Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La géographie humaine du monde musulman jusqu’au milieu du 11e siècle. Tome 1

 | 
André Miquel

Chapitre V. Ibn al-Faqīh ou la géographie vue par l’adab

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’œuvre d’Ibn al-Faqīh et le problème de sa transmission

D’entrée de jeu, après une invocation d’une extrême concision, Ibn al-Faqīh déclare : « Il existe, selon al-Faḍl b. Yahyä1, quatre classes d’hommes : les rois, que distingue leur mérite, les ministres, dont la précellence est fondée sur la sagacité et le jugement, les nobles, qui s’élèvent par leur aisance, et tout homme moyen (awsāṭ) qui, par l’apprentissage de la culture (ta’addub), gagne sa place avec les précédents. Hors de ceux-là, il n’y a que déchets et écume, qu’un torrent de débris, d’abjections et d’ordures, un compagnonnage de la médiocrité dont le commun souci a nom pain et sommeil. A Mu‘āwiya qui lui demandait de parler des êtres humains, al-Aḥnaf2 répondait : « Il y a les têtes, que la chance place tout en haut, les « épaules », qui doivent leur grandeur à leur conduite et la somptueuse publicité qu’elles se font, et les lettrés (udabā), qui peuvent rejoindre les rangs des précédents en se cultivant (ta’addub). Ap...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540