx pour nos colonies d’Amérique, les côtes de Guinée, le grand cabotage et les pays étrangers ». Or les chiffres fournis par les registres des classes pour l’année 1788 sont les suivants : négriers : 34 ; droiture : 106, pêche : 5 ; grand cabotage : 28 ; soit au total : 172.
Ce décalage pose un problème, d’autant plus que Huet limite sa statistique aux navires de plus de 100 tx, et le mémoire du début de 1789 à ceux de plus de 150 tx, alors que les registres des classes enregistrent théoriquement tous les tonnages, même nettement inférieurs. Il y a deux explications possibles : ou bien les contemporains ont pu consulter des documents plus complets, englobant par exemple les envois de navires armés par des Nantais dans d’autres ports ; ou bien les registres des classes sont incomplets. En ce dernier cas, il faudrait savoir de quand date la reliure de ces registres. Il nous a été impossible de trouver le moindre indice. On voit la complexité du problème...

39 . A.D. L.-Atl. : B 479 à B 537. Les seules données utilisables concernent Drouin (anobli en 1777 fortune estimée à 580 000 livres le 22-11-1777 (B 525) ; Paimparay (anobli en 1784, plus de 100 000 livres : B 534, 7-9-1784) ; Le Termellier (anobli en 1786, 61 000 livres : B 535, 7-2-1786). Tous ces chiffres restent très probablement en-dessous de la réalité.

40 . Les inventaires après décès (normalement enregistrés en Bretagne devant les juridictions et non devant les notaires — à moins que ces derniers ne cumulent les charges de notaire et de conseiller à une ou plusieurs juridictions) portent presque exclusivement sur les biens mobiliers. Ils n’enregistrent qu’assez rarement les « effets » négociables, et même les terres (sauf en cas d’inventaire des « paniers »). Signalons,à titre d’exception, la transaction en forme de partage des enfants du mariage Augustin de Luynes-Guillet de la Brosse, d’un montant total de 2 113 000 livres (A.D. L.-Atl. : II C 2921, Rouillé, 18-4-1765).

41 . A.D. L.-Atl. : C 849, « Réponse d’un gentilhomme breton à un commerçant de Nantes ».

42 . Il faut distinguer entre les chiffres de dots, qui ne constituent que des « avancements d’hoirie », réversibles à la masse de la succession au moment de la mort des parents, et ceux de fortunes avancés par les maris. En ce dernier cas, la formule habituelle est la suivante : « écuyer Dominique Symon Urbain Deurbroucq... a déclaré avoir tant en meubles meublants, argent, que marchandises, crédits et autres effets mobiliers la somme de 530 000 livres » (A.D. L.-Atl. : E II, Not. 1144, Jaiaber, 4-6-1784).

43 . G. Martin, Nantes au xviiie siècle, L’administration de Gérard Mellier (1709-1720-1729), op. cit.

44 . A.D. L-Atl. : C 870, « Rôles des négociants » (1751-1768).

45 . B.M. Nantes : n° 49-679.

46 . AD. L.-Atl. : B 3525.

47 . Ces 294 négociants habitent presque exclusivement les deux paroisses de Sainte-Croix et de Saint-Nicolas (113 dans la première, 120 dans la seconde). On en trouve 25 dans le quartier de Saint-Similien, 7 dans celui de Saint-Léonard et 3 dans celui de Saint-Clément. On n’en relève aucun dans les paroisses de Sainte-Radegonde, Notre-Dame, Saint-Denis, Saint-Vincent et Saint-Saturnin.

48 . Huet, Recherches économiques..., op. cit., tableau n° 9 (population industrielle) ; l’ensemble de cette dernière est évaluée par Huet à 10 521.

49 . G. Martin, Nantes au xviiie siècle, L’administration de Gérard Mellier..., op. cit., p. 243-245.

50 . A.D. L.-Atl. : C 694 : « La source du mépris qu’on a pour le commerce et les commerçants dérive en premier lieu de ce qu’on a tant confondu le terme de marchand, qu’à compter depuis l’artisan jusqu’au premier négociant du royaume, on n’en fait point de destination. Un cordonnier par exemple se sert de la qualité de marchand tout ainsi que le plus grand marchand de France... On oublie ainsi la distinction due à ces bons et grands marchands et négociants dont le crédit et la bonne foi, établie au dedans et au dehors du royaume, mérite une considération particulière ».

51 . F. Lefeuvre, Souvenirs nantais et vendéens, Nantes, 1913, p. 71-72. Et l’auteur — plus exactement son aïeul — de s’extasier sur la finesse et la blancheur de leur linge, spécialement lavé et blanchi, dans les eaux des sources montagneuses de Saint-Domingue. Dans certaines familles il était de coutume d’y envoyer tout le linge annuel.

52 . A.D. L.-Atl. : B 3796 (1788-1789) : « État de MM. les gentilshommes, leurs veuves et enfants faisant commerce, et autres personnes jouissant des privilèges de la noblesse, capités à la décharge du Tiers État de la ville de Nantes, déduction faite du cazernement ».

53 . Signalons, en outre, que les secrétaires du roi, dont la cote est inférieure à la somme automatiquement prélevée sur leurs gages, ne sont pas non plus compris sur ces diverses listes. Mais leur nombre est très faible.

54 . G. Martin, L’ère des négriers..., op. cit., p. 426, note 2, a cru pouvoir les utiliser. La stabilité qu’il constate ne reflète nullement une invraisemblable fixité des fortunes envisagées ; et on ne peut en tirer aucune documentation statistique de valeur. Le vingtième d’industrie est le plus scandaleux privilège de toute la fiscalité bretonne du xviiie siècle.

55 . A.D. L.-Atl. : B 3796.

56 . Mariage de Guillaume Jacques Bouteiller et de Marie-Louise Thérèse Drouin : dots 300 000 et 200 000 livres (A.D. L.-Atl. : E II, Not. 948, Girard, 20-6-1780) et de Charles François Bouteiller avec Marie-Henriette Drouin (A.D. L.-Atl.: E II, Not. 955, Girard, 8-6-1787).

57 . Relevons au passage que G. Mellier tenait les registres de capitation tant de la ville de Nantes que de la noblesse de l’évêché de Nantes.

58 . Sur les méthodes d’utilisation des rôles de capitation : H. Sée, « Vie économique et classes urbaines à Saint-Malo à la veille de la Révolution », Mémoires... Hayem, 1925, p. 145-148, article essentiellement fondé sur le dépouillement du dossier des A.D. I.-et-V. : C 4097.

59 . Le Lycée armoricain, année 1825, vol. VI, p. 21-22 : « M. Bouteiller, le plus modeste et le plus riche des négociants de Nantes avant la Révolution », et A.D. L.-Atl. : C 849, « Réponse d’un gentilhomme breton... » : « M. Bouteiller est reconnu pour être le plus riche négociant de toute la province ». Cette dernière affirmation mérite quelque scepticisme. Sans doute la richesse énorme des Danycan de l’Épine s’est-elle effondrée après 1720. Mais il nous parait douteux que la fortune de Guillaume Bouteiller dépasse celle des Beaugard, des Bécard ou des Magon de Saint-Malo.

60 . A.D. L.-Atl. : C 849, document cité : « sa fortune s’élève, dit-on, à 6 millions de livres ; mettons 4 millions, parce qu’il est question d’impôt, et non de mariage ». L’affirmation est intéressante, puisqu’elle tendrait à admettre une marge de dissimulation fiscale de 33 %. Mais dans quelle mesure ne gonfle-t-on pas artificiellement les chiffres des dots? Très souvent — et c’est le cas des deux mariages Bouteiller-Drouin — le capital des dots n’est pas versé, et les parents se contentent de verser les intérêts, avec des clauses de franchissement plus ou moins draconiennes.

61 . Ibid. : « M. Bouteiller paie en capitation et cazernement 1 200 livres, plus en industrie 140 livres. Total des impositions que paie M. Bouteiller, 1 340 livres. Je scais que M. Bouteiller a des biens à l’Amérique, je scais qu’il y a des droits sur les sucres et une capitation sur les nègres ». L’auteur anonyme connaît parfaitement le montant des impositions royales (A.D. L.-Atl. : B 3796) : il a donc pu consulter les registres ou du moins des rôles, de capitation de la noblesse — qui n’étaient accessibles qu’aux commissaires des États de Bretagne. Il oublie cependant — parce que cela aurait quelque peu affaibli son argumentation — que les deux fils aînés de G. Bouteiller, Charles et Henri, devaient de leur côté au total 250 livres au fisc provincial. La famille Bouteiller est donc inscrite pour une somme de 1 650 livres (domestiques non compris), au lieu des 1 340 livres du pamphlet.

62 . Ci-dessous, p. 191 et 268.

63 . A vrai dire, une partie des acquisitions coloniales n’est pas encore payée. Guillaume Bouteiller a en effet joué systématiquement la carte de la Révolution, achetant des plantations encore en 1790. F. Lefeuvre, Souvenirs nantais et vendéens, op. cit., p. 77, relate l’incident suivant : « M. de Bouteiller, le grand-père de l’ex-président du conseil municipal de Paris... l’un de nos plus importants négociants... s’élancea sur une table : — Mes amis (dit-il)... des esprits malintentionnés s’efforcent de semer parmi nous des doutes sur la solidité des assignats. Quelle meilleure preuve puis-je vous donner de la confiance qu’on peut avoir en eux, qu’en offrant à tous ceux qui m’entendent, l’échange à caisse ouverte de leurs valeurs en papier contre espèces sonnantes? — C’était si concluant... que le soir même la caisse du trop naïf négociant se refermait absolument vide d’espèces, mais par contre bourrée de papiers ». L’anecdote fait partie de la légende dorée orale qui a tant influencé l’érudition nantaise. Telle quelle elle semble difficilement admissible, tout en ayant peut-être à l’origine quelque événement vrai, grossi pour les besoins de la cause. La perte des plantations de Saint-Domingue et celles du commerce suffisent à expliquer la « ruine » rapide de G. Bouteiller. Il ne faudrait pas exagérer cette » pauvreté » ; elle est restée toute relative, et la famille a continué à tenir son rang sans atteindre, il est vrai, les triomphes d’avant 1789.

64 . A.D. L.-Atl. : E, Familles, Supplément, Bouteiller : « M. Bouteiller et Charles Bouteiller ont épousé deux demoiselles, filles de Louis Drouin, à peu près aussi riche que Bouteiller, tenant la maison la plus honorable de Nantes. »

65 . A.D. L.-Atl. : II C 2921, Ruillé, 184-1765.

66 . A.D. L.-Atl. : E II, Not. 1897, Varsavaux, 19-2-1788. Les biens-fonds du père représentent 178 000 livres (dont 150 000 livres pour une maison située dans l’île Feydeau et 28 000 livres pour un terrain situé à la Chézine), les habitations coloniales 1 810 000 livres, les rentes à peine 13 976 livres, les intérêts de navires 34 373 livres, les créances 1 635 099 livres, etc.

67 . F. Lefeuvre, Souvenirs nantais et vendéens, op. cit., p. 74. Il est curieux d’en rapporter l’emploi : « il en fit trois parts égales ; la première fut employée à bâtir sa fameuse maison de l’île Feydeau, pour les assises de laquelle... on employa une forêt entière de pilotis..., la deuxième fut utilisée à acheter une terre dans la province du Perche... pour la troisième... dans la maison d’armement... il tint toujours à avoir devant lui 300 000 livres en espèces ».

68 . A.D. L-Atl. : E II, Not. 771, Fouquereau. 12-6-1772 ; transaction entre les héritiers E II, Not. 774, Fouquereau, 27-5-1775.

69 . A.D. L.-Atl. : B 3796.

70 . Les plantations coloniales des Chaurand valent en 1789 plus de 3 millions de livres. Ci-dessous, p. 193. Signalons encore parmi les faillites celle de Le Ray, s. de la Ciaríais (A.D. L.-Atl. : II C 3066/1, Varsavaux, 19/20-7-1787). Actif : 3 537 667 livres ; Passif : 3 290 022 livres.

71 . G. Martin estimait le pourcentage de fortune détenu par les négociants à 10 % environ pour la décennie 1715-1725 (Nantes au xviiie siècle, l’administration de Gérard Mellier..., op. cit., p. 243). Ces chiffres résultent du dépouillement des rôles de capitation de l’année 1720 (A.D. L.-Atl. : B 3502). On voit que la richesse des négociants a augmenté de près de 15 % en l’espace d’un siècle, alors qu’il y a à peine une soixantaine de négociants supplémentaires. Ces chiffres ne sont valables que pour les seuls rôles de la ville, compte non tenu des négociants placés sur le rôle de la capitation de la noblesse de 1720 (A.D. L.-Atl. : B 3796).

72 . Nous avons choisi le chiffre de 4 millions comme étant le plus bas, de manière à éliminer tout gonflement artificiel du chiffre de la richesse de la ville... La valeur de nos conclusions n’en est que plus probante.

73 . Soit une fortune nantaise totale de 300 millions de livres environ.

74 . Les Leroux des Ridellières — parents des Grou — sont en cours d’anoblissement, mais n’ont pas encore atteint la durée légale de 20 ans nécessaire pour que la possession d’une charge de conseiller secrétaire du roi ait pu leur donner tous les droits de noblesse. Les Lieutaud de Troiville sont une famille de Jansénistes dont le rôle, très important, est mal connu.

75 . Dobrée est l’un des rares négociants nantais pour lequel la Révolution ne se soit pas traduite par un désastre financier. Parti de peu, il a été hissé au rang des négociants importants par son mariage avec la fille du Schweighauser, en dépit des réticences de son beau-père. Les descendants Dobrée ont occupé le devant de la scène nantaise tout au long du xixe siècle.

76 . Fallait-il tenir compte des veuves et des enfants mineurs ? Il est délicat de le dire, car nombre de veuves ont continué, comme Madame Crou, à faire du commerce. Quant aux biens possédés par des mineurs, ils ont pu être, eux aussi, investis dans le commerce. Mais nous pensons que les différences qui peuvent en résulter sont de peu d’importance, les commissaires des États de Bretagne sachant fort bien à quoi s’en tenir et inscrivant les veuves faisant commerce à leur rang.

77 . Les rôles des vingtièmes des villes n’offrent qu’un intérêt réduit, puisqu’ils portent exclusivement sur les biens immobiliers urbains (A.D. L.-Atl. : B 3773, année 1787). Ainsi la veuve Grou paie pour sa maison 254 livres de vingtième (cote n° 776) ; Deluines (sic) 293 livres (n° 784) ; Deurbroucq 232 livres « pour la grande maison » (n° 842), etc.

78 . Il est évident qu’on aboutirait à des chiffres nettement moins élevés à partir d’autres fortunes — ce qui ne traduirait que la distorsion due à la dégressivité du fait des impôts. Notre calcul ne reste pas moins hasardeux. Il n’a d’autre but que d’essayer de dégager une tendance générale. D’où l’élimination de la portion de la fortune coloniale et la fixation du chiffre de la fortune au minimum indiqué par nos sources : 4 millions. Si l’application systématique de la régie, consistant à utiliser les chiffres les plus faibles, aboutit quand même à la découverte d’un enrichissement considérable, la réalité ne peut être que supérieure à nos proportions du tableau.

79 . Sur les 4 chiffres de ce tableau, trois peuvent être considérés comme sérieusement établis. Nos calculs recoupent en effet ceux de Huet, qui donne comme capital engagé en 1725 : 7 500 000 livres et en 1790 : 22 millions de livres. Les chiffres de Huet nous paraissent un peu forts, puisqu’il prend, en 1790, comme valeur moyenne du négrier 300 000 livres (or il y a parmi eux plusieurs unités de très faible tonnage qui n’ont pas coûté 50 000 livres), et du navire en droiture 110 000 livres (or les comptes des Chaurand montrent que ce chiffre est loin d’être toujours atteint). En revanche, il ne fait pas entrer en ligne de compte les armements de cabotage européen. Peut-être nos chiffres sont-ils un peu faibles, dans la mesure où notre documentation peut provenir de négociants économes — comme l’étaient les Chaurand par rapport aux Ballan. Du moins est-il intéressant de chiffrer l’augmentation des prix qui ont quadruplé de 1725 à 1790. Quant à la deuxième colonne, seul le premier chiffre peut prétendre à une valeur certaine.

80 . Cet enrichissement urbain justifie la violence de la « révolution municipale » nantaise, sa précocité (elle débute pratiquement dès 1788), tout comme elle explique certaines illusions du fédéralisme de type « girondin ».

81 . A.D. L.-Atl. : E II, Not. 364, Boufflet, 29-1-1748 : « le futur déclare que tous les biens quil a... tant en France qu’à l’Amérique... lui tiendront lieu de propre, ainsi que les biens fonds situés à Valensole sa patrie, qui lui sont échus de ses père et mère ».

82 . Du moins à en croire la tradition orale nantaise. Malheureusement les archives du Loiret, détruites en 1940, ne permettent d’opérer aucune vérification.

83 . Le nom de Deguer se trouve dans les registres paroissiaux de Bouguenais dès la fin du xvie siècle ; celui des Bouteiller apparaît en 1683 dans ceux de la paroisse de Sainte-Croix de Nantes.

84 . La date est assurée par le fait que les deux baptêmes des aines de Nicolas Bertrand de Cœuvres ne se trouvent pas inscrits dans les registres paroissiaux de Saint-Nicolas de Nantes, alors que sa troisième fille, Marie, naît le 18-3-1684. D’après les renseignements aimablement communiqués par M. de Freslon, Nicolas Bertrand aurait passé son contrat de mariage avec Marie Michau le 1-5-1645 devant le notaire Michel Devilleneuve (Orléans).

85 . A.D. L.-Atl. : E II, Not. 365, Boufflet, 29-1-1749. Les Chaurand se sont enrichis aux Antilles. Le contrat de mariage mentionne l’existence d’une habitation aux îles, sans autre précision, possédée pour 1/2 par Honoré Chaurand. Mais nous ne savons pas comment les Chaurand ont vécu aux Antilles. Toutes nos recherches, ainsi que celles que M. Rambert a eu l’extrême obligeance de mener pour nous en Provence, ont été jusqu’à présent vaines.

86 . A.D. L.-Atl. : E II, Not. 364, Boufflet, mariage entre noble homme Honoré Chaurand, s. du Chauffault et de la Boissonnière et Marie Portier de Lantimo, 29-1-1748. Le négociant avoue une fortune de 150 000 livres, sans compter la valeur des biens fonciers de Provence et la moitié d’une habitation à la Martinique.

87 . A.D. L.-Atl. : E II, Not. 2000, Villaines, 21-11-1702 ; A. Perret, « René Montaudoin », B.S.A.H. Nantes, t. 88, 1949, p. 78-94.

88 . H. de Berranger, « Un homme d’affaires nantais au xviiie siècle : Berthrand de Cœuvres », M.S.H.A.B., t. XXXIV, 1954, p. 88-89. Nicolas Bertrand de Cœuvres a commencé par être receveur des amendes et aumônes de la juridiction des Monnaies de Nantes. Marie Michau est née le 10-6-1667 à Bruz près de Rennes (baptême du 25-7-1667). Elle est la fille de Jacques Michau, seigneur de Montaran, né vers 1621, conseiller secrétaire du roi en la Chancellerie près le Parlement de Bretagne en 1671, mort en Saint-Germain de Rennes le 10-9-1699 ; et de Marie Le Gouverneur. Le mariage s’est conclu à Morlaix, le 29-5-1664 (paroisse de Sainte-Melaine). On sait que son fils Jean-Jacques Michau, sieur de Montaran, né le 4-9-1668, conseiller au Grand Conseil en 1690, trésorier des États de Bretagne de 1699àl720, a été très mal vu des États de Bretagne. La protection dont il a joui sous la Régence n’est pas totalement étrangère à l’affaire Pontcallec en 1718. Le père du célèbre banquier, Jacques Michau, a été « commerçant à Nantes et sur mer où il a fait une fortune immense ». Les trois filles ont contracté des alliances brillantes : l’aînée Françoise Marie a épousé le 31-5-1683 René Le Prestre de Lézonnet, entrant, ainsi dans l’une des plus grandes familles de la noblesse parlementaire de Bretagne. La cadette Jeanne Renée, s’est mariée le 20-5-1677 avec Nicolas Balle, autre commerçant-banquier nantais, oncle de Gérard Mellier (G. Martin, ... L’administration de G. Mellier, op. cit., p. 63, 72 et 75). Pour que Nicolas Bertrand puisse s’allier avec une famille d’une telle notoriété, il fallait qu’il eût déjà lui-même quelque importance.

89 . Bouguenais, près de Nantes.

90 . Titulatures employées dans les registres paroissiaux (mariage de noble homme Pierre de Guer avec Françoise de la Ville, 18-1-1686, paroisse de Samt-Saturnin de Nantes ; de Pierre (II) de Guer avec Louise Mainguy, 26-7-1736, paroisse Saint-Léonard ; mariage de Clair de Guer, 20-4-1723, registre paroissial d’Ancenis).

91 . A.D. L.-Atl. : E II, Not. 368, Boufflet, 17-7-1752. Éléonore Brown lui apporte 60 000 livres de dot, dont la moitié est payée comptant ; l’autre moitié est payable dans le délai d’un an, sans porter d’intérêt (article 3). Le douaire « prefix » est chiffré à 2 000 livres par an, ce qui est considérable.

92 . A.D. L.-Atl. : E II, Not. 364, Boufflet, 29-1-1748 : « déclare le futur que de tous les biens qu’il a tant en argent quautre effets mobiliers et réputés tels, tant en France qu’à l’Amérique et dans quelque lieu qu’ils puissent être en immobiliser la somme de 150 000 livres en argent de France... qui lui tiendront lieu de propre... ainsi que les biens-fonds situés à Valensole sa patrie qui lui sont échus de ses pères et mères, et sa moitié dans une habitation nommée la Jambette, située dans l’île de la Martinique qu’il a en société pour moitié avec le sieur Bérard son associé, distraction faite de sa moitié de nègres qui tombera en communauté ».

93 . L’ascension sociale des Portier de Lantimo est, elle aussi, rapide. En 1717, Pierre Portier dispose de 40 000 livres lors de son mariage avec Anne Rozée, qui lui apporte 10 000 livres de dot (A.D. L.-Atl. : E II, Not. 2018, Villaines, 4-9-1717). Vers 1725, G. Mellier donne le chiffre de 80 000 livres ; la fortune a donc presque doublé en 8 ans, au rythme d’une augmentation annuelle de 7,5 % par an. Des 5 enfants issus de ce mariage, les deux garçons avouent posséder, en 1759, l’aîné, 150 000 livres (plus 71 000 livres de dot) [A.D. L.-Atl. : EII, Not. 366, Boufflet, 26-5-1750] ; le cadet Pierre, en 1747, 110 000 livres (plus 38 000 livres de dot) [A.D. L.-Atl. : E II, Not. 363, Boufflet, 30-1-1747]. Quant aux trois filles, Michelle, qui se marie en 1747, reçoit 99 700 livres de dot (A.D. L.-Atl. : E II, Not. 363, Boufflet, 21-8-1747) ; Marie, en 1748, 106 971 livres (A.D. L.-Atl. : E II, Not. 364, Boufflet, 29-1-1748) ; et Anne, en 1750, 122 507 livres (A.D. L.-Atl. : E II, Not. 366, Boufflet, 19-1-1750). Les enfants de Pierre Michel et de Pierre sont moins richement dotés à la génération suivante : Marie-Françoise, issue de l’aîné Pierre Michel Portier, doit se contenter, en 1780, de 70 000 livres de dot. Les trois cadettes de Pierre Portier : Thérèse, Marie et Marie-Françoise, reçoivent chacune 60 000 livres dans les années 1770-1778, alors que l’aînée touche en 1770, 100 000 livres (comme si les Portier avaient introduit une sorte de partage noble). Sur les Portier, voir : D. Rinchon, Pierre-Ignace-Liévain Van Alstein., op. cit., p. 139-141.

94 . Nous tenons ici à remercier très vivement M. de Freslon, qui a bien voulu nous communiquer les renseignements généalogiques tirés des registres paroissiaux nantais qu’il a dépouillés. Nous avons complété cette documentation par le recours systématique aux actes « de notoriété » des notaires. Les enfants morts en bas-âge sont le 5e : Catherine Françoise Sophie, née le 10-6-1757, morte le 13-6-1757 ; le 8e : Michèle, Nicole, Narcisse, née à Bouguenais le 29-10-1758, morte à Nantes le 14-4-1761 ; le 9° : Magdelaine, née le 28-7-1760, morte le 30-9-1762 à Bouguenais, et le 10e : Alexis-Louis-Marie, né le 15-7-1766, mort le 30-3-1768. Sauf indication contraire, les renseignements proviennent des registres paroissiaux de Saint-Nicolas de Nantes.

95 . Joseph-Michel Chaurand, né le 2-9-1754, meurt à 27 ans le 26-10-1781 ; François-Marie-Alexandre, né le 19-10-1755, meurt à 34 ans le 9-7-1789. Le premier, dit de Lépinay, a été, semble-t-il, associé un certain temps à l’armement Ducamp (renseignement tiré des registres des classes).

96 . A.D. L.-Atl. : E II, Not. 940, Girard, 14-1-1772. La dot de la future se répartit ainsi : « 38 500 livres en espèces d’or et d’argent ayant cours, et 30 000 livres en un billet de pareille somme à l’ordre dudit sieur Chaurand et par lui endossé au sieur époux ». La transaction, en forme de partage, des de Luynes, effectuée le 18-4-1765 porte sur une somme de 2 113 000 livres soit 1 940 000 livres en « biens, effets, crédits à l’Amérique », 140 000 livres en terres en France et 33 000 livres en contrats de constitution (A.D. L.-Atl. : II C 2921).

97 . Messire François-Marie Forget devient maître aux Comptes en 1783. Sur sa généalogie, voir A.D. L.-Atl. : B 530, minute du 11-9-1783. Par sa mère, Forget descend des Van Berchem ; son aïeule paternelle est Catherine Rozée, elle-même fille de Michel Rozée et d’Anne Trochon.

98 . A.D. L.-Atl. : E II, Not. 773, Fouquereau, 6-4-1774. Jeanne Anne Deurbroucq est le 7e enfant de Dominique René Deurbroucq et de Marie Sengstack. Née le 13-9-1752, elle meurt le 22-6-1845 (registres paroissiaux de Sainte-Croix de Nantes). Sur la famille, voir l’acte de notoriété, A.D. L-Atl. : E II, Not. 1145, Jalaber, 22-1-1785.

99 . A.D. L.-Atl. : EII, Not. 776, Fouquereau, 10-5-1777. Thérèze Honorée Libault, 5e enfant d’écuyer François Libault, secrétaire du roi, et d’Anne Portier de Lantimo. Thérèse est donc la cousine germaine de son mari.

100 . A.D. L.-Atl. : II C 2990, S.S.P. du 20-9-1774, effectivement enregistré le 8-12-1774 ; D. Rinchon, Les armements négriers..., op. cit., p. 77 et 82.

101 . Ibid., p. 82.

102 . Nous n’avons malheureusement pu retrouver jusqu’à présent la date de la mort de Honoré Chaurand. Notons toutefois que de 1776 à 1785, les Chaurand, qui comptent parmi les très rares armateurs nantais à investir uniquement dans les voyages de droiture, ont quand même armé 22 navires pour les îles. Or ils ont engagé, pour les 19 voyages dont les détails sont connus, 737 000 livres... Théoriquement, ils récupérèrent 1 204 000 livres (63 % de bénéfice, soit 8 % de bénéfice annuel)... mais cette dernière somme est loin d’être rentrée en 1785... D’après les registres des classes, la famille, c’est-à-dire le père, a armé de 1749 à 1763,4 navires, de 1763 à 1776, 6 navires en droiture, soit un total de 10, contre 22 de 1776 à 1785.

103 . Article 570 de la Coutume (M. Sauvageau, Coutume de Bretagne, Rennes, Vatar, 1742, p. 290-292) : « les enfans des hommes de valeur et mérite, qui ont été ou seront par leur vertu, autrement qu’en faveur d’argent déboursé, annoblis... ne partageront noblement jusqu’à ce ce que les Terres et Fiefs Nobles soient parvenus en second partage », etc. Ce qui d’après la jurisprudence de l’époque aboutit, en fait, à retarder le partage noble jusqu’à la 5e génération. L’origine méridionale des Chaurand renforce encore la probabilité du partage égal.

104 . Henry Bouteiller (né le 12-8-1639 à Sainte-Croix de Nantes, mort probablement avant 1699) s’est marié le 18-5-1675 à Françoise Le Coq (morte le 30-11-1754). Sauf mention contraire, les références d’état civil sont puisées dans les registres paroissiaux de Sainte-Croix de Nantes.

105 . Jeanne, née le 4-1-1680 ; nulle mention par la suite ; et Perrine, née le 13-7-1677, morte le 21-12-1680.

106 . Françoise, née le 16-7-1678, s’est mariée le 15-2-1699 à Charles Sevin, marchand orfèvre.

107 . Anne, née le 14-2-1681, épouse Julien Glémeau, le 29-7-1704 (A.D. L.-Atl. : E II, Not. 2583, Verger), le futur a 10 000 livres ; la « future » 8 000 livres.

108 . Louise, née le 31-12-1682, mariée au négociant Antoine Marcorelle le 28-10-1710 (A.D. L.-Atl. : E II, Not. 1552, Nidelet, 14-12-1710), 8 000 livres de dot.

109 . A.D. L.-Atl. : E II, Not. 1981, Verger, 5-6-1701 et II C 2576. Guillaume (I) Bouteiller est né le 28-3-1676, il est mort le 23-12-1762.

110 . Marie, Guillaume (mort en bas-âge), Françoise, Guillaume (II) et Antoine.

111 . Guillaume, né le 18-7-1705 et Antoine, né le 3-7-1717.

112 . Marie, née le 20-8-1702, morte le 2-2-1788 (paroisse de Saint-Laurent de Nantes), mariée le 20-1-1727 à maître Michel Mahille, procureur du roi au présidial de Nantes (A.D. L.-Atl. : E II C 2672, Duhil, 5-2-1727 et II C 2658) dots : 35 000 livres du côté Mabille ; 55 000 livres du côté Bouteiller.

113 . Françoise, née le 16-2-1708, s’est mariée le 21-11-1729 à François Bertrand de Cœuvres (A.D. L.-Atl. : E II, Not. 701, Duhil, 17-11-1729) : fortune avouée de Bertrand de Cœuvres : 300 000 livres ; dot de Françoise Bouteiller : 55 000 l.

114 . Guillaume (II), né le 9-3-1713, marié à Éléonore Brown le 18-7-1752.

115 . Guillaume Jacques Bouteiller, né le 3-1-1756, se marie le 27-5-1780 à Marie-Louise Drouin, fille de Louis Drouin et de Marie-Françoise Budan (A.D. L.-Atl. : EII, Not. 948, Girard 20-6-1780). Charles François Bouteiller, né le 18-7-1760, épouse Marie Henriette Drouin, sœur de la précédente, le 8-6-1787 (A.D. L.-Atl. : E II, Not. 955, Girard, 8-6-1787).

116 . Nous avons adopté l’orthographe Bertrand, sans h, par suite des variations extrêmes de ce nom. Comme l’écrit si joliment le recteur de Sainte-Croix en commençant un nouveau registre paroissial (A.M. Nantes : GG 527 répertoire depuis l’an 1690 jusqu’à présent = 1749) : « il faut surtout bien se persuader que personne ne scait bien son nom, L’orthographe des surnoms parce que souvent la dérivaison est inconnue, et quelle est venue du caprice des anciens ses souvent mesme changée par l’idée des particuliers qui en faisant précéder leurs noms des particules de, du, des ; ou le, la, les ; ou en retranchant ou changeant quelques lettres se croyant plus distingués, et plus recommandables, outre cela bien des personnes qui ne se font aucun scrupule d’orthographier eux mesmes très mal leur propre nom ». La remarque vaut aussi bien pour l’h des Bertrand-Berthrand que pour les de Guer et les Delaville.

117 . Marie Bertrand de Cœuvres, née le 18-3-1684 à Saint-Nicolas de Nantes, mariée le 21-11-1702 à René Montaudoin (A.D. L.-Atl. - E II, Not. 2 000, Villaines, 19-11-1702). Sauf indication contraire, les références concernant les Bertrand sont puisées dans les registres paroissiaux de Saint-Nicolas de Nantes.

118 . Du moins à ce que nous croyons. Nicolas Bertrand, l’ancêtre marié à Marie Michau, est mort à Nantes le 9-8-1716 à 80 ans. On peut dénombrer 8 enfants de ce mariage (sans être sûr qu’il n’en ait point existé d’autres). Nous possédons fort peu de renseignements sur trois d’entre eux : Martin, né le 1-4-1685 ; Louis, né le 18-10-1687 et Louise, née le 20-5-1692. Nous ne savons pas s’ils sont morts en bas-âge ou s’ils ont quitté Nantes. Par contre Hiéronyme, né le 16-4-1689, est mort dès le 22-10-1690. Peu de renseignements aussi sur Jean-Baptiste, né le 6-8-1686, et marié à Elisabeth Vassor (à Orléans?). Il est peut-être encore en vie vers 1730, mais ne doit pas résider à Nantes. Nous pouvons au contraire préciser l’état civil des trois personnages principaux. L’aîné, Nicolas II, né probablement à Orléans, ou dans les environs, est mort à Nantes le 23-9-1723 à 53 ans. Il est marié à Elisabeth Fontaine, morte à 61 ans le 26-9-1739. Le cadet, François Bertrand, né le 2-8-1691 à Nantes, mort le 23-10-1750, s’est marié le 24-11-1729 à Françoise Bouteiller, mariage déjà évoqué. Quant à la seule fille restée sur place Marie, elle a comme déjà dit, épousé René Montaudoin.

119 . A.M. Nantes : CC484.

120 . Marie épouse le 11-12-1731 messire Le Loup de la Biliais ; Madelaise se marie le 1-7-1739 avec messire de Coué et Thérèse le 18-12-1742 avec messire Marie Daniel Botherel de Quintin. Les Bertrand entrent donc de plain-pied dans la haute noblesse bretonne. Sur les 15 enfants issus du mariage de Nicolas (II) Bertrand et d’Elisabeth Fontaine, Pierre, né le 20-11-1712, meurt dès le 12-6-1715 ; Nicolas, probablement né à Orléans, meurt à l’âge de 2 ans à Nantes le 19-2-1702 ; trois restent célibataires: Nicolas, né le 16-3-1704, vit encore en 1742 ; Françoise, née le 15-7-1715, meurt le 28-4-1748 ; Cécile Emilie, née le 14-11-1719, meurt le 19-3-1734. Une seule fille : Elisabeth (née probablement à Orléans) se marie avec un négociant : Albert Sengstack, d’une famille protestante hambourgeoise ; il abjure le protestantisme le 7-1-1727, quelques jours avant son mariage le 17-2-1727. Nous ne disposons d’aucun renseignement sur les enfants suivants : Jacques, né le 9-1-1706 ; Jean-Baptiste, né le 8-11-1708 ; Anne, née le 22-12-1709 ; Marie-Anne, née le 14-10-1716 ; François, né le 1-5-1718. Ainsi le négoce n’est maintenu à l’intérieur de cette très grande famille que par René Bertrand, s. de la Clauserie, né le 23-4-1707, mort à Saint-Sébastien sans postérité le 7-10-1772.

121 . A.D. L.-Atl. : E II, Not. 2023, Villaines, 9-12-1731 et II C 2683.

122 . A.D. L.-Atl. : E II, Not. 355, Boufflet, 30-6-1739.

123 . A.D. L.-Atl. : E II, Not. 358, Boufflet, 7-12-1742 et II C 2751.

124 . A.D. L.-Atl. : E II, Not. 701, Duhil, 17-11-1729. François Bertrand de Cœuvres est né le 2-8-1691 à La Chapelle-Basse-Mer (Loire-Atlantique) ; il est le fils de Nicolas I Bertrand et de Marie Michau ; il meurt à Nantes le 23-10-1750.

125 . Nicolas, né le 19-4-1734, mort le 7-2-1737.

126 . François Bertrand de Cœuvres, né le 14-11-1730, mort le 4 ventôse an vi (22-2-1798). Les documents des archives de la Berrière (Chapelle-Basse-Mer) que nous publions proviennent de cette succession.

127 . A.D. L.-Atl. : E II, Not. 760, Fouquereau, 1-5-1761. Marie-Françoise est née le 27-11-1731.

128 . AD. L.-Atl. : E II, Not. 929, Girard, 5-5-1762, et II C 2751. Marie-Elisabeth, née le 9-7-1740, meurt le 9-2-1780 (paroisse Saint-Léonard de Nantes).

129 . Il est difficile d’interpréter cette baisse de 48 000 livres. Peut-être le veuf de Marie-Louise Védier paraissait-il suffisamment riche.

130 . Le rapport fortune-dot est impossible à préciser. Il semble avoir varié dans des proportions considérables. On peut distinguer deux cas : 1. les parents paient effectivement le montant de la dot ou, du moins, la paient dans des délais rapprochés ; il est alors sûr que le total des dots se situe largement au-dessous de la valeur de la moitié de la fortune paternelle ; 2° les parents avancent un chiffre considérable destiné à accroître le lustre de la famille, mais ne songent pas à donner cette somme, mais seulement à en payer la rente à 5 %. Comment expliquer autrement le fait que la fortune de René Montaudoin puisse être estimée, en 1725, à 600 000 livres, alors que les deux mariages de ses filles totalisent 400 000 livres? Il est vrai que cette somme est « franchissable à la volonté » des parents qui paient un intérêt annuel de 5 % en attendant de la donner. Il est probable que ce remboursement a été effectif — à la mort du père...

131 . A.D. L.-Atl. : Q 668. Procès-verbal d’estimation et de partage de la succession Bertrand de Cœuvres et Françoise Bouteiller, sa femme, 12 nivôse an vi. Le revenu annuel immobilier est estimé à 19 016 livres, soit 380 000 livres environ de capital. Cette succession comporte la terre de la Botinière (Vallet) et celle de la Berrière (Chapelle-Basse-Mer) et une maison place du Bouffay. Mais ces estimations diffèrent du bilan du 21 messidor an iv, qui comprend en outre la terre de la Lauberdière, la moitié de celle de la Sénardière, la terre des Bouteilles et de Launaie, etc. Ce qui n’empêche pas le vieux Bertrand d’écrire, quelque temps avant sa mort, que « les pertes qu’il a éprouvées et la diminution considérable de sa fortune l’obligent de quitter le 6 messidor prochain son appartement quai Bouquer » (12 germinal an iv).

132 . La longévité exceptionnelle de Françoise Bouteiller (née le 16-2-1705 dans la paroisse de Sainte-Croix de Nantes, morte le 13-4-1794 dans la paroisse de Saint-Nicolas) a fait que les Bertrand et leurs héritiers n’ont pas pu profiter complètement de l’énorme fortune amassée en 1789, mais qui était déjà largement compromise par l’inflation, les conséquences de la guerre maritime et la perte des plantations coloniales.

133 . De 1749 à 1782, l’armement des Bertrand a porté sur 19 navires de droiture, 12 négriers et 9 navires de cabotage. Mme Perhirin, L’armement nantais de 1749 à 1782, D.E.S., Faculté des Lettres de Rennes, 1965, p. 66. Il reste quelques obscurités dans la généalogie des Bertrand. Lorsque G. Mellier parle ainsi de Bertrand l’aîné (1725), on peut émettre deux hypothèses : 1° ou bien ce peut être René Bertrand sieur de la Clauserie — mais il est alors à peine âgé d’une vingtaine d’années ; 2° ou bien G. Mellier veut parler de François Bertrand... qui n’est que le 5e enfant de Marie Michau ; il a alors 34/35 ans. Mais en ce cas, les 60 000 livres avancées par le subdélégué-maire de Nantes ne coïncident guère avec les 300 000 livres citées dans le contrat de mariage de 1729.

134 . Fils de François Delaville (juge-consul de Nantes en 1756 et en 1757) et de Françoise Hachin (mariage de 1731), Armand François Delaville est né à Saint-Nicolas de Nantes le 15-2-1734. La graphie du nom de la famille est très variable, et aggrave considérablement les difficultés d’établissement d’une généalogie. Celle que nous a fournie M. de Freslon est incomplète. Nous l’avons corrigée grâce au dossier généalogique A.D. L.-Atl. : B 467, minutes d’audience de la Chambre des Comptes, 10-9-1737 et par l’acte notarial de mariage A.D. L.-Atl. : E II, Not. 1614, Poirier, 28-4-1722.

135 . A.D. L.-Atl. : E II, Not. 1527, Moricet, 29-12-1771 et II C 2961. Les références fournies par H. du Halgouët, AU temps de Saint-Domingue..., op. cit., p. 5, sur la famille Delaville sont inutilisables.

136 . A. M. Nantes : CC 484. Ce Delaville est inscrit sur les rôles du droit de joyeux avènement pour une fortune de 30 000 livres.

137 . Noble homme Pierre (I) de Guer est né le 24-4-1659 (paroisse de Bouguenais), et meurt le 23-11-1699 à Saint-Saturnin de Nantes.

138 . Mariage du 18-1-1699, paroisse Saint-Saturnin de Nantes. Après la mort de son époux, elle se remarie le 10-2-1702 à écuyer Louis Gautron de la Bâte.

139 . A.D. L.-Atl. : E II, Not. 1064, Hérault, 1-9-1763 et II С 2 910. Sur la famille, voir H. du Halgouët, Au temps de Saint-Domingue..., op. cit., p. 5-29.

140 . Comme le prouvent par exemple les demandes de de Guer à Delaville, lettre du -1-6-1765, citée in D. RINCHON, Les armements négriers..., op. cit., p. 34 ; et toute l’activité est décrite dans le même livre, p. 29-76. Sur l’activité d’armement de la maison de Guer, cf. tableau.

141 . Mariage Barthélémy Germain Marcé, avocat au Parlement de Bretagne et de Bonne Thérèse de Guer, 9e enfant de Clair de Guer, née le 17-5-1740. A.D. L-Atl. : E II, Not. 1527, Moricet, 15-2-1770. Le « futur » dispose de 9 500 livres, plus une rente annuelle de 600 livres ; la dot de sa femme est de 2 600 livres...

142 . Delaville s’est spécialisé dans la traite des Noirs ou profit de la Compagnie de l’Asiento (en particulier les fournitures à l’île de Porto-Rico).

143 . A.D. L.-Atl. : E II, Not. 1121, Jalaber, 29-4 et 15-6-1770 ; 1123, 2-12-1712, etc.

144 . D. Rinchon, Les armements maritimes..., op. cit., p. 67.

145 . A.D. L.-Atl. : B 3525.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/658/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/658/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Source : A.D. L-Atl. : B 3796 (capitation de la noblesse).Date : 1788/1789
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/658/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/658/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/658/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Légende : D = Droiture.N = Négrier.Soulignés : navires signalés par le père RINCHON, Les armements négriers..., op. cit., tableau p. 74.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/658/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/658/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 92k

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540