Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les ouvriers en grève. Tome 3

 | 
Michelle Perrot

Chapitre VIII. La vie collective des grévistes. La parole : réunion et discours

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

I. LA RÉUNION, CENTRE DE LA GRÈVE

Si la manifestation demeure l’exception, la réunion devient la règle. Tout concourt à son développement, marque de l’insertion de la grève dans un processus de négociation. Elle revêt des aspects divers : depuis le conciliabule tenu sur le tas, dans un coin de l’atelier, avant de débrayer, jusqu’aux fastes du meeting public, annoncé par voie d’affiche, avec des orateurs venus de l’extérieur, et dont la presse rend compte. On distinguera ce dernier type, par lequel la grève acquiert une dimension politique, des réunions de grévistes proprement dites.

1. RÉUNIONS GRÉVISTES

Elles sont fréquentes. Quotidiennes, voire bi-quotidiennes dans les petites localités : à Reims, en 1880, les tisseurs se retrouvent chaque soir, à dix-huit heures, au Champ de Grève ; les tisserands de Cholet, deux fois par jour, « mais sans trop savoir pourquoi »1. Plus espacées à Paris, ou à Lyon, en raison des distances, mais aussi du meilleur fonctionnement des institutions corpor...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable