Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La géographie humaine du monde musulman jusqu’au milieu du 11e siècle. Tome 3

 | 
André Miquel

Chapitre V. Les bêtes et le bestiaire

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Qui dit que la vie des animaux ne compte pas ?
Leurs os, leur chair, leur peau sont pareils aux nôtres.
Ne frappez pas les oiseaux au bout des branches.
Pai-Chu-Yi

La terre et l’air, le fleuve et la mer, ne sont pas, du moins pas toujours, des espaces vides. Tout l’effort des géographes, ceux surtout du ive/ixe siècle, se propose de faire coïncider la connaissance avec la vie, d’injecter celle-ci dans l’encyclopédie dont ils héritent, et d’installer, au carrefour des éléments qui composent notre terre, ce préféré de la divine création, cet être qui est la raison même de tant de phénomènes qui le dépassent : l’homme. On l’a dit et redit depuis le Coran : à cet homme, tout est soumis, et d’abord ces autres créatures, plantes et bêtes, qui partagent notre globe avec lui.

Mais on dira aussi, s’agissant des animaux1, qu’ils ne sont pas, tant s’en faut, tous domestiqués, et que cette prétendue soumission connaît bien des formes, voire des échecs, depuis l’animal qui fournit sa chair ou sa forc...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter