Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La géographie humaine du monde musulman jusqu’au milieu du 11e siècle. Tome 3

 | 
André Miquel

Chapitre III. Ces eaux qui ne courent pas

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Qui a fermé les portes de la mer ?
Livre de Job

Rivières, canaux, sources ou puits, nous connaissons mieux maintenant l’eau en travail sur la terre que Dieu a donnée aux hommes. Élément essentiel de la composition de l’univers, elle est, d’abord, mouvement toujours recommencé : pluie, ruissellement, disparition, résurgence, évaporation et pluie encore. Même si ce grand cycle se suspend par instants pour retenir l’eau au tréfonds du sol, avant de la relâcher de nouveau à l’air libre, c’est bien la vie, pourtant, qui l’anime constamment et, passant par elle, se transmet aux hommes. Et qui dit nourriture des hommes dit, par le fait même, eau douce, à de très rares exceptions près. Mais qu’en est-il de l’autre eau, de celle qui demeure immobile au milieu des terres émergées, ou qui forme leurs limites, de l’eau que le sel, cette fois, envahit dans la plupart des cas ? Le lac et la mer participent de la même image, qui nous proposerait, de l’autre côté du miroir frémissant de l’eau vive et...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter