Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La géographie humaine du monde musulman jusqu’au milieu du 11e siècle. Tome 1

 | 
André Miquel

Chapitre IV. Les gens du voyage

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

C’est une belle chose, mon ami, que les voyages ; mais il faut avoir perdu son père, sa mère, ses enfants, ses amis, ou n’en avoir jamais eu, pour errer, par état, sur la surface du globe.
(Diderot, Salon de 1767)

Les vocations

Son septième et dernier voyage, le plus beau des voyages de Sindbad le marin, c’est vers le ciel qu’il l’entreprend : sur les ailes des hommes-oiseaux, il découvre le monde, non plus celui que ses pas ont à peine effleuré : le monde immédiatement total. Mais la vieille tentation prométhéenne, le cri poussé, dans les hautes sphères, avec les anges ses égaux, Sindbad les paie, lui aussi, de l’échec : « Tu ne tenteras pas le Seigneur ton Dieu » ; car l’homme-oiseau, c’est Satan, et le retour sur terre, le seul bonheur possible auprès d’une épouse très sage, ne se conquièrent décidément qu’au prix du savoir.1 La ville lointaine, la Rome des merveilles, n’est pas mieux partagée, et toutes les beautés, toute la science du monde y sont la négation de la seule beauté, d...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540