Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le mouvement ouvrier chinois de 1919 à 1927

 | 
Jean Chesneaux

Deuxième partie. L'Éveil du mouvement ouvrier chinois de 1919 à 1924

Chapitre VII. Du Mouvement du 4 mai a la fondation du Parti communiste chinois (1919-1921)

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Quand, le 4 mai 1919, arrive à Pékin la nouvelle que la Conférence de la Paix, par les articles 156 à 158 du traité de Versailles, rétrocède au Japon les anciennes bases et privilèges allemands au Shandong, l’émotion qui s’empare des étudiants de la capitale et de l’ensemble de l’opinion chinoise va déclencher dans tout le pays un mouvement politique d’une ampleur sans précédent1. 3 000 étudiants manifestent devant Tian-an-men, réclamant le retour de Qingdao à la Chine, la non-signature du traité de paix par la délégation chinoise à Versailles, l’abolition des 21 demandes, le boycott des marchandises japonaises, la démission des ministres pro-japonais du cabinet Duan Qi-rui ; ils rouent de coups Zhang Zong-xiang, ancien ministre de Chine à Tokyo, et incendient la maison de Cao Ru-lin, ministre des communications et nippophile notoire.

Ce « Mouvement du 4 mai » s’étend rapidement aux étudiants, aux milieux intellectuels et politiques, au monde des affaires de toutes les provinces de C...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540