Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le mouvement ouvrier chinois de 1919 à 1927

 | 
Jean Chesneaux

Deuxième partie. L'Éveil du mouvement ouvrier chinois de 1919 à 1924

Conclusion sur la seconde partie. Bilan des luttes ouvrières de 1919 à 1924

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’étude de la phase de reflux du mouvement ouvrier a été menée jusqu’à l’automne 1924 pour conserver son unité à l’exposé de cette période ; c’est seulement à cette date, en effet, que se manifeste avec le « mouvement pour la restauration des syndicats » le réveil d’activité qui prépare les grands combats politiques et sociaux de l’été 1925.

Mais ce réveil d’activité de l’automne 1924 n’est que le reflet, au niveau du mouvement ouvrier proprement dit, des profondes transformations qui s’étaient opérées depuis quelque temps déjà dans l’équilibre des forces sociales et politiques chinoises, transformations qu’avaient traduites dès janvier 1924 le Congrès du Guo-min-dang et l’accord de coopération entre ce parti et le parti communiste. Il est donc plus logique d’avancer un peu le bilan de cette première période de luttes ouvrières, et de ne pas chercher à lui donner un terme chronologique aussi rigoureux que l’avait été en mai 1919 son point de départ. Le décalage entre la situation fai...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540