Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dossier : Soigner par les lettres

Le pais amphithalês : l’autre enfant d’Athéna

The pais amphithalês: Athena’s Other Child

Philippe Lafargue

Résumé

Le pais amphithalês était un jeune garçon choisi en raison de son appartenance à une famille dont le père et la mère étaient toujours en vie pour accomplir certains rites religieux. Si le pais amphithalês a longtemps été envisagé comme un gage de fertilité agricole et de fécondité humaine, le présent article entend en proposer une autre interprétation : en tenant compte du contexte athénien, notamment celui du ve s. av. J.-C. où se sont affirmés avec force les mythes de Thésée et d’érichthonios, on verra les liens symboliques qu’entretenait le pais amphithalês avec Athéna, la cité et l’autochtonie.

The pais amphithalês was a young boy chosen because he belonged to a family in which his father and his mother were still alive, to perform some religious rites. Although the pais amphithalês has long been considered as a guarantee of both agricultural and human fertility, this article aims at suggesting another interpretation: taking into account the Athenian context, especially that of the 5th century B.C. (when the myths of Theseus and Erichthonios were forcefully asserted), we shall see the symbolic links that the pais amphithalês maintained with Athena, the city and autochthony.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Et puisse-t-on discuter longtemps au sujet de l’identité sexuelle des “vrais” enfants d’Athéna.
Nicole Loraux1

L’enfant d’Athéna, on le sait, c’est Érichthonios, l’ancêtre mythique des Athéniens2. Certes, la déesse ne l’a pas enfanté, mais joue, en réalité, tout à la fois le rôle de mère, de nourrice et surtout de père, comme l’a montré N. Loraux3 : c’est elle qui reconnaît et élève cet enfant né du désir irrépressible d’Héphaïstos et que Gê, fécondée par le sperme tombé à terre, a porté dans son ventre. Athéna a donc bien eu un enfant, et même des enfants, puisque à travers Érichthonios, les Athéniens se considèrent comme ses descendants politiques, de véritables autochtones, comme lui nés de la terre profonde de l’Attique.

Si Athéna a bien eu un fils, quel est donc cet autre enfant annoncé en tête de cette étude ? Ce n’est pas Érechthée, lui aussi un ancêtre mythique, qui a donné aux habitants de l’Attique leur nom d’Athéniens, dans le cas, bien sûr, où on le distinguerait d’Érichtho...

Auteur

Ausonius UMR 5607

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540