Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Guerre, État et société à la fin du Moyen Âge. Tome 2

 | 
Philippe Contamine

Chapitre XVI. Les gens de guerre de l’ordonnance : la condition militaire

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Admission, inspection, renvoi

Une fois réalisé le tri de 1445, ce fut, semble-t-il, aux capitaines de l’ordonnance de remplacer les gens de guerre de leur compagnie à mesure qu’une place devenait vacante ou de les recruter s’il s’agissait d’une compagnie nouvelle. Voici par exemple Charles VII accordant à Tanneguy, seigneur de Joyeuse, « qu’il puisse et lui loise prendre et choisir jusques au nombre de vingt gentilz hommes et quarante hommes de trait, tel que bon lui semblera, la ou il les pourra trouver, qui, de leur vouloir et sans contraincte, se vouldront mectre soubz lui et entretenir en habillement convenable, chacun selon son estat, pour nous servir ou fait de la guerre »1. De même, le 4 septembre 1474, Louis XI donne pouvoir à celui qu’il vient de désigner comme « capitaine et conducteur » des Cent lances de son hôtel, Hector de Goulart, de « choisir et eslire lesdits cent hommes d’armes et archiers tant d’yceulx de nos autres compagnies que des gentilshommes de nostre hostel...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter