Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’armement nantais dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle

 | 
Jean Meyer

Essai de bibliographie critique

Texte intégral

A. HISTOIRE MARITIME BRETONNE (xive-xviiie SIÈCLES)

Notre connaissance du commerce breton du xve siècle a été renouvelée par la thèse principale de :

1. H. Touchard, Le commerce maritime breton à la fin du Moyen Age, Nantes, 1967.

Cet ouvrage dispense de recourir aux livres plus anciens. On complétera ses indications en utilisant les articles du même auteur.

2. H. Touchard, « La consommation et l’approvisionnement en vin de la Bretagne médiévale », M.S.H.A.B., t. XL, 1960, p. 29-76.

3. H. Touchard, « Les Brefs de Bretagne », Revue d’histoire économique et sociale, t. XXXIV, 1956, p. 117-119.

4. H. Touchard, « Les Archives anglaises et l’histoire du commerce breton à la fin du Moyen Age », M.S.H.A.B., 1953, p. 129-143.

Ces articles abordent les problèmes de sources et de méthode ; ils s’appuient essentiellement sur la documentation fiscale bretonne et sur les archives étrangères.

Quoique souvent dépassé, l’ouvrage de :

5. S. de la Nicolliere, « La marine bretonne aux xve et xvie siècles », formé par la réunion de divers articles de la Revue historique de l’Ouest, 1885, p. 81-94, 225-231 ; 1886, p. 15-36, 225-241, 403-420 et 486-504, reste utilisable.

On le complétera avec les deux articles essentiels de :

6. M. Mollat, « Quelques aspects du commerce maritime breton à la fin du Moyen Age », M.S.H.A.B., t. XXVIII, 1948, p. 5-21,

et de :

7. F. Braudel, « L’expansion de la marine bretonne à la fin du xve et au début du xvie siècle », Annales E.S.C., octobre-décembre 1950, p. 545-546.

8. W.S. Unger, « De sheepvart der Bretons naar de walchesche Reede in de xve in xvie eeuw », in Bigdragen wor Vaderlandsche Geschiedenis en oudheid-kunde, 1929.

Tout récemment a paru l’ouvrage essentiel de :

9. Van der Wee, The Growth of the Antwerp market and the European Economy fourteenth-sixteenth centuries, Louvain, 1964, 3 vol. ;

à compléter par l’article du même auteur :

10. Van der Wee, « Typologie des crises et changements de structure aux Pays-Bas », Annales E.S.C., 1963, p. 209-225.

Le commerce breton demande à être replacé dans le climat économique, social et politique de la fin du Moyen Age. Malheureusement, cette étude reste très lacunaire. On utilisera :

11. M. Mollat, « Les désastres de la guerre de cent ans en Bretagne », Annales de Bretagne, t. XXVI, 1911, p. 159-201 (avec pièces justificatives).

12. R. Grand, « L’après-guerre en Bretagne au xve siècle », M.S.H.A.B., t. II, 1921, p. 9-39,

articles rapides, qui sont loin d’épuiser le sujet.

xvie siècle : en dehors des ouvrages consacrés au trafic portuaire nantais (ci-dessous, nos 27-71), peu d’ouvrages traitent du commerce breton. Il faut donc avoir recours à des études plus générales et en particulier à :

13. H. Lapeyre, Une famille de marchands : les Ruiz, Paris, 1955, p. 47-64 et 83-100,

ouvrage essentiel, illustrant le rôle d’André Ruiz, établi à Nantes.

14. A. Girard, Le commerce français de Séville et de Cadix au temps des Habsbourg, contribution à l’étude du commerce étranger en Espagne aux xvie et xviie siècles, Paris, 1932.

15. A. Girard, « Les étrangers dans la vie économique de l’Espagne aux xvie et xviie siècles », Annales d’Histoire économique et sociale, t. V, 1933, p. 567-578.

16. A. Girard, La rivalité commerciale entre Séville et Cadix jusqu’à la fin du xviiie siècle, Paris, 1932,

donne quelques indications complémentaires.

Les relations de la Bretagne avec le Centre-Ouest ont été analysées par :

17. M. Delafosse, « Marins et Marchands bretons à La Rochelle aux xve et xvie siècles », M.S.H.A.B., t. XXXIII, 1953, p. 53-71,

article que l’on complétera avec les indications diverses de :

18. E. Trocmé et M. Delafosse, Le Commerce rochelais de la fin du xve siècle au début du xviie siècle, Paris, 1952.

Les deux études se fondent sur une utilisation poussée des archives notariales de La Rochelle.

En dehors des recherches menées sur le sel et la toile, on doit consulter enfin l’article peu connu, un peu rapide, mais intéressant, de :

19. B. Templier, « Le compte d’un Breton, voyageur de commerce en Espagne, 1530 », in Mémoires de la Société d’Émulation des Côtes-du-Nord, t. XLI, 1903, p. 161-176.

20. E. Coornaert, Les Français et le commerce international à Anvers (fin du xve-xvie siècle), Paris, 1962 (voir en particulier, t. II, hors-texte : Origine des marchands français recensés à Anvers vers 1460-1585) ; à compléter, du même auteur, dans F. Prims, Geschiedenis van Antwerpen, VII, 2, p. 182-191 (marchands français plus nombreux à Anvers qu’ils n’avaient été à Bruges).

xviie siècle : le xviie siècle est particulièrement mal connu. On ne dispose, à l’heure actuelle, que des ouvrages suivants :

21. F.G. Spooner, L’économie mondiale et les frappes monétaires en France, 1493-1680, Paris, 1956.

Quelles que soient les réserves que l’on puisse émettre au sujet de ce livre, les indications qu’il donne sur les ateliers monétaires bretons n’en sont pas moins précieuses.

22. J. Delumeau, L’Alun de Rome, xve-xixe siècles, Paris, 1963, permet de suivre les variations du trafic malouin de l’alun nécessaire à l’industrie de la toile de Bretagne (p. 199, 237, 241, 244-245, 261-269).

Pour replacer le trafic breton dans l’ambiance générale de l’économie atlantique, on se référera aux discussions résumées in :

23. F. Mauro, L’expansion européenne (1600-1870), Paris, 1964 (bibliographie : p. 28-85 ; conjoncture : p. 301-308, etc.),

en se souvenant cependant que la France du Nord a un retard sensible dans le domaine des techniques financières et commerciales.

24. Renée Doehaerd, Études anversoises. Documents sur le commerce international à Anvers (1480-1514), 3 vol., Paris, 1963, en particulier t.1, p. 105 et 107, 34-35 et 42.

Les indications que l’on peut tirer des tableaux de ce livre sont cependant limitées par le fait que les navires de haute mer n’abordent directement les quais d’Anvers que tard au xvie siècle, le transbordement s’opérant dans les ports de la Zélande.

L’étude du commerce breton aurait à glaner dans les célèbres comptes du Sund :

25. Nina Ellinger Bang et Knud Horst, Tabeller aver Skifsfart og vare transport Orerund, Copenhague-Leipzig, 1906-1953, 7 vol.

Sur les problèmes de fraude et de conjoncture du xviie siècle posés par ces comptes :

26. P. Jeannin, « La conjoncture européenne vue du Sund », Revue historique, t. CCXXXI, 1964, p. 55-102 et 307-340.

B. HISTOIRE MARITIME NANTAISE

Un seul ouvrage recouvre l’ensemble de l’histoire du port de Nantes :

27. P. Jeulin, L’évolution du port de Nantes, Organisation et trafic depuis les origines, Paris, 1929.

Solidement documentés, les chapitres consacrés au xviiie siècle s’appuient sur les archives de la Chambre de Commerce (Domaine d’Occident).

Pour les « débuts » du port, citons :

28. M. A. Hekubel, Les origines des ports de la Loire Maritime, Paris, 1932.

xvie siècle :

29. S. de la Nicollière, « La marine nantaise au xvie siècle », Annales de Bretagne, 1887-1888, t. III, p. 469-488, et t. IV, 1888-1889, p. 3-28,

doit être complété par :

30. P. Jeulin, « Aperçus sur la Contractation de Nantes, 1530-1733, une page de l’histoire du commerce nantais du xvie siècle au début du xviiie siècle », Annales de Bretagne, t. XL, 1932, p. 284-331.

31. J. Tanguy, Le commerce de Nantes au milieu du xvie siècle, Paris, 1956.

Les conclusions de l’auteur ont été reprises et transformées dans une remarquable thèse de doctorat de troisième cycle :

32. J. Tanguy, « Le commerce nantais à la fin du xvie siècle et au début du xviie », Rennes, exemplaire dactylographié, 1967.

xviie siècle :

33. E. Gabory, La marine et le commerce de Nantes au xviie et au commencement du xviiie siècle, Rennes, 1901,

ne traite que de la fin du xviie siècle, ouvrage la plupart du temps dépassé par les D.E.S. consacrés au port de Nantes (cf. ci-dessous : nos 79-82).

xixe siècle :

34. E.B. Le beuf, Du commerce de Nantes, son passé, son état actuel, son avenir, Nantes, 1857,

intéressant en l’absence de tout autre ouvrage, pour la première moitié du xixe siècle ; portée très limitée.

Enfin le livre de :

35. P. Legrand, Annales de la marine nantaise des origines à 1830, Nantes, 1900, relève plutôt de l’éphéméride, et, parfois, de l’hagiographie.

Sur les activités secondaires du port — dont l’importance va, au fil des siècles, croissant avec l’augmentation du tonnage des navires (qui nécessite le délestage progressif des navires de fort tirant d’eau) — voir les ouvrages très insuffisants, de

36. E. Pied, Les anciens corps d’Arts et Métiers de Nantes, t. II, Nantes, 1903.

37. G. Decomble, « La corporation des constructions navales dans le port de Nantes » (mémoire dactylographié, s. d., A.D. Loire-Atlantique).

Pour l’état de la vallée de la Loire :

38. E. Colombel, « La Loire du xviiie siècle », extrait du Courrier de Nantes, tirage à part.

39. R. Dion, Le Val de Loire, Tours, 1933 ; réédition, Paris, 1954 ; dont a paru un extrait : « Histoire des levées de la Loire », Paris, 1961.

C. LE TRAFIC NÉGRIER

G. Martin a consacré une partie de sa vie à faire l’histoire de Nantes au xviiie siècle, et en particulier, celle du commerce négrier.

40. G. Martin, Histoire de l’esclavage dans les colonies françaises, Paris, 1948-livre II, L’ère des négriers ; chapitre I : L’armement, p. 35-49 ; chapitre III : De la captivité à l’esclavage, p. 77-80 ; chapitre IV : Le retour en France, p. 81, 83 et 88-91,

résume les conclusions de l’ensemble de son œuvre. Pour les détails, il convient de se reporter à son livre :

41. G. Martin, Nantes au xviiie siècle. L’ère des négriers (1714-1774) d’après des documents inédits, Paris, 1931. Voir en particulier : chapitre I : L’armement et ses conditions, p. 27-60 ; chapitre VI : La liquidation des retours, p. 151-160, et l’ensemble de la deuxième partie : Les vicissitudes du trafic de 1715 à 1775, p. 167-304,

ouvrage de pionnier ; mais G. Martin n’a pu utiliser ni les registres de classe, ni les archives notariales, déposées ultérieurement aux Archives Départementales. Et surtout, les conclusions ont été faussées par le choix arbitraire de la date de 1775.

Tous les autres ouvrages de G. Martin contiennent des renseignements dispersés sur le commerce nantais. Voir entre autres :

42. G. Martin, Nantes et la Compagnie des Indes (1664-1789), Paris, 1928.

43. G. Martin, Nantes au xviiie siècle : l’administration de Gérard Mellier, Paris, 1929.

44. G. Martin, « Conflits entre courtiers et négociants nantais », Mémoires Hayem, 10e série, p. 205-219.

45. G. Martin, « Le système de Law et la prospérité du port de Nantes », R.H.E.S., 1924, t. XII.

Il nous semble que G. Martin a surestimé le coup de fouet donné par « l’affaire » à l’économie nantaise. D’une manière générale, l’importance des fortunes semble prouver, contrairement aux traditions érudites locales, que la croissance du commerce du xviie siècle a été plus importante qu’on ne l’admet en général. Dès 1700 le commerce nantais atteint et dépasse le commerce malouin.

46. « Commercial Relations between Nantes and the american colonies during the war of Independance », Journal of Economic and Business History, août 1932.

47. Capital et travail à Nantes au cours du xviiie siècle, Paris, 1931.

Pour la période 1774-1792, les conclusions de G. Martin, d’ailleurs inspirées par L. Vignols, sont à rectifier d’après notre article :

48. J. Meyer, « Le commerce négrier nantais (1774-1792) », Annales E.S.C., janvier-février 1960, n° 1, p. 120-129.

Sur ce même sujet :

49. J. Everaert, « Les fluctuations du trafic négrier nantais (1763-1792) », Les Cahiers de Tunisie, Tunis, n° 43, 1963, p. 37-62.

Le Père D. Rinchon a consacré ses études à certains armateurs négriers nantais. On consultera surtout :

50. D. Rinchon, Le trafic négrier, d’après les livres de commerce du capitaine gantois Pierre-Ignace-Liévin Van Alstein ; t. I, L’organisation commerciale de la Traite des Noirs, Bruxelles et Paris, 1928,

donne la statistique, parfois incomplète, des armements négriers nantais de 1748 à 1792 (p. 248-302). Voir en outre la composition d’une cargaison de négrier : p. 99-108, l’ensemble des opérations de « mise-hors » du Télémaque (1763-1765), p. 109-118 et de L’Africain (1766-1768), p. 141-172 ; la revente des retours, p. 133-134 et 226-238.

51. D. Rinchon, Les armements négriers au xviiie siècle, d’après la correspondance et la comptabilité des armateurs et des capitaines nantais, Bruxelles, 1956,

concerne l’armement Delaville-Deguer, tant à Cadix qu’à Nantes, de 1765 à 1775 et l’armement Chaurand (1776-1784) dont les registres ont été retrouvés par M. A. Gernoux et D. Rinchon.

52. D. Rinchon, Biographie de Pierre-Ignace-Liévin Van Alstein, Dakar, 1965, doit comporter les indications sur la carrière du capitaine après 1769.

Citons encore du même auteur :

53. « La campagne négrière du Pompée (1768-1770) », Études franciscaines, t. XLVII, 1935, p. 473-499, 523-547, et t. XLVIII, 1936, p. 67-93.

Les ouvrages du Père Rinchon et de G. Martin rendent caduc le vieux livre de :

54. E. Augeard, Étude sur la traite des noirs avant 1790 au point de vue du commerce nantais, Nantes, 1901.

La véritable coupure ne se situe pas en 1790, mais en 1792 ; les années 1789-1791 constituent l’apogée du commerce nantais.

Pour les liaisons coloniales de Nantes, il faut consulter les admirables bibliographies tenues à jour par G. Debien, qui publie régulièrement les comptes rendus sur l’histoire de Saint-Domingue. Citons entre autres :

55. G. Debien, « Les travaux d’histoire sur Saint-Domingue de 1938 à 1946, Essai de mise au point », Revue d’histoire des colonies, t. XXXIV, p. 31-86 (1947).

56. G. Debien, « Les travaux d’histoire sur Saint-Domingue, chronique, bibliographie (1946-1950) », Revue d’histoire des colonies, t. XXXVI, 1949, p. 282-330.

57. Ibidem, période 1954-1956, année 1957, p. 165-222.

58. Ibidem, période 1957-1958, année 1959, p. 138-157 et 246-287, etc.

Du même auteur, relevons les ouvrages et articles suivants, ayant plus spécialement trait à la région nantaise :

59. G. Debien, « Plantations et esclaves de Saint-Domingue, Sucrerie Cottineau (1750-1777) », Notes d’histoire coloniale, n° 66, Dakar, 1962.

60. G. Debien, « Plantations d’Amérique et papiers de famille, II », Notes d’histoire coloniale, n° 60, Dakar, 1960. Voir en particulier, p. 38-40 (papiers Cropp) ; p. 47-48, comptes de ventes de marchandises de Gabriel Michel (papiers Pihéry), états de ventes de sucre (31-7-1770 - 27-3-1792).

61. G. Debien, Le commerce nantais et la perte de Saint-Domingue, d’après une correspondance de la maison Lebourg (1784-1800), Port-au-Prince, 1944.

D. ARMATEURS ET QUESTIONS COMMERCIALES NANTAISES

Seuls comptent des ouvrages récents. Citons :

62. H. de Berrangeh, « Un homme d’affaires nantais au xviiie siècle : Bertrand de Cœuvres », M.S.H.A.B., 1954, tome XXXIV, p. 91-99,

présente pour la première fois l’arrière-plan financier du monde des armateurs.

63. H. du Halgouët, Au temps de Saint-Domingue et de la Martinique, d’après la correspondance des trafiquants maritimes, Rennes, 1941,

fondé sur l’étude partielle des registres Chaurand et Delaville, souvent rapide, partage les préjugés nobiliaires traditionnels sur les commerçants.

64. H. du Halgouët, « Pages coloniales : relations maritimes de la Bretagne et de la Chine au xviiie siècle. Lettres de Canton », M.S.H.A.B., tome XV, 1934, p. 331-441,

contient une statistique des navires parvenus en Chine avec indications de tonnage, dates de départ et de retour, nom de l’armateur et relevé des sources ; très important.

65. H. du Halgouët, Nantes et ses relations commerciales avec les îles d’Amérique au xviiie siècle, Rennes, 1939,

important ; fondé en partie sur des papiers de famille.

Pour les assurances maritimes, il n’y a à signaler que l’article de :

66. H. Sée, « Notes sur les assurances maritimes en France, et particulièrement à Nantes au xviiie siècle », Revue historique du droit, 1927, 4e série, t. VI, p. 287-311,

capital, comme tous les articles de H. Sée.

Pour la bibliographie de H. Sée, cf. Annales de Bretagne, t. XL, 1936, p. 1-33.

Sur les relations nantaises avec la Compagnie des Indes, citons, outre le classique :

67. H. Weber, La Compagnie des Indes, Paris, 1904.

68. L. Vignols et H. Sée, « Les ventes de la Compagnie des Indes à Nantes (1723-1733) », Revue des colonies françaises, 1925, p. 489-550.

En dépit de cet article, les relations nantaises avec la Compagnie sont loin d’être élucidées.

Les différentes familles d’armateurs ont donné lieu à quelques études de valeur très inégale. Citons :

69. P. Manceron, « Les Michel de Tharon et de Grilleau ; une famille d’anciens armateurs nantais », M.S.H.A.B., tome XXXIX, 1959, p. 81-108,

article très incomplet, qui est loin d’épuiser le sujet.

70. P. Manceron, « Georges Richard, armateur nantais et sa postérité (1713-1788) », Bulletin de la Société d’Archéologie et d’Histoire de Nantes, t. XIC, 1950,

p. 54-65, utilise des archives privées sans références. Dans son testament du 10 novembre 1788 (p. 59), Richard estime sa fortune à 871 508 livres.

71. J. Meyer, « La famille Grou », Bulletin de la Société d’Archéologie et d’Histoire de Nantes, 1960, t. XIV, p. 117-131, et tome C, 1961, p. 58-65.

72. A. Perret, « René Montaudoin (1673-1731) », Bulletin de la Société d’Archéologie et d’Histoire de Nantes, t. LXXXVIII, 1949, p. 78-94,

fondé sur un dépouillement patient de diverses archives, article solide.

On ne prêtera qu’un intérêt anecdotique à l’article publié par :

73. G. Durivault, « Contribution à l’étude de l’armoriai des armateurs nantais », Bulletin de la Société d’Archéologie et d’Histoire de Nantes, t. LXXXIV, 1945.

E. COURSE ET PRISES

Retenons de la littérature plus ou moins folklorique de la fin du xixe et des débuts du xxe siècle uniquement :

74. S. de la Nicolliere, La course et les corsaires du port de Nantes, Paris, 1896,

et

75. A. Péju, La courses à Nantes au xviie et au xviiie siècle, Paris, 1900, souvent dépassés ; toutes les affirmations demanderaient à être contrôlées.

On trouvera quelques indications éparses sur la course nantaise et les relations avec Saint-Malo dans :

76. G. Collas, Un cadet de Bretagne au xviiie siècle : René Auguste de Chateaubriand, comte de Combourg (1718-1786), Paris, 1949.

Le père de L’Enchanteur a été, en effet, d’abord officier, puis capitaine de navires marchands nantais. De plus, les Espivent de la Villeboisnet ont ensuite participé à ses affaires malouines.

77. G. Collas, « Les procès de corsaires de M. de Chateaubriand », M.S.H.A.B., t. XXIX, 1949, p. 101-119.

Comme tous les ouvrages de G. Collas, la documentation repose sur les archives privées de Combourg.

78. Pour la bibliographie de G. Collas sur Chateaubriand, qui contient souvent des allusions très précises à ses affaires maritimes, cf. Annales de Bretagne, t. LXIX, 1962.

79. Y. le Corre, « Les armateurs et les armements nantais à Brest de 1699 à 1789 », Revue de Bretagne et de Vendée, août-septembre 1897, p. 81-92,178-187, 254-261, 348-354.

Comme l’indique le sous-titre : « un supplément à l’histoire de la course nantaise avant la Révolution », l’article décrit surtout les comptes de campagnes de course, en particulier de l’armateur Le Ray de la Clartais (p. 254-261).

Le sujet a été très largement renouvelé par trois D.E.S. soutenus devant la Faculté des Lettres et Sciences humaines de Rennes :

80. O. Henriet, La bourgeoisie nantaise (1650-1700), D.E.S., Rennes, 1961.

81. J. Ottenhof, La course à Nantes pendant la guerre de la Ligue d’Augsbourg, D.E.S., Rennes, 1960.

82. M. Launay, La course à Nantes pendant la guerre de la Succession d’Espagne, D.E.S., Rennes, 1962.

Tous trois s’appuient sur le dépouillement des minutes notariales et les rôles d’armement et de désarmement du port.

L’important article de :

83. L. Rouzeau, « Aperçus du rôle de Nantes dans la guerre d’indépendance d’Amérique », Annales de Bretagne, 1967, t. LXXIV, n° 2, p. 217-278,

représente une synthèse commode des problèmes de cette époque particulière.

F. LE COMMERCE DES MERS DU SUD

La part nantaise dans ce commerce est, comparativement à celle de Saint-Malo, assez faible. On utilisera les ouvrages classiques de :

84. E.W. Dahlgreen, Les relations commerciales et maritimes entre la France et les côtes de l’Océan Pacifique ; t. I : Le commerce de la Mer du Sud jusqu’à la paix d’Utrecht, Paris, 1909.

Cet ouvrage fondamental est à compléter par :

85. E.W. Dahlgreen, Voyages français à destination de la Mer du Sud avant Bougainville (1695-1749), Nouvelles archives des missions scientifiques, t. XVI, 1907, p. 423-568.

86. E.W. Dahlgreen, « L’expédition de Martinet et la fin du commerce français dans la Mer du Sud », Revue Historique des Colonies, 1913, p. 257-332.

87. E.W. Dahlgreen, « Le comte Jérôme de Pontchartrain et les armateurs de Saint-Malo (1712-1715) », Revue historique, t. LXXXVIII, 1905, p. 225-263.

Sur les notes prises par Dahlgren et microfilmées par les soins de l’Institut de Recherches Historiques, Économiques et Humaines de Rennes, on se reportera à :

88. J. Delumeau, « Avancement des recherches sur le commerce malouin à la fin du xviie et au xviiie siècle », Annales de Bretagne, t. LXXI, 1964, p. 331-332.

G. COMPARAISONS AVEC D’AUTRES PORTS BRETONS

Seul le port de Saint-Malo est en train d’être étudié de façon systématique, sous forme d’une vaste enquête collective sous la direction de M. J. Delumeau.

89. J. Delumeau, Le mouvement du port de Saint-Malo (1681-1720), Rennes, 1966, Institut de Recherches Historiques, Économiques et Humaines de l’Université de Rennes.

L’enquête sur Saint-Malo est désormais très avancée, et l’on peut prévoir le moment où l’on disposera pour la première fois d’une étude quantitative du mouvement d’un port français de 1681 à 1792.

90. J. Delumeau, « Le commerce malouin à la fin du xviie siècle », Annales de Bretagne, t. LXVI, n° 3, septembre 1959, p. 263 et suiv.

91. J. Delumeau, « Méthode mécanographique et trafic maritime. Les terre-neuviers malouins à la fin du xviie siècle », Annales, E.S.C., juillet-août 1961, p. 665 et suiv.

92. J. Delumeau, « Le commerce malouin sous l’Ancien Régime d’après les registres de l’Amirauté », in Les sources de l’histoire maritime en Europe du Nord du Moyen Age au xviiie siècle, articles présentés par M. Mollat, Paris, 1962, p. 299 et suiv. (ci-dessous n° 148).

93. J. Delumeau, « Relations de Saint-Malo et de Nantes avec les îles d’Amérique à la fin du xviie siècle », Annales des Antilles, 1962, n° 10, p. 7-21,

important par les chiffres donnés pour le trafic de Nantes, en partie reproduits in :

94. J. Delumeau, « Avancement... », article cité plus haut (n° 88).

95. J. Delumeau, « La construction navale à Saint-Malo », Revue d’histoire économique et sociale, 1964, t. XLII, p. 162-169.

96. P. Langlet, « Les principaux courants commerciaux du port de Saint-Malo en 1681 et 1682 », Annales de Bretagne, t. LXIV, 1957, p. 275-327.

97. Y. le Corre, « Le grand commerce malouin », Annales de Bretagne, t. XLV, 1958, p. 275-331.

Ces études rendent en grande partie caducs les articles souvent rapides de :

98. H. Sée, « Le commerce de Saint-Malo au xviiie siècle », Revue internationale du Commerce, 1929, ou Mémoires Hayem, 9e série, 1925.

ou encore :

99. H. Sée, « Les armateurs de Saint-Malo au xviiie siècle », Bulletin of the Business Historical Society, Boston, n° de juin 1928, 7 p.

100. L. Vignols, « Le commerce maritime et les aspects du capitalisme commercial à Saint-Malo de 1682 à 1792 », Revue d’histoire économique et sociale, 1931, n° 1, p. 9-26.

On retiendra en revanche les articles suivants :

101. A. Lesort, « Les transactions d’un négociant malouin avec l’Amérique espagnole (1719-1721) », Revue historique des Colonies, t. XI, 1921, p. 239-268.

102. L. Vignols, « La campagne négrière de La Perle (1755-1757) et sa réussite extraordinaire », Revue historique, t. CLXIII, 1930, p. 51 et suiv.

Les études quantitatives concernant d’autres ports de Bretagne n’ont jamais dépassé le stade embryonnaire, à l’exception de :

103. H.-F. Buffet, « La traite des noirs et le commerce de l’argent à Port-Louis et Lorient sous Louis XIV », Revue historique, t. CII, p. 433-450.

H. COMPARAISONS AVEC D’AUTRES PORTS FRANÇAIS

Retenons parmi les ouvrages les plus récents :

104. M. Begouen Demeaux, Mémorial d’une famille du Havre, t. I : Les fondateurs. Choses et gens du xviiie siècle en France et à Saint-Domingue ; t. II : Stanislas Foache, négociant à Saint-Domingue (1737-1806) ; t. III : Jacques François Begouen (1743-1831) ; t. IV : Jacques François Begouën (1743-1831), Le Havre et Paris, 1948-1958.

105. R. Boutruche, « Bordeaux et le commerce des Antilles françaises au xviiie siècle », in Nos Antilles, ouvrage collectif, Paris, 1925, p. 83-124.

106. G. Charpentier, Les relations économiques entre Bordeaux et les Antilles au xviiie siècle, Bordeaux, 1937.

107. P. Dardel, Navires et marchandises dans les ports de Rouen et du Havre au xviiie siècle, Paris, 1963.

108. P. Dardel, Études d’histoire économique, t. I : La société « Pierre Massac et Lemarcis » (1764-1770). Manufacture de toiles peintes, de mousselines, de teinture en rouge d’Andrinople. Armement. Traite des nègres. Négoce, Rouen, 1939.

109. L. Dermigny, Cargaisons indiennes : Solier et Cie (1781-1793), Paris, 1959-1960.

110. G. Rambert, Histoire du commerce de Marseille (ouvrage collectif), 7 vol., Paris, 1951-1967.

111. H. Robert, « Les trafics coloniaux du port de La Rochelle au xviiie siècle (1713-1789 », Bulletin de la Société des Antiquaires de l’Ouest, 1949, p. 135-179.

112. H. Sée, « Le trafic d’un négociant armateur de Bordeaux aux Antilles (1751-1857) », Mémoires Hayem, 12e série, 1919, p. 578-620.

Parmi les thèses récentes, l’ouvrage monumental de :

113. L. Dermigny, Le commerce à Canton au xviiie siècle, Paris, 1964, 4 vol.,

contient des passages essentiels pour la compréhension de l’économie maritime bretonne.

On attend beaucoup des thèses à paraître :

114. J. Tarrade, L’évolution du régime de l’exclusif de 1763 à 1784.

115. C. Carriere, Le négoce maritime marseillais au xviiie siècle.

I. PECHE MARITIME

On consultera surtout :

116. Ch. de la Mohandiere, Histoire de la pêche française de la morue dans l’Amérique septentrionale, Paris, 1962.

Les armements en pêche sont traités dans la première partie :

  • description des navires, p. 33-45 ;

  • coût de la construction, p. 46-50 ;

  • armement et mise hors, p. 50-58 ;

  • avitaillement, p. 59 ;

  • vivres, p. 71-83 ;

  • rémunération des équipages, p. 117-142 ;

  • désarmement, etc., p. 207-209 ;

  • augmentation du coût des armements, p. 1002.

On complétera ces indications par les chiffres fournis par C. Collas (n° 76) ainsi que par les passages consacrés à Saint-Malo par J. Delumeau (n° 22).

J. TECHNIQUES COMMERCIALES

1° Ouvrages généraux :

117. L. Vignols, « Le dictionnaire universel du commerce de Savary des Bruslons : l’opinion des négociants nantais en 1738 », Annales de Bretagne, t. XXXIX, 1929, p. 742-751.

Article important.

118. H. Hauser, Les débuts du capitalisme, Paris, 1931, p. 266-308.

2° Lettre de change :

On ne retiendra ici de l’énorme littérature consacrée à la lettre de change que l’excellent livre de :

119. R. de Roover, L’évolution de la lettre de change (xive-xviiie siècle), Paris, 1953, renvoie à la bibliographie de :

120. G. Reymondin, Bibliographie méthodique des ouvrages de langue française parus de 1593 à 1908 sur la science des comptes, Paris, 1909,

que l’on complétera par :

121. J. Bouchary, Le marché des changes à Paris à la fin du xviiie siècle (1778-1800), Commission de recherche et de publication des documents relatifs à la vie économique de la Révolution, Mémoires et Documents, Paris, 1937, t. VIII.

3° Comptabilité à partie double :

Ici encore, il faut de toute évidence recourir à l’article fondamental de :

122. R. de Roover, « Aux origines d’une technique intellectuelle : la formation et l’expansion de la comptabilité à partie double », Annales H.E.S., t. IX, 1937, p. 171-193 et 270-298 (avec bibliographie).

123. R. de Roover, « Théories de la comptabilité dans les Provinces-Unies aux xviie et xviiie siècles », Annales H.E.S., 1935, t. VII, p. 398-401 (compte rendu de l’ouvrage de Onko Ten Have, De Leer van bet Boekhouden in de Nederlanden tidjens de zeventiende en achtiende eeuw, Delft, 1934).

Pour les périodes antérieures au xviiie siècle, on consultera : H. Lapeyre (n° 13), chapitre VIII, p. 339-361 : « L’art de tenir livres de comptes ou de raison », etc :

124. J. Meuvret, « Manuels et traités de négociants aux premières époques de l’âge moderne », R.H.M.C., 1953, p. 5-29.

Une rapide initiation aux problèmes de comptabilité est fournie par :

125. J. Fourastié, La comptabilité (Collection « Que sais-je ? »), Paris, 1943.

Plus particulier, mais important par le relevé des sources parisiennes, est l’ouvrage de :

126. G.-Y. Berton, « Les aspects comptables et financiers du commerce colonial de la Compagnie des Indes entre 1719 et 1730 », R.H.E.S., 1962, t. XL, p. 449-453.

Les problèmes de vocabulaire sont évoqués par :

127. A. Kuhn, Die französische Handelssprache im xvii. Jahrhundert, Paris, s.d., livre ancien, limité au xviie siècle, mais utile pour clarifier le vocabulaire commercial de l’époque. A rectifier parfois par R. de Roover (n° 122) et H. Levy-Brühl (n° 129).

4° Sociétés commerciales :

Les ouvrages essentiels sont ceux de :

128. H. Lévy-Brühl, « Les différentes espèces de sociétés de commerce en France aux xviie et xviiie siècles », Revue d’histoire de droit français et étranger, 1937, p. 294-332,

et surtout,

129. H. Lévy-Brühl, Histoire juridique des sociétés de commerce en France aux xviie et xviiie siècles, Paris, 1938,

Essentiels, reposent à la fois sur une solide pratique juridique et sur l’utilisation des sources parisiennes. Demandent cependant à être revus par le recours aux sources notariales de province.

Plus ancien est l’article de :

130. A. Sayous, « Les sociétés anonymes par actions », Revue d’Économie Politique, 1902.

5° Assurances :

On aura recours pour la Bretagne à l’article n° 66 et ci-dessous, p. 34 et 148-152.

Pour le xviie siècle, voir la brochure, très importante de :

131. L.A. Boiteux, L’assurance maritime à Paris sous le règne de Louis XIV, Paris, 1945 (en particulier, la conclusion, p. 82-85).

6° Divers :

Sur les relations de la finance et des milieux maritimes, on consultera :

132. A. Delcourt, « La finance parisienne et le commerce négrier au milieu du xviiie siècle », Bulletin de la Société d’études historiques, géographiques et scientifiques de la région parisienne, Paris, janvier-juillet 1948, p. 21 et suiv.

Le gros problème du tonnage réel des navires est abordé dans :

133. P. Gille, « Jauge et tonnage des navires », in Le Navire et l’Économie maritime du xve au xviiie siècle, Paris, 1957, p. 85 et suiv.

Pour les grandes compagnies, prendre par exemple :

134. M. Giraud, « La Compagnie d’Occident (1717-1718) », Revue Historique, juillet-septembre 1961, p. 23-56 et n° 65 et 66.

SOURCES

I. OUVRAGES IMPRIMÉS AYANT VALEUR DE SOURCE

A. Ouvrages ayant trait à la Bretagne ou importants pour la connaissance de l’économie bretonne :

135. Arnould, De la balance du Commerce et des relations extérieures de la France dans toutes les parties du globe et particulièrement à la fin du règne de Louis XIV et au moment de la Révolution, Paris, 1791,

demande un sérieux examen critique, surtout en ce qui concerne la fin du xviie et les débuts du xviiie siècle.

136. Expilly, Dictionnaire géographique, historique et politique des Gaules et de la France, t. V, Paris, 1764, article Nantes,

l’abbé d’Expilly suit souvent de très près les indications — anciennes — fournies par le rapport Béchameil de Nointel (1696).

137. Gournay, Tableau général du commerce, des marchands, négociants, armateurs, etc., de la France, de l’Europe et des autres parties du monde, Paris, 1789-1790.

138. J.B. Huet, Statistiques du département de la Loire-Inférieure en l’an X, Paris, an x.

Cf. entre autres le tableau de la balance du commerce du port de Nantes (1729,1735, 1743, 1752, 1790 et an x).

139. J.B. Huet, Recherches économiques et statistiques sur le département de la Loire-Inférieure, Annuaire de l’an XI, Nantes, an XII.

Cf. surtout p. 204-229 (statistiques des sorties et des entrées des années 1786-1787, p. 216) et les tableaux n° 24 (pêche à la morue, p. 161-163), n° 17 (petit cabotage, an x et 1790), n° 19-20 (commerce de cabotage de subsistances), n° 21-28 (commerce extérieur, dont 26 : balance du commerce de Nantes analogue au n° 121 du même auteur ; tableau n° 22 : commerce direct et circuiteux des Antilles, n° 23 : importations des colonies d’Amérique) ; ainsi que les pages 228-232 (commerce de l’Inde) et 161-170 (pêche).

140. Ogée, Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne, nouvelle édition M. Marteville et Varin, Paris, 1843-1853, 2 vol., article « Nantes », t. 2, p. 81-223.

141. Pinczon du sel des Monts, Considérations sur le commerce de Bretagne, Rennes, 1756.

B. Ouvrages théoriques traitant des matières de commerce susceptibles d’éclairer les méthodes commerciales de la deuxième moitié du xviiie siècle :

142. Magnières d’Hequerty, Essai sur les intérêts du commerce maritime, La Haye, 1753.

143. Ricard, Le négoce d’Amsterdam contenant tout ce que doivent savoir les marchands et boutiquiers tant ceux qui sont établis à Amsterdam que ceux des pays étrangers, Amsterdam, 1723.

144. J. Savary, Le parfait négociant ou instruction générale pour ce qui regarde le commerce des marchandises de France et des pays étrangers, Paris, 1675 (1re édition ; autres éditions ultérieures : 1679,1697, 1712, 1713, etc. ; parmi les éditions du xviiie siècle, retenons surtout celles de 1721 (8e édition) et de 1757.

145. J. Savary des Bruslons, Dictionnaire universel du commerce, Paris, 1741. Sur les Savary, cf. n° 117 et 118.

146. F.V. Toussaint, Recueil d’actes et de pièces concernant le commerce des divers pays de l’Europe, Londres, 1754.

Le choix, limité, auquel nous avons procédé, est fondé sur deux critères principaux :

a. La fréquence de ces ouvrages dans les bibliothèques des négociants nantais de l’époque ;

b. La facilité de se procurer ces ouvrages de langue française en tenant compte des relations commerciales hollandaises dont l’influence a été essentielle en Bretagne.

II. SOURCES ET PROBLÈMES DE MÉTHODE, OUVRAGES GÉNÉRAUX

147. M. Mollat, Le Navire et l’Économie maritime du xve au xviiie siècle, Travaux du Colloque d’histoire maritime tenu le 17 mai 1956, Paris, 1957.

148. M. Mollat, Le Navire et l’Économie maritime du Moyen Age au xviiie siècle, principalement en Méditerranée, Travaux du 2e Colloque international d’histoire maritime, tenu le 17 mai 1957, Paris 1959.

149. M. Mollat, Le Navire et l’Économie maritime dans les mers du Nord de l’Europe, du Moyen Age au xviiie siècle, Travaux du 3e Colloque international d’histoire maritime, Paris, 1960.

150. M. Mollat,, Les sources de l’histoire maritime en Europe, du Moyen Age au xviiie siècle, Paris, 1962 (Colloque international d’histoire maritime, 22-23 mai 1959).

Parmi les articles de ce dernier ouvrage, relevons :

— H. Touchard, « Les sources de l’étude quantitative du commerce breton », p. 289-297.

— J. Delumeau, « Le commerce malouin sous l’Ancien Régime d’après les registres de l’Amirauté », p. 299-310 ; cf. n° 89 ;

— A. Morel, « Les armateurs malouins et le commerce interlope », p. 311-318. Pour les autres ports français, citons à titre de comparaison, dans le même ouvrage :

— Ch. Carriere, « Les sources provençales de l’histoire de l’économie maritime à l’époque moderne », p. 227-241 ;

— M. Delafosse, « Les sources de l’étude quantitative du trafic maritime à Bordeaux et La Rochelle, principalement aux xviie et xviiie siècles », p. 271-287 (et surtout p. 281-283).

Citons enfin l’article de :

— L.A. Boiteux, « Contribution de l’assurance à l’histoire de l’économie en France », p. 447-459.

III. BIBLIOGRAPHIE CRITIQUE ET INVENTAIRES

Un premier inventaire des sources de l’histoire portuaire nantaise du xviiie siècle a été dressé par :

G. Martin (n° 40), L’ère des négriers, op. cit., p. 439-443.

On se reportera utilement à ses remarques, que l’on complétera par le recoins à :

151. H. de Berranger, Guide des archives de la Loire-Atlantique ; t. I, Nantes, 1962, p. 28-31 (siège royal de l’Amirauté de Nantes) ; et t. II, Nantes, 1964, p. 1-5-7-8 (fonds privés), 89-95 (Marine), 123-125 (archives privées), 143-148 (recherches d’histoire maritime).

A. Amirauté :

152. Le Guide des recherches dans les fonds judiciaires de l’Ancien Régime, Paris, 1958 (ouvrage collectif) contient des remarques judicieuses p. 255-282. Voir en particulier de H.-F. Buffet les passages relatifs aux Amirautés ressortissant du Parlement de Bretagne, p. 271-272 et 274-281.

L’intérêt historique des archives des Amirautés a été souligné par :

153. A. Vignols, « Une source de documentation trop peu utilisée : les Archives des anciennes Amirautés françaises », Annales H.E.S., tome II, 1930, p. 565-571.

L’historique des Amirautés de Bretagne a été fait par :

154. J. Darcel, L’Amirauté de Bretagne, des origines à la Révolution de 1789, thèse de lettres, Paris, 1954, dactylographiée.

Mais on aura surtout recours aux données fournies par l’inépuisable :

155. H. Bourde de la Rogerie, Archives du Finistère, série B, t. III, Inventaire des fonds des Amirautés de Morlaix et de Quimper, Quimper, 1931.

B. Registres des classes et notaires :

G. Martin n’a pu utiliser ni les rôles d’armement et de désarmement du port de Nantes, ni les dépôts notariaux.

Sur les premiers :

— H. de Berranger, n° 151, t. II, p. 89-95.

et :

156. M. Perrichet, « L’administration des Classes de la Marine et ses archives dans les ports bretons, Revue H.E.S., 1959, t. XXXVII, n° 1, p. 89-112.

C. Consulat :

Les recherches consacrées aux consulats sont relativement nombreuses. On consultera :

157. A. Briend, Les juridictions consulaires en Bretagne avant la Révolution, Rennes, 1924.

158. J.C. Renoul, Le tribunal consulaire de Nantes, Nantes, 1880.

Ce dernier ouvrage est utile dans la mesure où il fournit un relevé commode des membres du consulat et permet donc de déceler leur origine sociale.

159. J. Gabory, Le tribunal consulaire de Nantes, Rennes, 1941,

complète le livre précédent, sans épuiser, il s’en faut, l’intérêt du fonds.

Ce dernier est présenté par H. de Berranger, n° 151, op. cit., t. I, p. 38-39.

D. Les fonds de faillite :

160. H. Hauser, « Une source de l’histoire du commerce et des banques : le fonds des faillites », Annales H.E.S., 1931, t. III, p. 542-550.

E. Divers :

161. H. de Berranger, Les archives des maisons nantaises d’armement, A B C D, 1953, p. 255-256.

162. G. Debien, « Archives de Plantations », Bulletin de la S.A., Nantes t. LXXXV, 1940, p. 77-104.

163. G. Beauchesne, « Les sources de l’histoire du port de Lorient et des trois grandes compagnies des Indes », Revue Histoire des Colonies, t. XLII, 1955, p. 96-109.

SOURCES MANUSCRITES

SÉRIE B :

Siège Royal de l’Amirauté de Nantes :

  • registres d’audiences B 4399-4472 (1642-1791) ;

  • enregistrement des contrats de propriétés des vaisseaux, réceptions des capi’taines, pilotes, soumissions des armateurs, édits, déclarations et autres actes :

  1. Communs de 1701 à 1740 : B 4477-4496 ;

  2. Séparés après 1741 :

  • actes de propriétés et soumissions d’armateurs : B 4497-4511 (1740-1791) ;

  • réceptions des capitaines, pilotes, commissions de guerre, déclarations, etc. : B 4512-4259 (1740-1793) ;

  • passeports, édits, déclarations, ordonnances : B 4532-4544 (1692-1716) ;

  • rapports des capitaines au long cours (source principale utilisée par G. Martin : B 4570-4596 (1692-1776) — manquent les années 1776-1790 ;

  • rapports des capitaines au cabotage de la province de Bretagne : B 4597-4619 (1692-1778) — manquent les années ultérieures ;

  • rapports des capitaines au cabotage et maîtres de barques étrangers à la province de Bretagne : B 4620-4640 (1693-1779) — manquent les années ultérieures ;

  • rapports des capitaines au long cours et au cabotage venant de la province et hors de province : B 4641-4664 (1693-1741).

PASSEPORTS :

  • France, étranger et colonies : B 46654701 (1673-1777) ;

  • passeports et congés délivrés aux capitaines au long cours pour sorties hors province : B 47034711 (1703-1778) ;

  • congés et sorties pour la province de Bretagne : B 4712-4721 (1706-1779) ;

  • répertoires des congés : B 4722-4727 (1696-1710).

CONTRATS DE PROPRIÉTÉ DES NAVIRES : B 4477-4478.

Enquêtes, informations et interrogations : B 4731-4837 (1613-1790), série presque complète pour le xviiie siècle.

Procedures civiles : B 4838-4854 (1612-1792), par exemple le dossier B 4850 donne un compte d’armement extrêmement précis du négrier le Roy Guingin (octobre 1764).

Prises de mer par les Corsaires : B 48864932 (1672-1783), importantes lacunes pour la fin du xviie siècle.

Inventaires et pièces déposées au greffe de l’Amirauté par les capitaines de navires : B 4978-4999 (1715-1776).

Journaux de bord : B 5004-5006 (1706-1749).

CONSULAT :

  • Faillites : B 5594-5644 (dossiers de faillite) à compléter par les atermoiements notariaux (ci-dessous, p. 29-33) et par le recours à la Législation des faillites conservée pour l’essentiel dans les dossiers A.D.L.-A. : C645-647 (1701-1787). Les « avoirs » des bilans contiennent nombre d’indications, plus ou moins fragmentaires, sur les « mises hors » des navires. C’est, en dehors des archives privées, la seule source importante actuellement disponible pour connaître les armements maritimes de la première moitié du xviiie siècle. Pour les dépôts de bilan, voir les procès-verbaux d’enquêtes, bilans, etc. : B 5638 à B 5645 (bilans très détaillés)

  • Audiences, Jugements et sentences : B 5370-5547 (1617-1792). La série n’est continue qu’à partir de 1701 (B 5370 = 1617, B 5371 = 1676, B 5372 = 1694, B 5373 = 1701).

  • Actes extraordinaires, fourniments, cautions, déclarations, etc. : B 5550-5569 (1704-1764) ; confondus à partir de 1763/1764 dans les mêmes registres que les sentences et les jugements : B 5570-5585 (1763-1791) ; important pour les dépôts d’extraits ou de copies complètes d’actes de fondation de sociétés (enregistrement par extraits).

On pourra compléter l’étude des faillites par les procès-verbaux d’enquêtes, les interrogatoires, les bilans et les vérifications de créanciers, etc., des dossiers B 5586-5593, ainsi que par le dossier C 645 (mémoire de 1732 sur les causes des faillites : épidémie du cacaoyer ; ceux de 1727, tenue des écritures, etc. ; rumeurs anglaises sur une faillite possible des Walsch à la veille de la guerre de Sept Ans, d’un montant de 3 millions L. — d’après le prévôt d’Ancenis — de 4,5 millions — d’après les Anglais et les Hollandais).

Mais un grand nombre de faillites ont été précédées par des accommodements notariaux, dont certains ont évité le recours à la procédure de la faillite. Ces atermoiements sont aussi détaillés que les actes officiels de faillite et semblent même souvent plus sincères. On les trouve dans les dossiers notariaux. Nous joignons ici la liste des principaux atermoiements du xviiie siècle, relevés dans les registres du Contrôle des Actes de Nantes (série II C). Ont été systématiquement retenus tous les actes notariaux de négociants au-dessus d’une valeur de 20 000 livres, ainsi que les autres actes intéressants soit par la personnalité du failli en puissance, soit par sa situation spéciale dans le monde du négoce (même si le chiffre de l’accommodement est inférieur à 20 000 livres). Nous donnons ici le chiffre du Contrôle des Actes, qui porte d’ordinaire (mais pas obligatoirement) sur le chiffre du passif.

Relevons au passage que « l’atermoiement » est presque toujours passé devant notaire, pour des raisons qu’il est facile de concevoir. C’est la seule catégorie d’actes qui soit presque intégralement passée devant notaire ; et dont nous possédons par conséquent la quasi-totalité. Comme dans les fonds de faillite, on y trouve fréquemment des intérêts de navire.

RELEVÉ DES « ATERMOIEMENTS » DU COMMERCE NANTAIS DE 1724 A 1789

Image 1.jpg

Image 2.jpg

Image 3.jpg

Image 4.jpg

Image 5.jpg

Source : Contrôle des Actes de Nantes.

ACTES NOTARIAUX ET CONTRÔLE DES ACTES-CENTIÈME DENIER

Il est très rare qu’à Nantes, on passe un acte concernant le commerce maritime devant notaire. Échappent à cette règle :

  1. Les Engagements (L. Vignols, « Les Antilles françaises sous l’Ancien Régime. Aspects économiques et sociaux. L’institution des engagés (1626-1774) », R.H.E., 1928, p. 1245, 137-181, et G. Debien, Le peuplement des Antilles françaises au xviie siècle. Les engagés partis de La Rochelle (1683-1715), Le Caire, 1942 (Notes d’histoire coloniale, I).

  2. Les Cambies ou Contrats a la grosse aventure (pour la définition, A.D. I.-et-V., 4 Fc 10).

Il s’y ajoute, pour quelques époques, des Constats de composition de cargaison, épisode mineur dans la lutte permanente opposant les négociants à la Ferme générale, et des abandons d’intérêts de navires aux compagnies d’assurances anglaises pendant la période de guerre, moyen détourné pour faire échec à la capture du navire : II C 2765, Boufflet, 3-2-1745 ; II C 2766, Boufflet, 8-3-1745 ; II C 2767, Boufflet, 9-4, 10-4,17-4,21-4-1745 ; II C 2772, Boufflet, 20-11 et 29-11-1745 ; II C 2773, Boufflet, 28-12-1745, 5 1, 11-1, 15-1, 17-1-1745 ; Urien, 18-1-1745, etc., etc. ; II C 2861, S.S.P. du 6-7-1756 ; Fouquereau, 10-7-1756, Girard, 14-7-1756 ; Fouquereau, 20-7 et 30-8-1756 ; II C 2860, Urien, 14-5-1756 ; Benoist, 9-6-1756 ; Girard, 15-6, 28-6-1756, Fouquereau, 6-7-1756, etc.

Il est en revanche, exceptionnel de faire enregistrer des assurances proprement dites, et même des ventes de navires ou de parts d’intérêts de navires. Les quelques opérations ainsi passées devant notaire représentent donc une part infime du mouvement commercial réel. Le Contrôle des Actes est à peine plus fourni. Face à ces énormes lacunes, on mesure mieux la stupéfiante confiance qui réglait les rapports commerciaux ainsi que l’étroit cloisonnement des affaires notariales dans le domaine des transactions immobilières, des offices, des opérations familiales et des constituts.

Enfin, les contrats de mariage, les actes de partages (dans la mesure où les faits ne sont pas consignés dans un inventaire après décès, ce dernier étant, suivant la législation particulière à la Bretagne, passé devant les juridictions locales) et, plus rarement les testaments fournissent quelques indications éparses, plus rattachées à l’histoire familiale qu’à celle du commerce maritime proprement dit.

Nous avons opéré le relevé des sociétés dans le chapitre traitant de ce problème.

RELEVÉ DES SOCIÉTÉS CONCLUES DEVANT NOTAIRES

Image 6.jpg

Image 7.jpg

Image 8.jpg

Image 9.jpg

Image 10.jpg

Source : Contrôle des Actes de Nantes.

RIE C (Chambre de commerce).

A. Données numériques :

1° Estimations de la valeur de cargaisons de navires capturés par les Anglais :

  • C 686 : état des navires du port de Nantes arrêtés par les Anglais avant la déclaration de guerre, état envoyé au garde des sceaux le 30 octobre 1756.

  • C 687 : tableau des navires du port de Nantes naufragés, pris et brûlés par les Anglais de 1754 e 1758 inclus.

  • C 726 : statistique des navires expédiés pendant la guerre de Sept Ans.

On utilisera de préférence le document C 687, de loin le plus sûr, qui donne les noms des navires, leur armateur officiel, le port, la valeur de la cargaison et du navire, la destination, les dates de départ et de prise. Quelques états sont détaillés.

2° Estimations des cargaisons en provenance des Iles :

Elles peuvent être faites d’après les données fournies par le Domaine d’Occident (mais sont, naturellement, valables uniquement pour les entrées).

— C 706 à 715 (1747 à 1790) : cette documentation a fourni le fondement des tableaux publiés par P. Jeulin (n° 27). Ces statistiques, limitées aux produits suivants : sucre (terré, brut), café, indigo, coton, cuirs de bœufs, indiquent pour chaque navire la quantité (balles, barriques, etc.) des marchandises, leur propriétaire, leur valeur (approximative).

Pour la législation du Domaine d’Occident, on se reportera au dossier C 734.

— C 716 à 717 donnent un état récapitulatif « des marchandises sorties de Nantes à destination de l’étranger », que l’on peut compléter par le dossier C 864 statistique et table des marchandises par ordre alphabétique : entrées et sorties (1749-1754), et par C 724 ; état récapitulatif des marchandises importées à Bordeaux, Nantes, Saint-Malo, La Rochelle, Le Havre (1763-1789).

3° Affaire de « L’Aigle », C 747-748 (1724-1764) :

Le procès de L’Aigle, l’un des plus importants du xviiie siècle, a laissé des traces importantes, qui peuvent éclairer les pratiques commerciales de l’époque. Cette affaire est en liaison étroite avec le fameux commerce « des mers du sud ».

4° C 870 : Dixièmes et vingtièmes des négociants (1749-1768) avec tables alphabétiques.

5° C 740 : Compte d’armement pour la Côte d’Or (vers 1750).

C 747 : Comptes plus ou moins complets de plusieurs navires.

B. Textes législatifs :

Juridiction consulaire : C 640-643, 649, 668.

Faillite : C 645-647.

Assurances maritimes : C 670, 673 (temps de guerre).

Amirauté : compétences, etc. : C 662.

Législation maritime : C 688-689.

Comptabilité commerciale : C 718.

Course : C 688.

Part de navires : C 689.

Commerces particuliers : café, Amérique, etc. : C 732-743, 751-755.

Commerce des grains : C 774-777.

Compagnie des Indes : C 749-750.

On consultera naturellement les recueils d’ordonnances, dont on citera ici uniquement :

— Édits, déclarations, règlements et ordonnances du Roy sur le fait de la Marine, Paris, 1675, et pour la Bretagne,

— J. de Heuqueville, Ordonnance de Louis XIV (novembre 1684) touchant la marine des castes de Bretagne, 3e éd., Vannes, 1717.

C. Mémoires divers :

  1. Des juges consuls : C 877-887.

  2. Descazaux du Hallay (1701) : C 894.

  3. Mémoires divers :

  • commerce extérieur des colonies : C 725-727 ;

  • ports francs (lutte contre Saint-Malo et Marseille) : C 720-721 ;

  • mémoires généraux sur le commerce : C694 ;

  • mémoires sur le commerce nantais : C 699-700 ;

  • sur les compagnies et le commerce des colonies (presque exclusivement début du xviiie siècle ) : C722 ;

  • sur le commerce des mers du sud : C 747-748.

D. Statistiques diverses :

a. Commerce en convoi en temps de guerre :

— C 862 (1745-1749) : inscription des navires venant de l’Amérique sous escorte et des marchandises de leur chargement soumises à l’induit avec détail des marchandises ;

à compléter par :

— C 863 (même période) : recettes et dépenses.

b. C 864 : récapitulation générale de toutes les marchandises entrées et sorties par Les ports des Directions de Nantes et de Rennes (1749-1754) :

  • C865 : Tables de marchandises (1765-1771) ;

  • C 866 : Tables de marchandises (1773-1780).

C 865 doit être confronté avec C 867 : liste de chargement de navires venant des colonies (17641712) ; C 866 avec C 868 (ibidem pour la période 1772-1790).

c. Cas particulier : café.

— C 869 : sorties et entrées de cafés entreposés (1737-1751).

d .Mouvement du port :

— états mensuels des entrées du port de Nantes avec indication du chargement :

C 857 (1733-1737) ; C 858 (1738-1746),

à confronter avec C 860-861 (1733-1745) : registres de recettes avec noms des navires entrant dans la rivière de la Loire (comptabilité).

FONDS « MARINE ».

Cf. H. de Berranger, n° 151, t. II, p. 89-95.

On consultera surtout :

Quartier de Nantes : enregistrement des rôles d’armement et de désarmement (1694-1789) et rôles d’armement et de désarmement (registres) (1763-xixe siècle). Les deux séries comportent quelques lacunes, heureusement secondaires.

(Il n’existe aucun répertoire utilisable ; à quelques exceptions près, les rôles d’armement et désarmement coïncident avec l’année civile.)

SÉRIE J ET JJ.

Dans la série J, les fonds suivants intéressent le commerce maritime :

1 J Fonds Chevy et Trottier, armateurs,

concerne surtout la période révolutionnaire, l’Empire et la Restauration, voir cependant pour la fin du xviiie les dossiers suivants :

  • 1 J 2, correspondance de Haute-Bretagne (A à N), commence en 1784 ;

  • 1 J 3, idem (O à V), débute en 1775 (fin 1825) ;

  • 1 J4, Basse-Bretagne (1781-1819) ;

  • 1 J 5, Anjou-Touraine (1785-0000) ;

  • 1 J 6, Poitou (1783-0000) ;

  • 1 J 8, Paris (1783-0000) ;

  • 1 J 14, Est (1783-0000) ;

  • 1 J15, Centre (1783-0000) ;

  • 1 J 16, Charentes (1786-0000) ;

  • 1 J 17, Bordeaux (1781-0000) ;

  • 1 J 20, Gascogne, Guyenne, Languedoc (1786-0000) ;

  • 1 J 22, Europe (1786-0000) ;

  • 1 J 26, Lettres diverses (1783-0000).

3 J Divers ; à consulter :

  • 3 J 2, Lettres diverses adressées par Bertrand à divers négociants (1747-1830 : 5 lettres sans grand intérêt) ;

  • 3 J58, Grand Livre (épave 1739-1752), important ;

  • 3 J 76, Liste des expéditions négrières de Nantes entre 1715 et 1774 de G. Martin (manuscrit de son livre n° 34) ;

  • 3 J 108, Traité des changes du xviie siècle.

8 J Fonds Delaville-Deguer, acquis en 1912, utilisé en partie par le R. P. Rinchon (nos 42 et 43).

  • 8 J 1 à 9, Copie des lettres (mars 1763 au 18 mai 1782) ;

  • 8 J 10 à 11, Armements et désarmements,

contient le détail de toutes les « mises hors » de la société : 8 J 10 (1764-1770) ;

8 J 11 (1771-1780) ;

  • 8 J 12-22, Livres de comptes (à partie double), du 8 novembre 1763 à la fin de l’année 1787) ;

  • 8 J 23 à 25, Journaux (1768-1779) ;

  • 8 J 26 à 27, Brouillards (1758-1768) ;

  • 8 J 28-29, Recettes et factures (1763-1785 et an viii à l’an xi).

16 Fonds Bertrand de Cœuvres :

  • 16 J 1, Dossiers de navires (feuilles volantes : 1757 à 1792) ;

  • 16 J 2, Assurances maritimes (idem), 1757-1792 ;

  • 16 J 3, Comptabilités diverses (1750-an v) ;

  • 16 J 4, Correspondance reçue (1763-1795) ;

  • 16 J 5, Grand Livre (1750-17 %) ;

  • 16 J 6 à 7, Journaux (1737-1789 et 1742-1775) tenue assez médiocre ;

  • 16 J 8, Fragment de registre de correspondance (a trait en particulier à un héritage Beauvais de Razeau, 1765-1783) ;

  • 16 J 9, Journal des opérations du négrier La Reine des Anges, 1741-1742.

Dans la série JJ, seuls deux fonds intéressent le commerce maritime : 1 JJ Chaurand et 8 JJ Lory.

1 JJ Maison Chaurand frères.

C’est pratiquement le seul fonds commercial du xviiie siècle qui a été presque intégralement conservé. Il n’a d’autre équivalent que celui des Dobree (xixe siècle), de la B.M. de Nantes. En dépit de l’utilisation intensive qu’en a faite le R. P. Rinchon, il manque toujours une étude d’ensemble de ce fonds, l’un des plus importants de France. Il nécessiterait à lui seul l’équivalent d’une thèse.

  • 1 JJ 1 à 8, Copie de lettres à l’Amérique (8 gros volumes allant du 13 novembre 1782 à octobre 1793) ;

  • 1 JJ 9 à 25, Copie de lettres d’Europe (important à cause de ses relations avec la Provence, dont les Chaurand étaient originaires, et l’ensemble de leurs liaisons avec le monde ibérique), 6 juillet 1775 au 11 novembre 1793 ;

  • 1 JJ 26 à 28, Livres d’armement et de désarmement (source essentielle), 1 novembre 1774 au 31 décembre 1792 ;

  • 1 JJ 30 à 32, Livres de Caisse (1er juin 1780 au 31 mars 1791) ;

  • 1 JJ 33, Carnets de caisse (8 octobre 1774, au 30 mai 1780) ;

  • 1 JJ 35 à 36, Livre des assurances (essentiel) (1er août 1781 au 22 juin 1793) ;

  • 1 JJ 37, Livre des marchandises entrées et sorties des magasins de la maison de la veuve Chaurand... (25 août 1784 au 12 juin 1790) ;

  • 1 JJ 38-41, Comptes de vente (9 octobre 1779 au 9 octobre 1792) ;

  • 1 JJ 42-44, Factures (14 mais 1768 au 1er janvier 1793) ;

  • 1 JJ 45-47, Brouillards de factures (17 novembre 1784 au 19 avril 1791) ;

  • 1 JJ 48 à 49, Livres de magasin (ventes du 15 janvier 1774 au 23 juillet 1793) ;

  • 1 JJ 50 et 51, Lettres et billets à recevoir (24 août 1775 à fructidor an xi) ;

  • 1 JJ 52 à 60, idem du 1er janvier 1781 au 26 février 1791 (entrées et sorties) ;

  • 1 JJ 61, idem (1 février 1786 au 8 novembre 1793) ;

  • 1 JJ 62 à 67, Journaux (1 février 1786 à fin 1794) ;

  • 1 JJ 68 à 73, Grands Livres (5 mai 1776 au 3 brumaire an iv) ;

  • 1 JJ 74-75, Livres de comptes courants (1788-1790) ;

  • 1 JJ 76, Location de magasins pendant la période révolutionnaire ;

  • 1 JJ 78, Entrées et sorties de navires pour la maison Chaurand (15 février 1767 au 4 juillet 1773) ; l’inventaire manuscrit comporte une erreur de date ;

  • 1 JJ 79 à 80, Lettres adressées à la maison Chaurand (années 1775, 1784, 1785, 1786, 1788 et 1789) ;

  • 1 JJ 81, Comptes de facteurs (1786).

L’ensemble de ce dépôt, effectué en octobre 1937 par la famille Hay de Slade, est par son seul énoncé un remarquable répertoire des types de livres de commerce utilisés à Nantes1.

8 JJ Fonds Lory :

  • 8 JJ 1, Correspondance (17 décembre 1750 au 1er décembre 1774) [sorties] ;

  • 8 JJ 2, Copies de lettres concernant l’habitation Cottineau (19 août 1765 au 15 janvier 1778).

Ces deux registres ont été utilisés par G. Debien (n° 59).

Quelques fragments de la série 6 JJ (archives de la Chambre de Commerce) peuvent présenter quelque intérêt pour l’histoire du commerce nantais. Relevons :

  • 6 JJ 22, États Généraux : doléances du commerce (1789-1790), B. Hyslop, Supplément au répertoire critique des cahiers de doléances pour les États Généraux de 1789, Paris, 1952, p. 131-133. Cf. A.D. L.-Atl., C 572.

  • 6 JJ 34, Souscriptions aux chargements des navires venant des colonies (1791-an ii) ;

  • 6 JJ 50, Copie de lettres (sorties) d’un homme d’affaires nantais (5 mai 1779 au 23 mars 1782) ;

  • 6 JJ 52 à 54, Plumitifs des assises particulières des juges consuls pour les affaires générales du commerce (1777 à 1791).

SÉRIES E ET Q.

A défaut de posséder des papiers de fonds de commerce, il est souvent possible de reconstituer certains aspects des affaires familiales en recourant aux séries E et Q, qui permettent d’ailleurs de retrouver souvent les notaires familiaux utilisés (ou, à leur défaut, les mentions succinctes du Contrôle des Actes).

Dans la série E, les dossiers les plus intéressants sont ceux qui ont trait à des querelles familiales.

E Titres de famille : 618-1428 (inventorié).

Cf. H. de Berranger, Guide des archives, op. cit., t. I, p. 82-84. Parmi les dossiers les plus utiles, citons :

E 780 , 782, Danguy ;

E 783, Danycan (cf. A.D. I.-et.-V. : E 2 H h, Huchet de la Bédoyère) ;

E824, Eon ;

E828, D’Espinoze ;

E 859 à 860, Gellée de Prémion (cf. D.E.S. Mlle Gauthier, Faculté des Lettres de Rennes, 1957) ;

E893, Grou ;

E 956, Le Bonnetier (cf. notre article : « La famille Grou », n° 69) ;

E 1046, Michel ;

E 1085, O. Shiell ;

E1119, Picot de Limoëlan (Saint-Malo) ;

E1121, Pinot ;

E1122, Piou ;

E1202, Sagory ;

E 1213-1214, Sarrebourse ;

E1215, Sarsfield ;

E1236, Stapleton ;

E1258, Baude de la Vieuville ;

E Supplément 1301, Achon.

Dans la série Q, les problèmes de successions d’émigrés partagées avec la République concernent parfois des questions maritimes tout comme l’ensemble des réclamations contre le Séquestre, et moins fréquemment, ceux des Créances à la charge des émigrés (Q 565-598).

Citons, parmi tant d’autres :

a. Successions d’émigrés partagées avec la République :

Q 665, Bernard ;

Q 667, Bellabre, Bernard de la Trumelière, Bertrand ;

Q 668, Berthrand de Cœuvres ;

Q 675, Budan du Vivier ;

Q679, Charet de la Frémoire ;

Q681, Clémenceau ;

Q689, Deluynes ;

Q 691, Fouquer-Kersalio ;

Q 698, Grou ;

Q 700, Hervé de la Bauche ;

Q 703, Le Bonnetier ;

Q 704, Lejeune ;

Q 707, Lieutaud de Troisville ;

Q 708, Loquet de Grandville ;

Q 712, Michel et Montaudoin de la Clartière ;

Q715, O. Shiell ;

Q 708, Perrée de la Villestreux, Picot ;

Q 725, De Seigne ;

Q 726, Stapleton ;

Q 732, Walsch.

b. Réclamations contre le séquestre, demandes de mainlevée... :

Q 419, Arnous ;

Q 421, Bernard et Bertrand ;

Q 423, Bouteiller ;

Q 426, Chaurand ;

Q 428, Cottineau, Coustard de Massy ;

Q 429, Deurbroucq ;

Q 431, Espivent ;

Q 443, Le Masne ;

Q 445, Loquet de Grandville ;

Q 447, Marcorelle ;

Q 449, Michel, Mosneron ;

Q 450, O. Riordan ;

Q 452, Plumard de Rieux ;

Q 458, Sarrebourse ;

Q 459, Stapleton ;

Q 463, Walsch, etc.

II. ARCHIVES DÉPARTEMENTALES D’ILLE-ET-VILAINE

Les sources les plus importantes, mais très fragmentaires, sont fournies par la série 4 F.

Les dossiers suivants concernent le port de Nantes :

4 F g 45 : mises hors et chiffres divers pour 5 navires (1783) — important.

4 F g 42 : fragments de papiers de l’armement Jean et René Ballan (navires la Victoire, 1764 ; Duc de Duras, armé pour la Chine en 1769 ; le Vorace, 1773, etc. Ils comportent surtout des retours de cargaison trop isolés pour pouvoir être utilisés, ainsi que des projets d’armement de frégates royales pour le commerce en temps de guerre).

Il est intéressant de comparer avec les dossiers d’autres ports :

a. Lorient :

4 F g 24 : armement du marquis de Castries (Indes), 1772 (ci-dessous, appendice).

4 F g 44 : armements pour le Coromandel et le Malabar : dossiers incomplets, ne comportant que quelques comptes de retours.

b. Saint-Malo :

Parmi les nombreux dossiers malouins, dans l’ensemble, peu intéressants parce que trop fragmentaires, on peut cependant retenir :

4 F g 12 : Livre de pacotilles... embarquées à Saint-Malo sur le navire Le Diligent pour le voyage en Guinée (9 septembre 1740-1742), à comparer avec document du même genre, A.D. L.-Ad. : C 740, « état général des marchandises... nécessaires pour faire la traitte des noirs » (1704).

4 F g 7 : Récit détaillé d’un convoyage de navires de la Compagnie des Indes avec une description géographique minutieuse de la côte africaine.

4 F c 10 : Méthode pour apprendre les livres nécessaires à un négociant (1745), (ci-dessous, appendice).

Pour les bénéfices (avoués) de la Compagnie des Indes, consultez le tableau 4 F g 85 : Tableau imprimé des investissements de la Compagnie des Indes orientales (envois et retours), 1725-1771.

***

Il est possible de glaner quelques renseignements dans la série C.

C 1586 : ne donne qu’un aperçu malveillant sur la valeur des navires malouins détruits par les Anglais pendant la guerre de Sept Ans.

C 1587 : Inventaire des marchandises de prises (1708-1773).

C 1588 : État des navires des îles et de Marseille arrivés à Nantes : description des cargaisons (1768-1788) ; donne les prix et les valeurs des cargaisons de 1 753 navires venant des Antilles et de 269 navires venant de Marseille. Cf. l’article — rapide — de H. SEE dans les Mémoires Hayem, année 1925, p. 211-214.

C 1590 à C1592 : Inventaires dressés par G. Mellier (et d’autres) de cargaisons de la Compagnie des Indes (1691-1749) tant à Lorient qu’à Nantes. Source fragmentaire, mais importante, a été très peu utilisée.

C 2241 : Correspondances et divers sur le Domaine d’Occident apportent peu à la documentation nantaise (ci-dessus, p. 39).

C 4712 à 4716 : Prix de construction du navire de guerre la Bretagne, soumissions, traités, paiements divers (1762-1768) ; intéressant pour la comparaison des prix de construction des navires de guerre et de commerce.

***

Pour le commerce colonial, le mémoire de l’intendant Bertrand de Molleville, de l’année 1786, apporte d’intéressantes précisions.

1 F 1826, Mémoire sur le commerce des colonies en général.

Les rôles de capitation (et de ceux dixième et vingtième) permettraient de mener une comparaison valable entre la fortune des négociants malouins et nantais. On peut consulter entre autres l’article de H. SÉE, « Vie économique et classes rurales à Saint-Malo à la veille de la Révolution », Mémoires Hayem, 9e série, année 1925, p. 145-148, fondé essentiellement sur l’interprétation (parfois discutable) du dossier A.D. I.-et-V. : C 4097.

***

III. ARCHIVES MUNICIPALES DE NANTES

Le joyau de la collection est formé par les Livres de Cargaisons d’André Ruiz (xvie siècle) : HH 190 à 192 ; et un grand livre (sans indication des comptes) : HH 189.

Ils ont été utilisés par Lapeyre, n° 13.

Il n’existe pas de document équivalent pour les périodes ultérieures.

Les principaux documents concernant le xviiie siècle sont les suivants :

1° EE 227, Noms des vaisseaux de Nantes pris par les Anglais en 1778, non compris le cabotage (total 39) [ci-dessous, appendice] ;

HH 226, Noms des vaisseaux pris pendant la guerre de Sept Ans.

Ces deux documents donnent le tonnage, la destination, la date et le lieu de capture, la valeur de la cargaison et des navires.

2° CC 484, État fiscal des négociants nantais dressé par G. Mellier pour le droit de joyeux avènement, à préciser par CC 482, 483, 484 ;

3° EE 246, Entrées et sorties, de navires du port de Nantes, année 1720 et HH 228, État des vaisseaux armés pour les îles d’Amérique, temps de départ et dates de retour, année 1715.

Pour la Compagnie des Indes Orientales, il faut consulter les dossiers (avant 1720) :

HH 199 à 203, HH 208-211 (devis et marchés divers 1720-21), et HH 219-226 (1721-1736).

Consulat : HH 55 (législation : ordonnances, édits, arrêts du conseil) fait suite à une série de dossiers (HH 48 à HH 54) ayant surtout trait à des conflits de juridiction.

Mémoires divers :

HH 208, dont :

a. une description du commerce nantais en 1715 ;

b. un état de vaisseaux avec durée des voyages.

HH 236 (important).

Quais, travaux, chantiers de construction navale :

DD 80, EE 237, 247, chantiers de construction navale ;

DD 182-206. quais et cales (1681-1792) ;

DD 159, 163, travaux publics (1718-1786).

On trouvera enfin des indications diverses dans les dossiers suivants :

H 194, Contractation ;

HH 200, 201, 206, Compagnie des Indes ;

HH 227, Commerce étranger ;

H 233, Commerce maritime ;

H 236, Trafic négrier ;

HH 238, Commerce de grains et de farines ;

HH 242, Commerce du café,

HH 249, Pêche maritime ;

HH 259 et 262, Marchandises prohibées ;

HH 274, Toiles de Bretagne.

IV. BIBLIOTHÈQUE MUNICIPALE DE NANTES

Peu de documents concernent le mouvement commercial du port de Nantes. On y utilisera surtout les journaux nantais, dont : La Correspondance maritime de Nantes (début : 1782) de Louis Mangin.

Pour la bibliographie, on se reportera à : R. KERVILER, Essai d’une bibliographie des publications périodiques de la Bretagne, 4e fasc, département de la Loire-Inférieure, Rennes, 1898.

Citons encore, à titre documentaire, le n° 51 306, prix courant des denrées coloniales vendues sur la place de Nantes (24 décembre 1763 - 23 juillet 1793), Nantes, 1790-1793, 4 vol.

V. BIBLIOTHÈQUE MUNICIPALE DE RENNES

Seule la description géographique de la Bretagne (manuscrit n° 2436) du président de Robien contient quelques indications sur le trafic nantais du milieu du xviiie siècle.

VI. BIBLIOTHÈQUE MUNICIPALE DE CHATEAU-GONTIER

A signaler dans le manuscrit n° 11 les pages suivantes :

1° P. 976-979 : notes sur les prix du blé à Nantes en 1770 (lettre de Voglie à Montaudoin-Launay) ;

2° P. 980, du lieutenant-général Roger, nombre des bâtiments, entrées et sorties du port de Nantes (1752-1757).

VII. ARCHIVES NATIONALES

Les allusions au trafic maritime nantais sont extrêmement nombreuses ; peu d’entre elles forment un ensemble assez cohérent pour mériter une mention particulière. On se reportera au relevé des sources recensé par H. du Halgouët, Répertoire des documents manuscrits de l’histoire de Bretagne antérieurs à 1789 conservés dans les dépôts publics de Paris, t. I, Bibliothèque Nationale et Archives Nationales, Saint-Brieuc, 1944.

Relevons cependant l’exceptionnelle série :

F 12 - 241 à 611 b et 1567-1817 с : Statistiques du commerce et de la Navigation de 1775 à 1823.

F12 - 1641 (1704). Cf. D. Neuville, Inventaire des Archives de la Marine antérieures à la Révolution, Paris, 1898.

***

Ce nous est un bien agréable devoir de remercier tous ceux qui ont contribué à rendre cette étude moins imparfaite.

Notre gratitude va tout d’abord à ceux qui nous ont ouvert leurs archives privées et permis la consultation des documents qui forment le fond de toute une partie de ce travail. M. G. de Maupeou nous a donné accès aux archives de ses ancêtres Mesnard ; la famille Demarié nous a permis d’utiliser les papiers de Bertrand de Cœuvres. Qu’ils en soient très vivement remerciés. Il ne nous a malheureusement pas été possible de tirer partie de tous les papiers privés que leurs détenteurs ont mis aimablement à notre disposition.

M. J. Delumeau, à qui revient l’idée première de cette recherche, nous a guidé à travers les récifs de l’histoire maritime. L’expérience malouine a orienté nos curiosités, suggéré maintes comparaisons, en un mot, a permis d’élargir un sujet très localisé.

Notre dette n’est pas moindre envers tous ceux dont les préoccupations ont été, ou sont encore semblables aux nôtres. Bien des problèmes se sont éclaircis au cours des longues conversations avec les uns et les autres : M. H. Touchard, avec son expérience du commerce de la fin du Moyen Age, J. Tanguy, spécialiste des toiles bretonnes à l’époque moderne.

Est-il besoin de souligner, enfin, tout ce que nous devons à l’infinie patience des archivistes des départements de la Loire-Atlantique et de l’Illе-et-Vilaine ? Que M. H. de Berranger — qui a lui-même consacré plusieurs études au négoce nantais — M. P. Rouzeau, dont les patients dépouillements sur les chirurgiens de navire nous ont beaucoup appris, trouvent ici le témoignage de nos remerciements. Mlle Luce Courville nous a beaucoup facilité l’utilisation du fonds d’archives de la Bibliothèque Municipale de Nantes. A vrai dire, c’est tout le personnel des archives et de la bibliothèque qu’il nous faudrait citer !

***

Il ne pouvait être question de traiter toute l’histoire maritime bretonne, ni même nantaise, du xvie au xviiie siècle. Sans doute le jour viendra-t-il où cette téméraire entreprise deviendra réalisable. Pour l’instant, notre seule ambition a été d’apporter une pierre à l’édifice qui, patiemment, de Saint-Malo à Nantes, se construit depuis une quinzaine d’années.

Qu’il nous soit enfin permis d’adresser le témoignage de notre profonde reconnaissance à M. F. Braudel, qui a bien voulu accueillir notre étude dans cette collection. Qu’il en soit remercié, ainsi que E. Le Roy Ladurie, auprès duquel nous avons trouvé l’appui constant d’un commun amour de l’histoire.

Notes

1 Les Chaurand ont fait partie du fameux convoi des cent trente-deux Nantais (1794) ; un historique très sommaire en a été fait par R. Kerviler : Le procès des cent trente-deux Nantais avec une relation inédite de leur voyage à Paris, Vannes, 1894, p. 189-190, et R. P. D. Rinchon, n° 51, p. 133-134.
Sur cette arrestation, A. D. L.-Atl. : Q 418.
Il existe une énorme littérature, d’intérêt très inégal, sur l’arrestation des cent trente-deux. Relevons, entre bien d’autres, E. Gabory, Le voyage à Paris des cent trente-deux Nantais, Paris, 1933 ; A. Gernoux, Carrier-le-Maudit ; R. Kerviler, Dictionnaire de bio-bibliographie bretonne, t. 9, Rennes, 1897, p. 68.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540