Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le mouvement ouvrier chinois de 1919 à 1927

 | 
Jean Chesneaux

Troisième partie. La classe ouvrière chinoise dans la révolution de 1924-1927

Chapitre XV. Conclusion : Huit années de luttes ouvrières

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

C’est avec les coups de force perpétrés en Chine du Sud-Est et du Sud à la mi-avril que s’achève cette étude, bien que l’intense activité publique qui caractérisait depuis 1919 le mouvement ouvrier chinois se soit prolongée quelque temps encore dans les régions contrôlées par le gouvernement de Wuhan, c’est-à-dire au Hunan et au Hubei1. Dans les semaines qui suivent les coups de force de Changhai, de Canton et des autres provinces du Sud-Est, le Guo-min-dang de Wuhan continue en effet à mener la politique de soutien au mouvement ouvrier et paysan préconisée par les Congrès de 1924 et de 1926 du parti. Le ministre du travail du gouvernement national est le président du Syndicat général pan-chinois, Su Zhao-zheng, et les Fédérations provinciales du Hunan et du Hubei affiliées à ce dernier restent extrêmement actives. En mai se tient à Wuhan, sous le patronage de l’Internationale Syndicale Rouge et en présence de son dirigeant Lozovski, une Conférence syndicale du Pacifique, à laquelle...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540