Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les ouvriers en grève. Tome 2

 | 
Michelle Perrot

Troisième partie. Le cours de la grève

Chapitre IV. Méthodes de grève

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les ouvriers d’aujourd’hui disposent d’un arsenal relativement varié de méthodes de grève, progressivement mises au point, qui visent à l’efficacité maximum aux moindres frais : grèves d’avertissement, tournantes, perlées, sur le tas, débrayages, etc., et, tout récemment, grèves « thromboses »1. Ils limitent soigneusement dans le temps l’arrêt de travail (d’où la très faible durée moyenne des grèves contemporaines) et n’usent de la grève générale qu’avec une extrême prudence. Celle de Mai 1968 semble avoir échappé en grande partie au plan des centrales syndicales, même si elles ont employé leur autorité à ratifier le désir de la « base ». Moyen de pression, plus que mode d’expression, la grève fait l’objet d’un calcul d’état-major où interfèrent des considérations économiques, politiques, sociales, etc.

Image img01.jpg

22. Répartition des grèves selon le nombre d’établissements touchés de 1871 à 1890

Vers 1880, la grève est infiniment plus simple et fruste : avant tout désertion collective de l’ateli...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter