Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les ouvriers en grève. Tome 2

 | 
Michelle Perrot

Troisième partie. Le cours de la grève

Chapitre I. Le déclenchement des grèves

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les grèves se déclenchent comme les guerres : tantôt elles sont l’issue de pourparlers échoués, l’ultima ratio dans une négociation bloquée ; à tout le moins elles sont précédées d’un avertissement ; tantôt elles éclatent brutalement, sans préalable : c’est la grève éclair, la grève sauvage, que notre époque, la redécouvrant après des décennies de discipline syndicale, appelle parfois « grève thrombose »1.

1. VUE D’ENSEMBLE

La statistique suivante montre comment se sont déclenchées les grèves françaises entre 1871 et 1890 :

Image img01.jpg

Sur 1 695 grèves dont on connaît assez précisément le mode de départ, on compte près de 51 % de grèves subites2. Par ces chiffres, on voit qu’une forte turbulence persiste au sein de la classe ouvrière française.

Les facteurs favorables à la turbulence, et néfastes à la précaution, sont le sexe (82 % des grèves féminines sont subites), l’âge (le taux s’établit à 80 % pour les grèves de jeunes), la nature du conflit (78 % pour les grèves défensives). Les industries qu...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter