Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le mouvement ouvrier chinois de 1919 à 1927

 | 
Jean Chesneaux

Deuxième partie. L'Éveil du mouvement ouvrier chinois de 1919 à 1924

Chapitre IX. Le recul du mouvement ouvrier en 1923 et 1924

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

C’est en 1923 et 1924 que le phénomène politique et social du militarisme est à son apogée en Chine. Le pouvoir anachronique et brutal des du-jun, des seigneurs de la guerre, qui par certains de ses aspects remontait à Yuan Shi-kai et même aux armées provinciales apparues au cours de la répression des Tai-ping, s’était brusquement enflé depuis la fin de la Grande Guerre au point de dominer toute la vie politique chinoise. Il s’était nourri de l’aggravation de la crise agraire, qui chassait de leurs villages des centaines de milliers sinon des millions de paysans ruinés, enrôlés de bon ou de mauvais gré dans les armées provinciales ou locales, tout comme d’autres paysans partaient « pour les collines », pour les bandes de hors-la-loi liées aux sociétés secrètes, ou comme d’autres encore s’embarquaient pour les mines et les plantations lointaines des « Mers du Sud ». Le militarisme s’était plus récemment encore renforcé par l’aggravation des rivalités internationales en Extrême-Orient...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540