Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Guerre, État et société à la fin du Moyen Âge. Tome 2

 | 
Philippe Contamine

Annexes

Annexe XI. Régime alimentaire des gens de guerre : qualité et quantité

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Avant de parler de l’alimentation des hommes, évoquons d’un mot celle des chevaux : en temps de paix, l’avoine et le foin prédominaient ; durant les campagnes militaires, l’orge et surtout l’avoine occupaient la première place1.

Chez les hommes de guerre, trois types d’alimentation peuvent se rencontrer : le premier correspond aux périodes d’inactivité mihtaire, lorsque les troupes se nourrissent en fonction du marché habituel ; l’alimentation en campagne fournit le second type ; le troisième réunit l’alimentation d’une place assiégée et celui, analogue, d’une flotte de guerre.

Normalement, le premier type ne présente aucun caractère spécifique. Après 1445, les populations locales durent fournir les garnisons qu’elles hébergeaient en blé ou froment, moutons, lards, poisson, bœuf ou vache, fromage, huile et vin2.

Par rapport au second, l’originalité du troisième type est assez faible : au lieu de pain, consommation de « biscuit » ou « pain biscuit », et de viande salée ou fumée au lieu ...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter