Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La géographie humaine du monde musulman jusqu’au milieu du 11e siècle. Tome 3

 | 
André Miquel

Chapitre VI. Les plantes

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Upon the earth’s increase why shouldst thou feed,
Unless the earth with thy increase be fed ?
Shakespeare

Ce dernier chapitre commencera par un catalogue de questions préalables, voire d’incertitudes. Fidèle à notre démarche1, nous ne traiterons ici que des plantes connues en pays d’Islam. Que faire, pourtant, d’une catégorie intermédiaire, je veux parler des plantes que l’Islam demande principalement à l’étranger ? Quand Muqaddasī, par exemple, énumère les importations de l’Oman, pays traditionnellement ouvert sur les routes maritimes de l’Inde, de l’Extrême-Orient et de l’Afrique orientale2, il est clair que c’est de là que viennent, entre autres produits, le bois dit de brésil, le teck et l’ébène. Allons-nous les exclure ? S’il est vrai que l’ébène n’est connu de l’Islam de ce temps que par la Haute-Égypte3, et les deux autres par la très lointaine province du Sind4, il reste qu’ils poussent aussi, même de façon marginale, dans un sol musulman, et que nous ne pourrions les rayer du ...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter