Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dossier : Soigner par les lettres

À propos des pratiques divinatoires et de la « raison des signes » en Grèce classique1

On Divinatory Practices and the "raison des signes" in Classical Greece

Claude Calame

Résumé

Les Grecs disposaient-ils d’une « pensée divinatoire », sinon d’une « mentalité divinatoire » qui s’opposeraient à la science comme Jean-Pierre Vernant en a fait naguère l’hypothèse ? La relecture de la liste des arts techniques que le Prométhée d’Eschyle se vante d’avoir inventés pour les hommes mortels nous dirige plutôt du côté d’une sémiotique des signes et des paroles interprétés en termes divinatoires. En bonnes « raison des signes », la divination et l'art oraculaire se présentent comme des savoirs à la fois pratiques et inspirés.

Did the Greeks have a « divinatory thinking » if not a « divinatory mentality » opposed to science as supposed long ago by Jean-Pierre Vernant ? A new reading of the list of technical arts the Aeschylean Prometheus boasts he has invented for the mortal men speaks rather for a semiotics of the signs and of the words interpreted in divinatory terms. As « raison des signes », divination and oracular arts are to be considered as both practical and inspired knowledges.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les mille et un procédés de la divination, je les ai mis en système.
Le premier, j’ai distingué dans les rêves
ce qui doit se produire en pleine jour ; j’ai fait comprendre aux hommes
le sens caché d’un nom ou d’un présage que l’on croise sur la route.
J’ai différencié rigoureusement les vols
des oiseaux à la griffe crochue, la catégorie favorable
et celle que l’on ne nomme pas. J’ai classé les comportements
des diverses espèces, une par une, et leurs relations :
leurs haines, attirances et conjonctions.
J’ai expliqué les viscères et leur brillance, quelle couleur
la bile doit leur donner pour le plaisir des dieux,
et les formes nombreuses de la beauté du foie.
En cachant dans la graisse les membres et toute l’échine des bêtes,
en les passant au feu, j’ai guidé les hommes sur le chemin
d’un art d’abord privé de repères. Et aux signes qui brillent dans les flammes,
j’ai rendu leur regard : une taie les recouvrait.
Voilà ce que j’ai fait
Eschyle, Prométhée enchaîné 484-506 (trad. de Myrto Gondicas e...

Auteur

EHESS, ANHIMA UMR 8210

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540