Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le mouvement ouvrier chinois de 1919 à 1927

 | 
Jean Chesneaux

Première partie. État et caractères de la classe ouvrière chinoise en 1919

Chapitre IV. Caractères du travail industriel

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La très longue durée de la journée de travail et la rareté des jours de repos, qui au milieu du xixe siècle rendaient si pénible la condition des ouvriers d’industrie anglais ou français, étaient encore dans les années 1920 un des traits fondamentaux du travail industriel en Chine.

Un des horaires couramment en usage dans les usines et mines modernes était le système des deux ban (équipes), se relayant de douze heures en douze heures. C’était la règle générale dans les grandes cotonnières de Changhai1, comme de Tianjin, de Quingdao ou de Wuxi2 ; dans les filatures de soie, où la journée de travail diurne était aussi longue, il n’y avait par contre que quelques entreprises modernes de Changhai ou de Qingdao à avoir recours au travail de nuit3. Les deux ban de douze heures étaient également d’usage fréquent dans les minoteries4 et dans d’autres usines de produits alimentaires5, dans des manufactures de tabac comme celles de la Nan-Yang à Changhai6, dans des petits ateliers mécaniques c...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable