Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le mouvement ouvrier chinois de 1919 à 1927

 | 
Jean Chesneaux

Troisième partie. La classe ouvrière chinoise dans la révolution de 1924-1927

Chapitre XIV. L’éphémère victoire des syndicats changhaiens au printemps 1927

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

En moins de deux mois, de la mi-février au début d’avril 1927, le rythme des luttes politiques chinoises et des luttes ouvrières va brusquement se précipiter ; leur centre va en même temps se déplacer de Wuhan vers Changhai, comme il s’était déplacé pendant l’été 1926 de Canton à Wuhan. Les insurrections victorieuses des syndicats changhaiens, tout autant que le coup de force de Jiang Jie-shi qui chasse presque immédiatement ceux-ci du pouvoir dont ils s’étaient à peine approché, ne peuvent s’expliquer indépendamment du nouvel équilibre des forces sociales et politiques qui tend à s’établir en Chine à la fin de l’hiver 1927 ; il vaut donc la peine d’en dresser sommairement un tableau.

Le Syndicat général pan-chinois est parvenu à cette date, à la faveur des victoires successives de l’armée sudiste, à une cohésion et à une vigueur jamais atteintes jusqu’alors. Moins de deux ans après sa fondation à Canton en mai 1925, il est une véritable organisation de masse qui influence des centai...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540