Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dossier : Soigner par les lettres

Le sceptre d’Agamemnon à Chéronée : Pausanias et la justice dans l’histoire

Agamemnon’s Sceptre in Chaeronea: Pausanias and Justice in History

Pierre Ellinger

Résumé

À la fin de son livre sur la Béotie, Pausanias le Périégète a donné une place insolite et difficilement comprise au sceptre d’Agamemnon, retrouvé à Chéronée sur la frontière du pays, et considéré localement comme un dieu. On replacera ici le sceptre confié par Zeus à Pélops et à ses descendants dans le contexte de la description de Chéronée et celle-ci dans le contexte et la pensée de l’œuvre. Se découvrent alors les jeux de correspondances et les coïncidences curieuses repérées par Pausanias entre les destins de Pélops et de Philippe, entre les lieux des grands affrontements pour la domination en Grèce, entre les trahisons et leurs châtiments divins, ainsi qu’entre des épisodes clefs de la lutte pour la souveraineté divine. Ce qui conduit à se demander si, à la manière des rituels de justice des « stèles de confession » contemporaines de sa patrie lydienne, Pausanias n’a pas voulu lui-même, à Chéronée, en ce lieu du « début des maux », ériger un sceptre sur l’histoire grecque.

At the end of his book on Boeotia Pausanias gives a strange and hard to understand importance to the sceptre of Agamemnon found in Chaeronea, on the borders of the country, and regarded locally as a god. The sceptre given by Zeus to Pelops and his descendants is here reconsidered within the context of the description of Chaeronea, and this description itself in the context of Pausanias’ thought in his Periegesis. One discovers curious correspondences and coincidences suggested by Pausanias between the destinies of Pelops and Philip of Macedonia, between places of major fights for domination in Greece, of felonies and divine punishments, as well as between key-episodes of the struggle for sovereign power among the gods. This leads us to wonder whether Pausanias, in the manner of justice rituals described in contemporary “confession-stelae” of his Lydian homeland, did not want to “raise a sceptre” on Greek history, in Chaeronea, the place for him of the “beginning of evil”.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Chéronée est la dernière cité que Pausanias décrit en Béotie, par où il en sort pour gagner la Phocide1. Rien d’étonnant à cela, la large vallée du Céphise qui constitue la passe de Chéronée est la principale voie de communication entre les deux régions, qu’empruntait la fameuse voie sacrée qui menait à Delphes2, vers laquelle le Périégète désormais se dirige. Ce qui est plus surprenant, c’est qu’il consacre exactement la moitié de la description de la cité à un unique objet dont la présence est pour le moins insolite en ce lieu : le sceptre du roi Agamemnon, celui-là même dont Homère parle dans l’Iliade3. Il avait été découvert, explique Pausanias, d’après ce que lui avaient raconté les habitants de Chéronée, sur les frontières entre leur cité et sa voisine phocidienne de Panopeus4. Avec lui, les Phocidiens avaient aussi trouvé de l’or, mais les Chéronéens se réjouissaient d’avoir obtenu, dans le partage, le sceptre plutôt que l’or. Ils avaient institué un culte en son honneur, et ...

Auteur

Université Paris Diderot USPC, ANHIMA UMR 8210

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable