Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le mouvement ouvrier chinois de 1919 à 1927

 | 
Jean Chesneaux

Troisième partie. La classe ouvrière chinoise dans la révolution de 1924-1927

Chapitre X. Le réveil du mouvement ouvrier en 1924-1925

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

A l’aube de la « Révolution chinoise de 1924-1927 », de la « première guerre civile révolutionnaire », selon l’expression que préfèrent maintenant les historiens chinois, un nouvel alignement des forces sociales et politiques est en train de s’opérer en Chine. Des perspectives nouvelles vont être ainsi ouvertes au mouvement ouvrier, qui va être en mesure de contracter des alliances nouvelles, et qui va sans tarder manifester un vigoureux réveil d’activité.

En 1924, plus nettement encore qu’en 1919, la situation politique en Chine reste caractérisée par la double prépondérance des du-jun, dont on a déjà signalé les désastreux progrès depuis la conférence de Washington, et des « Puissances à traité ». La position de ces dernières en Chine n’a pas cessé non plus de se renforcer depuis la fin de la Grande Guerre, en dépit des défections que constituent la renonciation par l’Union soviétique aux « traités inégaux »1, et la décision de l’Allemagne de Weimar de se satisfaire elle aussi d’un...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540