Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le mouvement ouvrier chinois de 1919 à 1927

 | 
Jean Chesneaux

Troisième partie. La classe ouvrière chinoise dans la révolution de 1924-1927

Chapitre XII. La grève de Canton-Hongkong et le nouvel élan du mouvement ouvrier en Chine du Sud (juin 1925-juillet 1926)

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les répercussions en Chine du Sud de l’affaire de Nanking Road vont être plus spectaculaires et plus durables encore que dans le reste du pays ; la grève de Canton-Hongkong, conséquence directe du Mouvement du 30 mai, va en effet durer seize mois, jusqu’en octobre 1926. Ce nouvel élan du mouvement ouvrier ne peut s’analyser sans prendre d’abord en considération la situation politique de la Chine du Sud.

La mort de Sun Yat-sen, en mars 1925, n’a pas en effet, du moins en apparence, ébranlé le gouvernement de Canton ni remis en question les « trois nouvelles politiques » définies au début de 19241. Sa succession était collégialement assurée par les membres du Comité exécutif central du Guo-min-dang élu au Congrès de janvier 1924, au sein duquel figuraient des communistes comme Li Da-zhao, Tan Ping-shan, Yu Shu-de, et dont d’autres fortes personnalités, comme Liao Zhong-kai et Wang Jing-wei, appartenaient à la tendance de gauche du parti ; les éléments plus modérés, tels que Hu Han-min,...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540