Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le mouvement ouvrier chinois de 1919 à 1927

 | 
Jean Chesneaux

Première partie. État et caractères de la classe ouvrière chinoise en 1919

Chapitre V. Salaires et niveau de vie

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La rémunération salariée du travail industriel, même si elle remonte en Chine au xviie et au xviiie siècle dans un certain nombre de centres1, est encore loin, dans les années 1920, de se présenter sous une forme simple, directe et universelle ; les régimes de salaire les plus variés se rencontrent côte-à-côte dans une même région, dans une même branche d’industrie, voire dans une même entreprise.

La distinction entre salaires à la pièce et salaires au temps est extrêmement courante. Le salaire à la pièce prédomine largement dans les manufactures de tabac et d’allumettes2, mais on le trouve aussi très communément dans les filatures de coton, les tissages, les ateliers de bonneterie et de tricot3. Le salaire au temps est au contraire le plus fréquent sinon le seul en usage dans les industries mécaniques, les chantiers de construction navale et de réparation de bateaux, les minoteries et les huileries, tandis que les imprimeries utilisent les deux systèmes à peu près à égalité4. Les sa...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540