Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le mouvement ouvrier chinois de 1919 à 1927

 | 
Jean Chesneaux

Première partie. État et caractères de la classe ouvrière chinoise en 1919

Chapitre III. Origine sociale et modes de recrutement des travailleurs industriels

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les travailleurs de l’industrie chinoise et des transports modernes, au lendemain de la Grande Guerre, ne sont en majorité que d’anciens paysans tout récemment transplantés à la ville, à peine stabilisés dans leur condition nouvelle, et dont les attaches rurales restent très fortes. C’est du moins ce que permettent d’avancer un certain nombre d’indices et de témoignages, même en l’absence de matériaux décrivant systématiquement les mouvements intérieurs de la population chinoise à cette époque1.

On dispose par exemple d’un certain nombre de sondages relatifs à la profession antérieure de groupes donnés d’ouvriers, et tous sauf un, révèlent une majorité d’éléments d’origine paysanne (Tableau V).

Egalement significative est l’enquête, malheureusement unique et portant sur une industrie un peu marginale, effectuée en 1929 parmi 300 ouvriers des usines de tapis de Tianjin2 ; la grande majorité d’entre eux sont originaires de xian purement ruraux de la province, et ce sont même les xian le...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540