Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le mouvement ouvrier chinois de 1919 à 1927

 | 
Jean Chesneaux

Première partie. État et caractères de la classe ouvrière chinoise en 1919

Conclusion sur la première partie. Unité et diversité de la classe ouvrière chinoise en 1919

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le prolétariat industriel chinois, vers 1919, apparaît donc comme fondamentalement semblable au prolétariat de tous les pays qui tour à tour, à l’exemple de l’Angleterre et de la France, se sont engagés dans la voie de la révolution industrielle. Il est directement lié aux formes économiques et techniques les plus avancées de la production industrielle. Il se présente en même temps comme fortement concentré ; concentré géographiquement dans un petit nombre de zones, de pôles de développement de l’économie moderne ; concentré techniquement aussi, et groupé en vastes entreprises de plusieurs centaines, plusieurs milliers, parfois plusieurs dizaines de milliers d’ouvriers et d’ouvrières : cotonnières et filatures de soie de Changhai, mines de Tangshan, manufactures de tabac et d’allumettes de Tianjin, voies ferrées, lignes maritimes de navigation commerciale.

Les ouvriers d’industrie proprement dits, ainsi que les couches sociales qu’on peut leur assimiler, ne sont plus propriétaires, c...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540