Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’armement nantais dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle

 | 
Jean Meyer

Chapitre III. La tenue des livres de comptabilité à partie double

Texte intégral

  • 1 A.D. I.-et-V. : F Fc 10 (1745), « Méthode pour apprendre à tenir les livres à parties doubles », m (...)
  • 2 « Instruction pour apprendre à tenir les Livres en parties doubles », archives privées G. de Maupe (...)

« Tenir les livres de comptes à parties double (sic) c’est la science de diriger et fermer des comptes par débit et par crédit suivant les règles claires et distinctes... qui donnent la parfaite connaissance de rendre à chacun ce qui leur appartient par droit et raison »1.
« Cette méthode qui a sa règle infaillible, claire et distincte est sans doute ni contradiction plus juste et plus utile que les parties simples parce qu’elle nous donne en tout temps une connaissance certaine de l’état de nos affaires en découvrant tout d’un coup ce que nous devons à chacun et ce qui nous est dû de quelque manière que ce soit... c’est par le moyen des écritures à parties doubles qu’on peut compter à tout moment avec ceux qui ont affaire à nous et par la rencontre que les parties doubles ont entre elles, il est moins dangereux de se tromper que dans les simples qui ne sont pas propres à un grand roulement de parties... »2.

1Conservation des livres de commerce : raisons de leur disparition, théories de La Nicollière-Tejeiro et de H. du Halgouët. — Intérêt tardif de l’érudition locale. — Habitudes commerciales du xviiie siècle : opposition du commerce de détail, sans tenue de livres, et du négoce maritime, avec tenue de livres de commerce. — Preuves indirectes. — La comptabilité en partie double : « science et art ». — Commis spécialisés.

2« Instructions pour tenir la comptabilité à parties doubles » : deux exemples bretons. — Le document Durochet-Rousselin (Saint-Malo, 1745). — « L’instruction » du négociant nantais Mesnard : possibilité d’une origine malouine.

3Degré d’évolution de la technique commerciale nantaise d’après les deux manuels de comptabilité : indications sur l’origine de la lettre de change ; endossement et escompte.

4Les livres de comptabilité en partie double : « Grand-Livre » et « Journal ». — Les registres complémentaires : « Mémorial », « Journal » et « Brouillard ». — Débit et crédit. — Reports sur le « Grand-Livre ».

  • 3 D. Rinchon, Les armements maritimes..., op. cit., p. 20-28 et ci-dessus, introduction, p. 42. Sign (...)
  • 4 De la Nicolliere-Tejeiro, La course et les corsaires à Nantes, Paris, 1906, p. vi, note 1 : « A Na (...)
  • 5 L’une des raisons majeures de l’échec de certaines recherches réside dans le fait qu’on s’est trop (...)

5Il ne subsiste plus à l’heure actuelle que trois comptabilités commerciales nantaises à peu près complètes pour le xviiie siècle : c’est dire si cette documentation est précieuse, rare, et mérite qu’on s’y arrête3. D’après de La Nicollière-Tejeiro, la cessation d’activité d’une maison de commerce entraînait automatiquement la destruction de ses archives4. Mais il n’apporte aucune preuve susceptible d’étayer ses affirmations. A-t-il, comme nous avons pu le faire, écouté la légende orale léguée de génération à génération à l’intérieur de certaines familles ? Source vague, incertaine, qui a pu avoir à son origine, des motifs intéressés. A-t-il déduit sa remarque des habitudes secrètes en usage au sein de certaines grandes affaires commerciales nantaises du xixe siècle ? Quoi qu’il en soit, l’explication est pour le moins insuffisante. Les fonds épars de la succession Bertrand de Cœuvres prouvent que les questions successorales provoquaient parfois une récapitulation éminemment favorable à la conservation des documents et ce, même si la famille abandonnait le commerce, s’éteignait, ou tombait en quenouille5.

  • 6 H. du Halgouët, Au temps de Saint-Domingue et de la Martinique, op. cit., p. 1-2. L’argumentation (...)
  • 7 A.D. L.-Atl. : 6 JJ 32-34 : « La société d’agriculture et de commerce a été invitée par une lettre (...)

6H. du Halgouët avance une autre interprétation. D’après lui, beaucoup de papiers de famille auraient disparu au moment de la Révolution6. L’affirmation est plausible, le « négociantisme » passant en 1793-1794 pour un crime aussi dangereux que « l’aristocratisme ». Un incident nantais vient renforcer cette hypothèse. En 1793, l’un des Montaudoin fut sommé, par le département de la Loire-Inférieure, de fournir ses livres et registres de commerce, de manière à permettre à l’administration de rechercher les traces de relations avec les émigrés. Montaudoin se retourna vers la Société d’Agriculture et de Commerce pour obtenir une décision unanime de ses confrères. Délicate affaire : le célèbre négociant ne voulait pas s’exposer à l’accusation d’entretenir des liens financiers avec des nobles. Comment n’en aurait-il pas eu ? Mieux valait ne pas révéler l’état de ses affaires. Quand « à se pourvoir par les voies de droit », n’était-ce pas sans danger7 ? Ce qui n’empêche nullement que les archives les mieux conservées soient précisément celles de l’un des négociants nantais les plus considérables, arrêté sous la Terreur : Chaurand.

  • 8 En 1912, l’archiviste E. Gabory intègre le fonds Delaville-Deguer aux archives départementales.
  • 9 Propriétaire actuel : M. Liberge. On sait que le Carteron a appartenu au xvie siècle à A. Ruiz (H. (...)
  • 10 MM. A. Gernoux et D. Rinchon ont découvert le fonds Chaurand en 1935-1937 dans des châteaux des en (...)

7En réalité, l’érudition nantaise ne s’est intéressée que très tardivement à l’histoire économique, et ce n’est guère qu’à la veille de la première guerre mondiale qu’on s’en est préoccupé8. Les détenteurs de livres de commerce les ont donc oubliés et relégués en quelque coin de leurs greniers. H nous a ainsi été donné de découvrir un fragment du « Grand-Livre » de la famille Douault au château du Carteron ; il a survécu à plusieurs changements de propriétaires9. Nul doute qu’on en retrouve d’autres, à l’instar des fonds Chaurand ou Bertrand de Cœuvres10.

  • 11 Poullain du Parc, Journal... du Parlement..., op. cit., t. IV, chap. LXI, p. 241-243 (27-7-1750). (...)
  • 12 Inversement : « si on leur donnait la même force qu’à des livres revêtus de la forme prescrite par (...)
  • 13 A.N., H 262.

8En dépit des découvertes toujours possibles, et des explications partielles déjà proposées, la documentation paraît singulièrement limitée par rapport à l’étendue du commerce nantais du xviiie siècle. On peut donc se demander si cette faiblesse de nos sources n’est pas congénitale, due au fait que les livres n’ont pas toujours été très complets ou bien tenus. Le titre d’un chapitre de Poullain Duparc laisse rêveur : « quel degré de preuve peuvent fournir les livres informes d’un marchand contre un autre marchand qui n’a point de livres ? »11. Où commence l’humour involontaire ? Chapitre remarquable au demeurant, plein d’observations qui éclairent d’un jour cru les pratiques commerciales bretonnes : « malheureusement, presque tous les marchands, en gros et en détail, de la Province n’ont que des livres informes ; en sorte que si on leur ôtait absolument tout degré de preuve, on causerait un trouble très désavantageux au commerce »12. Aussi ne faut-il pas trop s’étonner si l’ordonnance royale, n’accordant aucune valeur légale à tout acte commercial dénué de signature, a provoqué de virulentes protestations de la part des États de Bretagne13.

  • 14 A.D. L.-Atl. : II C 2863, acte sous seing privé du 13-6-1756. Le passage semble suggérer que cette (...)
  • 15 Ce marchand est-il parent du maître aux Comptes Le Deist de Kerivalant, célèbre à la fin du xviiie(...)
  • 16 A.D. L.-Atl. : II C 2863, acte sous seing privé du 21-5-1756 (feuillet 82).
  • 17 A.D. I.-et-V. : C 1550, année 1776 ; C 1551, année 1783 (premier semestre) : « le bureau de Vieill (...)

9Une remarque limite cependant la portée de ces constatations : elles sont surtout valables pour le commerce de détail. Le progrès cité par Poullain-Duparc oppose certes un négociant en gros (de fer) aux forgerons et marchands de détail de Saint-Servan. On s’était borné « à des conventions verbales », suivant ainsi « l’usage constant de faire... dans le commerce des fers, dans la bonne foi, et sans autres précautions ». Mais ces faits s’appliquent surtout au commerce de détail des toiles. Un acte sous seing privé établi par Chassin, Bertrand Le Texier, Uzelle et d’autres marchands de toiles de Quintin certifie que « le commerce De Bretagnes à Quintin, Uzel et Loudéac se fait de la main à la main et au comptant et qu’il est très peu de personnes dans ce commerce qui tiennent des livres surtout de ceux qui font le commerce de Nantes »14. Il existe d’autres actes de ce genre pour la même année 1756. Le 21 mai, Le Deist le jeune15, marchand à Saint-Hervé, assure : « qu’il ne tient pas de livres par les toiles qu’il vend et que personne n’en tient, ce commerce se faisant de la main à la main »16. La nuance est d’importance : Le Deist tient des livres, mais n’y inscrit pas son commerce de toile. Serait-ce à cause du droit de marque des toiles ? Les contrôleurs de ce droit n’ont cessé d’insister sur les « négligences » des employés de bureaux de marque de toiles, surtout ceux de Nantes et de Vieillevigne17.

  • 18 En revanche, il est fréquent de voir en période de mévente les fabricants continuer leurs achats d (...)

10Faisons la part de l’exagération provoquée par les tentatives de fraude : les indices restent convergents. La majeure partie du commerce intérieur de la Bretagne se fait sans comptabilité précise — facteur supplémentaire de fragilité qui se surajoute aux vices du système de « fabricants-marchands »18.

  • 19 A.D. L-Atl. : F 80, 3-9-1786.

11Il est plus anormal de voir le caractère rudimentaire de la comptabilité de négociants aussi notables que les correspondants parisiens des Chaurand. Leur échange épistolaire, hélas fragmentaire, fourmille de détails précis sur le commerce de l’argent, de papiers, sur les banques, sur les taux d’intérêts pratiqués. Nul doute qu’Orry de la Roche « savait son affaire ». Or, le 3 septembre 1786, il avoue, tout de go, à Chaurand : « je ne débitte qu’à mesure que je paye, cela est plus clair pour un homme qui n’a pas de teneur de livres, et qui peut-être est aussi un sot »19. Exemple de comptabilité rudimentaire, en partie simple.

  • 20 AD. L.-Atl. : E. II, Not. 343, Boufflet, 23-3-1719. Il est vrai que les deux associés ont déjà « t (...)
  • 21 A.D. L.-Atl. : E II, Not. 348, Boufflet, 23-12-1728.
  • 22 « Instruction pour apprendre à tenir les Livres en parties doubles », archives privées G. de Maupe (...)

12On n’est que plus frappé par la fréquence de la comptabilité en partie double à Nantes. L’affirmation a de quoi surprendre ; étant donnée la rareté des archives subsistantes, il faut se rabattre sur les preuves indirectes. Elles sont d’abord fournies par les clauses des actes de société. Pour autant que l’on puisse généraliser, à partir des données fournies par les contrats notariaux, la comptabilité semble courante dans le milieu commercial nantais de la première moitié du xviiie siècle, sans que l’on puisse toujours dire en toute certitude qu’il s’agisse de comptabilité en partie simple ou en partie double. Sans doute, l’acte de fondation de l’association Marcorelle-Valéry ne parle pas de comptabilité, et n’exige que la confection d’un inventaire général à la fin de la période prévue par le contrat20. Mais en 1728, les Trochon, Portier de Lantimo et Rozée se contentent de se référer aux habitudes commerciales, notion vague et qui, justement, nous échappe : « pour le bon ordre et gouverner de leur commerce, avec règle et sans confusion, il sera par lesdits sieurs Lantimo et Rozée tenus des livres journaux d’achats, ventes, et autres nécessaires suivant l’usage du négoce, dont un sera paraphé par Messieurs les juges-consuls ainsi qu’il se pratique aux termes de l’ordonnance du Commerce »21. L’exégèse de cette clause s’avère délicate : elle ne mentionne expressément que les livres d’achats et de ventes, c’est-à-dire le « Journal » et le « Mémorial » seuls exigibles par les autorités judiciaires22. Or, s’ils sont indispensables pour la transcription de leurs renseignements dans le « Grand-Livre », leur existence ne présuppose pas nécessairement la tenue d’une comptabilité en partie double. Leur mauvaise tenue la rend même impossible, ou du moins, illusoire.

  • 23 A.D. L.-Atl. : E II, Not. 353, 22-11-1737.

13En revanche, une clause comme celle contenue dans l’acte de fondation de la société Dowd-Darcy, dissipe toute équivoque. L’énumération : « corps de lettres, Journal, Grand-Livre et Livre de caisse » est celle des livres nécessaires pour la comptabilité en partie double, sans que celle-ci soit explicitement mentionnée23.

  • 24 Ci-dessus, p. 110.
  • 25 A.D. L.-Atl. : E II, Not. 365, 15-7-1749.
  • 26 Par exemple, A.D. L.-Atl. : E II, Not. 350, 20-8-1732 : « Ellis tiendra les livres de la société e (...)

14Au fur et à mesure que le siècle s’écoule, les clauses des actes de société, même de second plan, se font plus précises. Relevons dans l’acte de commandite d’un capitaine de navire et d’un armateur, évoqué plus haut24, la stipulation suivante : « il y aura des livres pour l’exercise de ladite société, qui seront un grand-livre, journal, brouillard, copie de lettres, factures, comptes »25. A plus forte raison la comptabilité en partie double est-elle imposée dans les sociétés plus importantes26.

15Mais que valent ces engagements ? Ont-ils été réellement tenus, et ces livres ont-il abouti à l’apparition d’une comptabilité en partie double irréprochable ? On peut légitimement en douter.

  • 27 Manuscrit cité p. 126, note 3.
  • 28 A.D. L,-Atl. : E II, Not. 350, Boufflet, 20-8-1732.
  • 29 A.D. L.-Atl. : E II, Not. 354, Boufflet, 29-12-1738.

16Certes les rares et grands ensembles d’archives commerciales conservées : ceux des Chaurand, Deguer, Delaville, Bertrand de Cœuvres, témoignent d’une technique comptable assurée. Mais est-il tellement arbitraire d’y voir, précisément, l’une des raisons majeures de leur survie ? Quelques indices nous semblent probants. Parlant du « Journal », l’auteur de « l’introduction » s’exprime en ces termes : « Il faut que celui qui l’écrit soit entendu dans la manière de tenir les livres, qu’il soit seul à écrire le Journal et qu’il le mette dans les Règles requises suivant les principes »27. Ce n’est donc pas toujours le cas. Quelques clauses notariales permettent de préciser. S’engageant à tenir la comptabilité en partie double, le négociant irlandais Ellis précise que les livres devront être tenus : « dans la meilleure forme que ce sera possible, à quoi il s’attachera avec soin et vigilence affin d’éviter la confusion dans leurs affaires »28. Obligation dirimante ou pieux souhait ? Lors du renouvellement de la société Portier-Rozée, l’union entre les deux clans est suffisamment solide pour qu’un article mentionne que les responsables des comptes « ne seront point tenus l’un vers l’autre des Erreurs qui sy pourraient commettre, sen déchargeant réciproquement pour la confiance mutuelle qu’ils ont entre eux »29.

  • 30 Les deux « manuels » bretons présentent à peu de choses près le même texte d’introduction, preuve (...)
  • 31 Il est assez rare que les papiers des négociants soient inventoriés ; d’ordinaire, les inventaires (...)
  • 32 A.D. L.-Atl. : L 624, Inventaire de la chambre de lecture du Port-au-Vin, maison Chiron, n° 8, 24 (...)
  • 33 A.D. L.-Atl. : D 28, règlements du 15-6-1788 de la société de lecture du cercle rue Jean-Jacques ; (...)
  • 34 Ces erreurs portent ordinairement sur les additions de sols et de deniers ; il arrive pourtant sou (...)

17L’existence d’instructions prouve, au demeurant, leur nécessité. Sans doute les termes introductifs de ces manuels font-ils partie de ces expressions poncives qui se recopient de génération en génération30. Retenons cette formule essentielle : la comptabilité en partie double est « une science et un art », si élevés, serait-on tenté d’ajouter, que la grande majorité des négociants est bien incapable de les pratiquer. Combien aimerait-on savoir ce qui se cache sous cette dénomination, si commode, des inventaires après décès : « quelques livres de commerce », surtout lorsque cette mention se trouve dans des inventaires de grands négociants qui... n’ont point de bibliothèque31. Et quand celles-ci existent, leur contenu se révèle souvent décevant. Sur les 444 ouvrages recensés à la bibliothèque de la chambre de lecture du Port-au-Vin, il y a 17 livres se rattachant directement ou indirectement au commerce32. La technique maritime y occupe la vedette avec L’Essai sur la Marine, l’Examen maritime de Levêque, Le Pilote instruit, le Vocabulaire des termes de la Marine, le Guide des navigateurs. Le droit fait prime : 2 exemplaires des Ordonnances de la Marine de Valin, plus un autre des Ordonnances de Louis XIV sur la Marine. Le tarif des droits des 5 grosses fermes s’y trouve à 2 exemplaires, alors qu’il n’existe qu’un seul traité sur le Droit public des colonies françaises. La partie commerciale de la bibliothèque est donc réduite à 5 volumes : L’Examen du commerçant, Le Parfait négociant de Savary, Le Banquier universel, un Traité des assurances, et un Recueil sur la Banque d’Espagne, dite de Saint-Charles. Aucun ouvrage de technique comptable. Sans doute une chambre de lecture est-elle un lieu de distraction, et les statuts prévoient donc infiniment plus d’articles précis concernant les jeux de cartes, les droits d’entrée, ou même le « pique-nique » annuel, que de règles d’achat de livres33. La comptabilité serait-elle réservée aux spécialistes ? Les inventaires de bibliothèques privées donnent la même impression : faible quantité de livres de commerce, absence de livres de comptabilité. Très souvent, les livres de simple arithmétique occupent une place aussi considérable que les grands traités commerciaux classiques. Ce n’est pas un luxe inutile, comme en témoignent les innombrables erreurs d’addition portant, à vrai dire, la plupart du temps, sur des sommes assez faibles34.

  • 35 A.D. L.-Atl. : E, Familles, Supplément Bouteilier, factum imprimé par M. G. Bouteilier, Nantes, 18 (...)

18Inversement, d’autres négociants ne tenaient pas à ce qu’on connaisse leurs affaires ; ni les membres de leur famille, ni leurs commis n’étaient totalement initiés. L’affirmation peut susciter le scepticisme. Pourtant certains procès sont là pour en témoigner. En 1786, Guillaume Bouteiller, le plus riche négociant de Nantes, conclut avec deux de ses fils un acte de société : « les autres enfants sont tenus à l’écart des achats d’habitations (Saint-Domingue) », stipule une clause. La réalité se révèle plus effarante encore. En 1808, un mémoire judiciaire constate que la progéniture écartée ignorait même l’existence de cette société, tout comme les commis de la maison : « ils croyaient, ainsi que le public, et que les commis même du cabinet... que ces acquets avaient été faits par leur père ; tant que M. Bouteilier père a vécu, on n’a point démenti cette opinion : ceux qui l’ont connu savent combien il était réservé et opposé à donner connaissance de ses affaires »35. Peu importe ici l’extraordinaire imbroglio que provoque la, ou plus exactement, les successions de Guillaume Bouteiller-Drouin. Mais que peut valoir, si par hasard on la découvre un jour, une comptabilité, même en partie double, qui ignore ces faits, dont les rédacteurs attitrés, les commis, étaient tenus à l’écart des décisions essentielles ? La comptabilité en partie double, si perfectionnée soit-elle, n’est nullement garante de la sincérité des bilans qu’elle nous révèle.

19Essayons de conclure : une bonne partie du commerce breton ignore la comptabilité en partie double, tout un secteur — celui des toiles — lui échappe en presque totalité, certains négociants l’abandonnent aux commis spécialisés, soit par incapacité personnelle, soit peut-être par mépris pour une technique jugée indigne de l’état social du commerçant.

  • 36 A.D. L.-Atl. : E II, Not. 355, Boufflet, 22-4-1739 : « et pour les frais de régie il sera passé en (...)
  • 37 A.D. L.-Atl. : B 3523, capitation de la ville de Nantes (année 1788).

20D’où l’importance prise par les commis à l’intérieur des entreprises commerciales. Hautement spécialisés, ils étaient les seuls à pouvoir se retrouver aisément dans le dédale des spéculations. Presque tous les contrats de société, même ceux d’assurances maritimes, prévoient le recours obligatoire à ces commis — grassement payés pour les normes habituelles de l’époque. L’article 7 de fondation de la société d’assurances maritimes Rozée-Portier spécifie, en 1739, le paiement de 700 livres de gages par an36. Dès ce moment, les commis se trouvent au sommet de la hiérarchie fiscale : dans les rôles de capitation leur utilisation vaut à leur « maître » le paiement d’un supplément de 14 livres37.

  • 38 Les rôles de capitation distinguent toujours soigneusement entre les commis ordinaires, relégués a (...)
  • 39 A.D. L.-Atl. : B 3525.
  • 40 B.M. Nantes : n° 49 679 ; Almanach du Commerce, des Arts et Métiers de la ville de Nantes pour l’a (...)
  • 41 Ce chiffre correspond aux besoins bisannuels du port de Nantes : 180 à 200 armements par an, plus (...)
  • 42 La répartition géographique par quartiers des demeures des commis ne manque pas d’intérêt : 37 com (...)

21Ces pris élevés font reculer nombre de négociants. Les commis de négociants38 jouissent d’une incontestable aisance et peuvent imposer leurs revendications. Le nombre des cotes de capitation est révélateur. En 1788, on compte 293 négociants inscrits sur les rôles de la ville contre, à peine, une centaine de commis et 81 capitaines de navire résidant en ville39. Cette dernière anomalie s’explique aisément. Le capitaine de navire — cet autre privilégié — élit souvent demeure au Pellerin, à Paimbœuf ou dans d’autres agglomérations situées le long de la « rivière » comme l’indique l’Almanach du Commerce de la ville de Nantes de l’année 177640. Le rapport négociants-capitaines de navires est en réalité beaucoup moins défavorable aux premiers qu’il n’y paraît : 224 négociants contre 276 capitaines de navire41. En revanche, les commis sont, par définition, obligés de résider en ville. On peut donc penser qu’à quelques unités près, les rôles de capitation les comprennent tous. Le rapport d’un commis pour trois négociants ne manque pas de confirmer nos appréhensions sur la tenue des livres de la majorité des commerçants42.

  • 43 Archives privées, document reproduit en appendice, par exemple : n° 1, navire La Généreuse, n° 2, (...)
  • 44 A.D. L.A-tl. : 16 J I.
  • 45 Ces lacunes peuvent toutefois s’expliquer par des pertes dues aux événements politiques.
  • 46 A.D. I.-et-V., 4 Fc 10.

22La spécialisation des commis ne doit cependant pas faire illusion. Tout procédé de comptabilité, si perfectionné soit-il, si soignée que soit la tenue du Grand-Livre, dépend de la fidélité avec laquelle les reports des livres de base se font sur celui-ci. La comptabilité traduit seulement ce qu’on a bien voulu lui faire dire. La sincérité des comptes-courants du Grand-Livre est garantie par la comptabilité en partie double : cela ne signifie nullement la véracité des comptes d’ensemble. Le registre d’intérêts de navires de Bertrand de Cœuvres en fournit plusieurs exemples. L’énumération des « rentrées d’argent » y est fondée à la fois sur le témoignage des dossiers de navires43, et sur celui des inscriptions contenues dans le Grand-Livre. On trouve donc logiquement deux rubriques : le « détail des divers comptes de répartitions indiquées sur le Grand-Livre et dans les dossiers », ainsi que celui des « répartitions portées sur le Grand-Livre seulement et qui ne se trouvent point indiquées dans les dossiers »44. D’où la tentation de croire à l’existence d’une troisième catégorie de comptes : ceux qui, n’ayant été enregistrés ni dans les dossiers, ni dans le Mémorial ou le Journal, ne peuvent avoir été inscrits sur le Grand-Livre. Les lacunes des dossiers de navires sont à cet égard inquiétantes45. Ces considérations, tirées du seul examen superficiel des papiers commerciaux subsistants, se trouvent confirmées par les recommandations des auteurs des « manuels » de comptabilité. Le Malouin Durochet-Rousselin demande que « les parties doubles » du Journal soient répétées sur le Grand-Livre « le plus souvent qu’il leur est possible, pour éviter le Soupçon que Leurs Intéressez ou Autres pourraient avoir de la supposition ou obmission des Parties tant pour les Pertes »46.

  • 47 Ci-dessous : appendice p. 307-364.

23Or, dans le domaine des fraudes, on n’est jamais mieux servi que par soi-même. D’où l’intérêt des « instructions » dont nous reproduisons le texte par ailleurs47. Elles appartiennent, la première d’entre elles surtout, à cette catégorie d’exercices scolaires dont les vestiges sont si fréquents dans les archives privées de l’Ancien Régime. « L’honnête homme » passait son temps à multiplier les mises au point, qu’on retrouve sous la forme de simples copies de manuels, d’extraits adaptés de plusieurs livres, de compilations plus ou moins heureuses. Combien de pères, désireux de transmettre le fruit de leur expérience, ont dicté à leurs enfants de longues pages de recommandations, legs précieux, trop souvent méprisé5. Copies laborieuses, témoins d’une forme d’éducation particulièrement efficace, si elle était bien menée, sources d’histoire méconnues — et donc trop souvent disparues.

  • 48 D. Rinchon, Les armements maritimes..., op. cit., p. 30.

24L’existence de ces manuscrits démontre à quel point la comptabilité en partie double reste un instrument délicat à manier... si délicat qu’on ne tient nullement à trop la compliquer, ni même à bien la comprendre. Foin des petits souscripteurs qui apporteraient des sommes trop faibles : la multiplication des comptes courants rendrait la tenue des livres trop difficile et trop dispendieuse48. Et c’est l’attitude de gros négociants qui disposent de tous les employés, de toutes les facilités requises pour faire face à toutes les difficultés.

  • 49 A.D. I.-et-V. : 4 Fc 10.
  • 50 Il nous semble en effet peu vraisemblable que les commis aient travaillé pour plusieurs négociants (...)

25D’où une situation ambiguë. La comptabilité en partie double est sans doute l’instrument idéal qui « donne en tout temps une connaissance certaine de l’état des affaires en découvrant ce que nous devons à chacun et ce qui nous est dû d’une manière quelconque »49. Mais elle est aussi quelque chose d’un peu ésotérique, une espèce de secret à la fois « art et science » qui, à tort ou à raison, accorde à celui qui la possède une supériorité décisive sur tous les concurrents qui en sont démunis. Il est par malheur encore impossible de préciser vers quelle date la comptabilité en partie double s’est introduite à Nantes. Attestée, comme on l’a vu, par les actes de fondation des sociétés au début du xviiie siècle, il n’est pas impossible qu’elle ait été pratiquée dans certains milieux dès la fin du xviie siècle. Peut-être aussi le commerce de Saint-Malo a-t-il eu en ce domaine, comme en tant d’autres, une certaine avance. Mais l’absence actuelle de toute recherche, de toute documentation sur ce sujet ne permet pas de trancher la question. La quantité relativement faible de commis de négociants porte à penser que la comptabilité en partie double restait, à la veille de la Révolution, le privilège de la minorité la plus évoluée de « ces Messieurs du Commerce »50.

  • 51 Ci-dessous : appendice p. 307-330.
  • 52 Nous n’avons pu identifier ce négociant malouin qui, en tout cas, ne compte pas parmi les armateur (...)

26Quoi qu’il en soit, le hasard nous permet de comparer deux documents conçus presque en même temps : la « Méthode pour apprendre à tenir les livres à parties doubles » et « L’instruction pour apprendre à tenir les livres en parties doubles ». Le premier se présente sous la forme d’un ensemble de feuillets, visiblement incomplets51. Rédigé en septembre ou en octobre 1745 par Pierre Durochet Rousselin52, c’est l’œuvre d’un enfant ou d’un adolescent, probablement écrit sous la dictée d’un spécialiste (le père ou un commis). L’intention didactique et pédagogique est évidente. L’atmosphère est celle d’un milieu traditionaliste, profondément imprégné de religiosité. Le document débute par la devise de la Compagnie de Jésus : « à la plus grande gloire de Dieu ». Dans les recommandations sur la tenue du « Journal », le maître n’oublie pas de mentionner que l’inventaire doit débuter « par ces mots : au nom de Dieu, ainsi soit-il ».

  • 53 Prenons quelques exemples. Dans le paragraphe : « Du livre des factures... Facture de 3 balles de (...)
  • 54 Le document s’arrête sur une question qui n’a pas de réponse ; or le cahier comporte encore plusie (...)

27La rédaction est médiocre ; l’orthographe d’une fantaisie déconcertante, la ponctuation passablement inattendue. Deux remarques permettent de penser à un enfant, peut-être assez jeune. Les mêmes mots sont parfois écrits correctement puis, quelques lignes plus loin, d’une manière purement phonétique53. Chez un adulte la graphie serait plus régulière et moins fantaisiste. On retrouve au fil des pages un souci constant de multiplier les indications pratiques les plus minutieuses : « une marge raisonnable » ; « marquer à Côté de Chaque Partie par un ou plusieurs Caractères de Chiffres le Feuillet... laissant un espace entre les lignes diamétrales ». Tout est noté : « les lignes transversalles », les « intervalles », la place assignée aux livres, sols et deniers avec les « trois lignes parpendiculaires... à cotté main droite ». Détails sur lesquels il serait vain d’insister si l’auteur-répétiteur avait affaire à un adulte. Laissons un instant courir notre imagination : on croit surprendre le monologue à la fois respectueux et agacé du vieux commis, investi de l’entière confiance du maître, comme l’on devine aussi la force d’inertie que lui oppose l’enfant distrait de son patron. L’orthographe des noms est encore ancienne et frappe encore plus si on la compare à celle, impeccable, de « l’Instruction ». Certaines phrases de la « Méthode » n’ont pas de sens, comme si l’écrivain n’avait pas compris et s’était contenté d’écrire purement et simplement ce qu’il a cru entendre. Est-ce pour cette raison que le document s’arrête court, sans tenir les promesses qu’il annonçait54 ? Peut-être le professeur improvisé, ayant lu cette étrange prose, découragé, a-t-il jugé inutile de poursuivre un travail de rendement douteux ?

  • 55 De 1738 à 1784, la famille Mesnard arme pour une trentaine de voyages au long cours (jauge : 6 335 (...)
  • 56 Le prénom René est indiqué dans la facture de « 3 ballots de Bretagnes » chargés sur le navire le (...)

28« L’Instruction pour apprendre à tenir les Livres en parties doubles » des archives privées G. de Maupeou est d’une toute autre tenue. Soigneusement calligraphiée, reliée en parchemin, son état de conservation est parfait, témoignant du soin avec lequel elle a été rédigée. L’inventaire, qui l’accompagne et l’illustre, date du 2 janvier 1743. Le registre fait partie des papiers provenant de l’armateur nantais Mesnard55. On doit cependant se demander si c’est bien son origine première. En effet, les modèles de lettres de change sont datés de Saint-Malo et signés Caillau56. Sans compter parmi les grandes fortunes, le capital avoué dans le texte et chiffré à 250 511 livres, toutes dettes déduites, est fort honorable. Le train de vie de 6 500 livres est à cette date déjà considérable. Le bénéfice de l’année 1743, toutes pertes retranchées, est évalué à 26 924 livres — près de 10 % du capital considéré. Et pourtant le nom de Caillau ne se trouve pas dans les registres portuaires malouins...

29Quoi qu’il en soit, ce texte émane d’une personne en pleine maturité d’esprit, connaissant parfaitement le métier. Style et orthographe sont d’une tenue presque parfaite, peu commune dans la bourgeoisie bretonne de l’époque. Sans doute cette particularité provient-elle de ce que « l’Instruction » suit de près les divers manuels de comptabilité en partie double qui circulaient à l’époque. A voir cependant la manière d’utiliser des exemples de connaissements et de lettres de change, on pencherait à croire à des réminiscences plutôt qu’à des emprunts textuels à des livres servant de modèle.

  • 57 Ce serait une étude passionnante que celle de l’influence du catéchisme sur la pédagogie des xviie(...)

30L’intention pédagogique est tout aussi apparente que dans le document précédent. Il faut rendre la comptabilité en partie double « si intelligible et facile qu’il n’y a qu’à le lire pour le comprendre ». Voire... Le niveau intellectuel exigé du lecteur est nettement supérieur à celui du document Durochet. Inutile de chercher dans « l’Instruction » une « explication des termes les plus ordinaires » dans le commerce : tout cela est censé être connu. Les considérations d’ordre général sont donc exclues ou, du moins, ne sont mentionnées qu’en fonction des seules nécessités internes du texte. Le Dictionnaire de Commerce par questions se propose donc uniquement d’enseigner : « à poser les parties à leurs Journaux en débit et en crédit par des instructions très faciles ». En revanche, on retrouve dans les deux Méthodes le système cher au xviiie siècle de procéder par une alternance de questions et de réponses, à l’imitation du catéchisme57.

31En résumé, il est difficile d’imaginer contraste plus complet entre le ton bonhomme, la manière archaïque du parler, la désinvolture de la présentation de l’un, et la froide correction, la perfection formelle de la présentation de l’autre. Pourtant les deux catéchismes commerciaux sont pratiquement contemporains, émanent de milieux identiques, poursuivent les mêmes buts, s’inspirent d’expériences analogues, utilisent probablement des sources comparables. Le plus récent est cependant le plus suranné, tant il est vrai qu’en histoire tout n’est pas uniquement une question de dates. En dépit de ces divergences, le fond est identique.

32Leur utilisation pour l’étude du commerce nantais soulève cependant une objection. S’ils sont tous les deux d’origine malouine, les conclusions qu’ils permettent d’avancer sont-elles applicables à Nantes ?

  • 58 Capitaines corsaires à Saint-Maio pendant les guerres de la fin du règne de Louis XIV, Les Perrée (...)
  • 59 Elles reposent principalement sur les demandes répétées de Saint-Malo pour devenir un port franc, (...)
  • 60 G. Collas, Un cadet de Bretagne..., op. cit., p. 86-108.
  • 61 A.D. L.-Atl. : I JJ 26-28.
  • 62 Sur les relations commerciales directes entre Saint-Malo et Nantes, on dispose pour l’instant du b (...)

33On répondra d’abord que, le second s’étant retrouvé dans les papiers Mesnard, il paraît probable qu’on les utilisa à Nantes. D’ailleurs nombre de négociants malouins ont quitté leur ville natale au cours de la première moitié du xviiie siècle pour s’acclimater à Nantes, comme le fit Perrée de la Villestreux58. Les relations commerciales entre les deux cités commerçantes sont très étroites en dépit de leurs rivalités59. « L’Instruction » cite, parmi les correspondants de Caillau, l’une des plus grandes familles nantaises : les Laurencin. On connaît les rapports, si intimes, des Espivent de la Villeboisnet et du père de Chateaubriand60. Il y a eu, sans doute, de vives animosités et, par moment, une froide lutte d’influence politique. Elles comptent peu au niveau des relations d’affaires familiales où les intérêts s’entremêlent. Les Sébire investissent volontiers chez les Chaurand61. Tout cela supposait des méthodes comparables. Tout au plus peut-on présumer que Saint-Malo a légué à Nantes ses techniques commerciales plus évoluées. D’ailleurs, nous ne pouvons faire autrement. Jusqu’à présent, on n’a pas trouvé de documents nantais correspondants. Il faut donc nous contenter de ceux qui sont disponibles62.

34Le dictionnaire des termes de commerce, placé en tête de la « Méthode », situe d’une manière précise le degré d’évolution de ces techniques commerciales, tout en éclairant certains problèmes qui ont soulevé maintes discussions entre historiens de l’économie.

  • 63 De Roover, L’évolution de la lettre de change (xive-xviiiesiècle), Paris, 1953, p. 143-144.
  • 64 En soi, la thèse de Caillau est probablement fausse, dans la mesure où l’antériorité de la lettre (...)

35Relevons d’abord, à titre de curiosité, l’opinion des négociants du xviiie siècle sur l’origine de la lettre de change. Celle-ci a permis, on le sait, tout le développement commercial et financier du Moyen Age et de l’époque moderne. Elle a été mise au point à Gênes avant 120063. Or Caillau affirme que : « plusieurs croient que les Juifs ont inventé les lettres de change lors de leur bannissement de France par Dagobert I, roi de France en 640 ». Laissons à l’auteur la responsabilité d’un pareil dire. Y croit-il vraiment lui-même ? Car il continue plus loin : « mais Desrubin, ancien auteur de Léon (Lyon ?) en attribue l’invention aux Florentins qui s’étaient réfugiés... en France où ils firent commerce de lettres de change pour retirer leurs effets de Florence d’où les Giblois les avaient chassés ». Ce qui n’est pas si loin de la réalité64.

  • 65 De Roover, op. cit., p. 37-40.
  • 66 De Roover, op. cit., p. 19-20, 68-73, 145-146. Notre texte fait allusion à la célèbre distinction (...)

36Après cet excursus historique, l’auteur malouin reconnaît l’origine monétaire de la lettre de change : « proprement mis... c’est une Négociation Dargent qui se fait de place en place, par exemple un marchand de Saint-Malo a besoin Dargent à Londres il s’adresse à un particulier qui en a, lequel lui fait une Lettre de Change suivant la somme et le prix qu’ils conviennent ». Mais il est bien évident pour l’auteur qu’elle a depuis longtemps perdu ce caractère exclusif, puisque « l’intérest est un profit ou bénéfice à tant %... que l’on appelle dordinaire Change ». L’assimilation entre intérêt et change est donc pour lui totale : peut-on rêver confirmation plus explicite des hypothèses de De Roover65 ? L’opinion de Durochet souligne encore, s’il en était besoin, le conflit moral et théologique qui s’est greffé sur le développement de la lettre de change et de l’intérêt qu’elle dissimule : « il n’y a que deux choses usitées : celui d’une monnaie contre une autre, et le Change par lettre quand on en prend quelque bénéfice, les docteurs l’appellent change sec et disent que c’est un prêt usuraire qui n’est point permis selon Dieu ». Notre commerçant n’en paraît pas trop convaincu...66.

  • 67 « Supposé que je transporte la susditte lettre (de change) à quelqu’un, il faut mettre de l’autre (...)
  • 68 Le mot « accepter » a ici la signification suivante : « accepter une lettre de change, c’est-à-dir (...)
  • 69 Sur l’escompte, de Roover, op. cit., chap. V, p. 119-142, et, en particulier, 119-122 (évolution d (...)

37L’escompte est évidemment bien connu67. En revanche, l’escompte de la lettre de change auprès d’un banquier est ignoré. Durochet affirme que l’escompte « est une sorte de rabais ou diminution en fait Dargent monnaye ». Plus explicite encore : « l’excompte est... un rabais que le Vendeur fait à Lacheteur à tant pour cent Sur le payement desdites marchandises quil Luy a vendue en Cas Lacheteur Les payent avant le terme convenu Entre eux ». En comptabilité en partie double l’escompte compris dans ce sens doit donc « se ballancer » dans le compte spécial des profits et pertes (ici dans la perte). En dépit de cette méconnaissance de l’escompte des lettres de change, celles-ci sont le moyen de paiement par excellence, véritable monnaie fiduciaire, puisque « négocier une lettre sur la place ou ailleurs est d’en trouver la valleur à perte ou à profit pour La donner ». Caillau est plus précis : les lettres de change « et billets de change dont on est porteur se négocient en se transportant à un autre moyennant la valeur que le preneur en donne au porteur », soit au pair, soit avec profit, soit à perte. D’où l’importance de la procédure, le plus souvent notariale, de la protestation ou « protest ». C’est « un acte de sommation d’accepter68 ou de payer une Lettre de Change avec protestation en cas de refus, de tous dépens, Dommages et Intérests contre tous Ceux qui ont part à la Lettre de Change »69. On peut donc affirmer que, vers 1740-1745, la procédure anglaise ou hollandaise de l’escompte des lettres de change par les banques est encore inconnue en Bretagne.

  • 70 Pourtant les négociants-banquiers ne manquent pas en Bretagne dès cette époque.
  • 71 A-t-elle beaucoup évolué au cours de la deuxième moitié du xviiie siècle ? Il ne le semble pas. Ai (...)

38Quant à la définition de celles-ci, elle ne manque pas d’intérêt. Durochet les considère comme « un amas ou fonds Dargent qu’une république ou État a reçu de plusieurs particuliers intéressez ». Il ne semble donc pas concevoir le rôle du banquier privé70. Il est donc normal que le procédé de l’escompte au sens moderne du terme n’ait pu encore s’implanter en Bretagne, car il exigeait une hiérarchie bancaire assez solide pour disposer d’avances considérables. Pour tout résumer, nos deux documents décrivent une technique comptable et commerciale restée, en plein milieu du xviiie siècle, très traditionnelle71.

LES LIVRES NÉCESSAIRES POUR LA TENUE DE LA COMPTABILITÉ EN PARTIE DOUBLE

39Le nombre de livres commerciaux tenus par les négociants varie d’une manière assez considérable. A la rigueur, deux registres seulement sont strictement indispensables pour pouvoir établir une comptabilité en partie double : le grand-livre, clef de voûte de tout le système, sans lequel on ne peut « découvrir les avantages que l’on tire de la Science des Comptes », et que l’on nomme aussi parfois le livre de raison, et le Journal. Tous les autres livres sont des « livres d’aide », destinés à faciliter la tenue du Grand-Livre et du Journal. Aussi leur nombre varie-t-il en fonction de la spécialisation de l’affaire, de son importance, de la qualification du ou des commis employés. Durochet recommande chaudement l’utilisation d’un livre de factures, d’un livre de caisse appelé encore « Brouillard », d’un livre de copies de lettres ou « Missives ». Caillau surenchérit en ajoutant à cette liste un livre de dépenses de maison et de frais de marchandises.

  • 72 A.D. L.-Atl. : I J, fonds Chevy et Trottier, 1 à 26 ; 3 J 2 ; fonds Delaville-Deguer, 8 J 1 à 9 ; (...)
  • 73 A.D. L.-Atl. : 16 J 4.
  • 74 A.D. L.-Atl. : 8 J 10 et 11 ; I JJ 26, 27 et 28.
  • 75 A.D. L.-Atl. : I JJ 35 et 36. Le dossier 16 J 2 est formé de pièces éparses, non rassemblées en re (...)
  • 76 A.D. L-Atl. : I JJ 37.
  • 77 A.D. L.-Atl. : I JJ 74 et 75. Notons cependant qu’ils sont de date très tardive (1788-1790).
  • 78 A.D. L.-Atl. : I JJ 45, 46 et 47. Eux aussi sont de date relativement tardive (17-11-1784-19-4-179 (...)

40En réalité, il en existe d’autres. Les registres de correspondance sont souvent spécialisés en fonction de la destination géographique des correspondants72. Parfois on classe à part la correspondance reçue73. Les armateurs ont intérêt à tenir des livres d’armement et de désarmement74, voire des livres d’assurances maritimes75. Les Chaurand disposent, en outre, de livres de magasins comptabilisant les entrées et les sorties des marchandises76, de livres spéciaux de comptes-courants77. Le livre de factures peut être doublé d’un registre de brouillards de factures78.

  • 79 Caillau ajoute : « c’est sur lequel on écrit le premier en peu de mots significatifs les affaires (...)
  • 80 Le « Brouillard de factures » joue un rôle identique vis-à-vis du livre de factures.
  • 81 Il existe toutefois des livres de raison qui esquissent une comptabilité en partie simple.
  • 82 A.D. L.-Atl. : 16 J 6.

41Tous ces livres secondaires ne demandent guère d’explications, en dehors du « Brouillard » ou « Mémorial » que Caillau recommande d’incorporer dans le « Journal ». Pour Caillau, le « Mémorial » enregistre le relevé au jour le jour de toutes les opérations, effectuées, passives ou actives, suivant leur ordre chronologique, « en achat et vente, y mentionnant le jour, le mois, l’année, l’action avec la qualité, le poids même, la marque et les conditions de chaque marchandises, achetées ou vendues, livrées ou reçus comptant ou à terme, en troque ou à condition d’escompte »79. En un mot, à raison d’une ligne pour chaque affaire, on tient un compte rigoureux et chronologique de toutes les opérations commerciales et financières. On ne peut même pas qualifier cette énumération de comptabilité en partie simple. L’avantage de la tenue d’un pareil livre réside dans le fait que ce travail est à la portée du premier venu sachant lire et écrire, à condition qu’il soit assez soigneux pour noter toutes les caractéristiques nécessaires. L’habitude de tirer un trait sous chaque affaire, et de passer à la ligne de manière à bien isoler toute transaction, doit en faciliter la lecture. Ce Brouillard, ou Mémorial80 ne se différencie donc pas fondamentalement des livres de raison des propriétaires terriens81. Beaucoup de négociants propriétaires de bien-fonds possèdent aussi leur livre de raison terrien82.

42Le « Journal » n’est que la reprise des données fournies par le « Brouillard », mais cette fois elles sont transposées en comptabilité en partie double. D’où la remarque naïve de Durochet : « toute personne sans scavoir tenir les livres peut écrire, exprimer sa pensée ingénuement( !) dans un Brouillard à part », mais il n’est donné qu’aux spécialistes de « raporter les parties du Mémorial au Journal ». Nos deux auteurs sont d’accord pour admettre la commodité du procédé consistant à mettre le Mémorial-Brouillard sur la feuille gauche du livre, le Journal sur celle de droite. Le procédé a le mérite supplémentaire de permettre de voir immédiatement l’originalité de la comptabilité en partie double... Le journal doit de ce fait être tenu par quelqu’un qui « soit entendu dans la manière de tenir les livres ». Bien plus, il faut qu’il « soit seul à écrire le Journal... et... qu’il le mette dans les Règles requises suivant les principes ». Laissons encore la parole à Durochet : « chaque partie que vous couchez dans le Journal a deux Dénominations, scavoir le débit et le crédit. Le Débit est largent ou marchandises que vous avez achepté, emprunté ou reçu, et pour en parler en termes de Comptes, Cest celuy qui a achepté, emprunté ou reçoit de vous, c’est le débit ; et le Crédit est la personne qui de vous a achepté, emprunté ou reçu de Largent ou marchandises ». Donc, « chaque Article que lon veut écrire dans le Journal doit contenir un débiteur qui en doit estre chargé ou Débité, et un Créancier qui en doit estre Déchargé ou Crédité ».

43La grande difficulté de la comptabilité en partie double consiste donc moins à équilibrer tout crédit par un débit, ou tout débit par un crédit correspondant, que de savoir exactement qui est le créditeur ou le débiteur : « il s’agit de bien examiner Chaque Chose avant de la Coucher, comme de Scavoir bien Connaitre le Véritable Débiteur pour le Charger et bien Connaitre aussi le Créditeur pour le décharger ». L’essentiel de nos manuels consiste précisément à définir le plus exactement possible chaque opération commerciale ou financière pour reconnaître crédit et débit. Plus que des manuels, nos documents sont des aide-mémoire prévoyant le plus grand nombre de cas possible.

  • 83 Quant à « L’instruction », on y précise que la règle générale pour trouver débiteurs et créditeurs (...)
  • 84 Ci-dessous, texte en appendice p. 312-314.

44Durochet préconise une méthode de distinction simple : « tout ce qui entre... en mon pouvoir est débiteur ou doit estre débité, tout ce qui sort de mon pouvoir... est créditeur... Celuy à qui ou pour compte de qui on paye ou envoye ou fournit ou lon remet, est débiteur, celuy de qui ou pour qui on reçoit... est créancier ». Ces généralités sont encore trop vagues83. Les auteurs des deux « manuels » ne semblent pas croire leur lecteur capable d’appliquer ces principes aux cas particuliers qui peuvent se présenter. Livre par livre, article par article, « méthode » et « instruction » se décomposent en un ensemble de recettes pratiques destinées à permettre de « coucher » débits et crédits préalablement définis en comptabilité en partie double. Non contents de donner une définition théorique, « méthode » et « instruction » invoquent des exemples à l’appui de leurs dires. « L’Instruction » fournit un tableau précis du passage du « Mémorial » au « Journal ». Plus concise pour une fois, la « méthode » se contente d’une description plus sommaire84.

45Le « Journal » étant rédigé, il faut reporter ces indications sur le « Grand-Livre », report théoriquement obligatoire tous les 8 jours. Durochet avoue cependant que chez beaucoup de négociants, ce travail ne se fait... que tous les ans, c’est-à-dire probablement au moment où l’on établit la « ballance » pour dresser le bilan. Le procédé le plus efficace consiste à se reporter à l’index alphabétique des Comptes du « Grand-Livre », tant pour le créditeur que pour le débiteur et, « s’il en a point, de Comptes ouverts, vous en formerez un » ! Car l’avantage du « Grand-Livre » réside dans la « comparaison qu’on y fait du débit et du crédit d’une même personne ou d’un même objet ». D’où la multiplication des divers types de comptes, qui détermine évidemment la plus ou moins grande complexité du « Grand-Livre ».

  • 85 Définition de la remise : « c’est quand ( !) un marchand ou Commettant de France remet à son commi (...)
  • 86 Il faut y inclure les fonds fournis pour créer des sociétés pour participer à des compagnies et, s (...)
  • 87 « Étant renfermés dans le même feuillet, il est facile de juger si il a été plus reçu que payé et (...)

46A côté des comptes de personnes, théoriquement illimités, on a l’habitude de distinguer au moins 7 catégories différentes de comptes : le compte de caisse (argent comptant reçu ou dépensé), le compte de marchandises (lui aussi théoriquement illimité), le compte « Traite » et lettres de change (qui peut être complété par un compte spécial de « Remises »)85, le compte « profits et pertes », le compte de fonds (ou de « mise en compagnie » ou de « participations »)86, le compte courant personnel qui « satribue proprement à mon facteur, correspondant ou commissionnaire », et enfin la « ballance » ou bilan. Chacun de ces divers comptes, ou plus exactement, chacun des éléments qui le composent, doit être marqué dans le répertoire alphabétique du « Grand-Livre ». En même temps les références des comptes du « Grand-Livre » doivent être notées sur le « Journal » (d’ordinaire en marge et devant la mention du « Journal ») et parfois encore reportées sur le « Mémorial ». Dans le « Grand-Livre », tout compte occupe normalement deux pages se faisant face, le débit sur la feuille de gauche, le crédit sur celle de droite87.

47Cette manière de procéder suppose une grande habileté d’exécution, car il faut prévoir le nombre de feuilles réservées à chaque type de compte d’une manière très large. En réalité, certains « Grands-Livres » deviennent très vite difficilement utilisables. Il faut d’abord « prendre garde de n’y pas ouvrir plusieurs comptes d’une même nature pour un même sujet ». Quand certaines catégories de comptes sont plus nombreuses que d’autres, le nombre de pages prévues se révèle trop faible ; il faut alors ouvrir en fin du « Grand-Livre » un supplément bien mal placé. Pour peu que ces suppléments se multiplient, la consultation d’un « Grand-Livre » peut devenir assez difficile.

48Cette analyse, pour sommaire qu’elle soit, montre l’avantage essentiel de la comptabilité en partie double. La conservation d’un seul de ces divers livres de comptabilité permet, théoriquement, de reconstituer l’ensemble, ou du moins une grande partie des affaires de la maison. Même le « Grand-Livre » seul est susceptible d’être utilisé de telle manière qu’on puisse en isoler tel ou tel élément. Il est donc possible d’analyser la rentabilité du négoce maritime, à condition que les livres aient été correctement tenus.

  • 88 « Dans la Négotiation extraordinaire et dont les suittes ne sont pas bien présentées dans l’esprit (...)
  • 89 Ceci d’autant plus que « L’Instruction » précise qu’en cas d’achat de marchandises pondéreuses ou (...)

49Or seul le « Mémorial » a valeur probatoire devant la justice. Tout dépend donc de lui. Il doit être normalement tenu en premier lieu et servir de fondement à tous les autres livres. Il est loin cependant d’en être toujours ainsi, contrairement aux recommandations des « Instructions », des « Méthodes » et des livres d’initiation à la comptabilité en partie double. Devant faire preuve en cas de contestation, le « Mémorial » ne doit pas compter de rayures. On préfère donc faire précéder l’inscription définitive dans le « Mémorial » d’un relevé opéré sur feuilles volantes, parfois en liaison avec l’inscription sur quelque livre « d’aide » : livres d’assurances, d’armement, de désarmement, etc.88. Par conséquent certaines rubriques ne se trouvent pas dans le « Mémorial »89.

  • 90 « Méthode » : « C’est ce quoi consiste principalement les Comptes à parties doubles, parce que Cet (...)

50En dehors de ces cas techniques, le principe de la comptabilité en partie double contient encore en lui-même un dernier facteur d’insécurité : « on ne doit... pas porter au Grand-Livre aucunes parties amoins quelle nait sa rencontre tant en débit qu’en crédit »90. Les reliquats de cette espèce sont évidemment très rares chez des commis expérimentés, mais la multiplication de pareils oublis rend assez douteuse la vraisemblance de Grands-Livres tenus par des négociants maladroits.

51La comptabilité en partie double n’est donc pas une panacée. « Instruction » et « Méthode » insistent au contraire sur ses difficultés, comme si les négociants bretons du milieu du xviiie siècle n’y étaient pas encore très bien adaptés. Elle est une méthode qui multiplie les risques d’erreurs lorsqu’elle est maniée par des mains inexpertes. Dans des mains adroites, elle justifie l’injustifiable : tout bilan, s’il est bien fait, cache une partie de la réalité. Mais on ne peut vraiment poser le problème qu’au terme d’un long calcul de rentabilité.

Notes

1 A.D. I.-et-V. : F Fc 10 (1745), « Méthode pour apprendre à tenir les livres à parties doubles », mémoire manuscrit incomplet, d’origine malouine ; texte en appendice.

2 « Instruction pour apprendre à tenir les Livres en parties doubles », archives privées G. de Maupeou, Nantes, manuscrit provenant du négociant nantais Mesnard, fin xviiie siècle.

3 D. Rinchon, Les armements maritimes..., op. cit., p. 20-28 et ci-dessus, introduction, p. 42. Signalons aux A.D. I.-et-V., l’énorme fonds Magon (Saint-Malo). La rareté et les lacunes de cette documentation incitent à la prudence. Ainsi C. Carrière, « Le commerce des Indes, ses profits », Annales E.S.C., 1961, p. 1037) écrit à propos du livre de L. Dermigny : « tout revient à saisir la place relative de la maison Solier dans les affaires... Dans quelle mesure est-elle représentative ?... Ne serait-ce pas un cas un peu particulier ? » (remarques à propos du livre de L. Dermigny, Cargaisons indiennes, Solier et Cie, 1781-1793, Paris, 1960, 2 vol.).

4 De la Nicolliere-Tejeiro, La course et les corsaires à Nantes, Paris, 1906, p. vi, note 1 : « A Nantes, lorsqu’un négociant cessait les affaires, il était d’usage après le règlement définitif des comptes, de détruire les registres et dossiers relatifs aux opérations commerciales de la maison, ce qui rend très difficiles les notes historiques sur nos comptoirs de commerce ».

5 L’une des raisons majeures de l’échec de certaines recherches réside dans le fait qu’on s’est trop adressé aux descendants directs de familles commerçantes, alors que les documents ont pu passer, par des mariages, dans des familles d’origine sociale différente, nobles en particulier.

6 H. du Halgouët, Au temps de Saint-Domingue et de la Martinique, op. cit., p. 1-2. L’argumentation employée par l’auteur est cependant quelque peu paradoxale, dans la mesure où elle s’appuie sur un passage interprété, ce nous semble, dans un sens trop large. Est-il besoin d’ajouter que la Révolution a bon dos et qu’on lui attribue des destructions qui ne sont pas toujours son fait ?

7 A.D. L.-Atl. : 6 JJ 32-34 : « La société d’agriculture et de commerce a été invitée par une lettre de Monsieur Montaudoin à faire cause commune sur les réclamations qu’il a à faire contre les prétentions du département qui prétend avoir le droit de compulser les livres de commerce à raison des comptes qu’il a avec divers émigrés. La société... s’est unanimement réunie dans une seule opinion... ce ne serait que dans le cas où le département prétendait pouvoir examiner ses livres malgré lui qu’il serait fondé à se plaindre et à se pourvoir par les voies de droit ». On remarquera l’habileté de la réponse, qui rejette la responsabilité sur Montaudoin, tout en affirmant un principe cher aux négociants. Montaudoin avait écrit : « ... en supposant qu’il y ait des émigrés parmi les correspondants, la confiance dont ils m’ont honoré ne me permet pas de chercher à éclaircir ce fait pour devenir leur dénonciateur. Je n’ay aucune présomption par devers moi pour les soupçonner émigrés et pour les déclarer tels. Si vous croiez qu’ils le sont, prouvez-le moi par des pièces qui ne soient pas de mon propre fait, et alors je me soumettrai à la loi ». Sur les arrestations de négociants, R. Kerviler, Les 132 Nantais, Vannes, 1894, p. 189-190.

8 En 1912, l’archiviste E. Gabory intègre le fonds Delaville-Deguer aux archives départementales.

9 Propriétaire actuel : M. Liberge. On sait que le Carteron a appartenu au xvie siècle à A. Ruiz (H. Lapeyre, Une famille de marchands, les Ruiz, op. cit., p. 92).

10 MM. A. Gernoux et D. Rinchon ont découvert le fonds Chaurand en 1935-1937 dans des châteaux des environs de Nantes.

11 Poullain du Parc, Journal... du Parlement..., op. cit., t. IV, chap. LXI, p. 241-243 (27-7-1750). On consultera également du même auteur, Principes du Droit français..., op. cit., livre V, chap. XI, p. 235-241 : « Les livres non signés, cotés et paraphés dans la forme prescrite par l’article 3 du titre 3 de l’Ordonnance de 1673 ne doivent être regardés que comme des Mémoires instructifs... qui ne peuvent avoir de forces, qu’autant qu’ils s’accordent avec les lettres et les autres pièces de la correspondance ». Disposition dangereuse dans la mesure où elle permet toujours à la partie adverse de récuser un livre : d’où le soin avec lequel sont conservés les registres de correspondances.

12 Inversement : « si on leur donnait la même force qu’à des livres revêtus de la forme prescrite par la Loi, il arriverait bien des infidélités, par la facilité de faire après coup, des Livres et de les ajuster ». Retenons la remarque, qui est d’importance. Poullain-Duparc en conclut à la nécessité de tenir compte des seules circonstances particulières : « il est donc nécessaire... de prendre un juste milieu et de se déterminer d’après les seules circonstances. Les juges-consuls, qui connaissent les personnes soumises à leur juridiction, se déterminent aussi par la réputation constante de probité ; et si cette réputation est quelquefois trompeuse, il faut convenir que cela est rare, surtout à l’égard de ceux qui font le commerce depuis longtemps ».

13 A.N., H 262.

14 A.D. L.-Atl. : II C 2863, acte sous seing privé du 13-6-1756. Le passage semble suggérer que cette absence de livres soit aussi le fait des négociants en gros dans la mesure où ils trafiquent de la toile.

15 Ce marchand est-il parent du maître aux Comptes Le Deist de Kerivalant, célèbre à la fin du xviiie siècle par ses mésaventures conjugales ? Nous n’avons pu établir de liens de parenté, en dépit d’une origine géographique commune.

16 A.D. L.-Atl. : II C 2863, acte sous seing privé du 21-5-1756 (feuillet 82).

17 A.D. I.-et-V. : C 1550, année 1776 ; C 1551, année 1783 (premier semestre) : « le bureau de Vieillevigne dont la fabrication apparente ne présente dans le premier semestre de cette année que 508 pièces de coutils, devrait être l’un des plus considérables de la province ; cet objet est bien menu relativement à la quantité d’ouvriers et de métiers de ce canton. On m’assure qu’il passe dans la province du Poitou chaque année plus de 20 000 pièces de coutils non marquées ».

18 En revanche, il est fréquent de voir en période de mévente les fabricants continuer leurs achats de toiles, permettant ainsi à la population artisanale rurale de survivre. En cas de mauvaise récolte de lin ou de chanvre, ils achètent la matière première à l’étranger. Politique habile, qui permet d’ailleurs d’imposer des prix bas ; mais qui n’est pas toujours sans danger pour le fabricant lui-même, s’il ne dispose pas de réserves financières suffisantes (A.D. I.-et-V. : C 1551).

19 A.D. L-Atl. : F 80, 3-9-1786.

20 AD. L.-Atl. : E. II, Not. 343, Boufflet, 23-3-1719. Il est vrai que les deux associés ont déjà « travaillé depuis environ 9 ans ensemble ».

21 A.D. L.-Atl. : E II, Not. 348, Boufflet, 23-12-1728.

22 « Instruction pour apprendre à tenir les Livres en parties doubles », archives privées G. de Maupeou.

23 A.D. L.-Atl. : E II, Not. 353, 22-11-1737.

24 Ci-dessus, p. 110.

25 A.D. L.-Atl. : E II, Not. 365, 15-7-1749.

26 Par exemple, A.D. L.-Atl. : E II, Not. 350, 20-8-1732 : « Ellis tiendra les livres de la société en partye double ». Par contre, les contrats de société d’assurances ne prévoient en général rien sur la méthode de tenue des livres.

27 Manuscrit cité p. 126, note 3.

28 A.D. L,-Atl. : E II, Not. 350, Boufflet, 20-8-1732.

29 A.D. L.-Atl. : E II, Not. 354, Boufflet, 29-12-1738.

30 Les deux « manuels » bretons présentent à peu de choses près le même texte d’introduction, preuve qu’ils ont utilisé tous deux une source commune. L’indication ne nous avance guère, car tous les manuels de comptabilité imprimés reprennent la même formule.

31 Il est assez rare que les papiers des négociants soient inventoriés ; d’ordinaire, les inventaires après décès ne donnent qu’une énumération des livres de bibliothèque. Encore se terminent-ils souvent par la mention 60, ou 50 volumes, sans autre indication...

32 A.D. L.-Atl. : L 624, Inventaire de la chambre de lecture du Port-au-Vin, maison Chiron, n° 8, 24 germinal an II.

33 A.D. L.-Atl. : D 28, règlements du 15-6-1788 de la société de lecture du cercle rue Jean-Jacques ; « article 22 : Les jeux permis seront les seuls que pourront jouer les associés ; ils pourront jouer le plus petit peu qu’ils voudront, mais ils ne pourront en jouer de plus forts que ceux fixés ci-après : le picquet à écrire en 12 ou 6 rois à 5 sous la fiche, la chouette pourra paier 10 sols..., etc. » ; article 26 : « Lorsque la société voudra faire un pique-nique, il ne pourra avoir lieu sous aucun prétexte que ce soit pour le soupé... la société ne fournira pour ces repas que le feux et la lumière ; les convives se pourvoieront au dehors de tous leurs besoins... ».

34 Ces erreurs portent ordinairement sur les additions de sols et de deniers ; il arrive pourtant souvent qu’il y ait des erreurs de plusieurs centaines de livres. Sur les livres de commerce des négociants, les archives judiciaires nantaises sont pratiquement les seules à donner quelques renseignements. Le négociant Joseph Hachim a dans sa bibliothèque 3 livres de commerce (La Pratique des Changes de Jason Paris, Le Nouveau Négociant de Ricard, et Le Quidam des négociants), plus deux traités d’arithmétique, sur un total de 47 ouvrages recensés et 42 non recensés. Source : A.D. L.-Atl. : B 9476, 5-5-1742. Le grand armateur Darquistade possède en 1769, dans sa bibliothèque, 155 livres (plus 98 volumes disparates non inventoriés) : un seul ouvrage commercial y figure (A.D. L.-Atl. : B 6909/1 ; 29-11-1769/7-12-1769). Sa veuve, Françoise Descazaux, aurait-elle expurgé la bibliothèque ? Mais l’explication ne serait pas admissible chez le célibataire endurci qu’a été Louis Grou (A.D. L.-Atl. : B 6906/1 ; 24/27-1-1770). Sur 117 livres, on ne trouve que les Ordonnances de la Marine... Voici les chiffres concernant d’autres négociants :
Guillaume Bossinot : A.D. L.-Atl. : B 6906/2 ; 6/9-8-1770 ; 41 livres ; 2 de commerce (Dictionnaire économique, Traité des changes).
Pierre Keil : A.D. L.-Atl. : B 6906/1 ; 23/24-7-1770 ; 45 livres, dont un de commerce, si l’on peut y compter l’Ordonnance de 1681. Hector Zublin : A.D. L.-Atl. : 6B 6924/1 ; 1788 ; 59 livres, dont 8 de commerce : Le Dictionnaire du Commerce, Jurisprudence consulaire, Le négociant anglais, Traité du Commerce, Négoce d’Amsterdam, Le Parfait Négociant, Commentaires sur les ordonnances de commerce, Règlements sur le commerce des isles.
Andrieu : A.D. L.-Atl. : B 9510/II ; 18/27-8-1788 ; 21 livres, dont 2 de commerce : Dictionnaire du Commerce, Manuel des négociants, etc. Nulle part de manuel de comptabilité !

35 A.D. L.-Atl. : E, Familles, Supplément Bouteilier, factum imprimé par M. G. Bouteilier, Nantes, 1810, p. 41.

36 A.D. L.-Atl. : E II, Not. 355, Boufflet, 22-4-1739 : « et pour les frais de régie il sera passé en compte auxdits sieurs Lantimo et Portier 700 livres chacque année pour les gages d’un commis ».

37 A.D. L.-Atl. : B 3523, capitation de la ville de Nantes (année 1788).

38 Les rôles de capitation distinguent toujours soigneusement entre les commis ordinaires, relégués au bas de l’échelle sociale bourgeoise, et les « commis de négociants » souvent riches, toujours estimés.

39 A.D. L.-Atl. : B 3525.

40 B.M. Nantes : n° 49 679 ; Almanach du Commerce, des Arts et Métiers de la ville de Nantes pour l’année bissextile, 1776, contenant outre le Calendrier, les Noms et Demeures des Négociants, des Courtiers et des Capitaines de navires..., p. 16-24 (négociants) et p. 24-32 (capitaines de navires). Malheureusement les almanachs des années précédentes signalés sous cette cote dans l’inventaire n’existent plus.

41 Ce chiffre correspond aux besoins bisannuels du port de Nantes : 180 à 200 armements par an, plus 20 à 30 négriers ou autres armements à long tours dépassant une année de voyage.

42 La répartition géographique par quartiers des demeures des commis ne manque pas d’intérêt : 37 commis résident dans la paroisse de Sainte-Croix, 42 dans celle de Saint-Nicolas, une quinzaine dans celle de Saint-Léonard, 6 dans celle de Saint-Similien. La répartition des domiciles des capitaines de navire est la suivante : 45 dans le quartier de Saint-Nicolas, 18 dans celui de Sainte-Croix, 13 à Saint-Similien, 2 à Sainte-Radegonde contre respectivement un à Saint-Denis et à Saint-Vincent. Rappelons que Sainte-Croix et Saint-Nicolas sont les deux paroisses portuaires de la ville, où résident la majorité des négociants. Ce sont aussi les deux paroisses les plus peuplées de la ville. Voici, à titre d’indication, le décompte de quelques autres catégories de « spécialistes » (Almanach de 1776) : 39 « clincaillers et miroitiers », 82 marchands-droguistes, 18 manufacturiers, 32 « blattiers », 28 marchands de bois et de charbon, 18 marchands de bois de construction, 3 de « bois merrain », 6 marchands de chocolat, 29 marchands de draps et de soie, 14 marchands de « faïence », 8 de fer, 18 de morues, 4 « d’estampes », 7 de toiles à voiles, 9 de parasols et joncs, et 102 marchands de toiles, indiennes et coton.

43 Archives privées, document reproduit en appendice, par exemple : n° 1, navire La Généreuse, n° 2, navire Le Vigilant, etc.

44 A.D. L.A-tl. : 16 J I.

45 Ces lacunes peuvent toutefois s’expliquer par des pertes dues aux événements politiques.

46 A.D. I.-et-V., 4 Fc 10.

47 Ci-dessous : appendice p. 307-364.

48 D. Rinchon, Les armements maritimes..., op. cit., p. 30.

49 A.D. I.-et-V. : 4 Fc 10.

50 Il nous semble en effet peu vraisemblable que les commis aient travaillé pour plusieurs négociants. Nous n’avons pas trouvé trace de pareilles collaborations et cela cadrerait mal avec l’état d’esprit du négoce.

51 Ci-dessous : appendice p. 307-330.

52 Nous n’avons pu identifier ce négociant malouin qui, en tout cas, ne compte pas parmi les armateurs de ce port.

53 Prenons quelques exemples. Dans le paragraphe : « Du livre des factures... Facture de 3 balles de Bretagnes Larges Chargées pour le Compte et risques de moy Pierre Durochet-Rousselin, sur le navire le Sauveur, capitaine Pierre Thomas Potier, s. de la Fontaine... à Saint Malo le 1er septembre 1745 », ou chap. I : « Explication » ; article Banque : « la Banque de Lion, de Venize, damsterdam, Dhambourg », etc. Ce Pierre Durochet-Rousselin serait-il parent du négociant Durochet établi à Paimbœuf et à Nantes, que signalent les registres des classes du port de Nantes et qui compte parmi les principaux intéressés dans les ports d’armement des Chaurand ? Nous n’oserions l’affirmer.

54 Le document s’arrête sur une question qui n’a pas de réponse ; or le cahier comporte encore plusieurs feuilles vides. A la fin du premier paragraphe on annonce une étude des sociétés : « il ne faut vous y appliquer que lorsque vous serez plus avancé et vous en aurez besoin », etc.

55 De 1738 à 1784, la famille Mesnard arme pour une trentaine de voyages au long cours (jauge : 6 335 tx).

56 Le prénom René est indiqué dans la facture de « 3 ballots de Bretagnes » chargés sur le navire le Bourbon ; plusieurs lettres citées en exemple sont datées des 21, 22, 23 et 24-8-1743.

57 Ce serait une étude passionnante que celle de l’influence du catéchisme sur la pédagogie des xviie et xviiie siècles — et même sur celle de l’époque révolutionnaire. S’il était besoin de le prouver, il suffirait de lire le célèbre Catéchisme du Citoyen Français (G. Martin, C.-F. Volney, La Loi naturelle ou catéchisme du Citoyen Français, Paris, 1934).

58 Capitaines corsaires à Saint-Maio pendant les guerres de la fin du règne de Louis XIV, Les Perrée de la Villestreux commencent à armer régulièrement des navires à Nantes à partir de 1722. Très vive jusqu’en 1749-1750, leur activité d’armement qui n’est pas loin de totaliser une centaine de navires, devient ensuite très sporadique et va pratiquement disparaître. Mais eux aussi restent à l’arrière-plan du négoce nantais.

59 Elles reposent principalement sur les demandes répétées de Saint-Malo pour devenir un port franc, suscitant ainsi une réaction unanimement défavorable de tous les autres ports français.

60 G. Collas, Un cadet de Bretagne..., op. cit., p. 86-108.

61 A.D. L.-Atl. : I JJ 26-28.

62 Sur les relations commerciales directes entre Saint-Malo et Nantes, on dispose pour l’instant du bilan des années 1681-1720 (J. Delumeau, Le mouvement du port de Saint-Malo 1681-1720, op. cit., p. 75). En 20 années, on compte dans le sens Nantes-Saint-Malo 218 navires jaugeant 11 421 tx, et dans le sens inverse 296 navires d’un port de 16 132 tx. Ces chiffres ne comprennent pas le port de Paimbœuf, uniquement représenté, pour cette période, par 5 navires de 655 tx.

63 De Roover, L’évolution de la lettre de change (xive-xviiie siècle), Paris, 1953, p. 143-144.

64 En soi, la thèse de Caillau est probablement fausse, dans la mesure où l’antériorité de la lettre de change ou, du moins, de « l’instrumentum ex causa cambii » génoise ne fait pas de doute (de Roover, op. cit., p. 40-41, citant P. Emiliani-Giudici, Storia politica dei municipi italiani, Florence, 1851, t. II, p. 237). Mais l’utilisation de la lettre de change par les émigrés florentins est des plus vraisemblables. Ce serait un argument supplémentaire pour expliquer que les Florentins aient refusé précocement d’utiliser les services des notaires. Notons en passant que la lettre de change des Cerchi du 24-3-1291 citée par De Roover est effectivement celle d’une famille de guelfes (Machiavel, « Histoires florentines », livre II et IV, Oeuvres complètes, édition de la Pléiade, p. 1005).

65 De Roover, op. cit., p. 37-40.

66 De Roover, op. cit., p. 19-20, 68-73, 145-146. Notre texte fait allusion à la célèbre distinction entre le damnum emergens et le lucrum cessans.

67 « Supposé que je transporte la susditte lettre (de change) à quelqu’un, il faut mettre de l’autre côté de travers... », etc.

68 Le mot « accepter » a ici la signification suivante : « accepter une lettre de change, c’est-à-dire promettre de payer dans un temps limité et prescrit la somme... »

69 Sur l’escompte, de Roover, op. cit., chap. V, p. 119-142, et, en particulier, 119-122 (évolution de l’escompte-rabais du Moyen Âge au xviiie siècle). La lettre de change n’est jamais conclue devant notaire, l’acte notarié étant trop long et trop compliqué (de Roover, op. cit., p. 41). Par contre, la protestation, constituant un acte de préservation de droits valable en justice, exige d’être publique, avec toutes les garanties requises.

70 Pourtant les négociants-banquiers ne manquent pas en Bretagne dès cette époque.

71 A-t-elle beaucoup évolué au cours de la deuxième moitié du xviiie siècle ? Il ne le semble pas. Ainsi la comptabilité des Chaurand ne permet pas d’affirmer qu’on ait eu recours à l’escompte de type anglais. Mais seule une étude détaillée des Grands-Livres permettrait de répondre à cette question d’une manière péremptoire. Au surplus, une réponse négative ne serait pas décisive ; il faudrait disposer de bilans bancaires parisiens.

72 A.D. L.-Atl. : I J, fonds Chevy et Trottier, 1 à 26 ; 3 J 2 ; fonds Delaville-Deguer, 8 J 1 à 9 ; fonds Chaurand, 1 JJ 1 à 25 ; fonds Bertrand de Cœuvres, 16 J 8. Ces registres ne contiennent d’ordinaire que la copie des lettres reçues. Il est toutefois d’assez nombreuses exceptions. Ainsi la correspondance Delaville-Deguer est recopiée dans son intégralité, tant active que passive.

73 A.D. L.-Atl. : 16 J 4.

74 A.D. L.-Atl. : 8 J 10 et 11 ; I JJ 26, 27 et 28.

75 A.D. L.-Atl. : I JJ 35 et 36. Le dossier 16 J 2 est formé de pièces éparses, non rassemblées en registres. C’est peut-être l’une des différences majeures qui opposent armateurs et hommes d’affaires. Les premiers tiennent de véritables livres très spécialisés ; les seconds se contentent de quelques livres essentiels, se bornant pour le reste à rassembler les diverses pièces en dossiers plus ou moins bien constitués.

76 A.D. L-Atl. : I JJ 37.

77 A.D. L.-Atl. : I JJ 74 et 75. Notons cependant qu’ils sont de date très tardive (1788-1790).

78 A.D. L.-Atl. : I JJ 45, 46 et 47. Eux aussi sont de date relativement tardive (17-11-1784-19-4-1791).

79 Caillau ajoute : « c’est sur lequel on écrit le premier en peu de mots significatifs les affaires de la manière qu’elles se font pour soulager la mémoire et y avoir du recours en cas de difficulté dans la négoce ».

80 Le « Brouillard de factures » joue un rôle identique vis-à-vis du livre de factures.

81 Il existe toutefois des livres de raison qui esquissent une comptabilité en partie simple.

82 A.D. L.-Atl. : 16 J 6.

83 Quant à « L’instruction », on y précise que la règle générale pour trouver débiteurs et créditeurs est déterminée par la loi que « tout ce qui entre... est débiteur et doit être mis au débit du compte qui est chargé ou débité », etc. Sur les principes de la comptabilité en partie double, voir J. Fourastie, La comptabilité, collection « Que sais-je ? », n° 111, Paris, 1964 (nouvelle édition) ; A. Dalsace et G. Thibault, Théorie et pratique comptables, collection « Que sais-je ? », n° 1071, Paris, 1964 ; et surtout R. de Roover, « Aux origines d’une technique intellectuelle : la formation et l’expansion de la comptabilité à partie double », article cité, p. 173-190.

84 Ci-dessous, texte en appendice p. 312-314.

85 Définition de la remise : « c’est quand ( !) un marchand ou Commettant de France remet à son commissionnaire une lettre de change pour recevoir pour Luy Largent qu’il a payé en France ».

86 Il faut y inclure les fonds fournis pour créer des sociétés pour participer à des compagnies et, surtout, les parts de navires. Ce qui peut conduire au double-emploi avec les comptes de personnes, sauf si ces derniers sont décomposés en comptes personnels marchandises, participations, etc.

87 « Étant renfermés dans le même feuillet, il est facile de juger si il a été plus reçu que payé et si l’on a perdu ou gagné ». Suivant l’habitude constante de l’époque, « il faut aussi chiffrer ou marquer par un chiffre... les feuilles de votre Grand Livre commenceant par 1, 2, 3, 4, etc., continuant la fin ou l’on remarquera que chaque page verso et recto ne seront comptés que pour un ».

88 « Dans la Négotiation extraordinaire et dont les suittes ne sont pas bien présentées dans l’esprit du teneur des Livres, il faut... Les Ecrire sur des feuilles volantes en forme de Débit et de Crédit, afin que suivant le Rapport qu’on y découvre on puisse... assurer de Leurs Rencontres avec tout le reste du Livre et sempêcher par ce moyen de Contre-Ecrire les parties mal posées, ou à faire quelques Reïures quon doit Exactement éviter ». Mais si l’on perd les feuilles volantes ?

89 Ceci d’autant plus que « L’Instruction » précise qu’en cas d’achat de marchandises pondéreuses ou volumineuses de qualité inégale « en grand nombre comme savons, laines, passevains ( ?), vous ne les achetter point sur le Journal car il se trouverait trop rempli, mais vous les copierez sur le livre de factures tout au long... pour y avoir recours en cas de besoin et sur le Journal vous spécifierez seulement la quantité poids... avec le prix renvoyant au folio du livre »... quand on le fait !

90 « Méthode » : « C’est ce quoi consiste principalement les Comptes à parties doubles, parce que Cette condition qui doit être inviolablement gardées, on ne pourrait pas balancer, cest pourquoi il faut que le débit d’une partie soit toujours égal au crédit de la même partie ».

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540