Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le mouvement ouvrier chinois de 1919 à 1927

 | 
Jean Chesneaux

Première partie. État et caractères de la classe ouvrière chinoise en 1919

Chapitre VI. L’expérience historique du prolétariat chinois en 1919

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« La Chine n’était pas présente à la récente Conférence internationale du Travail pour cette simple raison qu’elle n’a aucun problème du travail » : cette affirmation d’un rédacteur du Board of Trade en 19191 peut sans doute être considérée comme bien hâtive. Si la classe ouvrière chinoise, à cette date, ne s’est pas encore manifestée de façon aussi spectaculaire que l’avait fait le prolétariat industriel d’Occident depuis le milieu du xixe siècle, elle a pourtant déjà derrière elle des traditions d’organisation, des mouvements revendicatifs, une participation à la vie politique nationale qui sont loin d’être négligeables. Elle dispose d’une expérience historique qu’il importe de préciser.

Les plus anciennes de ces traditions sont celles que la classe ouvrière moderne a hérité des guildes corporatives ; bien qu’elles soient surtout restées vivaces chez les artisans qualifiés et les coolies de la plèbe urbaine, elles ont joué, même chez les travailleurs de la grande industrie, un rôle...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540