Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le mouvement ouvrier chinois de 1919 à 1927

 | 
Jean Chesneaux

Troisième partie. La classe ouvrière chinoise dans la révolution de 1924-1927

Chapitre XI. Le Mouvement du 30 mai à Changhai et le nouvel élan du mouvement ouvrier en Chine du Centre et du Nord (mai 1925-juillet 1926)

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le complexe de grèves ouvrières, marchandes et étudiantes, de démonstrations de rue, de campagnes de presse, et d’actions politiques diverses qu’il est convenu d’appeler le « Mouvement du 30 mai » à Changhai peut sans doute être considéré comme le premier aboutissement spectaculaire du nouvel équilibre des forces politiques chinoises qui s’établissait depuis la fin de 1923 ; il va traduire les possibilités nouvelles qu’offre au mouvement national l’alliance du Guo-min-dang et du Parti communiste ; il va se nourrir de l’élan nouveau pris au début de 1925 par le mouvement ouvrier dans l’ensemble du pays, par exemple au cours du second Congrès national du travail de Canton ; il va en même temps exprimer la vigueur croissante de l’antagonisme qui oppose la bourgeoisie nationale, les étudiants, la petite bourgeoisie urbaine, aux Puissances à traité.

Mais ce Mouvement du 30 mai est en même temps lié à l’évolution de la situation locale de Changhai, et au regain d’activité que manifestaient...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540