Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La géographie humaine du monde musulman jusqu’au milieu du 11e siècle. Tome 3

 | 
André Miquel

Chapitre II. L’eau sur la terre

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Terre
Ô Déchirée que les fleuves ont reprisée
Guillaume Apollinaire

« Il est sûr et certain que la nature entière était au commencement eau, et que par l’eau toutes les choses sont nées et également par l’eau toutes les choses doivent être détruites. » Principielle ou des fins dernières, aqua regia des alchimistes, materia prima de la pierre philosophale et notre aqua permanens, l’eau est bien là, toujours, pour s’imposer à nos origines ou à celles, chaotiques, du monde qui nous fit, qui nous porte. Et la plus moderne science, sous d’autres éclairages, lui conserve cette première place1.

Mais nous sommes en Islam. Du Coran2, j’extrais les textes qui nous intéressent : « C’est Dieu qui a donné leur cours aux deux mers, celle-ci douce et délectable, celle-là saumâtre et amère, et fixé entre elles une ferme barrière, Dieu qui, de l’eau, a créé un homme et tiré de lui une descendance des deux sexes [...] De l’eau, nous avons fait toute chose vivante [...] Eh quoi : Quand on a disposé ce lie...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable