Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La géographie humaine du monde musulman jusqu’au milieu du 11e siècle. Tome 3

 | 
André Miquel

Chapitre IV. L’air

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Guardai in alto, e vidi le sue spalle
vestile già de’ raggi del pianeta
che mena dritto altrui per ogni calle.
Dante

Par rapport à l’eau et surtout à la terre, l’air est un élément ambigu. Non pas certes pour les classifications fondamentales de la physique du temps : nous savons que, chaud et humide, il s’apparie, par l’un ou l’autre de ces traits, au feu et à l’eau, tout en s’opposant, par l’un et l’autre cette fois, à la terre1. L’ambiguïté de l’air est ailleurs, et plus proche de nous. D’abord, si notre corps vit de lui, comme des trois autres éléments, ce n’est pas sur le même mode. Un premier clivage opposerait les éléments de base, terre et eau, qui sont la matière même de notre constitution, aux deux autres, air et feu, qui animent cet ensemble en y circulant. Cette distinction n’est pas seulement de l’ordre du matériel et de l’immatériel : elle recoupe aussi la distribution en continu et discontinu. Si notre corps en effet vit des quatre éléments réunis, son approvisionnement n...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter